Navigation – Plan du site

Franck Thénard-Duvivier (dir.), Hygiène, santé et protection sociale de la fin du XVIIIe siècle à nos jours

Tanoh Raphael Bekoin
Hygiène, santé et protection sociale de la fin du XVIIIe siècle à nos jours
Franck Thénard-Duvivier (dir.), Hygiène, santé et protection sociale de la fin du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Ellipses Marketing, 2012, 192 p., ISBN : 978-2-7298-7177-2.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage collectif coordonné par Franck Thénard-Duvivier Hygiène, santé et protection sociale, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours aborde les évolutions dans le monde de la santé, la place des pouvoirs publics par rapport à cette question, le statut du patient face à la maladie et les défis liés aux épidémies. Les auteurs montrent que depuis la fin du XVIIIe jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le domaine de la santé a connu de grands bouleversements du point de vue de la prise en charge du patient à cause de l’impact des épidémies, expliquent comment la prévention a réussi à s’imposer au détriment des autres méthodes et abordent enfin les enjeux actuels de la santé en France et dans toute l’Union européenne.

2L’une des idées fortes développées dans cet ouvrage est que le recul de la maladie, notamment des épidémies, en dehors de toute voie curative, fut possible grâce à l’influence de la pratique de l’hygiène dans la société française et européenne. Voulant prendre le contre-pied de la médecine savante jugée interventionniste et trop dure, certains membres du corps médical, dès le XVIIIe siècle, ont milité pour la pratique de l’hygiène. Cette prise de position va même trouver un écho dans la Révolution française, qui en matière d’hygiène a inauguré selon Didier Nourrisson une première pensée de santé publique. La lutte contre les lieux jugés dangereux et insalubres de même que les mesures de prophylaxie contre les épidémies (cholera, syphilis) vont accroître l’influence des hygiénistes.

3Mais ce sont les découvertes scientifiques notamment celles de Louis Pasteur qui étendent le champ d’action de l’hygiénisme à tous les domaines de la vie. Les législations hygiénistes émergent partout en Europe. Les administrations de santé se mettent également en place. Dans l’ensemble, grâce à l’influence des groupes de pression hygiénistes et des pouvoirs publics qui usent de contraintes policières et de législations coercitives, l’hygiène réussit à prendre place au cœur de la société européenne.

4Dans cet ouvrage, Olivier Faure analyse aussi un aspect négligé de l’historiographie, il s’agit du regard du patient face à la maladie et à la médecine. Présentés jusque là comme des individus passifs face aux pratiques médicales, ces patients ont su s’attirer un autre regard. Ils peuvent même influencer le point de vue du médecin.

5L’autre idée force que développe l’ouvrage, c’est l’impact de la guerre sur l’organisation sanitaire. Selon Sophie Delaporte , la Première Guerre mondiale a été d’une part traumatisante par sa brutalité et d’autre part elle a représenté un défi sanitaire énorme pour le monde soignant à cause du nombre considérable de blessés. Cette guerre a aussi mis en cause les principes thérapeutiques dominants. On a dû développer une thérapeutique d’urgence et de nouvelles méthodes chirurgicales pour prendre efficacement en charge les défigurés et les traumatisés

6Cette crise sanitaire a conduit l’Etat à repenser sa politique sanitaire. Mais elle a aussi montré le poids de l’armée dans l’organisation de la santé. Ainsi, dans la lente émergence d’une politique sanitaire en France l’obstacle majeur demeurait l’absence d’articulation entre l’administration civile départementale et une organisation régionale militaire qui fonctionnait en vase clos. Mais en 1915, la nomination d’un civil, Justin Godard, au poste de sous-secrétaire d’Etat au service de santé militaire allait entraîner des bouleversements dans la politique de la santé en France. Désormais au service de santé militaire, il est intégrée une dimension civile. L’effondrement de ce mur sanitaire a eu pour conséquence de rendre le Haut commandement militaire et la société civile co-gestionnaires et co-responsables de la collectivité des citoyens et des soldats mobilisés. Cette politique apporta des résultats que Vincent Viet qualifia « d’une politique à haut rendement» au vu de ses résultats. Le taux de récupération des soldats blessés atteignait jusqu’à 91% en 1918 (p.69). Bien que cette politique de santé publique n’ait pas survécue à cause de la militarisation de la santé publique pendant la guerre et la faiblesse de l’Etat, elle a légué à la médecine les acquis nécessaires pour faire face aux grandes catastrophes.

7En dehors de la guerre, l’ouvrage met en lumière d’autres catastrophes plus meurtrières qui ont mis en mal la capacité des pouvoirs publics à les contenir. Il s’agit de la grippe espagnole, de 1918-1920, épidémie qui s’est révélée plus destructive. Selon l’analyse que fait par Patrick Zylberman, cette grippe a fait cinq fois plus de morts que pendant  la Première Guerre mondiale. Les mesures sanitaires se sont montrées impuissantes face à sa propagation et aucun peuple ne fut épargné. Les débats sur l’origine de ce virus sont loin d’être épuisés.

8La question de la protection sociale est également mise en lumière. Depuis la Révolution française jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale la protection sociale s’est construite en France pour faire face au drame individuel et collectif. Mais cette protection sociale s’est difficilement mise en place. En effet, la Révolution française de 1789 a accordé une place plus importante à la citoyenneté politique par rapport à la citoyenneté sociale ; consacrant ainsi les phénomènes d’exclusion et  d’extrême pauvreté.

9Au niveau de la première et de la deuxième République, même si les initiatives sociales ne sont pas au cœur des enjeux politiques, Yannick Marec met en lumière certaines actions non moins significatives en matière de protection sociale. Il s’agit entres autres de la création de l’Assistance publique de Paris, la loi hospitalière et les lois sur les secours mutuels. A cela, il faut ajouter l’assistance aux personnes démunies, aux vieillards ; aux infirmes et les lois sur les accidentés. Malgré, les limites de la construction de ce système français de protection sociale au XIXe siècle, la présence de l’Etat et des communes demeure importante.

10Mais au début du XXe siècle, la situation de guerre va s’affermir cette présence de l’Etat français. Il y a la question des orphelins, des veuves et la décadence démographique. En plus de mener une politique nataliste, l’Etat français favorise la mise en place d’une caisse de compensation et des caisses d’assurance sociales dans les départements. Tous ces éléments qui ne sont que les acquis d’un long processus, montrent comment la protection sociale a fini par s’imposer aux pouvoirs publics français. Pour pérenniser cette protection à toutes les catégories sociales, la France est passée d’une France de prévoyance libre et de l’assistance facultative à une France de l’obligation de cotisation pour la majorité des salariés (p.139).

11 A travers cet ouvrage, les acteurs de la santé débattent également des enjeux actuels du système de santé français notamment la maîtrise des coûts de santé. Le système de sécurité sociale français fait face à un grave déficit financier qui amène à s’interroger sur les mesures appropriées à prendre. Ce problème qui est loin d’être tranché dans l’ouvrage montre que la question demeure un enjeu important.

12Mais au delà de cette question, les problèmes sanitaires sont analysés aussi sous une dimension européenne. Patrick  Zylberman traite en effet des nouveaux risques apparus depuis la fin de la guerre froide. Il s’agit des risques bioterroristes qui rendent les Etats fragiles depuis l’attaque du 11 septembre 2001 et la crise liée aux risques de propagation de l’anthrax. Si ces nouvelles menaces ont modifié la perception des Etats-Unis dans les relations internationales qui voient des risques d’attaque partout, les Etats européens ne semblent pas prendre conscience de la gravité du problème puisque ces Etats se montrent lents à intégrer leur droit interne aux directives antiterroristes de Bruxelles. Cette situation attentiste est préjudiciable à la sécurité de l’Union européenne.

13Dans l’ensemble, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, la santé de la population européenne particulièrement française et sa protection se sont améliorées qualitativement. L’hygiène a réussi à faire reculer bien des maladies et l’Etat a su s’imposer comme un acteur essentiel dans la protection sociale des citoyens. En dépit de cet immense progrès, les menaces bioterroristes constituent le nouveau défi sanitaire.

14Il faut noter la particularité de cet ouvrage : il intègre, ce qui en fait un outil didactique fort intéressant, des conseils pour la rédaction de dissertation, suivis d’exemples pratiques, mais aussi des textes complémentaires, des comptes-rendus d’ouvrages, un glossaire, un index des grandes figures de la santé et de l’hygiène et une chronologie des grandes dates de la protection sociale en Europe, ainsi que des documents iconographiques assez variés se rapportant aux acteurs de santé ou aux périodes de certaines épidémies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tanoh Raphael Bekoin, « Franck Thénard-Duvivier (dir.), Hygiène, santé et protection sociale de la fin du XVIIIe siècle à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 avril 2012, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8230

Haut de page

Rédacteur

Tanoh Raphael Bekoin

Maître-assistant au département Histoire de l'Université de Bouake, Côte d'Ivoire

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page