Navigation – Plan du site

Ulrike Krampl, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle

Aurélien Baroiller
Les secrets des faux sorciers
Ulrike Krampl, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, coll. « En temps et lieux », 2012, 301 p., ISBN : 978-2-7132-2322-8.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage d’une grande richesse nous propose une étude de la magie parisienne au XVIIIe siècle, époque à laquelle son statut est en pleine transformation, en raison des nombreuses incertitudes de l’époque et de changements majeurs dans les conceptions de la croyance. L’auteure nous y offre une restitution, avec l’appui principal du corpus des archives de la Bastille, du vaste champ des pratiques magiques de l’époque, de leur public, et de leur place au sein de la société parisienne. La réflexion se présente généralement sous l’aspect d’un rassemblement sélectif de plusieurs actes de magie ayant fait l’objet d’investigations policières à partir desquels l’auteure déduit les caractéristiques formelles et enjeux ayant caractérisé la magie de l’époque. L’ouvrage s’appuie pour ce faire sur une multiplicité de chapitres thématiques qui nous proposent chacun un éclairage supplémentaire sur la gamme de pratiques étudiées.

2Le premier chapitre ouvre la réflexion en décrivant la très large gamme des pratiques des faux sorciers. Le caractère récurrent de certaines est également souligné, parmi lesquelles la découverte magique de trésors, souvent associée à l’établissement d’un pacte avec le diable ou un esprit, ou encore la transmutation des métaux, soit deux pratiques à finalités pécuniaires. Sur le plan relationnel, elles ont toutes en commun de s’appuyer sur une monétarisation des liens de confiance établis préalablement par la séduction, laquelle joue principalement sur la mise en scène des secrets détenus par le sorcier. La diversité des thématiques abordées dans l’ouvrage gravite autour des secrets magiques en tant que fait social, ce qui permet à chaque chapitre d’apporter un éclairage nouveau quant aux enjeux dont ils furent porteurs. Les faits magiques y sont par ailleurs traités à la fois comme faits socio-culturels à élucider et comme révélateurs de la société parisienne du XVIIIsiècle.

3Sont notamment évoqués la mise en scène rituelle des secrets magiques, laquelle se doit de séduire en convainquant le curieux du bien fondé du secret, sans cependant le révéler dans son intégralité. Parmi la diversité des enjeux sociaux dont ils furent porteurs on a déjà évoqué le poids central des préoccupations économiques (volonté de s’enrichir ou de régler des dettes), lesquels apparaissent parmi les plus importantes, notamment en raison de la place de la réussite économique dans le prestige social dans ce contexte social. Les policiers eux-mêmes, loin de n’être appréhendés par l’auteure qu’en tant que simples rapporteurs des actes de magie, sont intégrés à l’analyse, en s’appuyant sur ce que les sources révèlent de leur façon même de concevoir et d’approcher les secrets magiques. Ainsi met-elle en évidence leur volonté de constituer un savoir positif sur la magie, en étudiant les modes opératoires des sorciers, voire en leur faisant reproduire leurs expériences. Le but était autant de comprendre leur capacité à convaincre une populace jugée crédule, que de différencier les « vrais » secrets des « faux », certains pouvant, s’ils s’avéraient véridiques, s’avérer utiles pour l’État. Enfin, les policiers ont également tenté de contrer l’aspect transgressif des désirs entretenus par la magie des faux sorciers via une rhétorique de l « erreur » des gens du peuple, autorisant l’imposition de leur propre interprétation du champ des possibles.

4Au sein de cette grande diversité de thèmes, le chapitre consacré à la croyance est sans doute l’un des plus réussi de l’ouvrage, et celui qui possède la plus grande portée sur le plan anthropologique. L’auteure la considère en tant qu’une adhésion dynamique, toujours d’intensité variable et au statut précaire, à un secret. On comprend bien que cette définition soit parfaitement adaptée à une période où la validité de la magie ne va plus de soi sans être encore tout à fait rejetée comme entièrement fallacieuse. Cette approche permet dès lors d’insister aussi bien sur les stratégies des acteurs pour s’assurer de la performativité du secret du sorcier (via la demande fréquente de garanties et de preuves tout au long de la relation au praticien), que sur certains stratagèmes employés par les sorciers pour se rendre crédible. Cette vision dynamique du croire nous semble seulement manquer d’un ancrage culturel plus affirmé. En effet, si l’auteure mentionne, en une phrase, la variabilité de la pertinence des secrets en fonction de leur contexte de réception (p237), cet aspect déterminant ne fait pas l’objet d’une réelle analyse. On pourra également regretter l’absence de réelle ouverture comparative, le rôle des secrets étant pourtant crucial dans bien d’autres formes de magie et d’autres contextes culturels. Il n’empêche que l’exhaustivité de l’ouvrage d’U. Krampl en fait une lecture éclairante non seulement pour les historiens de la France, qui trouveront à travers le prisme de la magie un révélateur de bien des enjeux de l’époque, mais encore pour les anthropologues, en raison de la grande originalité de la forme de magie étudiée par l’auteure, devant beaucoup aux incertitudes propres à ce contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Baroiller, « Ulrike Krampl, Les secrets des faux sorciers. Police, magie et escroquerie à Paris au XVIIIe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 avril 2012, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8025

Haut de page

Rédacteur

Aurélien Baroiller

Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page