Navigation – Plan du site

Emmanuel Todd, Hervé Le Bras, L'invention de la France. Atlas anthropologique et politique

À propos de : Emmanuel Todd, Hervé Le Bras, L'invention de la France. Atlas anthropologique et politique, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2012.
Rémy Caveng
L'invention de la France
Emmanuel Todd, Hervé Le Bras, L'invention de la France. Atlas anthropologique et politique, Gallimard, coll. « NRF Essais », 2012, 517 p., 1ère éd., 1981, ISBN : 978-2-07-013643-8.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la campagne pour l’élection du prochain Président de la République bat son plein et, qu’à rebours des principales préoccupations des Français (tout du moins celles que manifestent les sondages d’opinion), le thème du « péril immigré » fait un retour remarqué, la réédition de cet atlas (publié pour la première fois en 1981) tombe à point nommé…comme un pavé dans la mare de l’identité nationale. Toute entière contenue dans le titre, la thèse des auteurs est relativement aisée à reformuler. S’il a fallu inventer la France, c’est que la France n’existait pas, tout du moins en tant que peuple. Et ce peuple reste encore aujourd’hui introuvable. On ne saurait alors définir quelque chose qui pourrait être désigné comme une « identité nationale ». C’est d’ailleurs une des raisons qui permet aux auteurs de rendre compte du fiasco produit par le débat (avorté) autour de cette question. Cette identité n’a pas trouvé de formulation positive et les rencontres organisées pour y parvenir ne furent que des occasions d’un retour du refoulé raciste. Or, même cela ne pouvait prendre pour une raison assez simple avancée par les auteurs : la France n’a jamais existé en tant que peuple car elle constitue une mosaïque de peuples et, entre un Breton et un Occitan, il y a autant de différences qu’entre un Britannique et un Russe voire qu’entre un Artésien et un Kabyle, par exemple. L’unité de la France est donc avant tout le résultat d’une volonté politique d’unification nationale (ce qui en soit n’est pas une découverte) et toute doctrine ou politique raciste ne peut s’y implanter durablement faute de trouver un contretype solide à opposer au « Français authentique ».

2A l’appui de cette thèse, les auteurs mobilisent un impressionnant jeu de données qui balaie l’ensemble de ce qui constitue l’ordinaire d’une vie humaine afin de démontrer l’irréductibilité des caractères régionaux à un caractère national. Rien, ou presque, n’est oublié : les manières dont on se met en ménage (élargi ou non, en hébergeant un autre membre de la famille ou non…), celles dont on fait les enfants (à quel âge, dans ou hors mariage…) ou dont on ne les fait pas (abstinence, célibat, contraception, avortement), celles de consommer, celles de mourir ; les rapports entre hommes et femmes ; les logiques de mobilité géographique ; l’éducation ; les « pathologies sociales » ; la spécialisation professionnelle ; la religion ; la politique. La mise en forme cartographique de ces données permet ainsi de visualiser la distribution différentielle de telle ou telle caractéristique sur la surface du territoire et de faire apparaître de grandes oppositions régionales corrélées entre elles, autrement dit qui font système. Pour schématiser, on ne se marie pas, ne se reproduit pas, ne mange pas, ne vote pas et ne meurt pas de la même manière à Brest qu’à Albi et ce, depuis des temps quasi immémoriaux.

3Quelle est donc la clé d’explication de cette permanence des spécificités régionales françaises ? Elle est donnée avant même que ne s’ouvre cet atlas, dans le chapitre introductif intitulé « Anthropologie historique de la France ». Les auteurs se défendent soigneusement de tomber dans le piège d’une interprétation culturaliste qui figerait les caractéristiques régionales dans l’éternité en les soustrayant à l’histoire. On en aurait trop vite conclu que seul le Francilien y était entré (puisqu’il s’agit de la seule région où les caractéristiques listées ci-dessus ne font pas système) et que toutes les autres étaient restées en dehors. Ce qui du point de vue de la charge que représente l’ouvrage contre une certaine pensée contemporaine n’aurait pas été le moindre des paradoxes. Plutôt que d’en appeler à la culture, ils en appellent à la structure et, plus spécifiquement, aux structures familiales et aux systèmes de parenté. C’est la permanence de types familiaux spécifiques qui explique la permanence de la différentiation des mœurs et pratiques régionales. Tout est dans la famille : la religion, la politique, le suicide, l’alcoolisme, la plus ou moins grande liberté des femmes, l’éducation, etc. Et la famille, elle, ne s’explique pas.

4Et c’est là le principal problème théorique posé par cet ouvrage. Il ne s’agit pas ici d’affirmer que la famille n’expliquerait pas les phénomènes dont il rend compte. De ce point de vue, l’ouvrage est assez convaincant. Mais la portée explicative de n’importe quelle variable à laquelle le chercheur attribue ce statut est suspendue à une condition : que cette variable ait été elle-même expliquée. Prenons un exemple simple. Le genre détient un fort potentiel de pronostic. Connaissant le sexe d’une personne, je peux pronostiquer, sans trop de risques d’erreur, quelles seront, par exemple, ses pratiques en termes de travail domestique. Pour autant ce potentiel de pronostic ne devient potentiel explicatif que si je peux en expliquer les raisons. Autrement dit, uniquement si je suis en mesure de rendre compte de la construction sociale du sexe et de sa signification sociale. On pourrait dire exactement la même chose au sujet des différences de pratiques culturelles selon les classes sociales. Or, si les auteurs montrent bien qu’il est possible d’établir des pronostics fiables s’agissant de l’influence des types familiaux sur un vaste ensemble de pratiques, s’agissant d’expliquer la famille, le livre faillit. Surtout, ses auteurs s’arcboutent sur une explication par la famille « en dernière instance » dans leur volonté de rompre avec ce qu’ils désignent comme un économisme dominant et réducteur en sociologie, que celle-ci soit désignée comme « marxiste » ou « libérale ». On notera au passage l’anachronisme de l’anathème (ainsi que sa gratuité). Il y a bien longtemps que cette opposition (abusivement réductrice) n’a plus de sens et il n’est pas certain qu’elle fut un jour pertinente. On pourra objecter également qu’il n’y a pas que de l’économique dans l’économie. Celle-ci relève d’une analyse en termes de fait social total, tout phénomène économique comportant également des dimensions symboliques, politiques, etc.

5Mais revenons à l’essentiel. La famille ne serait donc redevable d’aucune explication. Elle serait le produit de hasards remontant à l’époque préhistorique (p. 85). Certaines formes se seraient développées de manière endogène, d’autre auraient été importées par les invasions barbares, certaines seraient le produit d’hybridations et toutes découleraient de différences dans la conception et l’exercice de l’autorité laquelle ne s’explique pas non plus. Il y a dans cette interprétation comme une amputation et il aurait été probablement plus simple, plus judicieux et plus solide scientifiquement d’adopter une posture perspectiviste sur le modèle du Weber de l’Ethique protestante qui, tout en affirmant vouloir s’intéresser aux aspects moraux et religieux de la genèse du capitalisme en Occident, n’en rejette pas pour autant la prise en compte d’autres causes, parmi lesquelles les conditions économiques. Il eut été plus sage d’être un peu plus nuancé et d’admettre une pluralité causale, ne serait-ce que pour être pris un peu plus au sérieux et cela d’autant plus que toutes les interprétations présentées comme concurrentes et exclusives de la thèse du livre sont rejetées d’un simple revers de la main, par des assertions parfois tautologiques et assénées comme des vérités ultimes, sans autre forme de procès. Ajoutons à cela que les cartes présentées (en dehors de celles du dernier chapitre) sont construites à partir de données datées (les plus récentes ont près de 40 ans) et que, depuis, la société française a bien évolué. Mais peut-être que cette actualisation aurait mis à mal le parti pris théorique de l’ouvrage, celui de la stabilité relative des systèmes de parenté, laquelle repose en grande partie sur le maintien d’une paysannerie supposément sujette à l’inertie. Or, en 40 ans, le monde rural a connu des changements profonds, dans toutes ses dimensions. Ce choix de ne pas actualiser les données peut ainsi s’expliquer par la thèse de l’ouvrage (puisque cela ne bouge guère, pourquoi chercher à démontrer le contraire) et est donc bien fait pour la valider. Le résultat va ainsi à l’encontre d’une des intentions proclamées par les auteurs : celle de ne pas inscrire dans l’éternité les modèles régionaux dégagés par l’analyse. Bien qu’ils soulignent à diverses reprises que l’histoire produit de l’anthropologique et que les structures ne sont donc pas immuables, le biais culturaliste et substantialiste revient régulièrement dans leurs propos. Si les peuples ne sont pas essentialisés, les systèmes de parenté, eux, le sont. Il en va ainsi de la structure « naturellement nucléaire » des ménages bretons, trait « éternel et immuable » (p. 51) et de la faiblesse de l’implantation du PCF dans « les provinces vivant sans problèmes au rythme d’une tradition éternelle et rassurante » (p. 55).

6Cette dernière citation amène à discuter de la tournure que prend l’affirmation d’une certaine normativité politique, omniprésente dans cet ouvrage, et qui se drape dans le costume du psychiatre. Il ne s’agit évidemment pas de condamner les auteurs au nom de la neutralité axiologique, mais de pointer un positionnement politique très discutable dans sa façon d’opposer le pathologique non pas au normal (à la manière de Durkheim), mais au sain. Il en va ainsi de l’opposition entre la « gauche traditionnelle, équilibrée et libérale » et le communisme, « idéologie nécrosée » (p. 53). Ou encore de l’interprétation de l’implantation de l’extrême droite comme symptôme névrotique ou para-névrotique au même titre que les internements psychiatriques, les viols, les couples mariés sans enfants (!), qui sont autant de manifestations de « malaise mental » (p. 189). Le dernier chapitre, inédit est ainsi intitulé « Société saine et société malade » et se conclut sur l’affirmation que ce qui se joue sur le terrain politique contemporain n’est pas l’affrontement entre une « gauche molle » (comprenant la social-démocratie et le centre aux relations désormais apaisées) et une droite dure (incarnée par l’UMP et le FN), mais entre une société saine et une société malade (p. 409). Quant aux forces de gauche qui ne se reconnaîtraient pas dans ce schéma binaire et que les auteurs n’ont pas aperçues, à coup sûr, leur résurgence ne saurait manifester rien d’autre qu’une poussée de fièvre pathologique. Comme il semble qu’ils n’aient pas aperçu la manière dont l’extrême droite française instrumentalise désormais les « identités » régionales « authentiques » et « immuables » comme fondements de l’identité nationale. C’est le cas de groupuscules comme le Bloc identitaire, mais également du FN dont la candidate agitait le drapeau corse lors d’un récent déplacement dans l’île. De ce point de vue, il n’est pas sûr que leur ouvrage ne soit pas récupéré par ceux-là mêmes qu’il entend combattre et disqualifier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Caveng, « Emmanuel Todd, Hervé Le Bras, L'invention de la France. Atlas anthropologique et politique », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2012, mis en ligne le 14 avril 2012, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8136

Haut de page

Rédacteur

Rémy Caveng

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Picardie Jules Verne, chercheur au CURAPP-ESS (Centre universitaire de recherche sur l'action publique et le politique - Épistémologie et sciences sociales, UMR 6054), chercheur associé au CSE-CESSP (Centre de sociologie européenne - Centre européen de sociologie et de science politique, UMR 8209, Université Paris 1 - EHESS) et au CREST-LSQ (Insee)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page