Navigation – Plan du site

Laurence Duchêne, Pierre Zaoui, L'abstraction matérielle. L'argent au-delà de la morale et de l'économie

Laurent Erbs
L'abstraction matérielle
Laurence Duchêne, Pierre Zaoui, L'abstraction matérielle. L'argent au-delà de la morale et de l'économie, Paris, La Découverte, 2012, 198 p., ISBN : 978-2-7071-6963-1.
Haut de page

Texte intégral

1L'abstraction matérielle, le titre de l'ouvrage de Laurence Duchêne et Pierre Zaoui résonne comme un oxymore. Pourtant, n'est-il pas approprié pour passer en revue toutes les apories qui affligent son objet : l'argent ? Quoi qu'il en soit, l'édition de ce livre paraît plus que jamais d'actualité dans une période où l'argent consacré roi, est devenu fou. Preuve à charge de cette démence, les 25000 milliards de dollars volatilisés à l'occasion de la crise économique dont les auteurs nous rappellent la violence. Et c'est bien là, l'un des enjeux de ce livre, que de penser nos sociétés comme malades de cet argent. Toutefois, pour les auteurs, la condamnation de l'argent sous toutes ses formes, au même titre que la moralisation de l'économie, passent pour des entreprises d'avance vouées à l'échec. C’est pourquoi l'économiste Laurence Duchêne et le philosophe Pierre Zaoui plaident pour de nouvelles politiques inventives de l'argent.

2Pour parvenir à leur démonstration, les auteurs posent d'emblée l'origine du problème. L'argent est un rapport social dont la manifestation est liée aux mécanismes d'appropriation. J'achète, je vends… Et il vient à l'esprit l'image séculaire du cupide fustigé par Aristote, ou celle, dénoncée par Charles Fourier, de l'individu dont la perversion le conduit à acheter trois francs ce qui en vaut le double, et de vendre six francs ce qui en vaut trois. Ainsi, les regards croisés des auteurs consacrent la première partie de leur ouvrage à la question morale qui enveloppe l'argent depuis des millénaires. C'est à juste titre, qu'ils rappellent la condamnation par les religions du Livre du prêt à intérêt, de l'usure, de la thésaurisation  et autres manifestations vénales qui peuvent découler de l'attrait de l'argent. Par ailleurs, Platon, Sénèque, Aristote, Épicure…et la plupart des philosophes adopteront un point de vue analogue jusqu'au XVIIe siècle. D’après ces positions intellectuelles, l'enjeu n'est pas de penser l'argent, mais de concevoir un bon rapport avec celui-ci. Si pour les auteurs, l'idée semble rassurante, néanmoins, ils soutiennent que la réduction de la question de l'argent à cette seule question du rapport entretenu par les hommes, avec celui-ci, est insuffisante.

3En effet, Laurence Duchêne et Pierre Zaoui pointent une contradiction fondamentale : comment la condamnation morale de l'argent peut elle être applicable dans nos sociétés d'argent ? L'ouvrage explique que les morales classiques restent inopérantes sur ce point. En effet, seuls les riches peuvent se permettre de mépriser l'argent puisque celui-ci ne leur fait pas défaut. Par conséquent, l'absence de manque ne confronte pas les nantis à la fatalité des besoins de la vie à résoudre au jour le jour.  Déjà, Aristote avait souligné cette singularité en définissant l'argent comme substitut du besoin. L'argent  n'est pas nécessaire en nature, mais demeure utile. Le contraste est saisissant,  l'argent n'a pas de valeur en soi, sa seule valeur résulte d'une convention communément partagée par les hommes qui l'utilisent. Confrontée à une telle dualité, toute réponse morale semble aporétique. C'est peut être également pour cette raison que les philosophes en viennent à être indifférents à son objet. Déjà, les promoteurs du libéralisme, Montesquieu, Hume, Smith lui préféraient les notions de travail et de richesse, laquelle suscite toujours débats aujourd’hui1. Ainsi, toutes les morales de l'argent tournent en boucle, lorsqu'elles ne servent pas à dissimuler des pratiques autrement plus abominables. L’Histoire a effectivement montré que la condamnation de l'argent a fait rapidement place à sa réhabilitation. Aussi, lui faire un procès conduit au mieux à un non-lieu.

4Au terme de cette approche morale, le lecteur abordera le vaste champ des théories économiques  grâce au deuxième chapitre. Face à une telle étendue, deux questions peuvent servir de point d'ancrage à une première lecture. En premier lieu : « qu'est ce que la monnaie ? ». Ce passage de l'argent à la monnaie n'est pas anodin. Les économistes préfèrent substituer le terme monnaie à celui d'argent. Dès lors, la distinction de forme  entre monnaie métallique et monnaie scripturale est possible. L'une conserve une symbolique forte, tandis que l'autre représente  la réalité de l'écrasante majorité des moyens de paiement utilisés à l’heure actuelle.  Néanmoins, une réelle différence entre les deux ne supporte pas l'analyse plus fine menée par les auteurs. En effet, les sources historiques montrent que les deux formes monétaires ne relèvent pas d’un antagonisme fondamental. Bien au contraire, leur superposition est connue, comme l’atteste l’usage des lettres de change au Moyen-âge, ou des tablettes d’argile près de 2000 ans avant notre ère.

5Ainsi, la dématérialisation de la monnaie semble davantage liée à l'usage qu’on en fait, plutôt qu'à ses formes. Ce constat renforce la thèse de la monnaie comme convention. Finalement, la monnaie demeure un  accord  articulant dette et créance. Le phénomène a été accentué avec le développement du capitalisme qui offre l'essentiel du pouvoir de création monétaire aux banques avec l'octroi du crédit. Et aux auteurs d'en rappeler les mécanismes purement comptables, et de préciser le rôle de garant tenu par l'état. Ainsi réorientée vers un contexte macroéconomique, la monnaie apparaît comme la liquidité par excellence, d’où il ressort la deuxième question fondamentale : « à quoi sert la monnaie ? ». De la possession de la monnaie découle le pouvoir d'achat. Elle demeure un moyen de commensurabilité permettant d'établir des rapports d'équivalence. Ainsi, elle représente  « l'équivalent général » destiné à exprimer le prix de tous les biens et de simplifier leur échange. Mais poser la monnaie comme instrument, c'est oublier que dès le XIXe siècle, la théorie économique estimait qu’elle n'était pas déterminante pour l'économie. En effet, les économistes classiques postulaient que la monnaie est un voile. La valeur des marchandises se donne à voir sous forme monétaire, mais en réalité, elle repose sur la quantité de travail nécessaire à leur fabrication ou à leur utilité. Il fallait  la théorie keynésienne pour les contredire. Ses hypothèses considèrent l'activité de la monnaie dans l'économie comme bien réelle. Les économistes hétérodoxes en prennent acte, à l'instar d'André Orléan2. Pour ce chercheur, le désir d'argent reste le fondement de l'ordre marchand. C’est parce que les individus désirent de la monnaie que l’on produit des objets. Néanmoins, quelles que soient les propositions des économistes extérieurs aux canons des écoles classiques ou néoclassiques, celles-ci n'échappent pas au doute et renforcent d’autant plus l’aspect insaisissable de son objet.

6Si l'économie ne nous renseigne pas vraiment sur ce qu'est l'argent, et à quoi il sert, la seule façon de répondre à ce déni serait politique : c'est-à-dire le choix collectif, la délibération collective. Cette solution est proposée par Laurence Duchêne et Pierre Zaoui dans la troisième partie de leur livre. Quelques idées-forces peuvent guider le lecteur dans un chapitre qui s'avère lui aussi très exhaustif. La proposition phare consiste à penser une politique inventive de l'argent articulant désir et besoin. Celle-ci se situe à la lisière des deux faces de l’argent, objet de fantasme et de souffrance. La première idée, dont l'intuition revient à Pierre Klossowski3, est de situer le cœur des politiques de l'argent sur le corps et la jouissance. Cela revient à poser le corps vivant comme premier objet pouvant se vendre et s'acheter car il est à l’origine du principe d’échange monnayable. Dès lors, la fonction de l'argent serait connectée aux formes de jouissance. Pour les auteurs, ce corps de l'argent constitue un corps politique, mais dans un corps sans organe4.

7Cette question corporelle amène à repenser l’usage des flux monétaires dans la société. Comment déterminent-ils la vie des gens ? Dans un monde où la rareté se confond avec l'abondance, les auteurs préconisent l'idée d'encastrement proposée par  Karl Polanyi5. Avec cette autre idée-force, il s'agit de ré-encastrer l'argent dans le social. C’est une réponse possible à la catallaxie, ciment du libéralisme, qui transforme chaque acte humain en acte marchand, après l’avoir extrait de son contexte. En encastrant la monnaie, toute sphère séparée autorisant la circulation indépendante de la monnaie deviendrait inopérante. Une telle politique permettrait d’éviter les effets dévastateurs de la finance qui capte la richesse sans retenue et mène le monde vers la catastrophe.

8Enfin, les dernières lignes du texte  reposent  sur la mise en balance du salut et de la perte des sociétés humaines. Et si l’on fait le choix du premier, il est préférable d'établir une politique de l'argent communément admise, plutôt que de lui  laisser le pouvoir de nous guider seul, vers un avenir qui serait notre ruine.

9Ce riche ouvrage  ̶  pourrait-on dire  ̶  l'est non seulement par l'érudition qu'il mobilise, mais aussi parce qu'il concentre toutes ces questions d'argent, auxquelles l’humanité est confrontée aujourd'hui. Dans un monde où la rareté se confond avec l'abondance, l'argent agit comme un pharmakon, à la fois remède et poison. Du fait de la permanence de ce paradoxe, Laurence Duchêne et Pierre Zaoui situent l'argent au-delà de la morale et de l'économie, et montrent que l'enjeu véritable demeure d'essence politique.

Haut de page

Notes

1  Alain Caillé, L'idée même de richesse, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012 : http://lectures.revues.org/7711

2  André Orléan, (Entretien avec), « Pour une approche alternative de l'économie », Esprit 2012-382, p. 111-128.

3  Pierre Klossowski, La monnaie vivante, Paris, Payot & Rivages, coll. « Rivages poche/Petite Bibliothèque », 1997, [1994].

4  Gilles Deleuze, Félix Guattari, Mille plateaux, capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Les Éditions de Minuit, 2009, [1980].

5  Karl Polanyi, La grande transformation, Paris, Gallimard, Nrf, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 1983, [1972, (1944)].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Erbs, « Laurence Duchêne, Pierre Zaoui, L'abstraction matérielle. L'argent au-delà de la morale et de l'économie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 26 avril 2012, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8232

Haut de page

Rédacteur

Laurent Erbs

Docteur en histoire contemporaine, professeur en lycée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page