Navigation – Plan du site

Marc Loriol, La construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l'action publique

Anne Jacquelin
La construction du social
Marc Loriol, La construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l'action publique, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2012, 214 p., ISBN : 978-2-7535-1828-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Peter Berger, Thomas Luckmann (T.), La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klinck (...)

1L’ouvrage de Marc Loriol présente un double intérêt : observer le processus d’émergence des maladies mentales et comprendre les mécanismes de reconnaissances de celles-ci par une société. Son analyse mobilise une méthode qui s’approche selon lui de la « déconstruction ». Méthode de compréhension des objets sociaux en tant qu’ils sont relatifs à un contexte, à une évolution et à des interactions, le constructivisme permet de répondre à la question : comment les individus produisent-ils du social ? Le constructivisme, qui a pour texte fondateur le fameux ouvrage de Berger et Luckmann1, pose que les institutions construisent une réalité sociale subjective. Mais ce n’est pas ce que retient l’auteur dans l’ouvrage qui nous concerne aujourd’hui. Se rangeant du côté de Ian Hacking, Loriol propose de voir dans la méthode constructiviste l’analyse scientifique d’un objet à son environnement d’émergence, ce qui favorise nettement l’apparition des enjeux sociaux autour de celui-ci. Cette démarche consiste donc pour lui à déconstruire l’objet pour mieux le comprendre.

  • 2  Dominique Lhuilier, « Les « risques psychosociaux » : entre rémanence etMéconnaissance », Nouvelle (...)

2Marc Loriol s’intéresse depuis longtemps à la question de la santé (risques psycho-sociaux, stress et autre souffrance sont pour lui comme pour Dominique Lhuillier, des termes temporellement situés de cet objet2). Dans ses choix de terrains, l’auteur a pris pour objet les professions de service public, dans les secteurs de la santé, de la sécurité, et de l’insertion. Dans cette même dynamique de recherche, le propos de La construction du social est de montrer l’évolution du traitement social de la santé au travail. Les récents débats sociaux liés à la visibilité accrue de la souffrance au travail correspondent selon l’auteur à toute une période de transformations des organisations de services, des missions, des budgets, d’une vague de privatisation, etc. S’intéresser au secteur public fait sens pour lui dès lors que l’Etat est le premier employeur de France. Il découpe son argumentation en trois parties distinctes mais qui se co-renforcent pour comprendre pourquoi le stress n’émerge pas comme maladie biologique répertoriée, et donc prise en charge.

  • 3 Ian Hacking, Entre science et réalité : La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 20 (...)

3Dans la première partie, il s’agit pour lui de reprendre les débats sur la notion de « construction ». Il s’emploie à répondre à ses détracteurs mais aussi et surtout, reprend l’histoire et l’émergence de cette notion, ses variations, ses serviteurs et critiques, dans une démarche d’analyse constructiviste. Son rapport à la notion de construction est sans doute celle qui se veut la plus consensuelle, sans pour autant être tautologique, en ce sens que pour lui le constructivisme est une méthode à part entière et « traverse plusieurs paradigmes (…) » (p.14). Pour Marc Loriol, l’objet d’une analyse sociologique est naturel est parce qu’il est tenu pour acquis dans une société et il n’est absolument pas naturel en ce sens qu’il aurait pu en être autrement dans un autre contexte3. Dès lors, l’objet est dépendant de sa configuration sociale et historique. Si la définition du stress n’est pas stable, il faut l’étudier et la comprendre dans son « socialement construit » pour comprendre les mécanismes de (non) reconnaissance sociale de celle-ci. Il va mettre en avant un concept qui illustre comment les collectifs d’individus vont construire ce social : le claim making process.

4La seconde partie aborde directement le déroulé historique du construit de la santé mentale  en montrant comment elle s’impose dans le monde social, comment elle est (ou pas) reconnue comme maladie par les institutions. Ainsi, les maladies subissent un étiquetage et mènent des carrières, à l’exemple de la fibromialgie. L’auteur détaille le processus d’organisation des associations de malades qui se battent pour une reconnaissance biologique de la maladie qui entraine ensuite une suie de procédures de droits, d’indemnités, de reconnaissance, mais aussi de traitements, et de recherches effectuées sur celle-ci. L’indemnisation du salarié atteint par cette maladie est un enjeu et la construction de celle-ci comme maladies organique et sa classification dans les tableaux de maladies du travail sont des faits aussi concrets qu’objectifs. Il parle d’une organisation des groupes et individus et d’une division des tâches pour la reconnaissance de celle-ci qui fait penser au travail des militants pour la lutte contre le sida.

5La dernière partie montre que la construction ou « catégorisation » des usagers dans les politiques publiques est un enjeu de lutte sociale. L’auteur prend l’exemple des présupposés de l’âge des usagers au travers desquels on voit se dessiner, en creux dans les services publics, un véritable décalage entre trois mondes : celui des politiques, celui des professionnels et celui des usagers. Si le professionnel ne cherche pas nécessairement à homogénéiser des groupes d’usagers, il est vrai qu’il devra embrasser un idéal collectif pour exercer pleinement son métier. C’est aussi un usage du claim streaming process utilisé pour imposer son action/regard professionnel dans un contexte où les acteurs perçoivent la question sociale de façon hétérogène. Il s’agit à de l’exercice de « la force sociale » au sens de Durkheim.

  • 4  Nous faisons référence ici aux nombreux rapports conduits par le Ministère du travail, comme le ré (...)
  • 5  Jean-Daniel Reynaud, 1995, Le Conflit, La Négociation Et La Règle - 2ème Édition Augmentée Jean-Da (...)
  • 6  Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, coll. Folio, (...)

6Cet ouvrage réussi le pari de donner des éléments solides à la compréhension du phénomène de santé mentale au travail. Les maladies sont reconnues différemment selon le contexte, et sont un objet de lutte pour leur faire accéder au statut ultime de maladie organique. À l’inverse, il fait sens pour certains acteurs de ne pas les reconnaître comme telles, et de leur laisser une dimension psychique. Ainsi, en allant plus loin que l’auteur, on pourrait aussi dire qu’aujourd’hui, il semble impossible que le rapport de force entre les différents acteurs sociaux (salariés, entreprises, syndicats, professionnels de santé) autour de la reconnaissance des risques psycho-sociaux4 n’aille en faveur de sa reconnaissance comme maladie professionnelle pour des raisons liées à la domination de l’efficience au travail, à la pression des coûts, au désengagement de l’Etat (Reynaud, 1999)5 qui ne peuvent être acquis à la cause du stress et donc empêcheront sa reconnaissance. Ainsi, Marc Loriol, en voulant à la fois défendre et faire appel au constructivisme, développe peu le chapitre abordant la reconnaissance des maladies concernant la santé mentale au travail », alors que cette thèse semble ici centrale et qu’il nous promettait presque de nous l’offrir à la manière de Robert Castel6.

  • 7  François Dubet, À quoi sert vraiment un sociologue ?, Paris, Armand Colin, 2011

7Finalement, le constructivisme social incarne une partie de la vocation compréhensive de la sociologie. Pour certains sociologues, cette démarche va presque « de soi ». Cependant, pour envisager un objet de manière compréhensive, le sociologue gagne à se plonger dans l’histoire d’émergence de celui-ci, et bien des historiens embrassent déjà cette démarche. Dès lors, les analyses longitudinales, l’analyse de parcours et de trajectoires se développent dans les laboratoires de recherche en sciences sociales, où se trouvent de fait des « héritiers » d’une telle démarche. François Dubet rappelle qu’on ne peut pas faire de la sociologie sans politique (2011)7 ; le constructivisme semble être une excellente piste méthodologique pour embrasser ce parti pris. A suivre.

Haut de page

Notes

1  Peter Berger, Thomas Luckmann (T.), La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986.

2  Dominique Lhuilier, « Les « risques psychosociaux » : entre rémanence etMéconnaissance », Nouvelle revue de psychosociologie, 2010/2 - n° 10, p. 11 à 28

3 Ian Hacking, Entre science et réalité : La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2001

4  Nous faisons référence ici aux nombreux rapports conduits par le Ministère du travail, comme le récent rapport Gollac, mais aussi par les travaux des syndicats et des CHSCT pour la mise en exergue de cette souffrance en entreprise.

5  Jean-Daniel Reynaud, 1995, Le Conflit, La Négociation Et La Règle - 2ème Édition Augmentée Jean-Daniel Reynaud, Octarès, 1999.

6  Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, coll. Folio, éd. Gallimard, 1999.

7  François Dubet, À quoi sert vraiment un sociologue ?, Paris, Armand Colin, 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jacquelin, « Marc Loriol, La construction du social. Souffrance, travail et catégorisation des usagers dans l'action publique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 14 avril 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8132

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page