Navigation – Plan du site

André Gounot, Denis Jallat, Michel Koebel, Les usages politiques du football

Eric David
Les usages politiques du football
André Gounot, Denis Jallat, Michel Koebel (dir.), Les usages politiques du football, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011, 197 p., ISBN : 978-2-296-55933-2.
Haut de page

Texte intégral

1Sport le plus pratiqué en France et dans le monde, le football est incontestablement l’activité la plus « spectacularisée », la plus regardée, la plus médiatisée sur la planète. Il serait toutefois illusoire de vouloir réduire le football à une compétition uniquement sportive : l’arène sportive est aussi une scène politique. Et c’est précisément sous cet angle que l’Université de Strasbourg a organisé, en janvier 2010, un colloque relatif au « sport transformé en événement ». De ce colloque est né un livre collectif, Les usages politiques du football. Ambitionnant d’analyser « les relations entre sport et politique » sous l’angle croisé de la sociologie et de l’histoire, l’ouvrage s’est organisé autour de trois problématiques, elles-mêmes réparties en six chapitres composés de solides orientations bibliographiques.

2La première problématique s’attache à mettre en relief la responsabilité des médias dans la politisation des événements footballistiques. J-C Meyer propose ainsi de retracer à travers l’épopée (1950-2006) de la Mannschaft, -l’équipe nationale d’Allemagne-, les réminiscences historiques capables d’apparaître dans le football. Notamment, il entend montrer que transparaît, dans les médias, le symbole politique d’une Allemagne puissante, conquérante et écrasante, et que son passé douloureux revient constamment en filigrane dans les compétitions sportives, a fortiori si l’Allemagne les remporte : elle sera le premier pays européen champion du monde après 1945...

3Sport certainement le plus instrumentalisé pour communiquer de l’information sur les identités culturelles et nationales, le football dépasse le cadre strictement sportif. Si le récit sportif journalistique peut faire écho à des événements historiques qui, lorsqu’ils sont lointains, révèlent une dimension plus ou moins folklorique, il n’en est plus de même quand ces événements se rapprochent dans le temps et comptent parmi les plus tragiques du siècle : la Seconde Guerre Mondiale. J-C Meyer note d’ailleurs que le vocabulaire employé par la presse étrangère pour traiter des défaites de la Mannschaft, comportait souvent des références à cette tragédie, traduisant ainsi un sentiment rassurant de l’idée répandue qu’une victoire sportive pouvait constituer une revanche sur les vicissitudes de l’histoire.

4De son côté, Karim Souanef s’est attaché à reconstituer le rôle de la presse au moment de la victoire de la France lors de la Coupe de Monde de football en 1998, montrant comment les journalistes français se sont unis pour commenter des matchs qui, à leurs yeux, auraient reflété une sorte de réconciliation de la France (« Black-Blanc-Beur ») avec elle-même grâce aux vertus supposées intégratrices du sport, et du football en particulier. De cette illusion formée à partir d’un unanimisme journalistique, K. Souanef en démystifie l’harmonie prétendue pour proposer une lecture plus réaliste et moins angélique que celle donnée par la surinterprétation journalistique, révélatrice de « l’imposition d’un modèle exclusif de traitement de l’information ». Faisant remarquer que l’expertise technique des sportifs était reléguée au profit de la question nationale ramenée au centre du débat, K. Souanef a conclu logiquement à une « desportivisation » de l’information, visible à l'occasion des envolées lyriques d'éditorialistes émus de cette République française métissée. Si cette herméneutique dominante ne signifie pas que les journalistes ont évolué selon un cadre d’interprétation totalement préconstitué, l’intervenant pense utile de souligner l’usage intensif et collectif de représentations stéréotypées tendant à imposer de nouveaux schèmes de représentations à l’opinion publique. Invitant à nous interroger sur la manière dont le discours des journalistes de presse a abouti à un unanimisme et une surpolitisation (le fantasme d'un nouveau patriotisme sur fond d’intégration enfin réussie), K.Souanef propose donc une mise en garde claire sur les perceptions idéalisées du sport par les fabricants de représentations de la société, dont sont parties prenantes les journalistes.

5La deuxième problématique traite de l’utilisation du football à des fins de construction ou de déconstruction des identités (nationales). Ainsi de l’exemple du match entre la France et l’Algérie le 6 octobre 2001 étudié par Stanislas Frenkiel qui, à l’appui d’événements qui ont fait polémique, contrecarre le discours journalistique antérieur tenu sur la France multicolore et pacifiée. En effet, cette rencontre amicale -toutefois placée sous haute surveillance du fait d’enjeux qui n’étaient pas forcément que sportifs- avait pour objectif de normaliser et d'apaiser les relations historiquement tumultueuses entre les deux peuples. Or, au lieu de cela, le sifflement de La Marseillaise et l’envahissement du terrain par des supporters brandissant le drapeau algérien, montrèrent en réalité toute la fracture sociale et coloniale qui subsistait, ainsi que la fascination pour les pays des origines. Au-delà de l’impossible réconciliation, ces événements -révélateurs des lourdes problématiques liées à l'immigration algérienne en France- permirent surtout, selon l'auteur, de reconsidérer la « vision rose » d'hommes politiques convaincus de l'idée que le sport était la solution à l’harmonie sociale recherchée.

6Ces tensions communautaires, Bertrand Fincoeur les a décryptées dans le cadre d’une Belgique menacée dans son intégrité nationale du fait de troubles linguistiques lourds. Alors que les hommes politiques, là aussi, attendaient du sport une possibilité de réconciliation nationale, du moins de détente générale, il s’est avéré que le spectacle sportif retransmis à la télévision ne représentait pas seulement l’action proprement sportive mais aussi les réactions exacerbées des tribunes. L’effet escompté fut donc contraire à l’intention voulue par le gouvernement fédéral qui pensait que le football, ciment identitaire-populaire, serait un vecteur de pacification. En réalité, les tensions exacerbées entre communautés wallonne et flamande seront l’objet, en 1999, d’un traitement spécifique par le vote d'une « loi football ». En effet, le stade étant désormais devenu un espace où la parole débridée était tolérée, cette loi fut précisément destinée à lutter contre le hooliganisme et ses dérivés (violences, insultes, racisme...). Ces comportements appartiennent-ils au registre des provocations inhérentes au jeu (une sorte d'engagement de l’instant) ? Ou sont-ils une hostilité idéologisée relayée par des individus soucieux de faire passer un message prohibé dans l’espace public ?

7Enfin, le rôle potentiel des spectateurs dans la surpolitisation du sport constitue la troisième problématique. À partir de l’exemple du Mundial de 1978 organisé dans une Argentine dirigée par la junte militaire depuis 1976, J-G Contamin et O. Le Noé tentent de démontrer que certains événements sportifs peuvent être à l’origine de ce que l’on nomme une « fenêtre d’opportunité politique » (policy window), à savoir une courte période durant laquelle l’espace politique est si perméable qu’il devient possible pour les partisans d’une cause de promouvoir leurs solutions. Lors du Mundial argentin, l’opportunité était pour le général Videla de passer « du coup d’Etat à la… Coupe d’Etat », occasion de laver l’image de son régime et de renforcer auprès de la population argentine le sentiment national. Mais pour constituer une « fenêtre politique », l’opportunité se devait d'être structurée pour en assurer la recevabilité et la pérennité : le régime aura ainsi recours au « marketing » d’entrepreneurs politiques pour assurer son brain-trust doctrinal via l’agence de communication new-yorkaise Burson Marsteller !

8Une dernière discussion visant le thème de « l’action publique saisie par la pensée sportive » a donné l’occasion à C. Jaccoud et D. Malatesta de mettre à jour, au travers de la loi suisse « anti-hooligan » (2007), un processus de « sportivisation » de la politique. Le but : montrer que les acteurs politiques peuvent se servir des mêmes travers idéologiques que le milieu sportif traditionnel pour légitimer leur propre intérêt en autorisant une loi sur la répression du supportérisme extrémiste. Orientée par et vers une pensée sportive entendue au sens « coubertien » (vision enchantée du sport, valeurs universelles…), cette loi s'est inscrite dans un contexte de reconfiguration (économique) des protections sportives, importantes consommatrices d'espace et influentes opératrices de territoire. De ce constat est né un programme général de sécurisation du spectacle sportif selon lequel le stade doit être un lieu sûr, et le soutien à une équipe une activité saine et positive. Cette perception des stades convertis en espace de risque a donc conduit à une « gouvernementalité » du spectacle sportif dans le but d'assurer au « public sportif » -à la fois spectateur, consommateur et acheteur- un environnement sûr et pacifié, tel un lieu de loisir : la « politique des lieux » plutôt que la « politique des liens ».

9Incontestablement, ce livre ravira l’expert en sciences sociales pour peu qu’il soit amateur de football. Mais il n’est pas certain, à l’inverse, qu’il suscite la même attention du « fan de foot »… sauf à disposer, pour ce dernier, des outils conceptuels minimum en matière sociologique et historique. Dans ce cas, ces outils lui permettront d’apprécier à sa juste mesure les analyses proposées, même si ce livre s’adresse en priorité à un public intellectuellement averti.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric David, « André Gounot, Denis Jallat, Michel Koebel, Les usages politiques du football », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 avril 2012, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8234

Haut de page

Rédacteur

Eric David

Docteur en Sociologie politique, Université Paris Ouest-Nanterre

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page