Navigation – Plan du site

Jean-François Laé, Numa Murard, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière

Sophie Maunier
Deux générations dans la débine
Jean-François Laé, Numa Murard, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière, Paris, Bayard, 2011, 420 p., ISBN : 978-2-227-48301-9.
Haut de page

Texte intégral

1Les Écameaux, trente ans après. C'est à ce retour sur les lieux de leur première enquête, que nous convient les sociologues Jean-François Laé et Numa Murard. Les Écameaux, c'était une cité construite pour éliminer les bidonvilles et les taudis, et avec elle, les dernières « poches de pauvreté », pensées comme résiduelles, des Trente glorieuses. La cité a été détruite, ses occupants relogés et les enfants ont grandi, sont devenus eux-mêmes parents. Mais la pauvreté n'a pas disparu. Que s'est-il passé en trente ans ?

2Comme dans leur première enquête, « L'argent des pauvres » (1985), reprise en fin de volume, les auteurs privilégient la parole des pauvres, leurs récits et leurs écrits, notamment des lettres destinées aux administrations publiques.

3Ce retour sur les lieux provoque un véritable jeu de piste pour retrouver les habitants de l'ancienne cité. Comment trouver trace de ces personnes, qui, quand elles ne sont pas décédées, changent constamment de domicile pour fuir les dettes et les ennuis ? Aujourd'hui, comme hier, les pauvres usent de stratagèmes, ne serait-ce que pour souffler un peu, avant d'être rattrapés par les créances. « En fin de compte, quand on est pauvre, il y a deux moyens pour résister : soit être suffisamment nombreux pour être en mesure de repousser l'importun, soit se faire tout petit, invisible » (p. 33). Mais la dérive peut conduire à disparaître. « On perd la trace de 20% de pauvres, les plus abîmés » (p.61). La pauvreté, loin d'être un reliquat, s'est massifiée, du fait de la désindustrialisation .

4La distinction n'est pas l'apanage des classes supérieures : d'aucuns voudront ne pas être perçus comme des « cassos », des « mendiants » qui ne peuvent fumer que des roulées et non des « cousues » (p.88-87). Au cœur de la déchéance, se trouve la perte de l'emploi. Perdre son emploi, c'est perdre un statut et risquer de descendre l'échelle de la dignité.

5Le chômage, c'est aussi l'apprentissage de la « bonne volonté », comme l'atteste les lettres des chômeurs, à destination de l'administration. Un rendez-vous est raté, ce qui occasionne l'arrêt du versement des allocations chômage et il faut montrer sa sincérité, se démarquer des « assistés ». « Aux frontières du salariat et du RSA, le chômage est devenu une nouvelle scène morale de gestion des pauvres » (p.236).

6Un emploi, cela signifie un loyer payé à jour, la tête gardée haute, une famille stable, un couple qui dure. C'est l'homme qui travaille et qui doit rapporter l'argent ; il est alors un bon travailleur et non un « bandit » ou un fainéant. Les activités connaissent une forte séparation des sexes : l'homme occupe les espaces du dehors (les cafés, les jardins d'ouvriers...) et la femme est maîtresse du foyer, de ce fait elle cherche un bon mariage (p.105). « Il n'a pas de mixité dans les pratiques ».(p.108).

7Cette non-mixité est également visible dans les tribunaux où d'un côté les femmes s'occupent des loyers impayés et d'un autre côté, les hommes sont incriminés dans des affaires d'ébriété. Les tribunaux sont aussi les lieux où les pauvres, démunis de renommée, de richesse et de réseaux (p.157) parlent avec tout leur corps. « Être poursuivi est un trait majeur qui sépare les pauvres des classes salariées » (p.161). Les tribunaux sont aussi les espaces où s'étalent aux yeux de tous les indignités de chacun. Il s'agit de sauver sa dignité, de se différencier, même au détriment de l'autre, qui appartient au même groupe de référence (p.199). Une véritable échelle morale est ainsi constituée en fonction de la gravité supposée de l'acte commis, ainsi l'alcoolémie au volant ne fera pas l'objet de la même réprobation qu'une rixe dans un bar (p.198).

8Si l'histoire se répète, elle se transforme aussi. Les familles ne sont plus aussi nombreuses, les enfants prolongent leur scolarité, la suraffiliation des pauvres s'amenuise tant il est plus facile de prendre son indépendance vis-à-vis de son groupe, même si cela peut entraîner des conflits et un rejet, et la parole est plus aisée et dense. Mais si les relations sont moins subies, le groupe, défait, n'opère plus son rôle protecteur. Le maillage administratif qui enserre les pauvres est serré et n'est pas exempt d'un côté moralisateur, toutefois l'intervention de l'État a permis de contenir la pauvreté.

9Au terme de leur incursion dans la pauvreté et l'expérience sociale qu'en ont les pauvres, les auteurs s'interrogent sur le travail et le rôle du sociologue. Ils rappellent que le sociologue œuvre dans la duplicité, cherchant la confiance de ses interlocuteurs, pour les conduire à la confidence, qui sera le socle de son travail d'analyse distanciée. Duplicité mal perçue par les enquêtés, qui reprochent aux auteurs leur absence et silence pendant trente ans. Cette duplicité n'est pas le propre du chercheur ; l'enquêté également y recourt et ne dévoile pas tout ou reconstruit son histoire. De plus, quel peut être la place du sociologue, quand la parole s'est déliée, quand les pauvres s'expriment et se racontent ? Les pauvres aussi écrivent leur histoire et les sociologues n'ont plus à écrire « à la place de » (p.262). Les auteurs proposent ainsi le mode de l'Archive et la conservation des mémoires singulières, gage pour eux du respect des histoires et des expériences personnelles.

10L'ouvrage nous permet ainsi de saisir, en trente ans de distance, comment les différentes générations font face à la pauvreté et comment le regard des sociologues, plus âgés, évolue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Jean-François Laé, Numa Murard, Deux générations dans la débine. Enquête dans la pauvreté ouvrière », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 12 avril 2012, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8109

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page