Navigation – Plan du site

Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon (dir.), Déportés en URSS. Récits d’Européens au goulag

Lisa Vapné
Déportés en URSS
Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon (dir.), Déportés en URSS. Récits d'européens au goulag, Paris, Editions Autrement, 2012, ISBN : 9782746731462.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage se propose en faisant siennes les méthodes de l’histoire orale de « raconter l’histoire »de la déportation d’Européens au goulag. C’est un projet international prenant la forme d’un livre, d’un CD et d’un site Internet dédié1 qui cherche à saisir un aspect de l’histoire des déportations de masse sous le stalinisme, la déportation des citoyens européens non soviétiques avant 1939. Il apparaît clairement que l’ambition des auteurs est, certes, de donner à comprendre cette déportation, et ce qui en fait la spécificité, mais aussi et surtout de la donner à voir et à entendre, en accordant une très large place aux extraits sonores d’entretiens (en version originale et en version française lue par des acteurs) et aux illustrations photographiques issues des collections privées des témoins.

2Deux textes introductifs, relativement courts, rédigés par Alain Blum et Marta Craveri, donnent, tout d’abord, des clefs de compréhension et de contextualisation, pays par pays, des raisons de ces déportations, de 1939 au début des années 50, d’un million de déportés européens qui vivaient dans les territoires annexés à partir de 1939 par l’Union soviétique suite au pacte germano-soviétique, mais aussi dans les territoires libérés par l’Armée rouge à partir de 1945, victimes d’une politique d’épuration à la fois ethnique et politique.

3Puis, se succèdent treize contributions provenant de chercheurs aux horizons géographiques et linguistiques différents (ce qui leur a permis de recueillir des récits dans les langues maternelles des témoins, tout comme en russe, langue acquise en déportation, ou même en italien, langue apprise en immigration) qui font la restitution de 18 récits parmi les 160 histoires de vie collectées tout au long du projet. Cartes de l’Union soviétique mais aussi cartes représentant les trajectoires géographiques de ces déplacés aux parcours sinueux, glossaire, chronologie accompagnent ces contributions dans lesquelles on ne trouve trace de nulle note de bas de page : si appareil scientifique il y a, celui-ci n’empiète pas sur les récits de vie. Les entretiens sont restitués par des historiens qui semblent, ici, avoir eu pour principale fonction celle d’accoucheur de mémoire. Les auteurs ont pris à bras le corps des récits qu’ils se sont appropriés en les transformant en portraits, entremêlant les citations avec guillemets à leurs propres analyses. Cette analyse ne met jamais en doute la parole recueillie, ne la confronte pas aux archives du NKVD, par exemple, et il apparaît vite qu’il ne s’agit pas du propos du livre, dans lequel s’affiche la volonté d’historiens – et non de sociologues – d’analyser au plus près comment la mémoire travaille, comment la parole se livre ou résiste au gré des situations. Il ne s’agit donc pas non pluspour les auteurs de s’intéresser aux causes – réelles ou imaginées par les autorités – de ces arrestations et de ces déportations mais de comprendre comment celles-ci ont influé sur les biographies des témoins et leur manière, ensuite, de les mettre en récit et ainsi, à travers la mosaïque des expériences, restituer un peu de la mosaïque des camps. Chaque récit, dans lequel le parcours d’un ou deux témoins s’entremêlent, s’articule autour de trois nœuds, trois événements appartenant au temps court et au temps long : l’arrestation, la déportation et le retour. Au fil de ces étapes, les « stratégies de survie et les modes de remémoration » sont mis à chaque fois en exergue par les auteurs.

4Le projet s’inscrit clairement dans l’étude de l’histoire des violences de masse au XXe siècle en choisissant de mettre en avant le caractère individuel de l’expérience vécue par les témoins : Alain Blum et Marta Craveri expliquent d’ailleurs très clairement ce parti pris en écrivant que « l’expérience initiale de la violence est produite par un décret, une décision administrative, qui a pour objectif d’imposer un destin à des hommes et des femmes regroupés par la simple écriture d’un ordre (…) Ces textes normatifs ont souvent tendance à homogénéiser les expériences, puisqu’ils s’appliquent à des populations dans leur ensemble. La diversité prend toute sa dimension dans les récits recueillis bien plus que dans la lecture de ces textes normatifs. » (p. 9-10)

5Cependant, au-delà de l’aspect historique, l’ouvrage peut intéresser par la question du « stigmate » qui marque les trajectoires de ces témoins à chacune des trois étapes sus-mentionnées. Ceux-ci ont été déportés car le pouvoir soviétique les a identifiés comme porteurs d’un stigmate ethnique ou politique justifiant d’une déportation dans un camp de travail ou un village d’assignation à résidence. Puis, après leur libération (qui aurait dû mettre un terme à l’expérience de la relégation) ceux qui font leur retour dans la société soviétique, où chaque démarche est nécessairement accompagnée par la déclinaison de l’identité sociale, sont marqués d’un autre stigmate, celui d’ancien prisonnier. Cet ouvrage se relève très pertinent dans sa manière de ne pas lâcher les témoins en cours de route, de les suivre au-delà de leur sortie du monde du goulag pour entrer dans le monde du dehors qui fut lui aussi bouleversé par des années de guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Vapné, « Alain Blum, Marta Craveri, Valérie Nivelon (dir.), Déportés en URSS. Récits d’Européens au goulag », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 27 avril 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8253

Haut de page

Rédacteur

Lisa Vapné

Ater de civilisation russe à l'Université Paris IV et doctorante à Sciences-Po

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page