Navigation – Plan du site

Lilian Mathieu, L’espace des mouvements sociaux

Igor Martinache
L'espace des mouvements sociaux
Lilian Mathieu, L'espace des mouvements sociaux, Editions du Croquant, coll. « Sociopo », 2012, 285 p., ISBN : 978-2-365-12002-9.
Haut de page

Notes de la rédaction

Lilian Mathieu est membre du comité de rédaction de Lectures depuis mai 2013. La rédaction de Lectures précise que ce compte rendu d’une de ses publications a été rédigé et publié avant son entrée au comité de rédaction, à un moment où il n’existait donc aucun lien entre Lectures, le rédacteur du compte rendu et l’auteur de la publication qui aurait été de nature à contrevenir à la charte de la revue.

Texte intégral

  • 1  « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n° 77, 2007, pp. 131-15
  • 2  Voir son impressionnante bibliographie : http://recherche.univ-lyon2.fr/grs/index.php?page=97&id_m (...)
  • 3  Comment lutter ?, Paris, Textuel, 2004
  • 4  Voir Pierre Rimbert, « A cent contre un », Le Monde diplomatique, janvier 2012 ainsi que le dossie (...)
  • 5  Voir Fabien Truong, « Enseigner Bourdieu dans le 9-3 », Socio-logos, n°5, 2010, accessible à cette (...)
  • 6  Voir respectivement « Le champ économique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°119, 19 (...)

1Le titre de l’ouvrage reprend celui d’un article du même auteur paru il y a déjà cinq ans dans Politix1. Cinq années, c’est le temps d’un mandat pour certains chefs d’État et qui peut parfois paraître bien suffisant, mais c’est inversement un temps parfois à peine suffisant s’agissant d’une réflexion sociologique pour qu’elle prenne le temps de se déployer. Tel est le cas de celle de Lilian Mathieu, spécialiste incontestable des mobilisations collectives2, qui livre ici une version allégée de son mémoire d’habilitation à diriger des recherches. Celle-ci prolonge également un précédent manuel que l’auteur avait consacré à ce sous-champ de la science politique en essor constant et dont le titre – Comment lutter ?- révélait l’ambition simultanément scientifique et militante de l’objet, comme l’auteur le reconnaissait dès les premières lignes3. Il s’inscrit ce faisant dans la lignée d’un Pierre Bourdieu, dont les médias viennent de saluer, non sans une certaine tartufferie4, les dix ans de la disparition. Pour ce dernier en effet, la connaissance des logiques de la domination devait constituer un levier pour les dominés – voire les dominants- afin, sinon de s’en affranchir, du moins d’en atténuer les effets. Un message souvent mal compris et difficile à transmettre, comme le révèlent les difficultés des uns et des autres pour enseigner la théorie du sociologue tant dans les quartiers populaires5 que dans les lycées favorisés. Et c’est aussi dans la lignée de cette théorie que s’inscrit Lilian Mathieu en employant le concept d’« espace » plutôt que celui de champ pour désigner l’univers particulier dans lequel évoluent les différents groupes et organisations contestataires, dotés de logiques, modes de fonctionnement, enjeux et références propres. Espace plutôt que champ car l’autonomie de celui-là n’est que partielle, contrairement aux champs analysés par Pierre Bourdieu, comme les champs économique, politique ou littéraire6.

  • 7  Le conflit, Paris, Circé, 1992 [1903]

2Dans un premier temps, l’auteur revient donc sur les grands paradigmes d’analyse des mouvements sociaux, tout en pointant que la définition même de ces derniers – au sens étymologique de fixation de leurs frontières - est elle-même un des enjeux de leur lutte. Par mouvement social, il propose donc d’inclure tout phénomène présentant une dimension collective, conflictuelle et orientée vers le changement social. L’ouvrage est ainsi structuré en trois parties (et huit chapitres). La première traite ainsi des propriétés communes et notamment des facteurs de constitution des mouvements sociaux – que l’auteur distingue des mobilisations caractérisées par leur dimension éruptive, et donc qui s’intègrent aux premiers sans les résumer. Lilian Mathieu insiste ainsi d’emblée sur l’interdépendance étroite qui relie les différentes entreprises relevant des mouvements sociaux, qui relèvent de cette dialectique entre coopération et opposition du conflit comme l’avait déjà bien pointé Georg Simmel7. Nourris de références communes et reconnaissant des enjeux communs, les mouvements sociaux présentent ainsi de nombreux ponts entre eux, qu’entretiennent aussi la multipositionnalité de certains de leurs membres, mais ils sont aussi pris dans des formes de concurrence pour l’inscription, par exemple, de leur « cause » à l’agenda politico-médiatique ou encore pour la définition et le « cadrage » du « problème » qu’ils promeuvent. Ils sont enfin souvent pris dans une même zone d’évaluation mutuelle où chacun va jauger la position des autres et leurs succès ou échecs, ce qui va favoriser également la diffusion par imitation de certaines pratiques. Lilian Mathieu rappelle aussi que la constitution du collectif n’est pas donnée d’avance, mais constitue également un enjeu primordial de la lutte, ce qui invite à être attentif aux modalités de formation de coalition, mais aussi à la mise en place de dispositifs d’intéressement par certaines organisations afin de rallier à leur lutte des agents qui n’auraient pas été forcément sensibilisés autrement à leur « cause ».

  • 8  Voir aussi Lilian Mathieu, La démocratie protestataire, Paris, Presses de Sciences-po, 2011 : http (...)

3Dans la deuxième partie, l’auteur s’intéresse plus particulièrement au caractère relatif de l’autonomie de cet espace des mouvements sociaux – c’est-à-dire là encore étymologiquement à sa capacité à se doter de ses propres règles. Relative tout d’abord parce que ses frontières ne sont pas fixées d’emblée, ni une fois pour toutes : leur définition est un des enjeux mêmes des luttes auxquelles participent les agents concernés, à travers des pratiques de bornage ou balisage qui se manifestent par exemple par l’adoption de chartes et autres règlements communs, cherchant notamment à établir les principes d’exclusion ou d’inclusion par rapport à d’autres champs voisins, syndicaux ou politiques notamment, dont ils contestent du reste souvent par ailleurs le « monopole de gestion des biens politiques ». Relative ensuite parce que cette autonomie varie au fil du temps et des conjonctures comme l’auteur l’illustre en revenant sur la période allant de 1968 à 2007 en France, en profitant au passage pour critiquer la thèse des « nouveaux mouvements sociaux » qui se seraient substitués aux conflits du travail « traditionnels », reflétant davantage un ethnocentrisme de classe normatif que descriptive des transformations de la conflictualité sociale8. Il est ainsi notamment trompeur de vouloir opposer revendications matérielles et expressives, car ces deux dimensions se retrouvent en réalité dans tout mouvement social, ce qui rend la différenciation entre l’espace des mouvements sociaux et les champs syndicaux, médiatiques ou artistiques toujours également relative, comme le montre l’auteur dans le cinquième chapitre.

  • 9  Concept dont on rappellera aujourd’hui le « succès » dans les mondes du travail et de l’insertion (...)
  • 10  Bien que celui-ci affirme se distancier de cette étiquette. Voir l’entretien qu’il a accordé à l’é (...)

4Celui-ci consacre enfin la dernière partie à la question des « compétences »9 mises en jeu au sein des mouvements sociaux. Il revient ainsi dans un premier temps sur les analyses consacrées aux dispositions à l’engagement non sans distinguer différents types de chaque. Des dispositions qui doivent cependant être actualisées par un contexte particulier pour enclencher une « carrière » militante. Mais remarque Lilian Mathieu, cette approche « dispositionnaliste » court le risque d’apparaître comme simplement tautologique si elle ne s’associe pas à une prise en compte des situations dans lesquelles elles se déploient, et qui ne peuvent réciproquement à elles seules être tenues pour le facteur déterminant des mobilisations, qui impliqueraient alors des individus interchangeables et dont les propriétés n’importeraient donc guère. Constatant que la rencontre entre dispositions et situation constitue le cas exceptionnel plutôt que l’ordinaire du monde social, l’auteur avance un certain nombre de propositions pour articuler l’étude conjointe de ces dernières, qui invite notamment à étudier ces dernières au plus près, et rend l’analyse « pragmatique » des « grammaires », dont Luc Boltanski a été érigé en chef de file10, assez pertinente en dépit de certaines limites ici. Des compétences qui constituent également un facteur d’exclusion d’autant plus pernicieux qu’elles restent inaperçues et mal définies. L’inégalité en termes de capacités discursives selon les classes sociales notamment en forment un bon exemple, et l’auteur consacre ainsi le dernier chapitre à la place des discours dans l’action collective, qui, pour importante qu’elle soit, ne réduit pas pour autant cette dernière à une « lutte de sens » comme le voudraient certains tenants de la « théorie du cadrage ».

  • 11  Mobilisations de prostituées, Paris, Belin, 2001
  • 12  Sarah Abdelnour, Annie Collovald, Lilian Mathieu, Frédéric Péroumal, Evelyne Perrin, « Précarité e (...)
  • 13  La double-peine. Histoire d’une lutte inachevée, Paris, La Dispute, 2006 : http://lectures.revues. (...)
  • 14  « Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif département (...)

5À la fois proposition théorique et mine de questionnements sur les formes et facteurs des mouvements sociaux contemporains, l’ouvrage de Lilian Mathieu est également écrit avec un souci pédagogique qui se traduit par un style accessible et le soin d’expliquer l’ensemble des concepts et théories présentés, mais aussi un constant appui à des exemples tiré notamment de ses propres recherches, portant entre autres sur les mobilisations de prostituées11, des salariés précaires d’une grande surface culturelle12, le mouvement autour de la « double-peine »13 ou encore sur le Réseau éducation sans frontière14. On ne peut ainsi qu’espérer qu’à l’instar de son précédent manuel, cet ouvrage soit saisi par le plus grand nombre possible de militants ou aspirants, bien au-delà des frontières de la « communauté scientifique ». Une « communauté » elle-même bien fragmentée, et qui surtout s’apparente de nos jours de plus en plus à un espace qu’à un champ...

Haut de page

Notes

1  « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n° 77, 2007, pp. 131-15

2  Voir son impressionnante bibliographie : http://recherche.univ-lyon2.fr/grs/index.php?page=97&id_membre=52.

3  Comment lutter ?, Paris, Textuel, 2004

4  Voir Pierre Rimbert, « A cent contre un », Le Monde diplomatique, janvier 2012 ainsi que le dossier consacré par Acrimed à cette entreprise médiatique ambivalente de « commémoration », accessible à l’adresse : http://www.acrimed.org/rubrique55.html

5  Voir Fabien Truong, « Enseigner Bourdieu dans le 9-3 », Socio-logos, n°5, 2010, accessible à cette adresse : http://socio-logos.revues.org/2446.

6  Voir respectivement « Le champ économique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°119, 1997, p.48-66 ; Propos sur le champ politique, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2002, Les règles de l’art, Paris, Seuil, 1992

7  Le conflit, Paris, Circé, 1992 [1903]

8  Voir aussi Lilian Mathieu, La démocratie protestataire, Paris, Presses de Sciences-po, 2011 : http://lectures.revues.org/6814.

9  Concept dont on rappellera aujourd’hui le « succès » dans les mondes du travail et de l’insertion professionnelle en se substituant à celui de « qualification » adossé à un statut collectif, et outil autant que révélateur de l’individualisation des situations de travail.

10  Bien que celui-ci affirme se distancier de cette étiquette. Voir l’entretien qu’il a accordé à l’équipe de Thomas Lacoste dans la série de films :Penser critique. Kit de survie éthique et politique pour situations de crise(s), Editions Montparnasse-La Bande Passante, 2012 : http://lectures.revues.org/7947.

11  Mobilisations de prostituées, Paris, Belin, 2001

12  Sarah Abdelnour, Annie Collovald, Lilian Mathieu, Frédéric Péroumal, Evelyne Perrin, « Précarité et luttes collectives : renouvellement, refus de la délégation ou décalages d’expériences militantes ? », Sociétés contemporaines, n° 74, 2009, p. 49-71.

13  La double-peine. Histoire d’une lutte inachevée, Paris, La Dispute, 2006 : http://lectures.revues.org/460

14  « Les ressorts sociaux de l’indignation militante. L’engagement au sein d’un collectif départemental du Réseau éducation sans frontière », Sociologie, n°3, 2010, p.303-318

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Lilian Mathieu, L’espace des mouvements sociaux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 mars 2012, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8019

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page