Navigation – Plan du site

François Chesnais, Les dettes illégitimes : Quand les banques font main basse sur les politiques publiques

Nicolas Béfort
Les dettes illégitimes
François Chesnais, Les dettes illégitimes. Quand les banques font main basse sur les politiques publiques, Paris, Raisons d'agir, 2011, ISBN : 978-2-912107-60-2.
Haut de page

Texte intégral

1Le dernier livre de F. Chesnais propose une appréhension dynamique et « pédagogique » de la crise actuelle. Traitant en partie de la « crise de l’euro », l’auteur ne se prononce pas pour une sortie de la monnaie unique mais plutôt pour la persistance des différents espaces européens et de leur utilisation pour construire des luttes sociales. Décrite comme une crise exceptionnelle, la crise de l’euro apparaît après lecture comme le produit inexorable d’une construction institutionnelle débutée durant les années 70. La thèse que cherche à démontrer F. Chesnais est que la « crise des dettes publiques » actuelle est le résultat de la finance et que les travailleurs en subissent la double peine : hausse du chômage et politiques d’austérité.

2En conséquence, l’auteur mobilise, de façon accessible pour le non-économiste, les éléments de critique théorique de la finance issus des corpus marxistes et keynésiens. Ainsi, le premier conduit à interroger le rôle fondamental des banques, tandis que le second est principalement utilisé pour la lecture des mécanismes spéculatifs. L’auteur a choisi de les présenter dans des encarts clairement signalés qui permettront aux non-spécialistes de saisir deux fondements critiques majeurs pour le domaine, il n’hésite pas, par ailleurs, à effectuer un retour analytique clair et accessible sur l’histoire des institutions financières depuis les Trente Glorieuses.

3L’ouvrage est composé de trois chapitres qui sont autant de clés de compréhension de la crise actuelle, de ses origines et des causes l’ayant provoquée. Nous nous proposons de présenter ici chacun de ces éléments d’analyse.

4Le premier sur lequel nous souhaitons revenir concerne la « crise de l’endettement des États ». En effet, sujet d’actualité récurrent, le « problème » des dettes publiques nécessite quelques explications. L’auteur montre que la crise actuelle est le résultat d’une crise de suraccumulation et de surproduction, notamment dans les secteurs immobilier et automobile. Lors de l’éclatement de la crise des subprimes, les États ont fait le choix de venir au secours des établissements financiers en danger. C’est alors qu’ils ont dû s’endetter. F. Chesnais rappelle que le début des crises a été différencié. Ainsi, en Europe, ce sont d’abord l’Irlande et l’Espagne qui ont été touchées : dans ces deux pays s’étaient respectivement concentrées le plus d’activités financières et immobilières. Pour le cas de la Grèce, l’auteur précise les origines de la dette en rappelant qu’elle a été contractée notamment à l’époque de la dictature. Cependant, l’état des finances de l’État avait été dissimulé « par le gouvernement de Costas Karamanlis (…) avec l’aide de Goldman Sachs »(p. 105). Dès lors, une simple explication de l'origine immédiate de ces crises ne serait visiblement pas suffisante. C’est un des grands intérêts de l’ouvrage : proposer une lecture depuis les années 80 des mécanismes de développement de la finance.

  • 1  Dès la fin des années 1980
  • 2  Fonds d’investissement réalisant essentiellement des placements à hautrisque et incontrôlés de cou (...)
  • 3 Société financière réalisant des placements collectifs

5Une des conclusions intermédiaires de F. Chesnais tient en la démonstration convaincante de la récente construction institutionnelle ayant permis l’émergence d’une finance telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le développement des institutions financières contemporaines a répondu à l’impératif de reconstitution du « capital de placement ». Suite à la crise de 1929, s’est amorcée une période de recul important de la place de la finance. L’exemple le plus marquant du livre est le Glass SteagallAct (1993) américain qui séparait les activités de dépôt et d'investissement des banques. Il a été nécessaire, pour que le système financier puisse se développer à nouveau, de rendre disponibles des capitaux. L’auteur distingue trois étapes majeures. La première a tenu en la création d’un marché de capitaux spécifiques pour l’URSS afin que ses avoirs ne soient pas bloqués. La seconde a eu lieu à la City de Londres entre 1976 et 1978 suite aux « chocs pétroliers ». En effet, l’augmentation brutale du prix du pétrole a provoqué un afflux massif de nouveaux capitaux qualifiés de pétrodollars. Bénéficiant des conditions déjà favorables de la place financière londonienne, il a été possible de recycler ces capitaux et de s’en servir sur ces marchés. Enfin, l’émergence des fonds de pension en réponse à la disparition ou l’absence de systèmes publics de retraites1 sous forme de Hedgefunds2ou de Mutualfunds3 ont fourni des capitaux massifs disponibles et devant être rentabilisés. La conjonction de ces trois faits a permis de remplir la condition de reconstitution du capital de placement financier. Cependant, et c’est ce que précise la deuxième partie du livre, les institutions financières ont-elles aussi dû s’adapter aux nouveaux marchés. La manipulation de masses de capitaux aussi importantes et la confiance nécessaire pour l’accord de prêts impliquaient la constitution de « conglomérats financiers ». Ainsi, les banques ont-elles aussi connues plusieurs étapes d’évolution. Après avoir tiré des bénéfices des émissions obligataires des eurodollars, elles ont été déstabilisées par les libéralisations des marchés menées par R. Reagan et M. Tatcher. Parallèlement à ce problème d’adaptation, elles ont été concurrencées par les hedgefundset les mutualfunds. Elles ont adapté leur stratégie en participant aux fonds cités précédemment. Ainsi, la formation de ces conglomérats financiers et la reconstitution des capitaux de placements ont donné naissance à la finance actuelle en permettant la constitution d’une croissance par endettement.

6Le dernier enseignement du livre est la contestation de l’idée de crises émergeant ex nihilo. Notamment, dans les deux premiers chapitres de l’ouvrage, l’auteur, après avoir mis en évidence les éléments historiques présentés plus haut, revient sur la succession des crises financières depuis le début des années 90. Par exemple, il montre le lien qu’il est possible de faire entre la crise asiatique de la fin des années 90 et la crise actuelle, toutes deux fondées sur une crise de surproduction immobilière. Suite à l’explosion de la bulle spéculative, les capitaux se sont d’abord tournés vers l’Amérique du Sud puis vers les actifs adossés aux nouvelles technologies. Suite à l’explosion de la « bulle internet » a émergé une nouvelle bulle spéculative sur l’immobilier avec les subprimes. L’auteur montre une « double régularité » des crises. Régularité « temporelle » des crises : à la lumière du livre, il est possible d’envisager une crise financière plus ou moins importante tous les trois ou quatre ans. La seconde tient en l’existence de caractéristiques similaires. Celles-ci conduisent à une augmentation des profits, déconnectée de la valeur réelle des biens concernés, jusqu’à l’éclatement de la bulle. Suite à cela, une nouvelle bulle se forme autour d’autres biens. Ces résultats, connus de bon nombre d’économistes, sont somme toute importants à rappeler étant donné le contexte politique et médiatique actuel. Bien qu’elle puisse être légitime, la question des cycles n’est pas abordée ici.

7Cet ouvrage paraît avant tout comme un ouvrage politique, assis sur une connaissance solide de la finance. Mettant en ordre logique des éléments d’analyse du secteur, l’ouvrage donne des outils affûtés à qui souhaite comprendre et débattre de la crise actuelle. Face au discours médiatique affirmant qu’il faudrait « rentrer dans la mondialisation » et quitter un modèle « désuet », l’ouvrage est une excellente réponse pour au moins deux raisons. D’une part, il montre que les pays occidentaux sont déjà rentrés dans ce processus de mondialisation et malgré la persistance de formes de protection sociale, elles tendent à disparaître. D’autre part, il permet de pouvoir revenir sur la répétition des crises et de replacer la situation actuelle dans une dynamique longue de crises successives.

8Le problème avec ce type de documents est de réussir à déterminer si le lecteur non familier en sera convaincu. Nous pensons que c’est à cet endroit que nous pouvons douter de la portée de l’ouvrage. Malgré une présentation relativement claire des arguments, nous pensons que le livre s’adresse en premier lieu à un lecteur déjà sensible à une certaine approche de la crise. Celui-ci trouvera dans l’ouvrage des arguments lui permettant de comprendre les « approximations » quotidiennes concernant la crise et des propositions d’action politique. Nous l’avons dit, l’auteur ne propose pas de sortir de l’Euro. Au contraire, il estime qu’il est nécessaire d’y rester, mais que soient lancés des mouvements de contestation à travers toute l’Europe dans le but de l’appropriation sociale des banques et de la « restructuration » des dettes.

Haut de page

Notes

1  Dès la fin des années 1980

2  Fonds d’investissement réalisant essentiellement des placements à hautrisque et incontrôlés de couvertures contre les fluctuations d’un type de marchés

3 Société financière réalisant des placements collectifs

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Béfort, « François Chesnais, Les dettes illégitimes : Quand les banques font main basse sur les politiques publiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 avril 2012, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8156

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Béfort

Etudiant en M2 Patrimoine Environnement et Développement Durable (recherche, URCA), UMR FARe-INRA (614)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page