Navigation – Plan du site

Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Sociologie urbaine

Laure Célérier
Sociologie urbaine
Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Sociologie urbaine, Armand Colin, coll. « 128 », 2008, 126 p., EAN : 9782200354282.
Haut de page

Texte intégral

1Les émeutes des banlieues de ces dernières années ont mené à la prise de conscience d'un « problème des banlieues ». De ce fait, discours, textes et actions politiques traduisant une inscription territoriale des problèmes sociaux ont été mis au goût du jour. Ainsi, l'essoufflé « plan espoir-banlieue » de Fadela Amara ne vise-t-il pas - officiellement tout du moins - la valorisation de quartiers à l'abandon, pour mieux réduire les tensions sociales dont ils sont la scène ? Mais ne regarder la société et ses difficultés qu'à l'aune de leur inscription territoriale présente le danger de négliger, dans l'espace urbain, les rapports sociaux - notamment de différenciation et de distinction - au principe des ségrégations. En outre, n'est-il pas paradoxal d'observer qu'alors que les frontières de la ville et de l'urbain se diluent, les « politiques de la ville », faisant de la ville un acteur en tant que tel, se multiplient ? Face à toutes ces questions, La sociologie urbaine d'Yves Grafmeyer et de Jean-Yves Authier, parue initialement en 1995 et rééditée en 2008, présente le mérite de nous éclairer sur les concepts complexes, mais bien souvent galvaudés de sociologie urbaine. L'ouvrage nous dresse tout d'abord un état des lieux de la sociologie urbaine, se définissant comme l'analyse de la dimension urbaine des principaux aspects de la vie sociale : les auteurs lyonnais du Groupe de Recherche sur la Socialisation nous exposent en premier lieu les définitions de la ville et les approches sociologiques de l'urbain. Ensuite, nous sont présentées des analyses de sociologie urbaine centrées sur le comportement des citadins, avant que, finalement, la ville ne soit appréhendée à travers le regard des agents et l'étude des processus permettant la transformation et l'évolution des espaces urbains.

2Parce que l'urbanisation, en tant qu'ensemble de manières de vivre et de mentalités, affecte jusqu'aux communes rurales les plus traditionnelles, « la ville est aujourd'hui partout, sinon dans sa matérialité, du moins comme fait de société ». On peut dessiner plusieurs figures de la ville, d'où découlent différentes approches sociologiques du monde urbain. La ville, regroupant des populations et des activités sur un territoire donné, est tout d'abord un lieu de rencontre, une agglomération, dans le sens d'un processus par lequel on se rapproche et d'un résultat stabilisé de ce mouvement. Mais la ville est aussi mosaïque, comme l'ont établi les sociologues de l'Ecole de Chicago : les activités et populations ne se distribuent pas de façon uniforme sur son territoire. La ville est également centralité : non seulement la ville est centre, en tant qu'elle est reliée à d'autres espaces et d'autres villes, mais on observe aussi que le cœur géographique d'une ville, est le point d'appui d'un grand nombre de fonctions centrales politiques, économiques ou sociales. Parmi ces fonctions centrales, la fonction politique est prééminente : parce que, comme l'a montré Max Weber, la ville se définit par la coexistence de population diverses, elle est intrinsèquement politique. Enfin, la ville engendre une condition propre au citadin, « faite de tension entre la territorialité et la mobilité, entre la proximité et la distance dans les interactions quotidiennes, entre l'affirmation identitaire et l'expérience de l'autre... ». A ces différents visages de la ville sont liées différentes approches sociologiques du monde urbain, mettant tantôt l'accent sur les populations, tantôt sur les espaces, tantôt sur les interdépendances.

3En premier lieu, les approches sociologiques s'attachant à étudier les populations soulignent les appartenances multiples des citadins, et par conséquent, les différents rôles que ces mêmes citadins sont appelés à jouer : tour à tour, un même citadin peut être ouvrier, père de famille, et joueur de football amateur. L'analyse des populations des villes peut alors se faire de manière statique, via l'observation d'un sous-ensemble d'individus, ou bien via l'étude de réseaux et de milieux. Sous un autre angle d'approche, les populations peuvent être analysées de manière longitudinale et dynamique, dans l'objectif de retracer la carrière des membres d'une population. Le paysan polonais en Europe et en Amérique, de William I Thomas et Florian Znaniecki, paru entre 1918 et 1920, montre bien que l'étude d'une unique trajectoire permet d'enrichir considérablement la connaissance sociologique des processus sociaux. La sociologie urbaine est en second lieu une sociologie des espaces. Ces derniers peuvent être analysés comme produits sociaux, transformés par les rapports sociaux. L'espace fait alors partie intégrante de la structure sociale et constitue, pour reprendre une terminologie durkheimienne, des cristallisations de la vie sociale. L'espace urbain peut aussi être étudié comme un milieu, c'est-à-dire un cadre contraignant la vie des individus, et l'écologie urbaine de l'Ecole de Chicago s'est particulièrement attachée à cette approche. Dans l'approche bourdieusienne, l'espace urbain est en revanche analysé comme enjeu de lutte pour son appropriation matérielle ou symbolique. Enfin, l'espace urbain peut être compris comme un cadre d'observation. En troisième lieu, l'analyse sociologique du monde urbain peut reposer sur l'analyse de l'espace urbain comme système. Sont alors analysées les structures d'interaction qui mettent en jeu le devenir de la ville et les interdépendances reliant les différentes composantes d'une ville. Le dernier type d'approche repose sur une analyse en termes de processus, et propose d'étudier les interdépendances d'une manière plus dynamique que dans l'analyse systémique.

4L'analyse sociologique des espaces urbains peut tout d'abord mettre l'accent sur les comportements des citadins. A ce titre, on observe que la vie urbaine se caractérise par une tension permanente et intrinsèque entre distance et proximité. De même, analyser le comportement des citadins exige d'observer leur mobilité d'un logement à un autre, et dans un autre registre, implique d'étudier la ville comme étant au fondement de processus de socialisation et d'intégration. La vie urbaine peut tout d'abord se caractériser par des processus ininterrompus de distanciation, de différenciation de manières d'être et d'agir. Dans une telle perspective, le sociologue doit analyser la division sociale des espaces et les processus qui y mènent. Notons que la ségrégation, en tant que processus, n'a rien d'universel : à Paris, le déplacement des classes aisées vers l'Ouest est historiquement daté, remontant au XVIII° siècle. Pour être pertinente, une étude des jeux de distance entre citadins ne peut se passer également de l'analyse des positions des individus et groupes au sein de l'espace urbain, des relations entre les individus, et des configurations spatiales qui y sont associées. Les travaux de Paul-Henry Chombart de Lauwe ont montré que l'on peut associer aux groupes sociaux des modèles spécifiques d'appropriation de l'habitat et de la ville. Cela ne signifie cependant pas que l'on peut réduire les manières d'habiter la ville à une affaire de classe : des contextes différents peuvent par eux-mêmes donner lieu à des pratiques urbaines contrastées. Ainsi le type d'habitat influence-t-il les relations de voisinage, qui sont par exemple d'autant plus développées que l'habitat est dispersé.

5En second lieu, analyser la ville au travers du comportement des citadins rend nécessaire d'analyser les changements de logement. Or, ces derniers sont des biens marchands très particuliers. Le logement est tout d'abord nécessairement rattaché à son support matériel, le sol. Et ce support, rare et convoité, notamment en centre-ville, et non reproductible sur demande, contribue à la détermination de la valeur du logement. D'autre part, la valeur d'un logement est rarement alignée sur son amortissement, alors même que c'est en fonction de l'amortissement du logement qu'avait été pensée son édification. Ensuite, l'achat ou la vente d'un logement correspond rarement à la rencontre entre une offre et une demande présentée dans les manuels d'économie : le logement peut être acheté ou loué par l'intermédiaire de divers réseaux sociaux. En cas de transmission patrimoniale, le changement de propriétaire du logement se fait de manière non marchande. Certains acteurs contribuent également à atténuer le caractère marchand des transactions immobilières. Il en est ainsi des administrateurs d'immeubles, filtrant les demandes de logement en fonction de critères et de repères qui tiennent à leur expérience professionnelle. Au final, il apparaît que le peuplement résidentiel forme un système qui doit être abordé dans sa globalité, et que cette globalité est encore mal connue. Il convient donc d'approfondir les enquêtes de suivi longitudinal de logements et les biographies d'individus, reliant parcours résidentiels et autres aspects de la vie sociale.

  • 1 Le Ghetto

6En dernier lieu, il apparaît que la ville est également lieu d'intégration et de socialisation. Chaque type de ville représente une manière particulière de faire tenir ensemble des groupes et des institutions sur un même territoire. Dans 1, paru en 1928, Louis Wirth, montre ainsi, à travers l'étude de la communauté juive de Chicago, que l'intégration des immigrants passe par des territoires précis. Le ghetto, en l'occurrence, lieu de première installation des migrants, assure une fonction de relais entre la ville d'origine et la ville d'arrivée. Mais la question de l'intégration est complexe : évaluer une trajectoire d'intégration, la qualifier d'insertion ou d'exclusion revient à imposer à des migrants des normes de vie qu'ils n'ont jamais prétendu avoir. Et effectivement, les pratiques des migrants s'inscrivent souvent dans des logiques distinctes de celles qui structurent les sociétés locales. La ville peut aussi être entendue comme un espace de socialisation, c'est à dire d'intériorisation de normes et de valeurs, ou bien comme de formes déterminées de relations entre les individus. On observe par exemple, que, selon les niveaux socioculturels et les trajectoires des citadins, leurs réseaux sont inégalement ouverts : plus le niveau social est élevé, plus, généralement, les liens sociaux sont diversifiés.

7La ville peut aussi se lire et se voir au travers du regard des agents et processus contribuant à la transformation des espaces urbains. Les agents sont tout d'abord des agents privés. Il en est ainsi des entreprises, qui, quelles qu'elles soient, exercent une influence matérielle et symbolique dans le paysage de la ville. Habitants et citadins font aussi partie de ces agents privés, produisant, par leurs comportements, des effets sur les espaces urbains qu'ils fréquentent. Les agents sont également publics. Plusieurs questions émergent alors concernant les rapports entre la ville et les pouvoirs publics : quels sont les jeux qui s'instaurent entre les différents niveaux de pouvoir politique ? Quels sont les rapports entre le technique et le politique ? De même, on peut s'interroger sur les différents modes d'intervention des pouvoirs publics, et sur les dimensions urbaines, dans leurs finalités, leurs moyens et leurs effets, des actions politiques. Une troisième catégorie d'agents est constituée des experts des métiers de la ville, tels les promoteurs immobiliers. Leurs interventions dans l'espace urbain sont liées à leurs savoirs et anticipations, mais aussi à leurs jugements normatifs de ce que doit être une ville idéale. Une même personne peut bien entendu être habitant, acteur politique et expert. Les mouvements associatifs des années 1970 étaient ainsi menés par les habitants de quartiers centraux en rénovations, se posant, par leur action collective, en porte-parole des autres habitants et qui comptaient, parmi leurs membres, un certain nombre d'experts, architectes ou urbanistes. Mais comment ces agents peuvent-ils transformer l'espace dans lequel ils évoluent ? Les transformations urbaines reposent en grande partie sur la planification, dans laquelle les pouvoirs publics jouent un rôle primordial. Deux visions s'opposent alors sur ce que doit être une ville et son organisation.

8La première vision est dominée par une adhésion aux vertus de l'ordonnancement rationnel : il existerait un ordre urbain idéal que l'on doit reproduire. Cette perception de la ville s'oppose à une conception selon laquelle il n'existerait pas de bonne forme urbaine en soi, toute ville étant constituée d'individus non interchangeables. Ceci dit, quelle que soit la vision de la ville retenue, toute entreprise d'organisation de l'espace urbain engage des choix politiques. La question est alors de savoir si le planificateur n'est pas finalement, toujours contraint de céder aux forces sociales : les plans d'aménagement élaborés sous l'Ancien Régime n'ont-ils pas échoué à limiter l'extension de Paris ? Les travaux haussmanniens n'avaient-ils pas été commandés par la pression de nécessités vitales ? Ces deux questions rhétoriques renvoient à la thèse de Maurice Halbwachs et s'opposent à celle de Manuel Castells, selon lequel la planification est une forme de mouvement social, ou tout au moins de pratique politique de classe. Quoiqu'il en soit, ces deux sociologues excluent l'idée d'une autonomie du pouvoir politique, sans cependant renier l'originalité de l'action des collectivités publiques. Dans les projets de rénovation et de réhabilitation, la volonté d'impliquer les habitants a été maintes fois manifestée, mais elle rend l'équilibre des politiques mises en œuvre relativement précaire : comment, en revalorisant des logements en état critique, ne pas exclure les anciens habitants aux revenus modestes ? Les projets plus récents de réhabilitation visent effectivement à pallier ces problèmes. Aujourd'hui, cependant, les villes connaissent un nouveau défi, lié à la mondialisation des économies et des cultures, et redéfinissant les rapports entre la territorialité et le mouvement. Alors que les échanges s'intensifient entre les villes, les relations se modifient entre les villes d'importance différentes, ou entre les métropoles et leurs arrière-pays. A l'intérieur des villes, les écarts se creusent également entre les territoires en perte de vitesse économiquement, où vivent les populations défavorisées, et les centres d'affaire ou les quartiers culturels.

9Alors que trois Français sur quatre sont citadins, la lecture de l'ouvrage instructif d'Yves Grafmeyer et de Jean-Yves Authier ne peut que mieux nous permettre de comprendre la société actuelle. Une synthèse des analyses sociologiques de l'espace urbain constitue en outre une lecture salutaire à l'heure où, notamment dans les médias, sont proposées des analyses des espaces urbains souvent peu pertinentes. Certes, on peut regretter le manque d'exemples illustrant les théories et approches sociologiques démontrées, ce qui parfois, rend la lecture un peu aride. Mais, comme l'expliquent les auteurs dès l'introduction de l'ouvrage, compte tenu du format retenu pour cette publication, il était difficile de garder une présentation théoriquement complète en ajoutant aux exemples déjà présents des références supplémentaires de travaux sociologiques menés sur la question. Enfin, les deux auteurs ont parfaitement réussi à remplir leur mission : leur ouvrage donne réellement envie de mieux connaître la sociologie urbaine et de se cultiver davantage sur le sujet.

Haut de page

Notes

1 Le Ghetto

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Sociologie urbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 22 novembre 2009, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/825

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales - Université Paris Est-Créteil - IUT de Fontainebleau.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page