Navigation – Plan du site

Penser critique (4). Kit de survie éthique et politique pour situations de crise[s]

Lucie Bony
Penser critique (4)
Penser critique (4). Kit de survie éthique et politique pour situations de crise[s], Éditions Montparnasse, La Bande passante, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1C’est quelques semaines avant les élections présidentielles de 2012 que sort le coffret DVD « Penser critique. Kit de survie éthique et politique pour situations de crise(s) ». Rien d’étonnant à cela : Thomas Lacoste, qui en est le réalisateur, fut l’animateur du collectif L’Autre campagne1 lors de l'élection présidentielle de 2007 et entend ainsi poursuivre son projet d’« organiser un espace d’expression et de débat autonome qui inverse les logiques à l’œuvre dans les campagnes officielles ».

2L’image du « kit » n’est pas innocente. Il s’agit en effet d’une compilation de 47 entretiens filmés, organisés en 4 thématiques, répartis en 9 DVD. Ces entretiens (dont on regrette qu’ils ne soient pas datés même si les éléments des discours permettent souvent de le faire), sont tirés des rushes ayant permis au réalisateur de monter ses différents documentaires (Les mauvais jours finiront ; Ulysse Clandestin ; Rétention de sûreté, Une peine infinie ; Universités, Le grand soir…). Cette série d’entretiens, présentés en longueur et non-entrecoupés d’intermèdes pédagogiques, littéraires ou cinématographiques comme c’est le cas dans les documentaires susmentionnés, forme effectivement un kit, c’est-à-dire un ensemble d’éléments hétérogènes que le spectateur doit assembler afin de produire un ensemble cohérent. Le volume « Justice et libertés » de ce coffret offre une compilation de douze entretiens réalisés auprès d’acteurs associatifs, syndicaux et politiques et d’universitaires.

3Le premier DVD (8), relativement hétérogène, propose tout d’abord deux regards croisés sur la justice internationale. Monique Chemillier-Gendreau (juriste, professeure émérite à Paris VII, Présidente d’honneur à l’AEJDH), son histoire : du règlement par arbitrage des différents entre Etats à la création de la Cour pénale internationale (1998) en passant par celle de la Cour internationale de Justice (1946). En s’appuyant sur divers exemples, elle montre les limites de ces institutions et le blocage de leur champ de compétence par la souveraineté des Etats : « Les droits ne sont finalement donnés aux humains qu’à travers leur Etat de rattachement. Or, on ne peut pas faire confiance à l’Etat… ». Elle en appelle ainsi à la création d’une Cour mondiale à l’image de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, juridiction dans laquelle les individus peuvent faire valoir leurs droits contre leur propre Etat si leurs recours en droit interne ont échoué. Il s’agirait finalement de rendre opposables les droits de l’homme, considérés comme la base des droits universels des humains. Éric Alt (magistrat, membre du Syndicat de la magistrature) présente ensuite l’histoire et l’action de l’Association des Magistrats Européens pour la Démocratie et les Libertés, créée en 1983. Trois principes la guident : la défense d’une magistrature engagée « L’acte de juger, c’est jamais être la bouche de la loi. C’est être la conscience de la loi. C’est juger dans une société politique » ; l’intérêt de comparer les systèmes, pour apprendre à mieux les connaître dans une perspective critique et autocritique ; la nécessité d’une réflexion sur un droit européen. La présentation des actions théoriques et militantes de cette association vise ensuite à montrer l’émergence (timide) d’un mouvement critique dans la magistrature à l’échelle européenne.

4Hélène Franco (juge pour enfants, membre du syndicat de la magistrature) aborde ensuite la question de la justice des mineurs. Elle revient sur la remise en cause des principes fondateurs de la justice pénale des mineurs définie par l’ordonnance du 2 février 1945. Celle-ci reconnaissait une moindre responsabilité liée à la minorité et donnait le primat aux mesures éducatives sur les mesures répressives. L’année 2002, dans un contexte de « frénésie législative » et d’« idéologie sécuritaire », marque un tournant avec l’adoption de la loi Perben I qui créé notamment les centres éducatifs fermés. Hélène Franco s’oppose à l’idée selon laquelle « pour faire de l’éducation, il faut un milieu clos » mais aussi dénonce la réorientation budgétaire et humaine massive en faveur des solutions d’enfermement au détriment des mesures éducatives judiciaires. Elle s’inquiète par ailleurs de la banalisation du recours à la prison et évoque enfin la nécessité (et la possibilité) de transformer la justice,

5Deux autres thèmes sont ensuite trop rapidement abordés dans des entretiens « compléments ». Monique Chemillier-Gendreau rappelle que la prison répond aux échecs des politiques de logement, d’éducation, familiale etc. et qu’il y a un manque de volonté politique pour développer les mesures de substitution de peine. Éric Alt décline ensuite quelques uns des enjeux du traitement la criminalité politico-financière pour conclure qu’en la matière si « beaucoup a été fait, tout reste à faire »

6Ce DVD contient par ailleurs deux autres entretiens réalisés avec Jean-Pierre Dubois (président de la LDH, professeur de droit public à l’université paris sud). Ils peuvent être mis en perspective avec les entretiens du second DVD (9) de ce volume, plus homogène, qui retrace l’histoire du syndicat de la magistrature. Née suite à une affaire judiciaire (affaire Dreyfus), la Ligue des droits de l’homme vise plus globalement à remettre en cause la raison d’Etat, le militarisme, le dévoiement de la justice au service du nationalisme, l’antisémitisme… Cette association combine le combat judiciaire et la mobilisation citoyenne : il s’agit fondamentalement de « demander à ce qu’on mette dans les lois la totalité de la justice, et pas seulement que la justice qui est contenue dans les lois soit appliquée ».

7On retrouve cette même ambition au Syndicat de la magistrature dont la création représente, pour Étienne Balibar (philosophe), un « élément significatif du grand ébranlement qu’a été Mai 68 ». Pierre Lyon-Caen, (Vice-président du syndicat de 1968 à 1970 puis secrétaire général de 1970 à 1972), en rappelle les actes fondateurs : se rapprocher des salariés et des ouvriers qui, à l’époque, récusaient la magistrature comme lui étant hostile ; la nécessité de prendre des positions publiques sur des problèmes qui risquent d’affecter les libertés fondamentales (la « volonté de ne pas laver son linge sale en famille » qui consiste par exemple à condamner certains abus policier).

8Ces deux organisations militantes partagent une même volonté d’ouverture à la société civile et de travail partenarial (on croise ainsi la route du Groupe d'information et de soutien des immigrés, du Réseau Education Sans Frontières…). Leurs histoires interrogent aussi leur rapport aux partis politiques de gauche et à l’Etat. A ce sujet, l’entretien réalisé avec Robert Badinter (ministre de la Justice de 1981 à 1986) est particulièrement éclairant sur le contexte des années 80 et revient sur les réformes réalisées comme celles qui ne l’ont pas été à cette époque. L’ancien ministre décrit les liens (certains des cadres du syndicat sont par exemple entrés dans son cabinet ministériel) mais aussi les tensions ayant existé entre le syndicat et la majorité de gauche de l’époque.

9Ces histoires s’arrêtent dans le courant des années 2000 et font un bilan alarmant des récentes mesures liberticides qui caractérisent la période (loi Dati sur la récidive de 2007, qui instaure notamment les peines planchers, loi sur la rétention de sûreté de 2008, loi Hortefeux de 2007 relative à la maîtrise de l'immigration, à l'intégration et à l'asile…). A cela, on peut ajouter l’évolution de la place de la victime dans le processus judiciaire qui en dévoie l’objectif que souligne Robert Badinter, ainsi que la reprise en main du judiciaire sur le politique en matière de justice financière dont s’inquiète Renaud Van Ruymbeke (premier juge d’instruction au pôle financier du tribunal de Paris) dans un très court entretien.

10Cet ensemble d’entretiens filmés montre finalement, sous divers angles, que la justice est une construction sociale. Miroir de la société avec ses conflits, ses inégalités, ses oppressions, ses rapports de force, elle n’est pas un enjeu purement corporatiste mais relève de l’intérêt général et en cela questionne les fondements mêmes de la citoyenneté et de la démocratie. Ces observations sur l’évolution actuelle du système judiciaire sont à mettre en perspective avec celles des autres champs sociaux abordés dans le coffret, afin de prendre la mesure de l’ampleur de la vague de fond que représente la néolibéralisation des secteurs théoriquement dédiés au bien public.

11Si les raisons de s’indigner ne manquent pas, les différents contributeurs posent aussi la question des moyens d’actionner ces idées dans le champ politique. Ils insistent notamment sur l’importance du rôle des médias dans la publicisation (ou non) de ces réflexions critiques. Ce coffret de DVD entend palier cette défaillance. Il n’est pas certain que la forme quelque peu austère de cette compilation d’entretiens soit accessible au plus grand nombre. Malgré tout, pour qui aurait le temps de s’y plonger, ce kit remplit effectivement sa fonction d’antidote contre le prêt-à-penser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Bony, « Penser critique (4). Kit de survie éthique et politique pour situations de crise[s] », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8092

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page