Navigation – Plan du site

Thomas Lacoste, Penser critique (1). Kit de survie éthique et politique pour situations de crise(s)

Loïc Geffrotin
Penser critique (1)
Thomas Lacoste, Penser critique (1). Kit de survie éthique et politique pour situations de crise(s), Éditions Montparnasse, La Bande passante, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Thomas Lacoste est connu pour avoir réalisé des séries d'entretiens pour des projets comme « L'autre campagne » (2007), ou « Université le grand soir » (2007). Il nous revient en ce printemps 2012, avec son Penser critique. Kit de survie éthique et politique pour situations de crise(s), regroupant 47 entretiens, dont le premier volume (sur trois) est consacré au thème « Travail, crise et luttes sociales ».

2Chaque entretien dure entre 10 et 120 minutes, pour une moyenne d'une demi-heure. Tour à tour, sociologue, philosophe, magistrat, psychanalyste, syndicaliste... traitent du travail, de son évolution sur les trente dernières années (entre choc pétrolier et crise des subprimes), et esquissent des solutions. En regardant la première vidéo, nous nous sommes rendu compte qu'il s'agissait d'un bestof de l'oeuvre de Thomas Lacoste, intégrant une sélection d'entretiens effectués entre le printemps 2007 et l'automne 2008. En découvrant ou en revoyant des entretiens qui ont pour toile de fond l'opposition S. Royale/N. Sarkozy, puis le changement de présidence, on s'interroge sur ce qui a évolué et ce sur qui est demeuré le même à l'issu de ce quinquennat. Les analyses de ces penseurs sont-ils d'actualité ?

3Christophe Dejours, psychiatre et psychanalyste du travail, enseignant au CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers), dans un entretien intitulé « Penser le travail, une urgence politique », analyse l'évolution de l'activité de travail et du discours sur le travail au cours des vingt dernières années. En parallèle de la fin des états socialistes, est apparu un discours sur la fin du travail (Jérémy Rifkin, Dominique Méda). Pour autant le travail n'a jamais été aussi central, en même temps que le profit est devenu la valeur cardinale. Il y a donc une contradiction entre travail et profit, le travail étant impensé aujourd'hui. En effet, selon le psychanalyste, les dirigeants politiques ne savent pas ce qu'est le travail, ils ne connaissent que la gestion. Dejours admet qu'au départ il n'avait pas saisi l'importance de l'évolution qu'avait connue le travail, jusqu'à ce qu'il réalise qu'il y avait eu un changement qualitatif : l'apparition de l'évaluation individualisée du travail. Celle-ci met en concurrence les salariés, ce qui accentue les comportements déloyaux. Le drame, c'est que les salariés collaborent à ce système. Ce qui a des conséquences sur la santé mentale. Si le travail se passe bien, on sera en bonne santé car on aura une bonne image de soi. Si on fait du mauvais travail, ce sera l'inverse. De même si on est exclu du travail (au sens d'emploi). Le travail est donc central. Solution : financer la recherche sur le travail et changer le regard des dirigeants sur le travail.

4Patrice de Charrette, secrétaire général adjoint au Syndicat de la Magistrature entre 1976 et 1978, et président de la chambre sociale à la Cour d'Appel de Toulouse fait un bilan de l'état du « droit du travail en France ». Selon de Charrette, le droit du travail est un rapport de force, une « conquête constante » face à la supériorité de l'employeur. Il sert à rétablir l'équilibre dans une relation foncièrement déséquilibrée. Il explique l'analyse du MEDEF : selon cette organisation patronale, le droit du travail est trop contraignant, trop complexe. Il faudrait le simplifier. On est en plein débat sur la flexisécurité. Pour le magistrat, la flexisécurité, c'est la flexibilité pour les salariés, la sécurité pour les employeurs. Dans ce rapport de force, de Charette voit les institutions européennes comme une possible voie de recours. Il prend l'exemple du texte de 2008 sur le harcèlement au travail qui donne l'avantage au salarié, ou les chartes de l'OIT (Organisation Internationale du travail) qui a permis en France de débouter le CNE (Contrat Nouvel Embauche).

5Robert Castel, sociologue, directeur d'étude à l'EHESS (Ecole des Hautes études en Sciences Sociales) revient quant à lui sur « la société du précariat ». Il commence par définir le social comme étant un ensemble d'interactions, d'actions, non-économiques qui ont pour objectif de contrebalancer le caractère destructeur du marché laissé à lui-même. Autrefois on parlait de « vulnérabilité », les travailleurs vivaient « au jour la journée ». Est-ce que la situation a fondamentalement changé aujourd'hui ? S'il y a eu des conquêtes importantes après-guerre (rémunération, sécurité sociale, droit du travail), si aujourd'hui 60 % des salariés sont toujours en CDI, 70 à 75 % des nouveaux contrats signés sont des CDD. Dans ces conditions quel avenir pour la stabilité contractuelle des salariés ? Selon Castel, on est ainsi passé d'une société du salariat, à une société du « précariat », définie par la prédominance du contrat précaire, du temps de travail à temps partiel, du chômage, de rémunération écrasée. L'apparition de « travailleurs pauvres » est pour le sociologue le signe le plus fort de la dégradation des conditions de travail. Les populations immigrées ou issues de l'immigration, les femmes et les jeunes, sont les premiers touchés par cette modification de la société salariale. Comme solution, le sociologue avance la « sécurité sociale professionnelle » : Certes il y a des choses irréversibles, comme les avancées technologiques, la mondialisation de la production et de la concurrence, le besoin de flexibilité des employeurs. Mais il ne faut pas que ceci s'accompagne de précarité. Il faut donc donner de nouveaux droits aux salariés, attachés à leur personne. Robert Castel se félicite que la CGT avance ce type de perspective.

6Dans le deuxième DVD, Luc Bolstanki, second sociologue et directeur de recherche à l'EHESS présent dans ces entretiens, revient dans « Mettre en cause. Une sociologie de l'engagement dans la critique », sur son parcours et ses principaux ouvrages. Faisant parti de l'équipe de chercheurs de Pierre Bourdieu à partir de 1969, il va ensuite s'éloigner de son mentor pour explorer d'autres voies à partir des années quatre-vingt. Il trouve que l'analyse en terme d' « habitus » est trop mécaniste (notre appartenance à une classe influerait directement notre façon d'être). Toute son entreprise va tenter de voir comment « les hommes font leur histoire », en analysant au plus près la façon dont les individus délibèrent, prennent leurs décisions. Pour Boltanski, le travail du sociologue est de « décrire ce qui est, de façon à ce que les acteurs qui sont pris dans les contraintes du quotidien et des espaces limités, puissent se saisir de formes et d'informations qui les dépassent, pour les intégrer à leurs revendications et à leurs luttes. Ce que doivent être ces luttes et comment elles doivent êtres menées […] ce n'est pas de mon ressort professionnel. »

7Renaud Van Ruymbeke, magistrat, membre du pôle financier du tribunal de Paris, traite quand à lui de la « Corruption et la criminalité économique et financière ». Sous-titré « un juge face aux puissants » il est question du rapport entre la justice et le pouvoir politique. Il souligne que l'on se trouve face à une contradiction : d'un côté une exigence publique de transparence, et de l'autre une volonté politique que les affaires en matière de criminalité financière ne ''sortent'' pas. Les dirigeants se réfugiant derrière le « secret défense ». Le rôle du juge est de « dire les choses, mais ce n'est pas à lui de changer le monde ». Selon Van Ruymbeke l'indépendance de la presse est aussi importante que celle de la justice, or toutes deux sont menacées. Si on le sent désabusé face à l'ampleur de l'opacité des transactions financières, s'il considère « qu'on fonce dans le mur », il avance tout de même quelques propositions qui doivent être reprises par le pouvoir politique : la levée du secret bancaire, la centralisation des comptes au niveau mondial, la suppression des recours en Suisse, à Singapour, et au Liechtenstein, la création d'un procureur européen.

8Dans le troisième DVD, Étienne Balibar, professeur émérite de philosophie à l'université de Nanterre revient pendant une heure sur « l'ébranlement » qu'a été Mai 68, l'importance de ne pas avoir un seul cadre d'analyse sur ses causes, déroulements et conséquences, car il s'agit d'un événement à la fois « ouvrier » au sens marxiste du terme, et autogestionnaire, dans un versant plus anarchiste. Il revient également sur les conséquences dans le champ intellectuel qu'ont eu les événements dans la pensée de Foucault, Althusser, Rancière, Deleuze... Il avance qu'il faut réinventer l'universel, pensé au niveau mondial (opposé à l'universalisme des droits de l'homme, qui n'ont été que le masque du colonialisme français).

9La contribution la plus longue (deux heures) n'a pas été donnée par un universitaire mais par un ancien salarié, et militant de la CFDT, Charles Piaget, qui avait été une figure importante du conflit des montres Lip. S'agit-il d'« une école de la lutte à l'usage des jeunes générations » ? L'intérêt de son propos est de nous décrire de façon vivante la façon de ''travailler'' des militants du syndicat de l'entreprise entre les années cinquante et 70. En effet il imite les façons de parler des uns et des autres (salarié de base, militants CFDT, CGT, employeurs, pouvoirs publics...), les débats qu'il pouvait y avoir lors de telle réunion, tel conflit, telle grève. Il commence par expliquer qu'au lendemain de la seconde guerre mondiale, les militants CGT se sont fait ''sortir'' par la direction paternaliste de l'entreprise. La CFDT a ensuite mis 25 ans pour construire un syndicat fort. Ce sont les petites victoires tout au long de cette période qui ont pu permettre qu'en 1973, le conflit prenne la forme d'une occupation d'usine, et de la relance de la production par les salariés. Tout au long de ces deux heures, Charles Piaget insiste pour dire que le plus important c'est d'être à l'écoute de ''la base'' et d'essayer au maximum d'intégrer le plus de salariés possible dans les processus de décision qui concernent la confrontation avec l'employeur. Il nous explique qu'il passe son temps en réunion, à mesurer les rapports de force dans chaque atelier, essayer de prévoir les coups de l'adversaire pour lui savonner la planche etc. Il réfléchit également à sa propre façon de militer : qu'est-ce qui est perfectible ? Il regrette que ce qui était embryonnaire à son époque soit prégnant aujourd'hui : les militants syndicaux passent plus de temps avec les employeurs en réunion, en commission etc. plutôt que de passer du temps à écouter les salariés. Et si l'occupation et l'autoproduction de l'usine ont bien fonctionné en 1973, après la liquidation deux ans plus tard, l'éparpillement des salariés en coopérative a été un échec quasi complet, car ce système ne permettait pas de sortir d'un mode de production capitaliste.

10L'intérêt de cette entreprise est multiple. Il nous donne une introduction vivante à des penseurs incontournables de notre temps. Il nous donne des clefs pour critiquer le discours dominant. L'analyse de ces penseurs, bien que les entretiens datent de 2007-2008, n'a pas vieilli car ils analysent des tendances de fond. Quelques solutions sont avancées. Seul bémol : la quasi-absence de montage des entretiens, qui nous met face une demi-heure durant à un interlocuteur, sans que la caméra ne bouge. Ce qui ne conviendra pas à tout le monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Geffrotin, « Thomas Lacoste, Penser critique (1). Kit de survie éthique et politique pour situations de crise(s) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 mars 2012, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7947

Haut de page

Rédacteur

Loïc Geffrotin

Professeur de philosophie en lycée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page