Navigation – Plan du site

Frédéric Encel, Atlas géopolitique d'Israël. Aspects d'une démocratie en guerre

Eric Keslassy
Atlas géopolitique d'Israël
Frédéric Encel, Atlas géopolitique d'Israël. Aspects d'une démocratie en guerre, Editions Autrement, coll. « Atlas/Monde », 2012, 96 p., 1ère éd., 2008, ISBN : 9782746732124.
Haut de page

Texte intégral

1Aussi surprenant que cela puisse paraître, le géopolitologue Frédéric Encel nous propose ici le tout premier atlas géopolitique d’Israël – même s’il s’agit en fait d’une nouvelle édition augmentée et actualisée d’un ouvrage paru initialement en 2008. Reste que compte tenu de l’incontestable importance prise par ce petit pays du Proche-Orient dans le débat public, on peut effet être étonné qu’une telle publication n’ait pas déjà réalisée. L’auteur de Géopolitique de Jérusalem (2008) et de Géopolitique d’Israël (avec François Thual, 2011) comble ainsi utilement une lacune éditoriale, action d’autant plus précieuse que les préjugés qui polluent la perception de l’Etat hébreu dans notre pays sont particulièrement nombreux. Chaque double-page contient les cartes (et les tableaux ou graphiques) nécessaires à la compréhension du point abordé par le géopolitologue afin de faire droit à la réalité qu’elle soit historique (« Du sionisme à l’Etat d’Israël »), démographique, sociologique, politique, énergétique, économique, stratégique, sécuritaire et diplomatique. C’est donc un atlas particulièrement complet qui ne se contente pas de nous livrer des croquis : chaque problématique est bien posée et explicitée.

2On peut se réjouir d’une telle exhaustivité car, comme l’indique l’auteur dans son avant-propos, les citoyens qui s’expriment sur le passé, le présent ou le futur de l’Etat juif en ont souvent des connaissances « approximatives ». On ne peut que regretter cette approche partielle – pour ne pas écrire « partiale » – sur un dossier qui déclenche tant de passions (une passion directement à l’origine du manque d’objectivité ?). Cela est d’autant plus navrant que les enjeux des questions abordées autour d’Israël engagent l’ensemble de la région tout en ayant des répercussions internationales fondamentales. Il faut également tenir compte du fait que les territoires étudiés contiennent des dimensions très complexes : par exemple, des populations aux intérêts antagonistes sont mêlées sur des zones à très faible superficie. Pour toutes ces raisons, l’Atlas géopolitique d’Israël est extrêmement salutaire.

3L’analyse du sous-titre proposée par Frédéric Encel est également intéressante. Le premier terme – « défi » – est évident dans la mesure où Israël doit se positionner face à de nombreuses problématiques qui engagent sa pérennité. Ensuite, l’Etat juif est la seule réelle démocratie de la région qui comme toutes les démocraties du monde présente des manquements et des limites. En l’occurrence, il n’est pas possible de bien comprendre la situation de ce pays sans avoir en tête qu’il est régit politiquement par un scrutin proportionnel intégral qui donne naissance à des coalitions gouvernementales à la cohérence politique discutable. Une démocratie où dès lors peut s’exercer une forme de « tyrannie de la minorité » : un petit parti sachant que son soutien est essentiel peut obtenir de grandes concessions de la part d’un gouvernement quelque peu impuissant s’il veut se maintenir en place. Par ailleurs, le débat public en Israël est éminemment démocratique : à l’instar du mouvement des indignés qui, récemment, a démontré combien une grande partie des citoyens souhaitaient que les budgets alloués à la sécurité extérieure du pays soient utilisés pour lutter contre des inégalités de plus en plus vives. La difficulté est qu’Israël est plongé dans une guerre permanente : pour lutter contre les mouvements terroristes, mais aussi pour contenir les obsessions d’Etats qui n’hésitent pas à proclamer plus ou moins ouvertement leur volonté de le voir purement et simplement disparaître. Dans cette perspective, une question captivante est de savoir comment l’Etat hébreux va amortir le choc du « printemps arabe » – qui fut pour lui une véritable surprise.   

4L’Atlas géopolitique d’Israël de Frédéric Encel nous aide à cerner toutes ces questions. On signalera aussi les annexes particulièrement utiles : les textes fondateurs (la déclaration Balfour du 2 novembre 1971 et le discours de proclamation d’indépendance du 14 mai 1948), des informations sur les chefs d’état-major et grands généraux qui sont si importants pour la vie politique israélienne, un glossaire complet, une chronologie et une bibliographie. On l’a compris : cet ouvrage est une mine d’informations qui nous aide à comprendre « objectivement » la situation d’un Etat qui intéresse tant. Près de 100 cartes qui expliquent tout… La citation placée en exergue est de Jean-Paul Sartre : « J’ai toujours souhaité et je souhaite encore que le problème juif trouve une solution définitive dans le cadre d’une humanité sans frontières mais, puisqu’une aucune évolution sociale ne peut éviter l’indépendance nationale, il faut se réjouir qu’un Etat israélien viennent légitimer les espérances et les combats du monde. » Datant de 1949, elle paraît encore d’une troublante actualité…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Frédéric Encel, Atlas géopolitique d'Israël. Aspects d'une démocratie en guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 18 avril 2012, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8150

Haut de page

Discipline

Démographie

Géographie

Histoire

Science politique

Sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page