Navigation – Plan du site

Carlos Maffi, Le Souvenir-écran de la psychanalyse. Freud, Klein, Lacan. Ruptures et filiations

Loïc Geffrotin
Le Souvenir-écran de la psychanalyse
Carlos Maffi, Le Souvenir-écran de la psychanalyse. Freud, Klein, Lacan. Ruptures et filiations, Éditions du Félin, coll. « Les marches du temps », 2012, 379 p., ISBN : 978-2-86645-757-0.
Haut de page

Texte intégral

1Avec Le Souvenir-écran de la psychanalyse. Freud, Klein, Lacan. Ruptures et filiations, Carlos Maffi signe un livre très stimulant. L'auteur est psychanalyste, membre de la Société Psychanalytique de Buenos Aires, et docteur à l'Université de Paris VII. Ce livre est le fruit d'une réécriture six ans durant de sa thèse. S'adressantà ses confrères et consœurs psychanalystes, il cherche à montrer que Klein et Lacan ont été en rupture complète avec des théories centrales de Freud, tout en se présentant comme ses plus fidèles continuateurs. Cette rupture, présentée comme une filiation, se dissimule derrière le thème de la rupture épistémologique de Freud d'avec les scientifiques de son époque. Carlos Maffi va chercher à montrercomment de telles opérations ont été rendues possibles, quels en sont les objets, et quels enseignements il faut en tirer pour la théorie et la pratique psychanalytique. L'enjeu du livre est de comprendre le rapport qu'entretient la psychanalyse avec le réel, et si ce rapport est lié à une compréhension matérialiste et moniste de la relation corps-esprit.

2L'opération de rupture-filiation se cristallise dans le récit de l'invention de la psychanalyse par Freud et le récit de la continuité de ses héritiers. Certes, Freud lui-même a thématisé son « isolation » des milieux scientifiques, et l'importance fondamentale de son auto-analyse, comme lui ayant permis de mettre au point la psychanalyse. Freud n'est donc redevable de personne, il n'a pas de prédécesseurs, il s'est ''fait lui-même'' en rupture totale avec son époque et on peut même dater le moment où il rompt avec ses anciennes conceptions explicatives biologisantes, celle du trauma : le 21 septembre 1897. Ce jour-là, le médecin viennois adopte la théorie du fantasme, plus moderne. Pour Carlos Maffi, il s'agit d'un souvenir-écran, un souvenir qu'on ne questionne pas, qui cache en fait une autre histoire, refoulée. Que cache alors ce « souvenir » autour de l'autocréation freudienne, dont on peut repérer exactement la marque temporelle, comme étant l'abandon complet d'une théorie pour une autre ? Carlos Maffi va investiguer afin de voir si ce « récit » résiste à l'épreuve des faits.

  • 1  Olga Anderson, Freud avant Freud, La préhistoire de la psychanalyse, 1886-1895, Synthélabo, 1962 ; (...)

3Pour cela, l'auteur va analyser dans le détail la supposée rupture freudienne avec la tradition qui l'a précédé, en particulier Charcot. Pour cela Carlos Maffi va se baser sur les travaux d'historiens de la psychanalyse1dont il fait la synthèse. Il va également comparer les écrits de Freud et ceux de Charcot, chez qui on retrouve une grande proximité plus qu'une véritable rupture. Car Freud est l'enfant de son époque, il partage avec les autres scientifiques l'hypothèse d'un monisme physiologique d'inspiration darwinienne. Pour le penseur viennois, la psychanalyse doit être une science naturelle. Ainsi selon Gladys Swain, Freud et Charcot « sont convaincus de la nature matérielle des "lésions dans la sphère des "idées" » Autrement dit pour Carlos Maffi : « l'appareil psychique est lié par une forte dépendance aux lois biologiques du corps. » (p. 66-67). Pour Maffi, 1897 est un tournant, mais il ne s'est pas passé ce que la tradition a retenu : en fait, le réel du trauma est remplacé par réel de l'expérience du désir sexuel infantile, et non par les faits symboliques/fantasmes, contrairement à ce qu'on croit. Il s'agit donc de tenir compte de la réalité psychique.

4Autour du 21 septembre 1897, l'importance du fantasme apparaît chez Freud. Pour autant la théorie du trauma, et avec elle son paradigme historico-biologique, ne disparaît pas. En effet, si on ne peut pas retrouver de traces dans le passé du patient de ce trauma, sans doute a-t-il eu lieu dans le passé de l'humanité. Reprenant la théorie de Haeckel voulant que l'ontogenèse répète la phylogenèse, Freud avance qu'une névrose, si elle ne semble pas avoir d'explication dans l'histoire du malade, est la conséquence d'un événement ayant eu lieu dans un passé plus lointain. Si le psychisme est réel, Freud ne s'enferme pas dans un solipsisme, et va toujours rechercher des causes effectives, en dehors du sujet.

5Quel va être le destin du « réel » dans la tradition psychanalytique ? Mélanie Klein se présente elle-même comme prolongeant les recherches freudiennes au-delà de la frontière où Freud s'était arrêté : les aspects archaïques de la personnalité, les anxiétés précoces, le nourrisson. Cette prolongation ne va pas se faire, selon Carlos Maffi, sans torsion. En effet, la « réalité psychique » signifie chez Freud la découverte du « caractère réel du psychisme », tandis que chez Klein c'est le « caractère psychique de la réalité » qui va être thématisé : notre vision du monde va être déterminée par nos fantasmes. Ceci modifie le statut de l'objet. Pour Freud celui-ci est réel, extérieur, inactif. Tandis que pour Klein, l'objet est un fantasme, intérieur, et actif. Autrement dit tout est intérieur, donc il y a une primauté du fantasme.

  • 2  Joël Dor, Introduction à la lecture de Lacan, Denoël, 1992.

6Jacques Lacan, annonce un « retour à Freud » et se félicite d'avoir compris le véritable sens de la parole freudienne. Il va en fait radicaliser les positions de Klein : quand il avance « l'inconscient est structuré comme un langage », ceci induit pour Carlos Maffi que « l'originaire n'appartient plus à l'histoire ni à la biologie mais au langage et plus précisément à sa structure. » (p. 228). Lacan avance ainsi que le langage est la condition de l'inconscient. Le fantasme est conçu comme une insatisfaction permanente, inhérente au langage (pas seulement à l'enfance comme chez Klein). Il y a donc un primat du fantasme sur l'objet. De cette conception du fantasme, va découler une relecture de Freud : l'objet est toujours perdu (« l'objet a »), et la satisfaction est impossible. Pour montrer que Lacan fait un contresens dans sa lecture des textes de Freud, Maffi va confronter de larges extraits des deux auteurs. Il va également se baser sur les présentations de Lacan par Joël Dor2.

7Tout comme Freud, Lacan est le fruit de son époque. Ainsi des penseurs comme Althusser, Foucault, ou Levi-Strauss, dans leur lecture de la psychanalyse, vont chercher, comme Lacan, à éliminer le versant matérialiste biologiste et historien de Freud, et appuyer à l'inverse l'aspect structural : les origines sociales de l'homme ne sont pas à chercher dans son passé, dans une supposée origine de l'humanité, mais dans des structures fondamentales de l'esprit humain. Ceci est une remise en cause de l'évolutionnisme (compris comme historicisme, génétisme, et biologisme) et du référent (rupture avec le physicalisme et le naturalisme).

8La critique du psychanalyste argentin est intéressante, car le paradoxe suivant est souligné : Klein et Lacan se revendiquent de la plus pure tradition freudienne. Pourtant leurs positions sur le primat du symbolisme, ressemblent étrangement à Jung, le célèbre dissident. Il souligne également l'influence de Cassirer, quoi que non cité par Klein elle-même, il sera plus visible chez ses lieutenants et disciples. À l’inverse on ne s'attaque pas directement à Freud, mas à Jones, son bras droit. Tout l'enjeu du fantasme, est la définition de la « réalité ». Changer le sens de cette réalité, la déplacer du côté du fantasme et du symbole, va remettre en cause le matérialisme moniste de Freud.

9Ayant tous ces éléments à l'esprit, on peut mieux saisir d'où vient cette impression de rupture en 1897. Elle est rétrospective, elle date des années 1950. On passe alors d'un paradigme biologiste à un paradigme sémiotique en Angleterre, puis structural en France. Cette théorisation de la rupture va être alimentée par la publication de la correspondance Freud - Fliess. D'autre part, le discours de Freud se revendiquant comme seul unique fondateur de la psychanalyse, lors de son isolation scientifique et grâce à son auto-analyse, apparaît au moment de la scission avec Adler et Jung en 1914. Jusqu'alors, il se disait entièrement redevable de Joseph Breuer, avec qui il avait écrit les Études sur l'hystérie. Mais même si Freud thématise sa rupture avec la tradition contemporaine, il en maintient tout de même les présupposés matérialistes. Au contraire, la relecture de cette rupture à partir des années 1950 va se faire dans le sens de l'idéalisme.

10Le livre se conclut en disant que le lacano-kleinisme a fait son temps. Mais il ne s'agit pas d'un livre anti-lacanien qui prônerait un véritable « retour à Freud ». Au contraire, Carlos Maffi pense également que le lacanisme a été un moment une solution créative aux impasses freudiennes (le « tout biologique » comme explication), mais de même aujourd'hui, le « tout symbolique », qui se centre sur le sexuel « sans aborder la question de la satisfaction pulsionnelle est peu à peu devenu intenable » (p. 346). Pour l'auteur, ceci laisse la place à l'entrée de nouveaux paradigmes, reste à déterminer lesquels.

11Le livre de Carlos Maffi est précieux car il pointe tous les enjeux derrière les querelles de personnes, et de mots, car cela touche à la conception du rapport au malade, à la psychanalyse, etc. Il revient sur les débats clefs qui ont vu l'émergence de grands penseurs et praticiens : Freud, Klein, Lacan. Il confronte leurs positions, texte à l'appui. Le livre est dense, mais central pour saisir l'histoire de la psychanalyse, de ses concepts et de sa pratique. Il nous donne de nombreuses clefs pour décrypter tous les textes fondamentaux de cette science. On espère que ce livre recevra des réponses des courants ici visés, car il touche à l'essentiel de leur doctrine.

Haut de page

Notes

1  Olga Anderson, Freud avant Freud, La préhistoire de la psychanalyse, 1886-1895, Synthélabo, 1962 ; Kenneth Levin, Freud's early psychology of the neuroses : a historical perspective, University of Pittsburgh Press, 1978 ; Henri Ellenberg (1970), Histoire de la découverte de l'inconscient, Fayard, 1994 ; Marcel Gauchet et Gladys Swain, Le vrai Charcot, les chemins imprévus de l'inconscient, Calmann-Lévy, 1997.

2  Joël Dor, Introduction à la lecture de Lacan, Denoël, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Geffrotin, « Carlos Maffi, Le Souvenir-écran de la psychanalyse. Freud, Klein, Lacan. Ruptures et filiations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 avril 2012, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8196

Haut de page

Rédacteur

Loïc Geffrotin

Professeur de philosophie en lycée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page