Navigation – Plan du site

Abdellali Hajjat, Les frontières de l’ « identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale

Virginie Bussat
Les frontières de l'"identité nationale"
Abdellali Hajjat, Les frontières de l'"identité nationale". L'injonction à l'assimilation en France métropolitaine et coloniale, La Découverte, 2012, 337 p., ISBN : 9782707169365.
Haut de page

Texte intégral

1Une thèse de sociologie - dirigée par Stéphane Beaud -, un lien très fort avec la lecture des travaux d’Albdelmalek Sayad, et une expérience vécue - un choc personnel même - , sont à l’origine de ce travail passionnant.

2« Lorsque j’ai fait ma déclaration de nationalité à seize ans, l'agent du tribunal d'instance m'a demandé si je voulais changer de prénom ou de nom. Cette demande de francisation fait partie de la routine administrative : l'agent n'avait pas conscience de la violence symbolique de cette question » (entretien avec l’auteur, publié dans Contretemps, 14/02/2012).

3L’alliance de motifs d’ordre biographique et d’une production scientifique, donne à ce travail une force et une portée particulières. Construit comme une socio-histoire d’un concept juridique à portée administrative, l’ouvrage porte sur la condition d’assimilation, sa genèse – dans la loi, en 1973 -, mais aussi dans le temps plus long. L’auteur analyse les politiques et instruments de l’action publique avec la grille de cette nouveauté juridique, montre l’institutionnalisation « de la conscience du clivage national/ étranger ». Il adopte des choix méthodologiques, les combine, pour appréhender les problèmes de la manière la plus fine et la plus pertinente : travail sur archives parlementaires, pour les années 1924-27, sur les dossiers ministériels (Justice, Population), ethnographie d’une administration, travail sur la jurisprudence du Conseil d’Etat, entretiens avec des candidats à la naturalisation, notamment.

  • 1  « Ce livre a bénéficié d’un immense travail de relecture, écrit l’auteur en remerciements, je suis (...)

4L’éditeur « La découverte » a fait le pari (réussi) d’un travail d’édition qui rende le manuscrit « lisible »… au-delà de l’université et de la recherche CNRSienne1.

5L’assimilation pose question, selon Abdellali Hajjat, tout d’abord par les liens que la notion entretient avec la France coloniale, ensuite par la confusion faite avec conditions et requis pour en illustrer la réussite. Enfin, et c’est ce qui la place au cœur de l’ouvrage, être assimilé est devenu, plus qu’un gage de réussite d’intégration, un requis pour la naturalisation en France depuis 2003, notamment.

6Les colonies ont rendu légitimes les catégories de l’entendement racistes, posant les distinctions entre « bons » et « mauvais » étrangers, sur la foi de leur naissance, état civil, pratiques (éducatives, religieuses, matrimoniales, notamment) et hygiène, selon les termes utilisés couramment. L’administration coloniale a été suivie, et ses valeurs consolidées par l’instauration d’un référentiel d’action familialiste. A partir de l’entre-deux guerres, des parlementaires, ministres et certains scientifiques, défendent l’idée d’une réalité nationale confondue avec la population nationale. Nourrie d’écrits de démographes notamment, on trouve référence à une population basée sur des « éléments sains », d’une « qualité » qui soit à la mesure de sa « quantité ». L’histoire des institutions de la démographie et de la statistique après-guerre s’attachent à prolonger les catégories de pensée et les cadres administratifs pourtant conçus par et sous les cadres du régime de Vichy.

7Les conditions de naturalisation, expliquent A. Hajjat, incluent même l’illusion de rester fidèle à ses principes républicains. Dans le contexte colonial déjà, des explications psychologiques étaient apportées à la naturalisation. L’objectif en fait consistait à rassurer les français sur le fait qu’ils restaient fidèles à leurs principes républicains, alors « qu’ils les trahissaient ».

8L’apparition des « critères de civilisation » peut être vue comme l’un des dispositifs exclusifs de la régulation de la frontière entre colons et indigènes. C’est l’œuvre du pouvoir administratif et militaire de l’empire colonial, reprise dans les années 30. Les agents croient pouvoir saisir la « nature intime » des candidats à la naturalisation, s’interrogeant de la manière suivante : « s’habille-t-il à la française ? A-t-il des habitudes françaises ? Une politesse française ? Peut-il engager une conversation en français ? »  

9Dans le droit colonial, explique l’auteur, la frontière entre citoyenneté et nationalité est justifiée par la différence de civilisation et par le lien entre nation et race. La même impulsion idéologique nourrit le discours sur l’assimilation coloniale et métropolitaine. Il y voit une volonté d’hégémonie de la bourgeoisie républicaine sur un territoire sous contrôle.

10Sur la question des naturalisations, on comprend à la lecture que les critères vont évoluer, loi, circulaires, mais aussi arbitraire des pratiques administratives et des consignes préfectorales. Y compris le droit social. Les formulaires – omniprésents - sont convoqués comme preuves de cet inventaire… et toujours ces questions posées, voulues pertinentes pour mesurer, pour évaluer la capacité à s’intégrer, questions qui varient : parle t-il la langue ? vit-il dans un milieu exclusivement français ? Parait-il jouir d’une bonne santé ? Ses enfants sont-ils assimilés ? Jusqu’à cette question : passe t-il des séjours au bled/ où passe t-il ses vacances ?

11L’auteur raconte la mise en place de critères draconiens lors d’un patient travail de terrain, ethnographie d’un bureau des naturalisations (le BN) qui est à lire comme un préambule à tout discours sur la naturalisation en France. Les agents peuvent avoir des rôles très différents, selon le rôle qu’ils s’assignent, à partir des cadres communs ; le chef de bureau joue lui aussi un rôle de compensation ou non, des agents jugés « laxistes ». Cette observation est d’autant plus riche et pertinente, qu’elle montre une partie du « jugement » de l’assimilation en acte : l’entretien dit « d’assimilation ».

12Enfin, les refus pour défaut d’assimilation, sont analysés, à partir de dossiers, mais aussi d’entretiens menés avec des candidats déboutés pour « défaut d’assimilation », « qui se sont livrés à moi avec une grande générosité » les remercie-t-il au tout début de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  « Ce livre a bénéficié d’un immense travail de relecture, écrit l’auteur en remerciements, je suis redevable au travail d’édition de Rémy Toulouse ». Le travail d’éditeur en sciences humaines et sociales mérite ici d’être valorisé, souligné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Bussat, « Abdellali Hajjat, Les frontières de l’ « identité nationale ». L’injonction à l’assimilation en France métropolitaine et coloniale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 avril 2012, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8086

Haut de page

Rédacteur

Virginie Bussat

Maitre de Conférences associée à l'Université de Picardie-Jules Verne, en science politique

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page