Navigation – Plan du site

François Demerliac, Maurice Audin. La disparition

Serge Pacé
Maurice Audin. La disparition
François Demerliac, Maurice Audin. La disparition, Éditions Montparnasse, 2010.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-audin-la-disparition-4-54597386.html)

1Le cinquantenaire des accords d'Évian signé le 19 mars 1962 a été l'occasion d'une rétrospective sur « les événements », appellation édulcorée de la guerre d'Algérie. La Disparition, documentaire réalisé par François Demerliac et produit par Chaya Filma, diffusé sur la chaîne publique du Sénat le 19 juillet 2010 et aujourd’hui édité en dvd permet de remettre à l’ordre du jour ces derniers. Ce film évoque les ressorts d'une affaire vieille de 55 ans, couverte par l'amnésie et l'amnistie1, celle d'un jeune universitaire mathématicien séquestré et torturé par les parachutistes du général Massu en charge du maintien de l'ordre durant la bataille d'Alger. Mais plus que l'exhumation d'une affaire célèbre en son époque mais qui n'est plus identifiée que par un auditoire restreint, il contient un réquisitoire détaillé et documenté sur l'usage systématique de la torture, de l'enlèvement, des exactions en Algérie, ce que nous annonce le sous-titre la guerre d'Algérie, un crime d'état.

  • 2  La loi française n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contributio (...)

2À une époque où l'on assiste à une forme de révisionniste d'État, comme en témoigne la loi du 23 février 20052 évoquant les « bienfaits de la colonisation », il n'est pas inutile de mettre en évidence le rôle brutal de la France en Algérie. En effet comme d'anciens combattants algériens de l'ALN Abdelmajid Azzi, Djoudi Atoumi, au début du documentaire nous le rappellent, après 100 ans d'une colonisation militaire émaillée de 36 révoltes des « indigènes », on peine à voire ses « bienfaits » : 95% d'analphabètes au moment des accords d'Évian, des infrastructures à destination des colons, une forme d'apartheid puisque l'algérien, « l'indigène », n'avait pas les droits civiques qu'un européen. La France y a mené une guerre d'abord larvée de 1945 à 1954 puis totale jusqu'en 1962.

3Pourtant un grand espoir est né après la libération, les défenseurs de l'indépendance pensaient que les Français ayant connu eux-mêmes l'occupation allaient accepter une décolonisation progressive et pacifique. Le film de Rachid Bouchared, Indigène réalisé en 2006 en est une illustration. Les combattants algériens souvent au côté de colons se sont battus en Europe contre le nazisme, ils étaient autour de 150000. De même, comme il est dit dans le documentaire, Alger fut une des premières villes libérée et le durcissement du système colonial sous le commandement du général Weygan a laissé la place à un espoir d'une résolution pacifique. La manifestation de Sétif le 5 mai à l'annonce de la reddition allemande était finalement logique dans le contexte de l'époque. D'autant que le 7 mars 1944, le Comité français de la Libération nationale adopte une ordonnance attribuant d'office la citoyenneté française, sans modification de leur statut civil religieux, à tous les indigènes disposant de décorations militaires et de divers diplômes tels que le certificat d'études. En 1945, environ 62 000 combattants en bénéficient.

4On ne forme pas impunément des hommes à la guerre. La réponse fut à la hauteur de la déception. Aucune excuse ne vaut pour des massacres de civils et d'enfants même dans un contexte de crise agricole et de famine, mais rappelons quand même qu'à l'époque la vie n'avait pas grande valeur dans un conflit où il y a eu plus de 65 000 000 morts dont on ne rappellera pas les horreurs. La suite montra que c'était le cas. La répression fut terrible pour cent européens tués il y eut entre 8 000 et 45 000 morts, des déplacements et des concentrations de la population dans des camps. De fait comme l'évoque un ancien combattant de l'ALN (Armée de Libération Nationale), Abdelmadjid Azzi, « chacun vivait dans l'espoir qu'on se vengerait et ça n'a pas tardé puisque moins d'une décennie après, la guerre de libération s'est déclenché en 1954» (8').

5Le documentaire cherche à faire la synthèse entre un drame personnel et le contexte plus large de l'époque et il devient un violent réquisitoire contre la politique de terreur pratiquée à grande échelle par la France en Algérie. Le plus inquiétant est l'absence de reconnaissance de la responsabilité de la France et le déni d'existence de ces actes par le passé et même actuellement. Ainsi Lionel Jospin finira par ne pas accepter le caractère systématique de la torture en Algérie (56'26). Comme le dit Mohamed Rebah, l'Allemagne reconnaît ses atrocités pourquoi pas la France. Mais il existe une France qui ne veut pas revenir sur ces événements et qui s'arc-boute violemment sur une vision archaïque de l'histoire. En témoigne l'accueil du documentaire de Medhi Lalloui et de Pierre Langlois en 1995 qui a suscité beaucoup de réprobation chez les tenants de l'Algérie française, ou du film 15 ans plus tard de Rachid Boucharef, Hors-la-loi qui a reçu un accueil violent des mêmes opposants.

6La question est pourquoi cette terreur. Comme nous le disent plusieurs intervenants dans le film, pour un homme torturé dix se levaient. Au final la France perd et les colons s'exilent vers la métropole. D'autant que comme le rappelle Henri Alleg, lui-même torturé, le général Massu à la veille de sa mort explique clairement que l'on aurait pu se passer de la torture pour obtenir des renseignements. La terreur n'était donc pas un moyen mais un but. Beaucoup de combattants préféraient mourir plutôt que d'être arrêtés par les parachutistes. Des noms comme Godard, Aussaresses, Trinquier provoquaient une peur viscérale. Si comme réponse, on obtenait des combattants qui n'avaient rien à perdre et donc déterminés à se battre jusqu'à la mort, on peut se demander quelle issue était attendue d'une telle logique. On ne peut sous-estimer le manque de lucidité du pouvoir politique qui a laissé la gestion de la crise à une armée déjà insensibilisée par les conflits antérieurs. Mais une des conséquences a été la mise en place de gouvernements autoritaires en Algérie.

7La terreur a fait naître des dispositions psychologiques durables chez les populations qui de fait subissent un état qui n'a rien de démocratique. « L'Algérie Française » a-t-elle vraiment perdu la guerre d'Algérie? Rien n'est moins sûr. Certes au vu de la présence française sur les lieux non, mais elle a sans doute pour de longues années évincé les Algériens de la possibilité d'élire démocratiquement leurs dirigeants.

8Défendre la mémoire de Maurice Audin est une manière de mettre en évidence les conséquences de cette guerre et le déni dont elle est toujours l'objet. Depuis plus de 50 ans, Josette, sa femme dont les blessures n'ont pas enlevé la combativité pétillante se mobilise avec un groupe d'avocats, d'intellectuels, d'universitaires comme Pierre Vidal-Naquet, Robert Badinter, Laurent Schwartz pour faire reconnaître l'emploi de la torture systématique et vise à mettre en lumière la manière dont Maurice Audin a été assassiné.

9Ce dernier, universitaire mathématicien brillant aurait pu avoir une vie rangée faite d'honneur et de prestige. Ce couple dont les photos ont la couleur de nos albums de famille, nous montre que des Français d'Algérie pouvaient être communistes et défendre l'indépendance de l'Algérie. Comme le dit justement un des intervenants, il fallait être courageux pour oser ces positions dans un contexte où même le parti communiste avait voté les droits spéciaux en 1956 et préconisait le maintien de l'Algérie française dans le contexte de la guerre froide. Malgré l’évolution d’avril 1957, l’Algérie est alors désignée comme une « nation forgée dans les combats »3.

  • 4  Voir l'article d'Edwy Plenel http://blogs.mediapart.fr/blog/edwy-plenel/020109/la-lettre-de-michel (...)

10Après 50 ans d'un combat, les témoignages restent poignants. La connaissance de la guerre d'Algérie n'a jamais été aussi détaillée, encore faut-il qu'elle soit reconnue dans le panthéon de notre mémoire institutionnelle. Celle-ci est en marche timide, une place à Paris, à Argenteuil, un prix de mathématique porte le nom de Maurice Audin. Mais la reconnaissance de ce crime d'État ne semble pas d'actualité. Sa fille, elle-même mathématicienne a refusé de recevoir la légion d'honneur car le Président de la République, Nicolas Sarkozy n'a pas répondu à la demande de sa mère pour que la lumière soit faite sur la disparition de son père4.

Haut de page

Notes

1  http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-audin-la-disparition-4-54597386.html)

2  La loi française n° 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés (article 4, alinéa 2). http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006051312&dateTexte=20080122

3  http://www.vacarme.org/article143.html, le PCF et la question algérienne (1959) par Jean-Pierre Vernant

4  Voir l'article d'Edwy Plenel http://blogs.mediapart.fr/blog/edwy-plenel/020109/la-lettre-de-michele-audin-a-nicolas-sarkozy

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Pacé, « François Demerliac, Maurice Audin. La disparition », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 09 avril 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8090

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page