Navigation – Plan du site

Jean-Claude Forquin, Sociologie du Curriculum

Benoît Ladouceur
Sociologie du Curriculum
Jean-Claude Forquin, Sociologie du Curriculum, Presses universitaires de Rennes, coll. « Paideia », 2008, 197 p., EAN : 9782753506817.
Haut de page

Texte intégral

1La sociologie française de l'éducation a connu un fort développement à partir des années 1980. Elle s'est enrichie d'une part, de l'apport des travaux étrangers, et notamment anglo-saxons, et d'autre part du développement des sciences de l'éducation. Cet ouvrage, qui compile certains articles de Jean-Claude Forquin, écrits depuis 1983, permet de mieux appréhender une partie de l'évolution de la sociologie de l'éducation, celle tournant autour de la notion de curriculum. L'intérêt est donc de réunir une série d'articles du spécialiste français de la sociologie du curriculum, afin d'enrichir notre connaissance d'une approche, le plus souvent indistinctement connue (notamment parmi les enseignants passés par l'IUFM).

2Si la notion de curriculum fut longtemps ignorée de la recherche française en éducation, son emploi depuis une vingtaine d'année repose souvent sur la volonté de circonscrire un domaine vaste et hétérogène. On peut penser que « l'effet nouveauté » de cette approche exotique car anglo-saxonne (!) a pu déboucher sur une surenchère dans son usage. Comme si la (trop) longue ignorance de cette approche lui donnait aujourd'hui une plus-value intellectuelle non discutable. Jean-Claude Forquin qualifie la place de la sociologie comme « marginalité effective et centralité potentielle », un paradoxe que doit permettre de résoudre son ouvrage. L'ouvrage se concentre dans une première partie sur la définition de la sociologie du curriculum, dans son acception la plus stricte. La deuxième partie élargit la réflexion sur le curriculum, en croisant cette notion avec la question de la culture scolaire et des contenus disciplinaires.

  • 1 http://www.apses.org/debats-enjeux/analyses-reflexions/article/de-l-a-peu-pres-a-la-calomnie-10

3Dans son acception stricte, la notion de curriculum correspond à tout ce qui est décrit et prescrit officiellement comme devant être appris aux élèves, selon un ordre déterminé. On parle aussi de curriculum restreint. La définition du curriculum restreint est un enjeu politique à propos. La polémique récurrente concernant la définition et les méthodes d'enseignement de sciences économiques et sociales en est un parfait exemple. A ce titre on pourra lire la synthèse de Thierry Rogel sur le site de l'association des professeurs de SES 1. Dans un sens élargi, il s'agit de tout ce qui est réellement transmis et enseigné aux élèves. Cela comprend donc les valeurs et dispositions latentes acquises à l'école, par expérience et interaction avec les différents acteurs du système scolaire. Cette culture scolaire peut être vue, soit comme autonome c'est à dire formée au sein de l'école, ou bien être considérée comme le reflet d'influences extérieures à l'univers scolaire.

  • 2 Young M. F. D. Knowledge and control : new direction for the sociology of education, 1971, London, (...)

4Le premier chapitre reprend un article de 1983 dans lequel Jean-Claude Forquin présente la « nouvelle sociologie de l'éducation » anglo-saxonne apparue à la fin des années 1960, suite aux travaux de Basil Bernstein et surtout de Michael Young, auteur d'une thèse sur la sociologie du curriculum et d'un ouvrage fondateur Knowledge and control 2. L'essentiel de la sociologie de l'éducation des années 1950 et 1960, qui se fait à la London School of Economics, est centrée sur les questions d'inégalités scolaires. Ce champ se développe durant les années 1960 au profit des sciences de l'éducation, ces dernières étant de plus en plus présentes dans le curriculum des instituts de formation des enseignants ! Cette mouvance institutionnelle permet d'expliquer le déplacement d'objet opéré par la nouvelle sociologie de l'éducation, centrée sur les processus effectifs qui ont lieu à l'école. Il s'agit alors d'ouvrir la « boite noire » de l'ancienne sociologie de l'éducation, pour comprendre véritablement les phénomènes scolaires. Il s'agit également de prendre en compte le caractère construit du savoir scolaire et non plus de le considérer comme un simple support de reproduction de la structure des inégalités sociales.

5Les deux fondements théoriques de la nouvelle sociologie de l'éducation sont, d'une part l'interactionnisme symbolique et la phénoménologie sociale d'Alfred Schütz. Il s'agit en effet de prendre en compte les interactions qui ont lieu en classe, de façon à mettre à jour la construction de normes intersubjectivement construites. Elle se veut donc une approche beaucoup moins fonctionnaliste et quantitative de l'école.

6L'auteur évoque les critiques faites à la sociologie du curriculum. Pour certains philosophes, la démonstration du caractère construit du savoir scolaire serait faire un pas de trop en direction du relativisme. Pourtant, on peut penser qu'il n'en est rien bien qu'il ne soit pas facile de faire admettre, à des enseignants et chercheurs non sociologues, le caractère construit de leur savoir et discipline. En effet, la sociologie du curriculum a montré que la définition des disciplines, des contenus et des méthodes pédagogiques sont au centre de l'identité professionnelle des enseignants. Dès lors, leur remise en cause est souvent vécue comme une profanation d'un espace qui se veut par nature, autonome et circonscrit. Une autre critique qui a été faite à la sociologie du curriculum est d'avoir délaissé le travail sur la construction et la sélection des savoirs enseignés au profit d'études menées exclusivement sur les interactions au sein des classes.

7La problématique des contenus d'enseignements et de la culture scolaire est traitée dans la deuxième partie de l'ouvrage, de même que celle des enjeux liés à la délimitation des disciplines scolaires. Il s'agit donc d'une partie moins agiographique et plus démonstrative de ce que peut être une sociologie du curriculum. Cependant les chapitres de la deuxième partie sont relativement plus courts et leurs raisonnements redondants d'un chapitre à un autre. Du coup, cela rend plus difficile l'identification des apports précis de la sociologie du curriculum à la sociologie de l'éducation. Par ailleurs, l'auteur développe une réflexion normative sur la question des contenus et méthodes d'enseignements. Celle-ci est liée à l'identité des sciences de l'éducation, qui à la différence de la sociologie, sont plus directement ancrées sur les considérations enseignantes et sur celles des institutions scolaires. Pourtant, cette question pour légitime et cruciale qu'elle soit, placée ici, complique et éloigne de la sociologie du curriculum.

Haut de page

Notes

1 http://www.apses.org/debats-enjeux/analyses-reflexions/article/de-l-a-peu-pres-a-la-calomnie-10

2 Young M. F. D. Knowledge and control : new direction for the sociology of education, 1971, London, Collier-Macmillan

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Jean-Claude Forquin, Sociologie du Curriculum », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 28 octobre 2009, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/807

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page