Navigation – Plan du site

Robert Castel, Claude Martin (dir.), Changements et pensées du changement. Échanges avec Robert castel

Patrice Moundounga Mouity
Changements et pensées du changement
Robert Castel, Claude Martin (dir.), Changements et pensées du changement. Échanges avec Robert castel, Paris, La Découverte, coll. « Sciences humaines », 2012, 361 p., ISBN : 9782707173065.
Haut de page

Texte intégral

1Malgré les précautions prises par son maître d’œuvre Claude Martin, comme il est d’usage, dans ce genre de littérature, notamment pour se prémunir d’un procès en « affinité scientifique » qui pourrait réduire le livre aux acquêts d’un contenu apologique ou d’une science courtisane, l’ouvrage quoiqu’impersonnel rend bel et bien un hommage à Robert Castel. Mais il ne s’agit pas d’un hommage de convenance et de reconnaissance fidèles puisque ce livre s’impose à coup sûr comme une contribution appréciable à la compréhension d’une théorie sociologique du changement social. Et l’approche de Castel est une référence en matière de sociologie contemporaine du changement social. Elle décrit depuis des années les transformations des modes de vie et les métamorphoses de la société française en mouvement à partir des mutations économiques qui reconfigurent l’espace monde par-delà les déterminants sociaux au niveau microsociologique et macrosociologique.

2La tradition sociologique d’inspiration « castelienne » offre une synthèse utile et bienvenue autour d’une interaction dialogique entre travail, capitalisme et mondialisation. En effet, il existe peu d’ouvrages d’une envergure analytique équivalente sur un sujet aussi important pour l’analyse sociologique du changement. Que l’on recherche une exégèse du concept, de nouvelles contributions théoriques à son sujet, des analyses critiques de son applicabilité à différents terrains, ou des cas d’études empiriques, le lecteur y trouvera plus que son compte.

3Disons le clairement : l’ouvrage renoue de façon heureuse avec des traditions théoriques (bourdieusienne et foucaldienne) qui avaient besoin d’être actualisées. La force de ce livre collectif tient à son aptitude à lier une critique théorique particulièrement pertinente à des applications empiriques soignées et fort bien menées. L’ensemble est d’autant plus convaincant qu’il est réellement comparatif et intègre de manière précieuse une application à la science politique où ce livre intéressera tous ceux qui travaillent sur les mutations institutionnelles et les innovations politiques en matière de changement politique. Le livre fait le point sur la question d’ensemble du changement tout en proposant des perspectives originales. Ces mélanges offerts à Robert Castel atteignent leur objectif en montrant qu’un certain nombre de thèses défendues par cette figure notable de la sociologie s’inscrivent dans une dynamique durable. La cohérence globale du livre, qualité difficile à respecter dans un ouvrage collectif et dont le respect mérite d’attirer l’attention est ici remarquable et justifie la valeur de l’hommage que je rends à ces auteurs qui n’ont pas oublié cet idéal. Indispensable pour qui veut comprendre le changement social dans ce contexte contemporain marqué par des crises et les nouveaux défis auxquels est confrontée la mondialisation.

  • 1 N. Duvoux, « Configuration », in P. Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, PUF, coll. (...)

4L’introduction signée par Claude Martin est une sorte de manifeste pour l’étude du travail sociologique de Castel qui prend forme autour des travaux de Bourdieu, Elias et Foucault autour des axes suivants : a) rendre une réalité sociologique à partir de l’observation des faits à étudier ; b) invite à une transdisciplinarité (sorte d’invitation à l’indiscipline au sens du sociologue Edgar Morin) des sciences sociales pour aborder les phénomènes sociaux à partir de plusieurs angles de lecture ; 3) : le concept de configuration1 chère à Elias permet de décrypter les mutations du monde. Dans ces conditions, cette introduction cesse d’être un hommage pour devenir un paradigme : « Robert Castel comme explorateur de la grande transformation du capitalisme ».

5En effet, la représentation du monde telle qu’elle est portée par les sciences sociales a profondément changé au point de rendre plus intelligible la posture théorique de Castel et ses catégories d’analyses comme des constructions pertinentes pour interpréter la problématique sociale. Sans prétendre apporter des réponses exhaustives à la question sociale à partir du prisme castelien, les auteurs de ce vaste programme proposent d’illustrer les difficultés soulevées par l’état de la société en prenant appui sur le parcours de la sociologie critique de Castel entre la période où elle occupe déjà une position dominante dans les années 1970 et son positionnement actuel dans le champ des sciences sociales. Les auteurs dessinent certaines perspectives sans prétendre en épuiser la substance de la sociologie de Castel. L’équipe n’est d’ailleurs pas constituée à cet effet, puisqu’en dehors du fait qu’ils aient étudié, lu ou approché les travaux de Castel, les contributeurs sont liés par le besoin de perpétuer l’œuvre immense du « grand sociologue » français.

  • 2  R. Castel, L’Insécurité sociale,Paris, Seuil, coll. « La République des idées », 2003, 96 p.

6Ce livre deviendra vite un classique pour les chercheurs en sciences sociales mais aussi pour des citoyens engagés, syndicalistes notamment, qui refusent « la casse du capitalisme et de la mondialisation ». Les discussions suscitées par cet ouvrage ont encouragé Robert Castel à accepter sa publication qui permet de poursuivre son enquête et à continuer de vulgariser ses travaux pour un plus large public. Ce qu’il fit lui-même en publiant L’Insécurité sociale2, l’un des quelques best-sellers de la petite collection de la République des idées. Depuis 1995, Robert Castel est l’auteur de plusieurs travaux restés fidèles à deux principes : placer le travail au cœur de la question sociale mais toujours leur préférer le réformisme radical.

  • 3  N. Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991, pp. 7-29.

7Pour prendre toute la mesure des changements, Castel commence par décrire l’état antérieur de la société, qui n’a d’ailleurs pas, loin s’en faut, entièrement disparu. Il s’arrête ensuite sur les caractéristiques nouvelles de ces sociétés des individus3 pour reprendre encore l’expression de Norbert Elias. Cet ouvrage magistral est aussi l’occasion, pour Castel lui-même, d’affiner l’analyse de la société du changement (société salariale et risque), des sujets sur lesquels il a commencé à travailler au tournant des années 1970/1980, bien avant la mode, au moment où il passait de l’étude de la psychiatrie à celle de la question sociale.

8Choisissant le biais de la montée des incertitudes, Castel distingue ainsi des « risques » qui n’ont rien à voir et qu’on a trop tendance, souvent pour des raisons idéologiques (de politique de la peur), à amalgamer : « risque social » (celui qui fait l’objet des assurances sociales), « facteurs de risques » (manières de gérer des populations à risques) et « nouveaux risques » (tel le réchauffement climatique).

9Robert Castel, qui a consacré presque trente années de recherche à la question sociale, estime, face à la généralisation de la précarisation du travail, qu’il faut relever le défi de nouveaux droits attachés à la personne des travailleurs.

10Depuis le début des années 1970, le monde sort du capitalisme industriel qui s’était implanté en Europe occidentale durant un siècle et demi. Vers la fin de cette période, un relatif équilibre a pu être trouvé, entre les intérêts du marché, la productivité, la concurrence et un certain nombre de protections et de sécurités à l’égard du travail. Pour Castel, la crise, qui fut pensée comme quelque chose de provisoire, en attendant la reprise, commence à apparaître davantage comme un changement de régime du capitalisme. Sans être en mesure de pouvoir bien définir ce changement, Castel pense qu’avec la concurrence exacerbée qui s’est déployée au niveau mondial, nous avons affaire à un capitalisme plus sauvage, moins régulé. Depuis l’automne 2008, le dernier épisode de la crise, avec ses catastrophes financières, illustre bien cette évolution. Les effets de cette transformation du système capitaliste sont divers.Le cœur des changements et pensées du changement et donc de la transformation se situe d’abord au niveau de l’organisation du travail et se traduit par une dégradation du statut professionnel. La précarité se développe à l’intérieur de l’emploi et vient se greffer au chômage de masse. La précarité devient, même si cela paraît paradoxal, un état permanent. Ce que Castel appelle le « précariat » correspond à une nouvelle condition salariale, ou plutôt infrasalariale, qui se développe en dessous de l’emploi classique et de ses garanties.

11L’individualisme connaît également un nouveau développement, que Castel place au centre des transformations. Pour Castel, la dynamique profonde du nouveau régime du capitalisme est en effet une dynamique de décollectivisation. Dans l’organisation du travail, par exemple, les grands collectifs, auxquels étaient associés des syndicats puissants, sont cassés. Ils ne sont pas définitivement révolus mais ils sont brisés. La conséquence est que l’individu doit davantage se mobiliser, être responsable, se prendre en charge. Il faut d’ailleurs reconnaître que certains réussissent à s’adapter à cette nouvelle donne. Contrairement à une certaine idéologie d’inspiration libérale qui demeure malgré tout légion, Castel ne croit pas possible d’opposer l’Etat et l’individu. Plus une société est une société des individus, plus elle a besoin de l’Etat comme principe d’unification et de protection. À défaut, les individus laissés à eux-mêmes, et en concurrence de tous contre tous, vivent dans une sorte de jungle. « L’homme est un loup pour l’homme…». Seul l’Etat, garant de l’intérêt général, peut opérer un minimum de redistribution et de protection. Ces protections sont nécessaires pour faire une société.

  • 4  H. Garner, « Robert Castel, La montée des incertitudes », Travail et Emploi [En ligne], 119 | juil (...)

12S’inscrivant dans la poursuite de la réflexion engagée en 1995 dans Les métamorphoses de la question sociale, puis La montée des incertitudes4, cet ouvrage consacré à Robert Castel, est un recueil de textes réunis pour certains par l’auteur en vue de cette publication. L’introduction, intitulée « pour une généalogie du présent. Les conditions d’un échange » (en référence à l’article premier de l’ouvrage signé de Castel : Penser le changement : le parcours des années 1960-2010), est une contribution originale qui synthétise en 362 pages la réflexion et l’analyse du sociologue Robert Castel sur la grande transformation qu’a connue la société dans son ensemble depuis une cinquantaine d’années et esquisse des pistes d’action pour penser le présent et imaginer l’avenir face à la montée des incertitudes.

Haut de page

Notes

1 N. Duvoux, « Configuration », in P. Serge (dir.), Les 100 mots de la sociologie, Paris, PUF, coll. « Que Sais-Je ? », 2010, pp. 52-54. Pour l’auteur, le terme renvoie cependant, d’abord, à la théorie élaborée par le sociologue allemand Norbert Elias. Ce concept signifie que la société est un réseau d’interdépendances entre individus. La société n’est donc pas une substance, et pas plus que l’individu ne saurait être isolé des chaînes d’interdépendances dans lesquelles il s’inscrit. Pour saisir la société, le raisonnement doit être relationnel, comme l’objet qu’il vise à appréhender. Voir également la synthèse de ce concept opérée par J.-H. Déchaux, « Sur le concept de configuration : quelques failles dans la sociologie de Elias Norbert », Cahiers internationaux de Sociologie, 1995, vol. 99, p. 293-313.

2  R. Castel, L’Insécurité sociale,Paris, Seuil, coll. « La République des idées », 2003, 96 p.

3  N. Elias, La société des individus, Paris, Fayard, 1991, pp. 7-29.

4  H. Garner, « Robert Castel, La montée des incertitudes », Travail et Emploi [En ligne], 119 | juillet-septembre 2009, mis en ligne le 30 septembre 2011, consulté le 14 mars 2012. URL : http://travailemploi.revues.org/1730.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Moundounga Mouity, « Robert Castel, Claude Martin (dir.), Changements et pensées du changement. Échanges avec Robert castel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 mars 2012, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7914

Haut de page

Rédacteur

Patrice Moundounga Mouity

Politologue, essayiste et chercheur, diplômé de CEAN/IEP de Bordeaux, membre de l'AFSP (Association française de science politique)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page