Navigation – Plan du site

Stephen Edgell, The sociology of Work. Continuity and change in paid and unpaid work

Jean-Luc Metzger
The Sociology of Work
Stephen Edgell, The Sociology of Work. Continuity and Change in Paid and Unpaid Work, Second Edition, Sage, 2012, 296 p..
Haut de page

Texte intégral

1Au moment où l’importance des crises économiques, financières, monétaires et fiscales menace d’éclatement les sociétés, la place et le contenu du travail, ainsi que sa législation sont remis en cause dans de nombreux pays européens. Face à l’hégémonie du discours de légitimation macro-économique, que peut dire la sociologie du travail ? Est-elle condamnée à multiplier les analyses micro-situées faisant abstraction des mutations de grande ampleur portées par les élites managériales ? Ne peut-elle s’inviter dans le débat sur l’avenir du monde du travail et plus généralement sur les choix de société ? Cela nécessiterait qu’elle se sente légitime pour embrasser l’ensemble des dimensions liées au travail, depuis les effets du changement technico-organisationnel sur les qualifications jusqu'aux rapports sociaux de production, en passant par la financiarisation et l’internationalisation des entreprises.

2Loin d’être perdu d’avance, un tel combat pour l’émergence d’une sociologie du travail ambitieuse est mené de différentes manières sous différentes latitudes. C’est dans ce cadre que l’on peut ranger The sociology of Work, de Stephen Edgell. L’auteur est professeur de sociologie à l’université de Salford (Manchester), ses travaux ont porté notamment sur l’actualité de l’œuvre de T. Veblen et de K. Marx (l’opérationnalité de la catégorie de classe sociale). Proposant une synthèse des principaux sous-champs de la sociologie du travail et de leurs thèses centrales, il nous livre un ouvrage à la fois concis, clair, engagé et didactique. Cet ouvrage présente un grand intérêt pour les sociologues français désireux de se familiariser avec les perspectives, les auteurs importants et les « questions vives » qui, outre Manche, organisent les débats sur le travail, l’emploi, ses évolutions.

3« L’émergence du capitalisme industriel a provoqué une transformation majeure du travail en le dissociant des autres institutions sociales. (…) Jusqu’à quel point les processus sociaux contemporains, particulièrement la désindustrialisation, l’informatisation et la globalisation sont en train de changer les caractéristiques et la structure du travail (rémunéré et gratuit), dans le sens d’une expérience plus flexible et plus individualisée ? La raison d’être de ce livre est d’apporter des réponses à cette question, et par conséquent, d’examiner jusqu’à quel point le travail est en train d’être transformé, créant ainsi un nouveau type de société postindustrielle » (p. 29-30).

4Pour réaliser ce projet, l’ouvrage de 280 pages se compose de dix chapitres, d’un glossaire, d’un index des noms et des sujets très complets (comprenant aussi bien les catégories d’analyse, que des noms de pays et… de multinationales), ainsi que d’une bibliographie de plus de 700 titres (essentiellement des années 1970 au début des années 2000). Chaque chapitre d’environ 30 pages aborde une thèse forte en sociologie du travail. Par exemple, le travail replacé dans sa perspective historique constitue-t-il le reflet ou le moteur du changement social ? Chaque chapitre discute alors cette thèse, les arguments de ses promoteurs, les critiques qui lui sont apportées, et s’achève par un résumé, des suggestions de lecture pour approfondir et une série de questions qui en font autant un manuel qu’une ouverture vers des problématisations ultérieures.

5Plus précisément, l’auteur a pour ambition d’inclure dans le spectre de la sociologie du travail les analyses des effets de l’industrialisation sur le contenu du travail lui-même et sur la vie hors travail. Sous cet angle, l’ouvrage s’inscrit dans l’héritage des études d’inspiration marxiste, sur les effets aliénants du travail salarié (chapitre 2). La thèse de Braverman sur la déqualification induite par l’industrialisation capitaliste est longuement présentée au chapitre 3. L’auteur lui oppose, au chapitre 4, la thèse de Bell sur la requalification de la main-d’œuvre industrielle. Ce qui lui permet de souligner les effets de polarisation des qualifications induits par l’emploi des dispositifs techniques dans l’industrie capitaliste.

6Au chapitre 5, sont présentées et discutées les thèses sur le fordisme (tout particulièrement en mettant en exergue ses présupposés et ses visées de contrôle social y compris en dehors du temps de travail), et sont mises en perspectives les stratégies développées par les entreprises pour « sortir » de la crise du modèle fordiste. Les études sur les transformations contemporaines du travail dans l’industrie automobile, sont alors examinées, en prenant pour forme emblématique le modèle de la lean production ou du toyotisme. L’auteur examine alors les arguments permettant de qualifier ces « innovations » de postfordisme ou de néofordisme (le toyotisme ne consiste-t-il pas à appliquer avec plus de rigueur les principes du taylorisme/fordisme ?). Après avoir rendues « opératoires » ces catégories, l’auteur les applique à l’analyse de l’industrialisation du secteur des services (chapitre 6). Cela lui permet d’aborder à cette occasion la question des travailleurs de la connaissance, de leur statut et de leur place dans les rapports sociaux de production.

7À partir du chapitre 7, l’auteur se montre plus audacieux dans les interprétations qu’il fait des transformations sociétales portées par les changements propres au monde du travail. Il s’intéresse tout d’abord aux formes atypiques d’emploi (« non-standard work »), autour de l’auto-entreprenariat, du travail à domicile - à ne pas confondre avec le travail domestique -, du temps partiel et des différentes formes de précariat institué. Le chapitre 8 est centré sur l’étude du chômage, notamment par la présentation et la discussion de la théorie de « privation » de M. Jahoda (les effets délétères du chômage seraient moins dus à la baisse de revenus qu’à la déconnexion sociale). Le travail domestique fait ensuite l’objet du chapitre 9, avec là également, la présentation-discussion d’une thèse centrale, celle de la famille symétrique : en ce début de XXIe siècle, hommes et femmes se partageraient de façon égale travail rémunéré et travail « gratuit ». Plus généralement, S. Edgell discute cette thèse en rendant compte des articulations entre transformations de la sphère productive et division du travail domestique entre hommes et femmes.

8L’une des originalités de l’ouvrage est bien de tenir ensemble, plutôt que de les opposer, les apports de la sociologie critique du travail, ceux de la sociologie du genre, voire ceux de la sociologie des pratiques culturelles (ou des pratiques de consommation). Cela se traduit par le fait que chaque chapitre, au-delà de sa spécialisation sur un thème particulier, intègre les autres préoccupations : en mettant ainsi l’accent sur un aspect du travail, sans pour autant laisser dans l’ombre les autres, l’auteur redonne à « l’objet » sociologique « travail » sa totalité, sa complexité et, plus généralement, son apport structurant sur les dynamiques sociales. Par cet effort, il nous rappelle que comprendre les transformations contemporaines du travail, c’est s’intéresser aux mutations technologiques et organisationnelles qui concernent les acteurs en « situation », mais également aux rapports sociaux de genre dans et hors de la sphère professionnelle, sans oublier les évolutions concomitantes des formes d’emploi, et les visées de contrôle social qui animent les « organisateurs ». L’impression d’éclatement qui peut émerger de la multiplicité des études spécialisées est ainsi dépassée.

9Enfin, et c’est nous semble-t-il, l’autre grand intérêt de cet ouvrage, l’auteur accorde tout un chapitre (le 10e) à la globalisation. S’appuyant tout particulièrement sur les ouvrages de M. Castells et de U. Beck, S. Edgell discute la notion-même de globalisation (est-elle avérée, nouvelle ?) et replace le processus que désigne ce terme dans sa dynamique historique. Il insiste sur le caractère intentionnel des conditions de développement de la globalisation : elle n’était pas inéluctable, car elle résulte de décisions de dérégulation/re-régulation, de libéralisation et de privatisation, décisions prises par les dirigeants des plus grandes puissances économiques. Cependant, « à partir du moment où le processus a atteint le point où les interconnexions transnationales sont si développées que, potentiellement, tout le monde en est affecté, directement ou indirectement, la globalisation est effectivement devenue un processus irréversible » (p. 235).

10En sorte que, derrière les arguments apparemment techniques des économistes et des dirigeants (il faut s’adapter à la compétition internationale), « la globalisation c’est avant tout le nom du nouveau pouvoir dont dispose le capital pour contraindre et contrôler le travail », le premier agissant à l’échelle planétaire, le second demeurant jusqu’ici cantonné à l’échelon national.

11Le caractère particulièrement concret, mais également complexe à cerner, des transformations du travail dans la globalisation est mis en lumière par l’étude du secteur des Centres d’appels et de leur délocalisation en Inde. C’est en cherchant de nouveaux gisements de main-d’œuvre à bas coût et non syndiquée, que le capital fait subir au travail des effets de compression spatio-temporel, multiplie les formes d’emplois atypiques et conduit à une exploitation accrue d’une partie des travailleurs.

12L’auteur aborde la question des articulations entre évolutions de la division sexuée du travail et approfondissement de la globalisation. Il note que, si cette dernière a provoqué d’importantes transformations sur le travail, notamment en accroissant la part de formes atypiques d’emplois (non-standard work), ce sont le plus souvent les femmes qui exercent les postes correspondants. Quant au partage des tâches ménagères (travail gratuit), les choses ont beaucoup moins évolué, en sorte que les femmes voient s’accroître la pénibilité globale liée aux activités productives. Cela est particulièrement vrai dans les pays en développement - ou émergents - où sont délocalisés des emplois a-typiques fortement taylorisés.

13Ajoutons que l’intérêt pour le « unpaid work » aurait pu permettre à l’auteur d’évoquer les recherches consacrées au « travail informel », celui correspondant à des emplois journaliers non contractualisés, accompagnant le développement de la mondialisation, essentiellement dans les pays du « Sud », mais de plus en plus également dans les pays du « Nord ». Enfin, l’intérêt de mettre en avant l’importance de l’unpaid work n’est-il pas de mettre l’accent sur la fraction, de plus en plus importante, de l’activité professionnelle qui n’est pas payée aux salariés eux-mêmes (leur implication, l’auto-formation gratuite à domicile, etc.) ?

14On le voit, la volonté d’articuler, de façon simple, fluide, maîtrisée, des perspectives trop souvent distinctes, enrichit chacune des approches et renforce la capacité de la sociologie du travail à proposer un cadre complet – total ? – d’analyse, à la hauteur des défis du XXIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Stephen Edgell, The sociology of Work. Continuity and change in paid and unpaid work », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 avril 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8229

Haut de page

Rédacteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au CNAM-LISE et au Centre Pierre Naville

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page