Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2012Tourya Guaaybess, Les médias arab...

Tourya Guaaybess, Les médias arabes. Confluences médiatiques et dynamique sociale

Laure Célérier
Les médias arabes
Tourya Guaaybess, Les médias arabes. Confluences médiatiques et dynamique sociale, CNRS, 2012, 231 p., ISBN : 9782271067777.
Haut de page

Texte intégral

1Le printemps arabe s’est caractérisé par l’émergence dans les médias occidentaux de la figure du blogueur, jeune occidentalisé et contestataire, dont l’action aurait été déterminante dans la chute des pouvoirs en place. Ce blogueur, au capital médiatique important, aurait ainsi supplanté Al-Jazeera, longtemps seul média du monde arabe véritablement visible en Occident. Et pourtant, les systèmes médiatiques des pays arabes sont riches, et ni l'étude isolée d'Al-Jazeera, ni l'analyse exclusive des jeunes blogueurs ne permettent d'en saisir la profondeur et la complexité. C'est ce que démontre Tourya Guaaybess, dans son ouvrage Les médias arabes, paru en 2011. L'auteure est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, à l'Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand. Dans ce livre, elle offre tout d'abord une description du paysage médiatique arabe traditionnel, puis analyse les usages du numérique dans les pays arabes, ainsi que le concept de confluence médiatique.

2« Pourrions-nous comprendre les médias en France, ou en Europe, en nous contentant de l'étude de la BBC ? » (p 8), nous demande Tourya Guaaybess. Cela paraît pour le moins difficile. Et pourtant, force est de constater que nous nous satisfaisons souvent d'une simple analyse d'Al-Jazeera en lieu et place d'une étude fouillée de médias arabes que nous ne connaissons guère. L'auteure se propose de combler cette lacune et brosse un portrait des médias traditionnels arabes.

3L’Égypte et l'Arabie Saoudite sont les deux pays autour desquels s'est structuré le système télévisuel arabe. La puissance financière de l'Arabie Saoudite n'est pas étrangère à cette domination, tandis que l'importance de l’Égypte s'explique par un savoir-faire historique. Également, il convient de mentionner que le soutien des dirigeants de ces pays à la politique étrangère américaine a joué un rôle dans l'essor des médias arabes, notamment suite à la seconde Guerre du Golfe : les dirigeants ont favorisé l'essor de chaînes de télévision afin de renforcer la légitimité de leurs décisions pro-américaines. Enfin, cette prééminence peut correspondre au désir de ces pays de maintenir leur influence sur le monde arabe. Plus récemment, le Qatar est devenu un acteur de premier plan également. Dans l'ensemble du monde arabe sont diffusées des chaînes publiques et privées, comme les bouquets MBC et ART, ou bien sûr, la chaîne Al-Jazeera. Les programmes sont en arabe, aussi en anglais, un peu moins souvent en français. Peu à peu, et surtout depuis la fin des années 1990, les chaînes ont cherché à se rapprocher de la demande de leur audience, ce qui n'est pas toujours aisé : « l'industrie audiovisuelle dans les pays arabes manque de visibilité sur son public » (p 137). Par ailleurs, avec les attentats du 11 septembre, les investisseurs sont devenus soucieux de communiquer à l'Occident une image moins radicale ; les contenus se sont alors libéralisés et en parallèle, des chaînes religieuses se sont développées. Les modèles économiques des chaînes ne sont pas toujours viables : la concurrence fait rage, et le piratage à grande échelle n'a rien de bon pour l'équilibre financiers des bouquets payants. Le développement du secteur télévisuel dans les pays arabes est aujourd'hui le fruit d'investissements d'hommes d'affaires sur un équilibre instable : ils sont potentiellement perçus comme des rivaux politiques des dirigeants mais sont aussi contraints par leur audience à ne pas paraître trop proches du pouvoir.

4Les médias traditionnels ont joué un rôle déterminant dans le vacillement des autorités politiques avant le printemps arabe. Si l'attention occidentale s'est focalisée sur les blogueurs, les médias traditionnels n'en ont pas moins été essentiels. Nous retenons souvent des nouvelles technologies l'idée que ces dernières supplantent les médias traditionnels, par une sorte d'implacable évolutionnisme. Cependant, dans le cas des pays arabes, les différents médias font système, et cette confluence médiatique se définit comme une « imbrication progressive des médias au sein d'un système complet, permettant la coexistence de plusieurs formats (…) et de plusieurs médias (…) » (p 11). Cette confluence médiatique est principalement analysée, dans cet ouvrage, à travers l'exemple égyptien. Les médias traditionnels égyptiens ont ainsi donné aux médias numériques « leur force de frappe » (p 11). Le monopole de l’État égyptien sur l'information a été constamment remis en cause, ces dernières années, par les intellectuels engagés de la presse écrite et des personnalités incontournables de l'audio-visuel. La presse écrite a, en dépit de l'essor d'internet, gardé une place centrale. A la télévision égyptienne, de nombreux journalistes se sont montrés de moins en moins complaisants avec le pouvoir. Finalement, les médias traditionnels « ont tous, chacun dans leur domaine respectif, en s'appuyant sur leur crédibilité et leur charisme, contribué à banaliser petit à petit la critique du pouvoir et de l’État » (p 177). Les jeunes contestataires du printemps arabe ont profité de ces conditions. Les blogs se développent, sur ce terrain fertile à la contestation, durant les années 2003 à 2005 ; ils connaissent ensuite une croissance exponentielle. Leurs sujets sont moins internationaux que ceux des médias traditionnels. Les blogueurs sont dotés d'une popularité grandissante, ils peuvent aussi bien attirer l'attention des médias traditionnels sur des événements ignorés de la presse et de la télévision, qu'exercer une pression sur ces mêmes médias pour qu'ils divulguent certaines informations. Les médias partagent leur audience. Les liens tissés entre eux remettent dans la partie les médias traditionnels comme ils expliquent la force de frappe des blogueurs, alors même qu'internet n'est pas un média de masse dans les pays arabes. C'est bien en cela que le concept de confluence médiatique est déterminant dans la compréhension du rôle des médias dans le printemps arabe et dans les sociétés arabes de manière plus générale.

5L’ouvrage offre une description des médias des pays arabes. Il développe de manière intéressante – principalement en dernière partie de l'ouvrage et surtout à partir de l'exemple égyptien – le concept de confluence médiatique. Ce dernier permet de comprendre l'imbrication des médias arabes, traditionnels et numériques, qui ont joué un rôle clé dans la révolution. Mais l'ouvrage dans son ensemble reste aride. Les analyses sociologiques et historiques sont assez peu mobilisées. A l'abondance d'études statistiques descriptives, inégalement convaincantes, on aurait préféré des études qualitatives plus nombreuses. L'ouvrage sera sans doute apprécié des spécialistes de la question, puisqu'il propose des descriptions techniques des médias arabes et comble ainsi un vide dans la littérature. Le lecteur s'attendant à des analyses sociologiques et historiques plus consistantes et surtout plus problématisées des médias arabes, de leur influence et de leur public, reste quelque peu sur sa faim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Tourya Guaaybess, Les médias arabes. Confluences médiatiques et dynamique sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 mars 2012, consulté le 07 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.7910

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search