Navigation – Plan du site

Andrea Tribess, Un village sarde contemporain : pouvoirs et contrepouvoirs

Joachim Benet
Un village sarde contemporain : pouvoirs et contrepouvoirs
Andrea Tribess, Un village sarde contemporain : pouvoirs et contrepouvoirs, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2011, 146 p., ISBN : 978-2-296-56645-3.
Haut de page

Texte intégral

1Un village sarde contemporain. Pouvoirs et contrepouvoirs est un roman ethnographique relatant les évolutions socio-historiques d'un village sarde après la réforme agraire mettant fin au latifundium dans les années 1950. Le départ d'une grande partie des notables permet aux paysans d'accéder à la propriété, mais dans le même temps, les notables qui sont restés au village utilisent leur réseau extérieur au village pour maintenir leurs positions dominantes. L'auteure met en avant les stratégies de la dernière notable qui tente de préserver l'unité de l'exploitation et favoriser l’agrandissement de ses terres par une série d'alliances d'une part, et la construction de contrepouvoirs de la part des paysans indépendants qui disposent de ressources pour faire évoluer leurs activités productives d'autre part.

  • 1  Liens discrets. Processus historiques dans le milieu agricole d'un village sarde, 1950-1990. Thèse (...)

2Pour Andrea Tribess1, ces paysans indépendants disposent de trois types de ressources que nous pouvons classer en trois catégories : des stratégies d'alliance matrimoniale (qui laissent tout de même une grande liberté aux jeunes), une égalité relative dans les processus de transmission des biens, et des formes de commérages assurant la bonne réputation – ou non – des habitants du village. Les paysans ont construit des réseaux d'échanges d'informations et de matériels permettant le succès de la reconversion de leur production vers l'élevage de brebis de meilleure qualité. Ces autonomes exercent une forme de contrepouvoir alors que le capital foncier n'est pas nécessairement conservé par les mêmes familles de génération en génération. Il y aurait une certaine forme d'égalité qui ferait que l'on ne privilégie ni les hommes ni les aînés : « ces attributions préférentielles renvoient davantage aux critères de mérite et d'utilité qu'à une distinction entre les sexes » (p.82). Les femmes peuvent donc apporter des terres au sein des couples et le rang dans la fratrie ne serait pas pris en compte : « dans le meilleur des cas, les parts sont estimées, puis distribuées par un tirage au sort » (p80).

3Loin d'être figé, le village est un espace où s'affrontent silencieusement des groupes sociaux aux intérêts divergents qui peuvent s'allier puis s'opposer en fonction des stratégies des uns et des autres. Les villageois se méfient des étrangers comme de certains alliés de la notable, l'enquêtrice en a fait les frais : « les récits amusés des uns et des autres qui détaillent avec précision tout ce que nous avions fait dans la journée […] Comme nous ne maîtrisions pas – ou alors très imparfaitement – les règles de la discrétion les gens se méfiaient de notre présence » (p.99-100). On regrette qu'une partie de l'ouvrage ne soit d'ailleurs pas consacrée à ces péripéties de l'enquête de terrain même si différents éléments sont égrainés au fil de l'ouvrage. Les échanges observés par l'ethnographe montrent que ces indépendants se donnent des coups de main, ont des échanges permanents entre eux, se rencontrent dans les cafés, au bord des routes, dans les espaces publics. Ces réseaux de sociabilité exclus ceux et celles qui établissent des liens avec la notable, ils deviennent des concurrents. Cela explique certainement le fait que les familles alliées de la propriétaire se sentent mises à l'écart de la communauté, ainsi ce qui fait les réussites des indépendants ce ne sont pas les partenariats institutionnels mais ces réseaux informels qui construisent un sentiment d'appartenance à la communauté villageoise : « Ainsi j'ai découvert une autre face des rapports de pouvoir au sein de ce village : les éleveurs avec des réseaux de type horizontal sont en concurrence avec ceux qui ont un lien avec la grande propriétaire. Ils s'évitent les uns les autres dans la vie de tous les jours. Par conséquent je ne devais moi-même pas, ou seulement sporadiquement, traverser cette frontière. On peut retenir que les éleveurs qui ont des liens amicaux avec la notable ont un meilleur accès aux relais institutionnels tels les banques, cabinets juridiques, associations régionales de l'élevage, centres agronomiques, etc. Cependant, leurs résultats économiques sont comparables, parfois même inférieurs à ceux des éleveurs qui se débrouillent entre « pairs » (l'un des deux éleveurs ayant gagné un prix à Paris en 1990 est d'ailleurs un opposant farouche de la grande propriétaire !) »2. Ce capital social local3 ou capital d'autochtonie4 est donc une ressource dont disposent les paysans pour mener à bien leurs projets afin de produire un élevage de bonne qualité par la mobilisation des groupes de pairs inscrits localement et connus de tous. La mobilisation collective autour de ces activités de travail et l'échange des savoirs passent par des relais institutionnels comme la coopérative laitière et le conseil municipal. Pour les notables, l’agriculture n’est pas un gagne-pain puisqu’ils tirent des revenus de leurs activités libérales dans les villes, mais préservent par une volonté d’enrichissement personnel leurs biens patrimoniaux en s’associant avec les paysans les plus aisés du village. Pour autant, ces associés sont exclus des regroupements agricoles dans le village et placent leurs enfants dans les institutions agricoles extérieures.

4Andrea Tribess dresse un portrait complexe des rapports de force qui traduisent les évolutions du monde rural à partir d'un travail monographique, mêlant différentes méthodes d'investigations originales. L’auteure rompt aussi avec une vision économiste de l'agriculture, en analysant les enjeux sociologiques, les résistances aux dominations subies par les paysans.

Haut de page

Notes

1  Liens discrets. Processus historiques dans le milieu agricole d'un village sarde, 1950-1990. Thèse pour le doctorat en sciences sociales et démographie sous la direction de Hervé Le Bras, École des hautes études en démographie et sciences sociales, soutenue le 29 février 2000, 2 volumes, 328 f°+ 75 f°, devant un jury constitué de Georges Augustins (rapporteur), Joseph Goy (président), Maurizio Gribaudi (rapporteur), Hervé Le Bras et Giovanni Levi, mention très honorable avec les félicitations unanimes du jury. http://ruralia.revues.org/153

2  http://ruralia.revues.org/153 http://ruralia.revues.org/177

3  BOURDIEU P., « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, 1980, vol. 31, pp.2-3.

4  RETIERE J-N., « Autour de l'autochtonie. Réflexions autour de la notion de capital social populaire », Politix, n° 63, 2003, pp.121-143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joachim Benet, « Andrea Tribess, Un village sarde contemporain : pouvoirs et contrepouvoirs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 avril 2012, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8246

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page