Navigation – Plan du site

Pierre Lassave, L'appel du texte. Sociologie du savoir bibliste

Ghilène Hazem
L'appel du texte
Pierre Lassave, L'appel du texte. Sociologie du savoir bibliste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des Religions », 2011, 208 p., ISBN : 9782753517172.
Haut de page

Texte intégral

1La Bible, ses chercheurs, ses publics et ses controverses contemporaines. Voilà en somme la dense matière de l’ouvrage recensé. Le « savoir bibliste » dont Pierre Lassave1 propose une sociologie encore inédite est double : c’est à la fois le savoir produit par des biblistes (majoritairement français ou francophones) et le savoir véhiculé ou construit autour de la Bible par des publics divers dont l’intérêt va du colloque spécialisé (actualité de la christologie) aux romans à succès (Da Vinci Code), en passant par les retentissantes émissions d’Arte réalisées par Gérard Mordillat et Jérôme Prieur.

2Pour mieux cerner ce savoir bibliste, trois voies sociologiques sont sollicitées : une sociologie des professions (Champy), nécessaire face à une « indétermination entre activité et profession qui caractérise le champ bibliste » (p.17) ; une sociologie des publics (Esquenazi) attentive à l’hétérogénéité des groupes et de leurs intérêts; et enfin, une sociologie qui s’efforce de penser les disputes et les controverses2 issues de la médiatisation de ce savoir. Pour ce qui est du cadre épistémologique général, l’auteur revendique une posture « symétriste » (Latour) et « acritique » (Heinich, Claverie), offrant ainsi « un regard qui voudrait associer équitablement les formes et les contenus, les paradigmes en vogue et les vieilles lunes, les enthousiasmes et les déceptions, sans oublier sa propre place d’observateur ni les limites de sa vision » (p.20).

3L’auteur s’appuie sur un corpus d’une trentaine d’ouvrages afin de nous présenter l’évolution et l’état actuel de l’exégèse biblique. Il dresse ainsi un utile panorama des méthodes et des questions qui agitent encore la scène bibliste. Au détour de deux notes (p.60 et pp.64-65), le lecteur non-initié peut d’emblée prendre connaissance des principales revues et maisons d’édition qui structurent le champ bibliste en France ainsi que de leur éventuelle orientation confessionnelle. Les associations et certains réseaux de recherches, moins connus du grand public, ne sont pas oubliés (l’ACFEB, l’ABF, le RRENAB).

4L’enquête en milieu bibliste est consolidée par « une quarantaine d’entretiens approfondis représentant une centaine d’heures d’enregistrement, transcrits et analysés » (p.105). Sept portraits sont en suite sélectionnés. Ce sont ceux de André Paul, Jean-Noël Aletti, Daniel Marguerat, Étienne Nodet, Anne-Marie Pelletier, Thomas Römer et Katell Berthelot (pp.125-145). Captivants et parfois même émouvants, ces parcours livrent une face existentielle de la pratique scientifique qui, idéalement, aurait pu figurer dans un making-of des célèbres émissions d’Arte. Rectilignes ou sinueux, partant de milieux sociaux aisés ou modestes, marqués par l’obéissance, la rupture ou la rencontre de la foi, ces trajets ont une chose en commun : l’absence d’un plan de carrière prédéterminé. La dialectique entre le sujet et l’objet devient un trait marquant de ces tranches de vie.

5Côté « publics », il n’est pas étonnant non plus de retrouver ce jeu entre l’intérêt érudit pour la référence biblique et le versant plus intimiste de la quête de soi. Quatre courts portraits (pp.69-71) donnent à voir les motivations avancées et les investissements consentis. La participation de l’auteur comme auditeur libre à divers cours et conférences lui a permis de saisir intuitivement les propriétés récurrentes de l’assistance : laïque, mixte, avec une majorité de seniors, anciens professeurs, cadres de ministères ou professions libérales (p.68). La relative féminisation de l’assistance et l’affluence soutenue d’un public grisonnant et attentif sont autant d’indicateurs consignés dans « colloques traversés », chapitre où l’auteur nous livre à la première personne les trois récits de son ethnographie participante. Dans le bain de ces assemblées studieuses, tout peut devenir significatif : le code vestimentaire et l’hexis corporelle des conférenciers, la prudence alliée à la rigueur dans les réponses, les interactions pendant les pauses-café, l’humour pendant et après les exposés, l’irruption d’un « nous » épinglé par l’auteur dans ses notes, un office religieux après la séance de clôture …

6Tout au long de l’ouvrage, il a été question de la déclinaison actuelle d’un savoir ancien pris entre théologie, science et médias. Même limitée au cas français, la tâche est interminable. Par conséquent, l’auteur dans sa conclusion - et dans un louable et honnête exercice de réflexivité - indique six points thématiques à approfondir : l’apologétique et l’exégèse critique ; la diversité des herméneutiques (féministe, libérationniste, etc.) ; le rapport du savoir bibliste aux pouvoirs ; la comparaison avec d’autres cadres nationaux ; l’exégèse catholique et protestante face aux autres religions/traditions ; et enfin, la textualité et la mémoire religieuses à l’ère de la globalisation et du numérique.

7Il est vrai que l’impact de la révolution numérique sur les performances herméneutiques n’a pas été abordé. L’âge des biblistes et du public en France expliquerait en partie ce biais. La configuration des formations actuelles pourrait être une autre explication mais cette dimension « curriculaire » est malheureusement absente de la perspective du sociologue. Le lecteur qui ne connaît pas vraiment le milieu pourrait, malgré l’habitus prudentiel mis en avant, conserver cette image édifiante du savant polyglotte et polymathe. Ce n’est certainement pas le cas des éminents chercheurs interviewés mais le domaine des langues peut toujours réserver des surprises. Dans « Avons-nous assez divagué … » (Albin Michel, 2006), Victor Malka raconte que, dans les années soixante, certains rabbins français avaient « un mal fou à déchiffrer le texte le plus simple dans les commentaires du Français Rachi » (p.127); il poursuit avec l’exemple d’une « sommité rabbinique » qui lui demanda d’écrire « en lettres latines » un mot d’hébreu de sorte à pouvoir le lire facilement face aux caméras de la télévision israélienne. Répétons-le : ce sont là des anecdotes bien trop lointaines du cas des chercheurs évoqués par notre sociologue. Cela dit, les anomalies et les absurdités existent dans tous les cursus. Le choix d’une méthodologie ou d’une didactique des langues ne peut pas être sans incidence sur l’acquisition et la reproduction de la « compétence bibliste ». On retrouvera ces préoccupations ainsi que bien d’autres dans de récents ouvrages collectifs comme Foster Biblical Scholarship (SBL, 2010) et Scripture in Transition (Brill, 2008).

8Dans cette sociologie du savoir bibliste, la hiérarchie des objets scientifiques est laissée à l’état latent. Certains livres (le Cantique des Cantiques) ou thématiques sont scientifiquement plus légitimes ou rentables que d’autres. Savoir, par exemple, pourquoi Esdras, Néhémie et Maccabées sont « des livres dont personne ne veut » (p.135) selon les dires d’Étienne Nodet, restera à la charge du lecteur.

9Par ailleurs, c’est à juste titre que l’auteur fait observer la multiplicité des disciplines et des perspectives. Il peut y avoir quelque chose de déroutant dans ce foisonnement d’approches entre rhétorique, poétique, sémiotique ou narratologie. Comme clé d’interprétation, les travaux du sémanticien François Rastier3 pourront certainement être utiles à une meilleure compréhension de cette fragmentation et de ses effets dans les sciences du langage (Arts et sciences du texte, Puf, 2001).

10De nombreuses analyses et controverses ont eu pour source ou objet l’usage plus ou moins rigide de l’hypothèse Sapir-Whorf, la théologie de la substitution ou la Biblical inerrancy. C’est pour cela qu’un index des concepts aurait été souhaitable, étant donnée la richesse de la thématique étudiée, et parce que les concepts sont aussi des « acteurs » et des signes de ralliements autour desquels le savoir s’élabore.

11L’un des mérites cachés de cette ethnographie du savoir bibliste tient en sa transposabilité. Le domaine coranique pourrait offrir un autre terrain au sociologue, avec ses dogmes (inimitabilité), ses théologiens, ses controverses (l’affaire Luxenberg) et ses projets de recherche (Corpus Coranicum). Ceci est ce que l’on pourrait nommer un appel du pied à l’adresse de l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ghilène Hazem, « Pierre Lassave, L'appel du texte. Sociologie du savoir bibliste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 mars 2012, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/7957

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page