Navigation – Plan du site

Guy Bajoit, Pour une sociologie de combat

Pascal Décarpes
Pour une sociologie de combat
Guy Bajoit, Pour une sociologie de combat, Fribourg, Academic Press Fribourg, coll. « Res Socialis », 2011, 366 p., ISBN : 9782827110711.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Film-documentaire réalisé par PierreCarles et sorti en 2001.

1La sociologie est un sport de combat1 : la référence à Pierre Bourdieu, à ses engagements et à son œuvre est explicite dans l’ouvrage de Guy Bajoit, et il définit lui-même d’emblée le caractère subversif de la discipline sociologique comme étant de « faire voir aux acteurs ce qu’ils ne voient pas » (p. 13). Le savoir dont disposent quelques scientifiques sur les communautés humaines et sur les sociétés se doit, selon l’auteur, d’être mis au service d’une connaissance généralisée afin de donner aux acteurs les moyens de saisir et de comprendre les enjeux de leur propre existence.

2La difficulté épistémologique et le risque de subjectivité que représente une telle mobilisation du sociologue dans l’arène sociopolitique sont justifiés par la nécessité de faire rempart à l’idéologie et l’ignorance, et pour cela de mettre à disposition de tout un chacun les « armes » (p. 15) intellectuelles et méthodologiques qui lui permettront d’être mieux à même d’agir de façon réflexive et construite.

3Guy Bajoit, professeur émérite de sociologie de l’Université belge de Louvain, fait part au cours de ces 360 pages de son expérience au « métier de sociologue » (chapitre 1) et en donne en préambule les grands axes, principes et ficelles donc. Plaçant la relation sociale au cœur de son travail, il s’agit dès lors d’examiner dans divers champs d’action en quoi les conduites sociales des individus ne sont pas essentialistes et dans quelle mesure la sociologie peut apporter un éclairage, voire des réponses à des interrogations aussi diverses que « les étudiants universitaires se démobilisent après le retour de la démocratie ? » ou encore « les protestants voient leur audience grandir depuis vingt ans, alors que le catholicisme régresse ? » (p. 22). Listant les étapes de la démarche sociologique (établir des faits, vérifier des hypothèses, alimenter les théories), G. Bajoit reformule sa sociologie de combat comme devant être « toujours au service des acteurs » (p. 29), reprenant la démarche engagée et citoyenne qu’entrepris Bourdieu lors des mouvements sociaux de 1995.

4Au cours des douze chapitres qui forment le livre, l’auteur aborde divers questionnements, tels que « comprendre le monde dans lequel nous vivons » (chap. 4) ou « la relation d’aide » (chap. 8), tout en conservant la même approche militante qui tient à apporter des éclairages voire des réponses aux crises sémantiques et systémiques qui parcourent la plupart des sociétés contemporaines. S’appuyant au long de l’ouvrage sur deux auteurs phares que sont Karl Marx et Alain Touraine, il est entrepris une remise à plat des grands notions telles que l’individu, l’action, le social, l’institution pour ensuite les reconfigurer dans des thématiques plus précises et saillantes où les idées à la fois du sociologue et de l’acteur engagés sont activées et offertes comme méthodologie actionnelle au lecteur.

  • 2 P. Bourdieu (sous la dir.), La misère du monde, Paris : Editions du Seuil, 1993.

5S’appuyant sur une observation critique de « la mutation des politiques sociales » (p. 216 et s.), Guy Bajoit reprend de manière adaptée le concept bourdieusien des ‘misères du monde’2 et développe notamment une analyse des thématiques d’équité et de solidarité dont les fondements sont fragilisés depuis plusieurs décennies. En prenant entre autres exemple sur les infirmières des hôpitaux (pp. 230 et s.) ou sur les assistants sociaux des centres publics d’aide sociales (pp. 239 et s.), le regard est porté sur les tensions vécues au sein de ces groupes professionnelles et notamment sur leurs logiques d’action telles que l’adaptation, l’innovation, la revendication et la logique instrumentale, suite surtout à l’introduction dans les politiques publiques du New Public Management. La ‘quête de sens’ qui parcourt le « grand chambardement » (p. 78) contemporain, entre identité et altérité (chap. 10), se confond in fine dans la lutte entre « liberté et aliénation de l’individu contemporain (chap. 12) et nous invite à rester vigilants dans nos interactions aux autres afin de ne pas nier leur humanité en général et la nôtre en particulier.

  • 3 Voir ici l´excellent article de J-M Brohm (2004) qui retrace quelques décennies d´une discipline en (...)
  • 4  Pour un aperçu concis d´une partie de ses travaux, référence peut être faite au compte rendu effec (...)

6Si l’ouvrage porte en soi ses propres limites tenant au côté ‘didactisant’ de son écriture et à l’affichage revendiqué et subjectivé de l’auteur qui affirme avoir « essayé d’être et de rester un sociologue ‘de gauche’ » (p. 57), il n’en demeure pas moins que sa lecture est vivifiante et dynamisante au regard de la période actuelle où de nombreuses certitudes intellectuelles et scientifiques sont contrecarrées voire mises à mal par une idéologie relativiste, lénifiante et pourtant dominatrice portée par le système économique libéral (post)moderne, ce que l’auteur reformule avec conviction dans son chapitre central intitulé « résistance et alternative au capitalisme » (pp. 173-200). Dans ce contexte de nécessaire réaffirmation des postulats épistémologiques qui fondent la sociologie et définissent les liens sociaux, Guy Bajoit s’inscrit ainsi dans une tradition de la sociologie critique3 où Pierre Bourdieu demeure l’un des représentants les plus illustres et commentés4.Si la route est longue pour réinstaurer une éthique de la société, les arguments fournis ‘à la sociologie de combat’ permettent de se réapproprier les outils de la réflexion et d’en faire au moins bon usage.

Haut de page

Notes

1  Film-documentaire réalisé par PierreCarles et sorti en 2001.

2 P. Bourdieu (sous la dir.), La misère du monde, Paris : Editions du Seuil, 1993.

3 Voir ici l´excellent article de J-M Brohm (2004) qui retrace quelques décennies d´une discipline en plein bouleversement : « Sociologie critique et critique de la sociologie », Education et sociétés, 1(13), pp. 71-84.

4  Pour un aperçu concis d´une partie de ses travaux, référence peut être faite au compte rendu effectué sur le dialogue entre Bourdieu et Chartier « le sociologue et l´historien » http://lectures.revues.org/938, ou bien encore sur les écrits compilés par l´équipe bourdieusienne menée par P. Champagne sous la note critique http://lectures.revues.org/7823.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Guy Bajoit, Pour une sociologie de combat », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 mars 2012, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7955

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page