Navigation – Plan du site

Paul Bacot, Les mots des élections

Noumbissie M. Tchouaké
Les mots des élections
Paul Bacot, Les mots des élections, Presses universitaires du Mirail, coll. « Les mots de », 2012, 127 p., ISBN : 978-2-8107-0124-7.
Haut de page

Texte intégral

1D’« Abstention à Vote », Les mots des élections révèle les diverses perceptions ou sens des mots qui sous-tendent le rituel des élections. De prime abord, l’on peut s’interroger sur la nécessité d’un énième abécédaire électoral. Pourtant, l’ouvrage de Paul Bacot, de part sa période de parution, moment électoral en France, a une place de choix dans la collection des mots des Presses Universitaires du Mirail. Il répond ainsi à une réelle préoccupation pédagogique comme civique. D’autant plus, que pour les électeurs comme pour les hommes politiques, les élections constituent un rituel important de la vie politique, un moment fondateur qui offre aux membres de la collectivité le droit de désigner les titulaires des rôles politiques et de choisir leurs représentants.

2En choisissant de s’intéresser aux vocabulaires de la compétition politique, Paul Bacot n’est pas en terrain inconnu. Professeur de Science Politique à l’Institut d’études politique de Lyon, Directeur de la Revue Mots. Les langages du politique, il s’attarde au quotidien à faire comprendre la construction verbale du politique autant que les subtilités de la politique.

3Le format 11x 22 informe sur les destinataires de l’œuvre. Sous forme de bréviaire, Les mots des élections, est un inventaire des mots indispensables à la compréhension des pourtours et pratiques électorales en France. Dans une langue dépouillée, les mots, que l’auteur présente comme ceux de la concurrence et surtout de la compétition retrouvent une clarté. Empruntant les discours propres à l’économie, au sport comme à la science polémologique, le rituel électoral est constamment éclairé. L’organisation des mots ramène au pense-bête destiné aux étudiants ou aux enseignants.

4La présentation des mots n’épouse pas un canevas convenu. Toutefois, la définition des mots revient très souvent sur la perception habituelle. Puis, dans un second temps, insiste sur la conception classique des mots et surtout sur leur importance dans la compréhension de l’univers électoral. Mettant en exergue « Proximité », ce mot a priori éloigné des préoccupations des cuisines électorales, a pourtant toute son importance dans Les mots des élections. Nous apprenons ainsi, que « la logique de la représentation implique toujours une tension entre la proximité et la distance dans la relation représentant-représenté ». Ainsi, l’auteur ne se cantonne pas aux termes juridico-politique qui expliquent sans fioriture la pratique électorale en France. Les mots choisis amènent à vivre les élections de la construction des candidatures aux soirées électorales.

5Le soin que l’auteur prend à présenter le sens des mots n’occulte pas la liberté qu’il s’octroie dans le choix de ceux-ci. Dans son envie de démystifier le discours électoral et même politique, il ne se fixe pas de bornes territoriales. C’est ainsi que nous retrouvons des mots comme « Pêche » « Vingt et un avril ». Ces deux mots meublent en permanence l’espace politique et électoral français. (Discours, débats, entretiens etc.…). Le vingt et un avril a, depuis 2002, marqué l’imaginaire socio-politique français. Ce jour-là, la qualification du candidat de l’extrême droite, et surtout l’élimination de tous les candidats de gauche, et surtout du favori du parti socialiste, Lionel Jospin, dès le premier tour avait eu un effet de tremblement de terre dans la société française. Paul Bacot met en relief à bon escient le vingt et un avril. Il souligne que, depuis lors, vingt et un avril désigne une catégorie d’événements potentiels.

6Quand l’on découvre à côté des mots estimation, code, clientèle etc.… des mots et expressions qui rappellent le langage politique et juridique des élections, le mot « Pêche », l’on prend le temps d’y voir plus clair. La présence de ce mot justifie les ambitions de l’auteur. En affirmant que « la pêche à la ligne est censée être l’activité à laquelle s’adonnent les abstentionnistes », Paul Bacot nous amène à la découverte de la sociologie électorale et même politique de la France. L’élection représente, autant pour les candidats que pour l’électeur, un temps de mise en scène. L’électeur, qui ne veut pas s’investir dans la validation du miroir symbolique des propositions des candidats, s’isole, il pratique l’activité la plus reposante pour l’heure, la pêche à la ligne.

7Les mots des élections ne peut sûrement pas être un petit livre pour des observateurs avertis. Il permet de comprendre les mécanismes autour et dans les procédures électorales en France. Il rend moins hermétique le langage électoral, met à disposition des clés pour leur compréhension. En usant des moyens intellectuels de la sociologie politique, des sciences politiques et même parfois de l’humour, Paul Bacot nous propose l’introspection de la France durant le temps électoral. Les mots traduisent la solidité des institutions. Les mots mettent à nu les mentalités et les comportements et surtout soulignent l’importance du temps politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noumbissie M. Tchouaké, « Paul Bacot, Les mots des élections », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 22 avril 2012, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8178

Haut de page

Rédacteur

Noumbissie M. Tchouaké

Enseignant à la Faculté des Lettres de l'Université de Dschang (Cameroun) Membre du Groupe de Recherche. Histoire et cultures politique (GRHCP).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page