Navigation – Plan du site

Isabelle Doré-Rivé, Guy Krivopissko (dir.), Traits résistants. La résistance dans la bande dessinée de 1944 à nos jours

Michael Perret
Traits résistants
Isabelle Doré-Rivé, Guy Krivopissko (dir.), Traits résistants. La résistance dans la bande dessinée de 1944 à nos jours, Lyon, Editions Libel, 2011, 176 p., ISBN : 9782917659144.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir notamment Viviane Alary, Benoit Mitaine (dir.), Lignes de front : Bande dessinée et totalitar (...)

1Ouvrage collectif né de l’exposition du même nom, Traits résistants se veut davantage qu’un catalogue d’exposition. Co-dirigé par les deux conservateurs respectivement du Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation à Lyon et du Musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, le livre comporte des contributions d’historiens (Laurent Douzou assure notamment l’introduction de l’ouvrage), de journalistes et de bibliothécaires. L’exposition, qui s’est tenue au Centre d’Histoire de la résistance et de la déportation de Lyon du 31 mars au 18 septembre 2011, présentait l’évolution, dans la bande dessinée, de l’image de la Résistance contre les forces nazies sur le territoire français. Tant l’exposition que l’ouvrage qui en découle procèdent d’un double mouvement novateur : celui, plus large d’une part, de l’étude historiographique des corpus de bandes dessinées et de cinéma d’animation, qui constitue un « apport essentiel à l’écriture de l’Histoire », tant la BD est « l’expression d’une culture vivante » et une « lecture d’un passé revisité » (p. 13) ; et celui d’autre part du renouvellement de la figure du résistant repris par les médias illustrés. En ce sens, cet ouvrage s’inscrit en droite ligne avec une activité éditoriale universitaire foisonnante : en l’espace d’un an, nombreux sont les ouvrages à considérer la BD comme témoin privilégié de son temps1.

2Le premier chapitre, « Il était une fois la Résistance dans la bande dessinée, les codes de l’exposition » de Xavier Aumage, archiviste au Musée de la Résistance nationale et commissaire de l’exposition, dessine autant les contours de l’exposition que les œuvres et les thématiques analysées dans l’ouvrage. Il présente dans un premier temps l’évolution du traitement de la Résistance dans la BD pendant l’Occupation et au sortir de la Seconde Guerre mondiale. La propagande officielle (l’Etat français et l’occupant) et la Résistance se livrent une véritable guerre de l’image ; d’un côté, on cherche à discréditer l’image des résistants, le général de Gaulle en tête. De l’autre, les productions de contrebande, dont il reste peu de traces, tentent de convaincre la société française du bien-fondé de la Résistance comme étant un mouvement fraternel et victorieux. En exhumant quantité d’archives, Aumage montre comment, à la Libération, les médias imprimés sont unanimes : le résistant, représenté de manière archétypale par le maquisard, fait partie intégrante du panthéon des héros de l’Histoire de France. La contribution d’Aumage, partie principale et majeure de Traits résistants, se termine par cinq thématiques les plus représentées dans la production de BD se rapportant à l’image d’Epinal qu’est celle du résistant : l’unité dans la diversité, le maquis, la violence, l’aide aux personnes pourchassées et persécutées, et enfin, la parole libre.

3La suite de l’ouvrage se veut être la déclinaison du chapitre programmatique de Xavier Aumage. Les contributions consacrées à l’analyse des œuvres majeures de la propagande de la Résistance côtoient les études historiques du 9ème art durant l’Occupation. Les chapitres de Jean-Pierre Mercier (« Une belle bête ! ») et de Philippe Moins, historien du cinéma (« Wrill écoute la BBC, animation de l’ombre et ombres sur l’animation ») s’attardent sur des productions phares de l’image du résistant créées pendant ou au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Mercier présente principalement le contexte et le parcours des auteurs de La bête est morte, soit Edmond-François Calvo, le dessinateur, et Victor Dancette, le scénariste. À l’inverse, la contribution de Moins porte tant sur l’inscription historique du dessin animé en Belgique durant l’Occupation avec Wrill écoute la BBC, que sur l’analyse de l’œuvre en question.

4Deux articles portent sur la socio-histoire de l’édition de bande dessinée de résistance. Sylvain Lesage, doctorant en histoire à l’Université de Versailles Saint Quentin, reprend dans « Les éditeurs de bande dessinée et la Résistance » l’évolution du traitement de la résistance selon les principaux éditeurs français et belges. Sa contribution insiste d’une part sur les tractations effectuées par les éditeurs pour recruter les meilleurs dessinateurs du moment au sortir de la Seconde Guerre mondiale, quitte à faire fi de leur passé sous Vichy. D’autre part, Lesage montre en quoi la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse a influencé le paysage éditorial de la BD au début des années 50. Le chapitre de Didier Pasamonik, journaliste à ActuaBD.com, « La discrète présence de la Résistance dans les bandes dessinées de l’après-guerre en Belgique », revient sur « l’émergence de la bande dessinée belge autour de la figure d’Hergé, un dessinateur passablement compromis dans la collaboration » (p. 123) et sur l’image de la résistance dans ce contexte curieux de l’après-guerre.

5Deuxième contribution de Sylvain Lesage, « Récits complets, petits formats et Résistance » aborde un thème rarement étudié, celui des formats ultra-populaires du neuvième art qui abondaient au sortir du conflit de 39-45. Lesage en vient à dresser un historique thématique de ces formats disparus entre-temps à la fin des années 60.

6Traits résistants compte également deux entretiens : « Autour de l’album La Résistance du sanglier », avec le bédéiste Stéphane Levallois et « Concevoir une bande dessinée sur la Résistance » un entretien avec Xavier Aumage, commissaire de l’exposition. Enfin, Henri Champanhet, responsable de la bande dessinée et de la paralittérature à la bibliothèque municipale de Lyon Part-Dieu, présente les fonds qui traitent de la bande dessinée dans le chapitre « Une particularité des collections de la BM de Lyon : le Dépôt légal et la bande dessinée petit format ».

7La liste des sources, fournie en annexes, constitue à elle seule un intérêt de taille de cet ouvrage. Sont listés de manière systématique et chronologique les albums, périodiques et récits complets et petits formats parus de la Libération à nos jours autour de la Résistance française sur le sol métropolitain. Le recensement permet de saisir les étapes thématiques qui ont eu trait à la résistance dans la BD. De la période du pansement des blessures de l’Occupation à l’explosion du sujet dans les années 2000, chaque période est clairement datée et thématisée.

8Il ressort que Traits résistants oscille entre le catalogue d’exposition et l’ouvrage collectif universitaire, sans pour autant garantir la rigueur méthodologique qu’exigerait le deuxième des deux formats. Si chaque auteur a pu rattacher sa contribution à l’« édifice » du simple fait qu’il traite de la résistance dans la bande dessinée, Traits résistants répond pleinement à l’ambition de raviver l’intérêt académique du 9ème art comme source historique.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment Viviane Alary, Benoit Mitaine (dir.), Lignes de front : Bande dessinée et totalitarisme, Chêne-Bourg, Georg, coll. « L’équinoxe », 2012 et Mike Conroy, La guerre dans la BD : Personnages de fiction ou véritables héros ?, Paris, Eyrolles, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Perret, « Isabelle Doré-Rivé, Guy Krivopissko (dir.), Traits résistants. La résistance dans la bande dessinée de 1944 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 mars 2012, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7935

Haut de page

Rédacteur

Michael Perret

Doctorant en sciences sociales à l'Université de Lausanne et chargé de cours en communication à la Haute-Ecole Arc de Neuchâtel

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page