Navigation – Plan du site

Christian Papilloud, Introduction à la sociologie allemande

Olivier Desouches
Introduction à la sociologie allemande
Christian Papilloud, Introduction à la sociologie allemande, Editions Liber, 2011, 228 p., ISBN : 978-2-89578-317-6.
Haut de page

Texte intégral

1L'allemand étant par excellence grâce à ses suffixes la langue de l'abstraction philosophique, cette introduction entend « se dépouiller des éléments habituels du jargon spécialisé » (p. IV de couverture). Elle présente de façon chronologique un siècle d'activité intellectuelle et institutionnelle grâce à d'utiles encadrés et des annexes didactiques : revues de sociologie, universités ou présentation de la Société allemande de sociologie. Même si le dictionnaire intitulé Histoire et histoires de figures sociologiques d'outre-Rhin ne comble pas l'absence d'un index des noms propres, c'est un outil original et commode de présentation des sociologues contemporains trop souvent méconnus. Il confirme que, plus encore qu'en France, la sociologie est en Allemagne considérée par Adorno comme la petite sœur de la philosophie ou au contraire par Popper comme « une forme de philosophie » (p. 152), voire « une méthode des sciences de la culture – pour ne pas dire un sous-produit de la philosophie » (p. 193).

  • 1  Si ses controverses avec son frère ennemi Werner Sombart sont fidèlement retracées, notamment au s (...)

2Logiquement, les deux guerres mondiales balisent les trois parties. La première période court de la sociologie formaliste jusqu'en 1918. Simmel, dont l’œuvre dénombre plus de 600 formes sociales, reste encore très lu et commenté actuellement, notamment en langue française. Ce qui n'est pas le cas des trois psychologies des peuples dont elle est issue, qu'il s'agisse de celle de Moritz Lazarus - même si, selon le préfacier Stephan Moebius, Christian Papilloud réhabilite ainsi un père fondateur - et Heyman Steinthal d'abord, de Wilhelm Wundt ensuite et de Richard Thurnwald.  Karl Marx, aidé par Friedrich Engels, et Max Weber1 sont les deux autres figures tutélaires de ce moment. Dans le sillage de Marx, aux côtés d'économistes universitaires socialistes comme Lujo Brentano et Gustav Schmoller préoccupés par la question sociale, Albert Schäffle est un socialiste de la chaire, spécialiste des sciences camérales et précurseur de la sociologie politique allemande. Enfin, Ferdinand Tönnies et Alfred Vierkandt louvoient entre sociologie et sciences de la morale.

  • 2  Dont Le problème des générations (1928) est passé à la trappe malgré ses qualités formelles.
  • 3  Inspirée par Husserl, elle fonde la connaissance sur l'intentionnalité s'appuyant elle-même sur l' (...)
  • 4  Igor Martinache, Peter Berger, Invitation à la sociologie, Lectures

3La deuxième partie va des années 1920 à l'immédiat après-guerre. Elle court des prolongements du formalisme par le sociologue de la connaissance Max Scheler et par Leopold von Wiese jusqu'à la réforme par Friedrich Tenbruck de la sociologie allemande de la culture d'Alfred Weber (frère de Max) et de la connaissance de Karl Mannheim2. Pour Tenbruck (1919-1994), « la sociologie est la science de la culture » (p. 132) qui est donc « une sociologie de la réalité sociale concrète » (p. 133). Deux chapitres fournissent les clés d'explication de ce moment. Celui sur la première théorie critique de l'école de Francfort revient sur le texte fondateur (Théorie traditionnelle et théorie critique, 1937) de Max Horkheimer, pour qui « il ne s'agit plus de concevoir la connaissance du point de vue du progrès qu'elle peut faire, mais du point de vue de sa légitimité sociale » (p. 93). Un autre chapitre explicite le passage de la sociologie phénoménologique3 au constructivisme social, inspiré par Alfred Schütz, de Thomas Luckman (co-auteur avec l'Américain d'origine autrichienne Peter Berger4 de La construction sociale de la réalité). Theodor Adorno (1903-69) et Norbert Elias (1897-1990) sont, en raison de leur exil commun face au nazisme, les figures cardinales de cette période si prolifique de la sociologie allemande.

  • 5  Pourtant traduite en français, sa sociologie du cinéma (De Caligari à Hitler, 1947) et et des empl (...)
  • 6  Encore que  Le Despotisme oriental consacré au mode marxiste de production asiatique relève assuré (...)

4Avec Horkheimer pour qui la sociologie n'est « rien d'autre qu'une critique cultivée de la société dans l'ensemble de ses manifestations » (p. 93), Theodor Adorno est l'incontournable chef de file de cette nébuleuse qu'est l'école de Francfort, « dénomination attribuée a posteriori par les étudiants allemands de 1968 » (p. 91) aux membres de l'Institut de recherche sociale de l'université de Francfort. Ouvert en 1924, ce dernier doit fermer dès 1933 sous la pression du régime nazi. Qui sont les Francfortois ? Walter Benjamin et Siegfried Kracauer5 d'abord, Erich Fromm, Léo Löwenthal et Herbert Marcuse ensuite, tandis que Karl Wittfogel6 reste à sa périphérie. L'exil d'Adorno aux Etats-Unis est fécond. Il peine à s'intégrer à l'université d'Oxford, rallie l'université Columbia de New York, qui accueille l'Institut mais où il entretient une relation compliquée le Viennois Paul Lazarsfeld. Puis en Californie, il rédige avec Horkheimer la Dialectique de la raison qui, « tant vantée par les Lumières pour son caractère émancipateur, se révèle être l'antichambre de la barbarie » (p. 94). Il dirige alors les études de psychologie sociale sur La personnalité autoritaire financées par l'American Jewish Committee. « L'objectif commun de ces deux ouvrages est de comprendre comment une société autre – c'est-à-dire une société moderne qui ne soit pas fondée sur la raison instrumentale – est possible » (p. 97). Cette analyse sera battue en brèche par Jürgen Habermas, successeur en 1964 de Horkheimer à la chaire de philosophie et de sociologie de l'université de Francfort, qui soutient en 1981 que « la vie en société émerge de la rationalité communicationnelle » (p. 101). Débarquant en France en 1949, avant de rejoindre Francfort où l'Institut est reconstruit, après des allers-retours avec les États-Unis entre 1951 et 1953, Adorno succède à Horkheimer en 1958 à sa direction après le succès de la publication de Minima Moralia.

5Juif né en Silésie, exilé en France, puis chercheur à la London School of Economics, « en raison de sa nationalité allemande, interné à Liverpool puis sur l'île de Man » (p. 127), Norbert Elias enseigne ensuite à Cambridge et à l'université anglaise de Leicester puis au Ghana avant de s'établir ensuite à Amsterdam où il décède après avoir exercé en Allemagne au Centre de recherche interdisciplinaire de l'université de Bielefeld. Ses travaux sur les arts de vivre sont maintenant bien connus d'un public français même si ce dernier peine, pour les mêmes raisons qu'Economie et société de Max Weber, à apprécier la cohérence de Sur le processus de civilisation en raison de la fragmentation de ses traductions françaises.

  • 7  Auteur de l'expression homo sociologicus, titre de son ouvrage paru en Allemagne en 1965 (p. 153).

6La troisième partie part de la dissolution de la tradition formaliste et de l'essor d'une sociologie empirique autour de l'école de Cologne, marmite de la recherche empirique fondée à partir de 1949 par René König, spécialiste de la mode et de la réception des sociologues durkheimiens. Depuis la première (1883-1884) querelle de la méthode (p. 42 : « comment donner aux sciences de la société une méthode qui les rende autonomes du point de vue scientifique ? »), la sociologie allemande est férue de controverses épistémologiques. Éclatant lors d'une réunion de travail organisée entre Adorno et Popper par Ralph Dahrendorf7 la querelle du positivisme (1961-1969) oppose l'école de Francfort au positivisme viennois, suivie par celle plus confidentielle opposant au début des années 1970 Jürgen Habermas à Niklas Luhmann. Ce dernier, qui fonde sur la cybernétique l'autoréflexivité de la communication et des systèmes sociaux, est accusé d'antihumanisme voire d'antisociologie, à l'instar de son protecteur Helmut Schelsky. Les tendances actuelles voient la première génération établie dans les années 1970-80 institutionnaliser les pères fondateurs (qu'il s'agisse de Wolfgang Mommsen au sujet de Max Weber ou de Wolf Lepenies) ou renouveler la recherche empirique, qui sera étendue et diversifiée par la seconde génération à partir des années 1990. La sociologie de la culture devient un point de rencontre intergénérationnel : Hans Joas devient célèbre pour sa théorie de la créativité de l'agir inspirée d'Habermas et de George H. Mead, Ulrich Beck se fait connaître par ses travaux sur la modernité, Axel Honneth sur la reconnaissance.

  • 8  La sociologie allemande contemporaine, Alcan, 1935.
  • 9  2 tomes, La Découverte/MAUSS, 1997 et 1998

7Au total, Christian Papillou nous livre une synthèse érudite. Cette boussole indispensable pour se repérer et s'orienter parmi la sociologie allemande est moins philosophique que le classique de Raymond Aron8 mais plus compacte qu'Une histoire critique de la sociologie allemande de Frédéric Vandenberghe9, elle-même plus complète sur les théories de la réification, notamment de Lukàcs. La substitution de la cage d'airain (p. 54) à celle d'acier habituellement associée à Max Weber est par exemple totalement justifiée, comme est vite oubliée la confusion relevée p. 30 entre Pierre Moscovici et son père Serge. La sociologie allemande est in fine une sociologie de langue allemande, ce qui justifie les références de Christian Papilloud à l'Autrichien Schütz mais pas que soit oubliée l’enquête sociographique novatrice que Marie Jahoda et Hans Zeisel réalisèrent en 1931 sous la direction de Lazarsfeld auprès des Chômeurs de Marienthal (Autriche).

Haut de page

Notes

1  Si ses controverses avec son frère ennemi Werner Sombart sont fidèlement retracées, notamment au sujet du capitalisme, ajoutons qu'on doit à ce dernier Le bourgeois (1913)

2  Dont Le problème des générations (1928) est passé à la trappe malgré ses qualités formelles.

3  Inspirée par Husserl, elle fonde la connaissance sur l'intentionnalité s'appuyant elle-même sur l'a priori intersubjectif et sera un motif de querelle entre Alfred Schütz et Talcott Parsons dans leur volumineuse correspondance échangée entre 1940 et 1941 (encadré pp. 110-111)

4  Igor Martinache, Peter Berger, Invitation à la sociologie, Lectures

5  Pourtant traduite en français, sa sociologie du cinéma (De Caligari à Hitler, 1947) et et des employés (Les employés : aperçus de l'Allemagne nouvelle, 1929) est omise.

6  Encore que  Le Despotisme oriental consacré au mode marxiste de production asiatique relève assurément plus de l'histoire que de la sociologie, contrairement à ce qu'affirme l'auteur p. 95.

7  Auteur de l'expression homo sociologicus, titre de son ouvrage paru en Allemagne en 1965 (p. 153).

8  La sociologie allemande contemporaine, Alcan, 1935.

9  2 tomes, La Découverte/MAUSS, 1997 et 1998

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Desouches, « Christian Papilloud, Introduction à la sociologie allemande », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 14 avril 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8135

Haut de page

Rédacteur

Olivier Desouches

Post-doctorant en sociologie au département de sciences sociales à l'Université La Sapienza de Rome

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page