Navigation – Plan du site

Gérard Noiriel, Chocolat clown nègre. L'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française

Igor Martinache
Chocolat clown nègre
Gérard Noiriel, Chocolat clown nègre. L'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française, Paris, Bayard, 2012, 300 p., ISBN : 978-2-227-48271-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Creuset français. Histoire de l'immigration (XIXe – XXe siècle), Paris, Seuil, 1988
  • 2 Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006. Voir aussi François B (...)
  • 3 Gérard Noiriel,Longwy, Immigrés et prolétaires (1880-1980), Paris, Presses universitaires de France (...)
  • 4 Gérard Noiriel (dir.), L'identification. Genèse d'un travail d'État, Paris, Belin, 2007 : http://le (...)
  • 5 État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001
  • 6 Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe – XXe siècle). Discours publics, humiliations (...)
  • 7 Les Fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France, Paris, Fayard, 2005
  • 8 Histoire, théâtre et politique, Marseille, Agone, 2009

1S'il est généralement connu comme l'historien de référence sur les phénomènes d'immigration en France1, cette présentation est cependant loin de suffire à résumer les travaux de Gérard Noiriel. S'inscrivant dans la démarche socio-historique initiée par Norbert Elias2, c'est-à-dire l'étude de l' « allongement progressif des chaînes d'interdépendance », celui-ci s'est en effet penché sur un nombre impressionnant d'objets, dont tous ont en commun un traitement jusqu'alors significativement minoré par les historiens « scientifiques », laissant la voie alors ouverte aux entreprises mémorielles : les ouvriers3, les immigrés, l'identification des personnes4 et la construction des états-nations5, le développement de « l'actualité » en lien avec la diffusion de stéréotypes « racistes »6, les intellectuels7 ou encore le spectacle « vivant »8. Un inventaire partiel et partial qui peut donner la fausse impression que, une fois un thème -ou l'auteur- épuisé, celui-ci en a investi un nouveau au gré des opportunités et archives disponibles. Or, loin de là, ces déplacements reflètent en réalité le cheminement d'un parcours de recherche qui n'a cessé d'approfondir ses questionnements initiaux, et montré la nécessité de tenir ensemble des thématiques qui ne sont en fait que les dimensions différentes d'un même phénomène, que l'on pourrait, maladroitement sans doute, résumer comme les métamorphoses des formes de dominations sociales.

  • 9 Voir notamment de ce dernier : Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe sièc (...)
  • 10 Gérard Noiriel épingle ainsi nommément l'ouvrage co-dirigé par Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gi (...)
  • 11 Voir la présentation à ce lien : http://www.projets-citoyens.fr/node/1431 [Consulté le 3 avril 2012

2De ce point de vue, l'entreprise visant à reconstituer la trajectoire biographique de Rafael alias Chocolat, loin de représenter une simple œuvre de réhabilitation d'un artiste « injustement » oublié, représente, sinon l'aboutissement, du moins une cristallisation synthétisant à partir d'un cas les résultats des travaux précédents de Gérard Noiriel. Une démarche qui n'est ainsi pas sans faire penser à la « microhistoire » culturelle d'un Carlo Ginzburg9 qui s'applique à faire parler de multiples « indices ». Mais qui s'inscrit en revanche résolument en faux contre l'anachronisme de certains travaux se revendiquant des « Postcolonial Studies », qui dénoncent le « racisme » des populations de la fin du XIXe siècle et du début du XXe en usant de catégories propres à notre époque10. L'ouvrage de Gérard Noiriel représente ainsi une leçon d'histoire, non seulement par son contenu, mais par la méthode qu'il met en œuvre. Une méthode à certains égards expérimentale, qui ne cache pas ses tâtonnements et ses manques découlant des « trous d'archives ». L'auteur avoue ainsi que son travail a été grandement facilité – sinon tout bonnement permis- par le recours de la base de données de presse numérisée par la Bibliothèque nationale de France, Gallica, qui lui a permis de croiser les « faits » délivrés par ses multiples sources : car, défi pour l'historien, du fait de sa trajectoire particulière d'esclave né à Cuba, Rafael/Chocolat n'a laissé pratiquement aucune trace dans l'état civil – et ses biographes successifs lui attribueront ainsi différents patronymes (p. 17). Et, plus original encore, l'écriture de l'ouvrage s'est également enrichie des représentations d'un spectacle-débat écrit et joué par Gérard Noiriel lui-même et mise en scène par Marcel Bozonnet11 sur l'histoire de Rafael/Chocolat.

3L'histoire de Rafael commence donc à La Havane vers 1868, où Rafael naît esclave à quatre années près, une loi d'émancipation graduelle adoptée par le gouvernement espagnol pour tenter de calmer les velléités indépendantistes ayant alors émancipé les nouveaux-nés et les vieillards. Vers huit ans, le jeune Rafael traverse l'Atlantique emmené par un aristocrate pour Bilbao où il se fait embaucher par Tony Grice, un clown anglais en tournée dans la ville basque, qui en fait son domestique et l'emmène à Paris. Là, le jeune adolescent rencontre une société de nouveau en plein bouleversement, où l'industrie des loisirs connaît un essor très rapide sur fond d'intense cosmopolitisme. C'est donc dans cet environnement que Rafael va progressivement construire sa carrière, dont l'apogée sera marqué par le tandem qu'il formera avec un autre clown anglais, George Footit, dans l'enceinte du Nouveau-Cirque, avant de connaître une certaine déchéance non sans tentatives de reconversion, dans un autre duo avec son propre fils (en fait le fils que sa femme a eu d'une précédente union), surnommé « Plaquette », mais aussi dans des représentations théâtrales plus classiques, pour finalement mourir pauvre et oublié en tournée, à Bordeaux.

4C'est donc cette trajectoire que Gérard Noiriel s'applique à retracer le plus minutieusement possible, tout en la resituant constamment dans son contexte. Son ouvrage est ainsi aussi une peinture de la société parisienne de la « Belle époque » et notamment des rapports de sa population, bourgeoise comme populaire, aux spectacles qui se développent. Le cirque occupe évidemment une place de choix dans ce tableau, et l'auteur rappelle que celui-ci s'est développé à partir de numéros équestres, la figure du clown dérivant elle-même de celle du palefrenier un peu gauche. Et Gérard Noiriel s'applique en particulier à restituer les réceptions contrastées auxquels donnent lieu ces spectacles, rappelant cet aspect essentiel qui veut que le sens d'une représentation ne soit jamais livré par elle-même, mais naît de l'interaction de celle-ci avec son récepteur, et notamment ses catégories d'entendement construites par sa socialisation antérieure. L'erreur serait ainsi de croire que le duo formé par Footit et Chocolat, où le clown blanc – dans tous les sens du terme- ne cesse de maltraiter l'auguste au visage noir, soit un reflet et une traduction directe de rapports coloniaux ou l'expression d'un racisme primaire animalisant ce dernier. Tout au contraire, comme le suggère Gérard Noiriel dans le troisième chapitre, c'est quand cette signification va s'imposer politiquement que le numéro des deux clowns va décliner.

  • 12 Voir Howard Becker, Oustiders, Paris, Métaillié, 1985 [1982]

5Après avoir retracé la carrière, au sens plus sociologique que commun du terme12, Gérard Noiriel s'intéresse plus spécifiquement au rôle même de Chocolat et plus particulièrement aux réceptions dont il a fait l'objet et qui ont conditionné son succès. Il montre ainsi comment celui-ci bénéficie de l'importation recherchée d'éléments spectaculaires depuis les États-Unis, à commencer des minstrels shows, mais aussi de l'essor de l' « actualité » dans laquelle, chacun à leur manière, Footit et Chocolat, sauront s'inscrire, pour le second, si l'on ose dire, à son corps défendant. Enfin l'auteur n'oublie pas de rappeler qu' « au cirque, les clowns ne sont que des maillons dans une vaste chaîne impliquant tous les artistes de l'établissement » (p. 115), qui ont eux aussi œuvré au formidable succès du duo. Dernier facteur enfin de ce succès qu'analyse longuement l'historien : l'« intellectualisation » qui est faite alors des numéros de Footit et Chocolat, érigeant ces derniers à l'avant-garde de l'humour pour ces contemporains et favorisant de ce fait une réception hétérogène de leurs prestations. Et ce n'est pas sans une certaine fascination que l'on voit certains personnages illustres croiser ainsi la trajectoire de Chocolat, tels que Toulouse-Lautrec, dont une lithographie représentant Rafael dansant est reproduite en couverture ou Jean Cocteau, qui raconte ses souvenirs de spectateurs au Nouveau-Cirque.

6Après le succès, Gérard Noiriel analyse tout aussi méticuleusement les conditions du déclin du duo de clowns. Il revient donc sur la politisation de la question raciale à la fin du 19e siècle, précédant de peu l'affaire Dreyfus. De nouvelles représentations spectaculaires des Noirs vont alors s'imposer, avec un type de danse importé, là encore, des États-Unis, mais aussi dans un sport qui se diffuse alors auprès des classes populaires, cyclisme et boxe en tête. Dans ces deux disciplines s'imposent ainsi à l'époque deux champions du monde noirs étasuniens, tout aussi oubliés aujourd'hui que Rafael/Chocolat : Marshall Walter Taylor et Jack Johnson respectivement. Les représentations des Noirs véhiculées par ces spectacles évoluent ainsi quelque peu, tout en gardant une certaine continuité, notamment dans la valorisation ambiguë de leur force physique. Une ambivalence que l'on retrouve dans l'étiquette compassionnelle accolée à Rafael/Chocolat de « pauvre nègre battu » et qui empêche celui-ci de rebondir réellement dans une seconde carrière, notamment au théâtre.

7Rafael/Chocolat finit ainsi par être « enterré vivant », comme Gérard Noiriel intitule son dernier chapitre. Celui-ci est ainsi consacré à la période qui a suivi sa « mort sociale », marquée par la dissolution de son tandem avec George Footit en 1905. Une expression à ce point appropriée en l’occurrence qu'un journal, Le Temps, publie par erreur l'annonce de sa mort en 1909 et oblige l'artiste à leur adresser un démenti reproduit au début de l'ouvrage. Si celui-ci décède effectivement huit années plus tard, son personnage va cependant connaître lui effectivement une seconde vie à travers diverses entreprises de mémoire : politiques, universitaires, mais aussi cinématographiques – Vincente Minelli lui rend ainsi un hommage subtil au début d'Un Américain à Paris (1951)- et jusque dans les dictionnaires qui en livrent une présentation tout aussi laconique que déformante.

8La définition de l'expression « faire le chocolat » par le dictionnaire Le Robert est ainsi significative pour l'historien de l'aboutissement d'un lent effacement mémoriel à plusieurs égards inconscients. En présentant brièvement le personnage du clown auquel l'expression ferait écho, l'auguste ouvrage explique ainsi dans sa notice que son interprète était « grimé en nègre » - ce qui réalise le fantasme latent de beaucoup dès cette époque de voir ainsi le Noir « blanchi »-, mais aussi que le spectacle était « naïvement raciste ». Enfin, l'origine de l'expression est datée de 1886, soit avant même que le duo ne soit formé ! Mais comme toute erreur, cette triple-là n'en est pas moins fortement signifiante, de même que l'expression « être chocolat » en exprimant la frustration, résume finalement bien le sentiment qui semble avoir dominé la vie de son inspirateur supposé.

  • 13 Norbert Elias, John Scotson, Logiques de l'exclusion, Paris, Fayard, 1997 [1965], p. 55

9Si la vie de Rafael/Chocolat est ainsi à bien des égards exceptionnelle, l'objectif premier de cet ouvrage n'était donc pas tant de réactiver la mémoire de celui qui fut non seulement un pionnier du clown, mais aussi du cinéma muet, de la thérapie par le rire auprès des enfants malades ou même du hip-hop, que de montrer à quel point celle-ci résulte finalement d'un certain nombre de transformations sociales profondes qui convergent dans le Paris de la « Belle Époque ». Un bel exemple de monographie qui invite aussi à s'interroger sur la ou plutôt les significations du « racisme », à une époque où celui-ci est trop rapidement brandi comme un anathème freinant la réflexion, dans un sens ou un autre. Sans nier pour autant la gravité des phénomènes qui s'y rapportent, Gérard Noiriel montre ainsi que ces représentations ne peuvent être comprises qu'en contextualisant les relations sociales auxquelles elles renvoient. Autrement dit, la manière dont les différents membres du corps social construisent la frontière entre « eux » et « nous ». Car au fond, comme le montrait déjà Norbert Elias dans sa magistrale analyse des relations entre les habitants de deux quartiers ouvriers d'une petite ville anglaise, « Les « relations de races », comme on dit, ne sont donc jamais que des relations établis-marginaux d’un type particulier. Que les membres des deux groupes n’aient pas la même apparence physique, ou que les membres de l’un d’eux s’expriment avec moins d’aisance et avec un accent prononcé, a simplement l’effet d’un signe distinctif qui rend les intrus plus aisément reconnaissables. Il n’est pas non plus très judicieux de parler de « préjugé racial ». L’aversion, le mépris ou la haine qu’éprouvent les membres d’un groupe installé pour ceux d’un groupe marginal, la peur d’être souillé par des contacts plus étroits sont les mêmes, que les différences physiques soient marquées ou que les deux groupes soient physiquement impossibles à distinguer au point que les exclus stigmatisés doivent porter un badge indiquant leur identité »13.

Haut de page

Notes

1 Le Creuset français. Histoire de l'immigration (XIXe – XXe siècle), Paris, Seuil, 1988

2 Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006. Voir aussi François Buton, Nicolas Mariot (dir.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, Presses universitaires de France, 2009 : http://www.liens-socio.org/Pratiques-et-methodes-de-la-socio

3 Gérard Noiriel,Longwy, Immigrés et prolétaires (1880-1980), Paris, Presses universitaires de France, coll. « Pratiques Théoriques », 1984 et Les Ouvriers dans la société française (XIXe – XXe siècle), Paris, Seuil, coll. « Points », 1986

4 Gérard Noiriel (dir.), L'identification. Genèse d'un travail d'État, Paris, Belin, 2007 : http://lectures.revues.org/485

5 État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001

6 Immigration, antisémitisme et racisme en France (XIXe – XXe siècle). Discours publics, humiliations privées, Paris, Fayard, 2007

7 Les Fils maudits de la République. L’avenir des intellectuels en France, Paris, Fayard, 2005

8 Histoire, théâtre et politique, Marseille, Agone, 2009

9 Voir notamment de ce dernier : Le fromage et les vers. L’univers d’un meunier frioulan du XVIe siècle, Paris, Aubier, 1980 [1976]

10 Gérard Noiriel épingle ainsi nommément l'ouvrage co-dirigé par Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Eric Deroo et Sandrine Lemaire : Zoos humains (Paris, La Découverte, 2002) en notant que leur « dénonciation de l' « Occident » permet de légitimer des stratégies publicitaires qui continuent à exhiber des Noirs, mais au nom de l' « antiracisme » » (p. 237)

11 Voir la présentation à ce lien : http://www.projets-citoyens.fr/node/1431 [Consulté le 3 avril 2012]

12 Voir Howard Becker, Oustiders, Paris, Métaillié, 1985 [1982]

13 Norbert Elias, John Scotson, Logiques de l'exclusion, Paris, Fayard, 1997 [1965], p. 55

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Gérard Noiriel, Chocolat clown nègre. L'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8074

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page