Navigation – Plan du site

Geoffrey Geuens, Les vieilles élites de la nouvelle économie. Un portrait collectif des dirigeants de la "révolution numérique" aux Etats-Unis et en Europe

Joachim Benet
Les vieilles élites de la nouvelle économie
Geoffrey Geuens, Les vieilles élites de la nouvelle économie. Un portrait collectif des dirigeants de la "révolution numérique" aux Etats-Unis et en Europe, Paris, PUF, coll. « la politique éclatée », 2011, 216 p., ISBN : 9782130583714.
Haut de page

Texte intégral

1Geoffrey Geuens est d'une certaine façon, la version belge de « Pinçon et Pinçon-Charlot » à lui tout seul. De ce fait, le lecteur de son dernier ouvrage aura le sentiment « d'avoir déjà lu son livre ». Néanmoins le chercheur propose une théorie efficace et efficiente en renversant les discours politico-médiatiques sur la « révolution numérique » et se distingue en analysant plus particulièrement les rapports sociaux et les cercles de pouvoir mêlant différents groupes oligarchiques liés au secteur des nouvelles technologies de l'information et de la communication en Belgique, en France et aux États-Unis.

2Son ouvrage Les vieilles élites de la nouvelle économie. Un portrait collectif des dirigeants de la « révolution numérique » aux Etats-Unis et en Europe montre comment la « révolution numérique » est une construction idéologique des grands groupes et dirigeants politiques visant à masquer la reproduction des structures traditionnelles du pouvoir. Les discours politiques rappelant l’incapacité de l’Etat à contrôler les flux financiers internationaux rendent invisible la façon dont les réseaux de pouvoir oligarchique s’activent afin de soutenir « les nouvelles technologies de l’information et de la communication » dans le cadre d’un système « techno-sécuritaire » construit et alimenté par les Etats. Geunes retrace une socio-histoire de la construction de l'industrie des nouvelles technologies de l'information et de la communication des Etats-Unis avec la naissance des « autoroutes de l'information » (Al Gore), des reconversions des compagnies leaders des TIC vers les métiers de la sécurité et l'évolution des réseaux du cyberespace aux activités de défense.

3L’analyse des réseaux rassemblant hauts fonctionnaires, grands industriels, dirigeants politiques et journalistes des mass média met au jour la façon dont sont prises certaines décisions financières au sein de cercles fermés. Loin d’être « immatérialisées », les relations entre industriels et dirigeants politiques construisent un imaginaire collectif : « l’espace démocratique national étant présenté comme surclassé par l’irrésistible ascension des réseaux technologiques mondiaux se jouant des frontières physiques» (p.9). Le marché serait donc débarrassé des entraves traditionnelles grâce à la désétatisation et la déterritorialisation des industries technologiques, Geoffrey Geuens montre au contraire que cette configuration idéologique, « une auto-dépossession simultanée de l’Etat, des groupes financiers nationaux et des familles de la grande bourgeoisie d’affaires» (p.11) s’inscrit dans des contextes nationaux et s’incarne dans des acteurs bien réels. Il analyse finement les réseaux et les interconnections des groupes industriels et médiatiques en Belgique, en France et aux Etats-Unis afin d’appréhender les formes de concentration et de détention du pouvoir (“la corporate governance”) liées à des relations fortement personnalisées et des passages facilités d’un monde à l’autre (notamment des hauts fonctionnaires aux industries technologiques).

4Le cas de l'économie belge est particulièrement éclairant ; les grands actionnaires locaux sont surreprésentés alors les gouvernements belges présentent leur pays comme étant attractif pour les capitaux étrangers : les réseaux d'affaire, les relations de parenté et les politiques reconvertis s'entremêlent dans les différents conseils d'administration des grandes entreprises grâce aux logiques de cooptation. En France, ce sont les proximités entre les acteurs de la haute finance, la haute fonction publique, les sociétés de presse, entreprises du multimédia et lobbys patronaux qui révèlent la construction d'un capitalisme d'État faisant fi des différends patricratiques. Les think tanks et cercles tels la fondation saint Simon et le Siècle maintiennent un entre-soi jouant un rôle majeur dans « le bon fonctionnement du monde des affaires ».

5L'auteur achève son exposé par ce constat : la « révolution numérique » et la globalisation se conjuguent « avec la permanence de spécificités régionales, nationales, sinon locales dont témoignent les régimes de gestion et de détention des firmes » d'une part, avec la forte centralité des firmes dans l'espace du pouvoir par de nombreux entrelacements de directoires, par la médiation des grands administrateurs et des hauts fonctionnaires d'autre part.

  • 1 Notes personnelles non évoquées dans l'ouvrage. http://tempsreel.nouvelobs.com/high-tech/20120315. (...)

6Revus sous cet angle, les discours du candidat PS à l'élection présidentielle de 2012 affichant comme principal « ennemi » le monde de la finance s'avèrent être d'une grande perversité alors que dans le même temps les principaux dirigeants socialistes fréquentent et entretiennent des relations étroites avec les membres de ces cercles et des lobbys patronaux. La présidente du cercle « Le XXIe siècle », Fleur Pellerin, conseillère à la cour des comptes, est elle-même pressentie pour devenir Ministre du Numérique du candidat en campagne par certains journalistes grâce à ses relations amicales avec les industriels, sans pour autant s'être prêtée au jeu électoral1.

Haut de page

Notes

1 Notes personnelles non évoquées dans l'ouvrage. http://tempsreel.nouvelobs.com/high-tech/20120315.OBS3873/fleur-pellerin-la-figure-montante-de-l-equipe-hollande.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joachim Benet, « Geoffrey Geuens, Les vieilles élites de la nouvelle économie. Un portrait collectif des dirigeants de la "révolution numérique" aux Etats-Unis et en Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 mars 2012, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7909

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page