Navigation – Plan du site

Daniel Compère, Les romans populaires

Camille Dorignon
Les romans populaires
Daniel Compère, Les romans populaires, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, coll. « Les fondamentaux de la Sorbonne nouvelle », 2012, 139 p., ISBN : 978-2-87854-561-6.
Haut de page

Texte intégral

1Arsène Lupin, Rouletabille, le Comte de Monte-Cristo mais aussi Maigret ou Rocambole, les personnages des romans populaires d’hier à aujourd’hui ont fasciné des légions de lecteurs.

  • 1  Docteur ès lettres, il a notamment publié un Dictionnaire du roman populaire francophone, aux édit (...)
  • 2  C. Dantzig, préface à Tante Mame, de Patrick Dennis, J’ai Lu 2012, p.12

2Daniel Compère, spécialiste du sujet1, y consacre une étude pointue. Pour bien commencer, il faut dans un premier chapitre donner une définition de ce qu’est le roman populaire. Mais cette tâche est ardue. Phénomène littéraire né au XIXe siècle, c’est un très vaste domaine : romans de cape et d’épée, à l’eau de rose, fresques historiques dramatiques, il embrasse moult genres et époques. L’auteur, après un rappel de l’état de l’art, propose la suivante : «œuvre de fiction qui, dès sa publication, vise un large public, mais qui ne sera pas nécessairement reconnue comme littérature légitime».  Cependant, une phrase du paragraphe consacré au plaisir procuré par la lecture du roman populaire interpelle : «Plaisir de se laisser captiver par une histoire comme les enfants le sont par les contes». Elle évoque la préface, par Charles Dantzig, d’un des plus populaires romans américains, «Tante Mame». Il se demande en effet si la littérature populaire ne serait pas «de la perpétuation de l’état d’enfance»2. On touche, peut-être là à l’essence du roman populaire, héritier des contes de la littérature populaire, évoqués en introduction comme au début du deuxième chapitre.

3Dans ce dernier, l’auteur établit un historique des romans populaires. Ceux-ci font la synthèse de courants antérieurs divers, qu’ils renouvellent. Leur émergence est liée à la conjonction de l’alphabétisation, de la révolution industrielle du livre et fondamentalement des tirages exponentiels et à bas prix d’une presse conquérante. À ce propos, Daniel Compère rappelle l’importance de la distinction entre la catégorie «romans populaires» et le mode de publication «romans feuilletons», inauguré par Alexandre Dumas dans «La presse» en 1836 et incarné par Les Mystères de Paris d’Eugène Sue. Les journaux sont pionniers : l’édition est suiviste, elle se contente d’abord de publier en volumes les récits déjà parus avant de lancer des collections qui s’en inspirent. Pour résumer, les années du Second Empire sont marquées par une importante nouveauté stylistique : la récurrence des héros, née avec Rocambole de Ponson du Terrail. Auteurs, genres, personnages, fin XIXème, tout se renouvelle encore, le succès de Jules Verne voisine avec celui de Mérouvel, puis avec celui de Féval. Le début du siècle suivant voit le roman populaire se mondialiser, selon l’auteur sous l’influence de traductions anglo-saxonnes. C’est l’apparition de collections et de personnages mythiques, avec une prédominance du policier, du roman noir. L’histoire se poursuit aujourd’hui, même s’il est difficile d’identifier les auteurs de romans populaires : les séries sont devenues l’apanage de la télévision.

  • 3 «qui se dissémine dans l’ensemble de la presse, se répond d’un titre à l’autre, est fait d’un vaste (...)

4Cet historique permet de prendre la mesure d’une production pléthorique. Dans un troisième chapitre, il est donc notamment question d’isoler des constantes. Quatre sont retenues : une large diffusion, la sérialité, la variation, l’interactivité avec le lecteur. Sérialité et variation : ces caractéristiques génèrent un certain dédain du roman populaire. A. Vaillant, dans son Histoire littéraire est ainsi lapidaire, le qualifiant d’œuvre collective, insaisissable3. Certes, dans la deuxième partie du chapitre, Daniel Compère évoque des difficultés pour l’étude des romans populaires, notamment la multiplicité des pseudonymes, mais aussi des pratiques d’éditeurs qui seraient à notre sens qualifiables de nos jours de graves atteintes au droit moral de l’auteur (coupes, réécritures, changements de titres, etc.). L’étude des genres, objet du chapitre suivant, rend très bien compte de la diversité du roman populaire, dont les déclinaisons en aventures, énigmes, récits fantastiques ou amoureux ne peuvent être ici abrégées. C’est le dernier chapitre qui revient sur la question centrale du roman populaire, que l’auteur aborde toutefois tout au long de l’ouvrage : celles des instances littéraires, de la légitimité des romans concernés, la reconnaissance des lettrés inversement proportionnelle à celle du succès populaire (commercial). On sait que les romans sont tardivement arrivés en bibliothèque publique, il n’est guère étonnant que les romans populaires n’y soient guère entrés, et ne commencent à être étudiés (pour certains), que depuis l’après-guerre.

5Ainsi, l’auteur livre un vibrant plaidoyer pour une littérature mal considérée, et qui pourtant fit exulter des Goncourt à Sartre. Les encarts, les illustrations rendent ce mélange d’érudition et de passion plus vivant encore : une belle invitation à la (re)lecture.

Haut de page

Notes

1  Docteur ès lettres, il a notamment publié un Dictionnaire du roman populaire francophone, aux éditions Nouveau Monde, en 2007.

2  C. Dantzig, préface à Tante Mame, de Patrick Dennis, J’ai Lu 2012, p.12

3 «qui se dissémine dans l’ensemble de la presse, se répond d’un titre à l’autre, est fait d’un vaste et vague dialogue dont le flot perpétuellement renaissant tend à submerger et à effacer toutes les individualités qui y contribuent.», A.Vaillant, Histoire littéraire, Armand Colin 2010, p.301

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Daniel Compère, Les romans populaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 avril 2012, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8082

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page