Navigation – Plan du site

Fabian Muniesa, Dominique Linhardt (dir.), « Politiques d'économisation », Politix, n°95, 2011

Gabriel Rompré
Politiques d'économisation
Fabian Muniesa, Dominique Linhardt (dir.), « Politiques d'économisation », Politix, n°95, 2011, ISBN : 9782804166557.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Foucault, M. (2004). Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris : (...)

1Ce numéro de la revue Politix nous propose d’analyser l’articulation entre les espaces économiques et politiques. Le titre du numéro, Politiques d’économisation, fait directement référence à un texte de Foucault1 où l’auteur tente, à travers ce concept, d’illustrer le fait que les outils, les techniques et les institutions s’appuyant sur l’expertise économique recèlent des contenus politiques de plus en plus occultés. Fabian Muniesa et Dominique Linhardt, coordonnateurs du numéro, esquissent un cadre théorique visant à nous permettre de comprendre, d’analyser et de décrire ces phénomènes. Plusieurs des études de cas présentées s’appuient sur des recherches de terrain rigoureuses, se basant sur une méthodologie qualitative (principalement le dépouillement d’archives, les entretiens semi-directifs et l’observation participante), et des analyses fines.

2L’article introductif expose les notions de subpolitiques, d’antipolitiques et de quasi-politiques. Le premier concept est bien illustré, selon les coordonnateurs, par l’article d’Antoine de Raymond qui se penche sur la manière dont le gouvernement colonial a tenté d’imposer la standardisation de l’agriculture algérienne. La politique repose d’abord sur l’objectif d’améliorer la compétitivité des exportations d’agrumes, mais pose aussi les conditions d’une relance de la colonisation et de la réaffirmation de la domination française sur le territoire. Le processus est subpolitique en ce que les discours sur l’économie se substituent aux débats politiques et les repoussent en filigrane.

3Les textes de Thomas Angeletti sur l’outil de modélisation macroéconomique « FIFI » de l’INSEE, celui des coordonnateurs sur l’implantation de la nouvelle loi sur les finances (LOLF) au ministère de la Recherche et finalement celui de Cyril Magnon-Pujo sur la constitution du marché de la sécurité privé seraient, eux, caractéristiques de « l’antipolitique », c’est-à-dire de la dépolitisation d’un espace politique contesté à travers les mécanismes de marché. Angeletti montre ainsi que les modèles construits pour réaliser des simulations économiques afin d’élaborer le VIe plan, en érigeant certains éléments en axiome (la relation mécanique entre les salaires et le chômage par exemple), excluaient d’emblée la performance de simulations voulues par les syndicats, excluant du même coup leurs contributions possibles à la planification sous le couvert de l’expertise.

4Du côté de la LOLF, les auteurs dépeignent la mise en place d’une loi ayant reçu la sanction des parlementaires en conservant des contours flous. Le texte déploie un vocabulaire polysémique que plusieurs acteurs vont tenter de s’approprier afin de faire triompher leur conception propre de l’État. C’est ainsi à travers des arbitrages successifs et en apparence apolitiques que se définit au fond la politique publique. C’est alors tout un débat sur la nature même du rôle de l’État qui aura été évité. Magnon-pujo montre pour sa part que les États profitent des politiques de marché pour évacuer de l’espace public les questions les plus politiquement sensibles. Le recours aux agences de sécurité répond ainsi au désir des gouvernements de réduire le nombre de pertes humaines dans l’armée régulière, une donnée on ne peut plus sensible. Dans ce cas, c’est les entreprises elles-mêmes qui doivent se lancer dans des activités de lobbying pour que les États consentent à les réguler.

5Les deux autres textes seraient des illustrations du concept de quasi-politique. Ariane Debourdeau présente le transfert problématique des politiques allemandes de rachat d’électricité outre-Rhin. Les politiciens auraient alors négligé l’importance de toutes les prémisses institutionnelles ayant permis à la politique de se déployer en Allemagne. En France, les traditions planificatrices et centralisatrices vont transformer un instrument se voulant simplement « technique » en objet de débat public. Horacio Ortiz décrit pour sa part la manière dont les gérants de portefeuille, s’ils tentent d’appuyer l’ensemble de leurs choix d’investissement sur des outils financiers se voulant « objectifs », doivent investir le domaine de la morale lorsqu’ils doivent se justifier. Le politique, dissimulé au jour le jour, est remobilisé en période de conflit.

  • 2  Linhardt, D. et F.Muniesa (2011), « Tenir lieu de politique », Politix 24(95) : 11.
  • 3  Polanyi, K. (2009). La grande transformation, Paris : Gallimard.
  • 4  Zelizer, V. (1981), “The Price and Value of Children : The Case of Children’s Insurance in the Uni (...)

6Si ce numéro constitue une invitation justifiée à remettre au premier plan l’étude de l’articulation entre économie et politique, cependant, les coordonnateurs font peut-être fausse route en clamant l’originalité de leur démarche, présentée comme « politiste »2, face à celle d’un Karl Polanyi3, dénoncé comme « économiste ». Il me semble que la discussion de l’important corpus scientifique de la sociologie américaine et de l’approche institutionnaliste est évacuée sans discussion et de manière malheureuse (l’article d’Horacio Ortiz fait ici figure d’exception). Il est par exemple difficile à mon avis de ne pas lier la démarche de Magnon-Pujo à celle de Viviana Zelizer4 qui a travaillé sur les assises morales des marchés. Plutôt que de rechercher l’originalité à tout prix, le numéro de Politix aurait ainsi gagné à engager plus profondément en dialogue avec les conversations déjà en cours.

Haut de page

Notes

1  Foucault, M. (2004). Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris : Gallimard-Seuil.

2  Linhardt, D. et F.Muniesa (2011), « Tenir lieu de politique », Politix 24(95) : 11.

3  Polanyi, K. (2009). La grande transformation, Paris : Gallimard.

4  Zelizer, V. (1981), “The Price and Value of Children : The Case of Children’s Insurance in the United States”, American Journal of Sociology 86 (March): 1036-56.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Rompré, « Fabian Muniesa, Dominique Linhardt (dir.), « Politiques d'économisation », Politix, n°95, 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 avril 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8053

Haut de page

Rédacteur

Gabriel Rompré

Étudiant en master recherche de sociologie à Sciences Po-Paris

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page