Navigation – Plan du site
L’Industrie du mensonge

L’Industrie du mensonge

Relations publiques, lobbying & démocratie
Sheldon Rampton, John Stauber, L’Industrie du mensonge. Relations publiques, lobbying & démocratie, Marseille, Agone, coll. « Eléments », 2012.
Notice publiée le 02 avril 2012

Présentation de l'éditeur

En examinant le monde des lobbyistes, ce livre dévoile l’ampleur des manipulations pour transformer l’« opinion publique » et conforter les intérêts des grands groupes industriels. Des espions aux journalistes opportunistes, en passant par des scientifiques peu regardants et de faux manifestants, l’industrie des relations publiques utilise tous les canaux possibles pour que seule puisse être diffusée l’information qui arrange ses clients – gouvernements et multinationales, producteurs d’énergie nucléaire ou de tabac, de technologies polluantes, etc.
   À ceux qui utilisent les méthodes du lobbying pour redresser les injustices sociales, protéger l’environnement, promouvoir les droits des minorités, défendre les travailleurs ou œuvrer pour le bonheur de leur communauté, nous avons voulu montrer que c’est une illusion de croire que ces techniques sont « neutres ». Même si toutes les organisations écologistes du monde mettaient leurs ressources en commun, elles ne disposeraient jamais d’un budget de relations publiques équivalent à celui d’un seul fabricant de pesticides décidé à défendre ses intérêts.
Journalistes d’investigation et militants, auteurs de plusieurs livres sur la responsabilité des relations publiques dans les dysfonctionnement de la démocratie, John Stauber et Sheldon Rampton ont collaboré à diverses organisations de défense des consommateurs et de l’environnement.

Une première édition de ce livre est parue en 2004 ; cette réactualisation est complétée d’études de cas issus de l’actualité et du territoire français.

L’industrie des relations publiques orchestre également une grande partie des campagnes de certaines des associations qui font le siège du Congrès à Washington et des élus locaux. Contrairement aux associations authentiques, ces mouvements bidons sont suscités, contrôlés et financés par les multinationales. Philip Morris embaucha l’agence Burson-Marsteller (une des importantes sociétés de lobbying du monde) pour créer l’Alliance nationale des fumeurs afin de mobiliser ceux-ci et les organiser en un lobby « citoyen » qui défendrait « leurs droits »… de fumer. Dans un autre domaine, des consultants ont créé, afin de combattre les écologistes, des associations pseudo écologistes comme la Coalition pour la défense du climat mondial ou l’Alliance pour la protection des forêts de Colombie-Britannique. Pour justifier ce type d’activités, les agences-conseil affirment qu’elles souhaitent simplement participer au processus démocratique et contribuer au débat public. En réalité, elles soustraient la plupart de leurs activités au regard de tout un chacun. Cette invisibilité est l’un des outils des stratégies de manipulation des citoyens et du gouvernement. Comme le disait un professionnel du conseil : « La persuasion est, par définition, une activité subtile. La meilleure com’ ressemble à de l’info. Vous ne savez jamais exactement quand une agence de lobbying est efficace. Vous constaterez seulement que l’opinion est lentement en train de changer. »

Haut de page

Notes de la rédaction

Édition actualisée & complétée par Nicolas Chevassus-au-Louis & Thierry Discepolo
Traduit de l’anglais par Yves Coleman

Haut de page