Navigation – Plan du site

Eric Maurin, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions

Guillaume Arnould
La peur du déclassement
Eric Maurin, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions, Seuil, coll. « La république des idées », 2009, 93 p., EAN : 9782021002409.
Haut de page

Texte intégral

1Le déclassement est un phénomène de rupture qui conduit un individu à perdre sa position sociale. Dans un contexte de crise économique c'est une question primordiale car les individus voient leurs opportunités se réduire. La peur du déclassement est un phénomène d'une autre nature, c'est la perception du risque de déclassement. C'est une notion psychologique et sociale distincte de la réalité du déclassement proprement dit, notamment sur le plan quantitatif... Sont concernés par la peur du déclassement des individus qui ne le subiront peut être pas. C'est tout l'intérêt du livre d'Eric Maurin que de questionner les liens entre le déclassement réel et sa perception. La peur pose un problème spécifique dans le cadre de l'économie française contemporaine, car être licencié aujourd'hui entraîne une période de chômage de longue durée et la perte d'un statut. D'autant qu'il existe des inégalités face au chômage : ainsi on constate qu'il touche plus fortement les non-diplômés. Dès lors, la peur du déclassement est importante car elle a un coût élevé. Elle induit un comportement protecteur de la part de ceux qui ont le plus à perdre (les classes moyennes et les classes supérieures). On retrouve ici les conclusions d'autres travaux d'Eric Maurin sur les comportements résidentiels ou scolaires .

2Une période de récession renforce cet état de fait car le marché du travail offre moins d'opportunités. Le problème du déclassement et de sa perception possède donc une triple dimension : sur le plan social, il augmente le coût de la perte d'un statut ; sur le plan psychologique, il entraîne une diffusion de la peur du déclassement ; sur le plan politique, les décisions et les comportements sont modifiés pour éviter d'être déclassé.

3Ainsi Eric Maurin s'appuie sur des études économétriques ou des enquêtes de l'INSEE et du Cereq en analysant la situation des individus, cinq ans après leur insertion sur le marché du travail (neutralisant ainsi les différentes trajectoires, notamment scolaires). Il évoque dans un premier temps l'émergence d'une société à statut en France. De 1945 à 1974 se mettent en place des dispositifs de protection de l'emploi : supervision administrative, consultation des représentants du personnel, préavis, indemnités de licenciement ... et des mécanismes garantissant la progression salariale (SMIG puis SMIC). Face au retournement économique à partir de 1974, la protection de l'emploi reste la règle. Dès lors l'ajustement se fera par la mise en place des formes atypiques de travail à l'image du CDD en 1979 qui permettent une situation intermédiaire entre chômage et CDI.

4Ainsi au début des années 80, un salarié en CDI se trouve dans une situation où il a beaucoup à perdre. Pourtant, les CDD ne se substituent pas aux CDI, ils deviennent un moyen pour les entreprises de gérer les flux de main d'œuvre : transformation en CDI quand les perspectives le permettent et fin du contrat en cas de récession. Une personne qui ne possède pas un emploi en CDI connaît donc un déclassement réel en cas de ralentissement économique, puisque la perspective d'un emploi stable et protégé s'éloigne. Ce sont principalement les jeunes qui souffrent de cette situation : les derniers arrivés sur le marché du travail en sont les premières victimes. Et comme, dans le même temps les relations de travail sont de plus individualisées et fondées sur la concurrence entre salariés, la peur du déclassement devient un problème central, alors que les risques sont très différents selon le statut des individus.

5Dans un second temps, Eric Maurin étudie la récession de 1993 qui frappe la société française après la mise en œuvre d'une politique de démocratisation de l'enseignement scolaire et supérieur. Il constate que cette nouvelle génération de diplômés voyant les opportunités d'emploi du secteur privé se réduire, cherchent à trouver un statut dans la fonction publique. Comme le nombre de postes ouverts aux concours de la fonction publique reste stable, la concurrence est forte pour obtenir un emploi public. L'accroissement du recrutement de fonctionnaires diplômés ne se traduit pas par un accroissement des postes d'encadrement ... Les générations de fonctionnaires issues de la récession sont donc plus diplômées que les générations précédentes. Elles ont obtenu ce statut avec difficultés et perçoivent toute remise en cause de leur situation comme une injustice. Les fonctionnaires surdiplômés refusent le déclassement. Pour appuyer son analyse, Eric Maurin montre le développement d'un syndicalisme de résistance cherchant à protéger le statut des fonctionnaires (SUD), ou le vote « non » au traité constitutionnel européen contre une construction européenne d'inspiration libérale.

6Ensuite, il pose la question de la valeur des diplômes. Eric Maurin cherche à réfuter les tenants du discours malthusien sur leur dévalorisation. Il montre que le diplôme réduit fortement le risque de chômage, qu'il permet de peu subir la précarité et d'accéder en grande majorité au statut de cadre. Dès lors, une personne non-diplômée concentre tous les risques de ne pas obtenir de statut. Par ailleurs, il montre que la démocratisation scolaire bénéficie surtout aux enfants d'ouvriers et de professions intermédiaires. La peur d'échouer à l'école est donc plus forte pour les classes supérieures qui peuvent perdre beaucoup.

7Enfin, Eric Maurin pose les enjeux de la récession actuelle : la protection des salariés en place favorise la polarisation sociale. C'est la solution politique la plus simple qui consiste à protéger les personnes ayant déjà un statut. Pourtant, la protection des salariés contre les licenciements incite les entreprises à ne pas embaucher, ce qui constitue un frein au retour à l'emploi pour ceux qui n'ont pas un statut protégé. Plusieurs études économiques empiriques confirment cet état de fait.

8Ainsi la protection nuit à une partie des travailleurs et elle accroît l'anxiété de ceux qui ont un emploi protégé car la perte de leur statut devient catastrophique. D'où un plaidoyer en faveur d'une réduction des inégalités de statut en cherchant à accroître l'intégration sociale de ceux qui ont les statuts les moins favorables.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Eric Maurin, La peur du déclassement. Une sociologie des récessions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 20 novembre 2009, consulté le 23 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/823

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional économie et gestion, académie de Rouen.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page