Navigation – Plan du site

Charles Soulié, Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes

Antoine Idier
Un mythe à détruire ?
Charles Soulié (dir.), Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2012, 488 p., ISBN : 9782842923334.
Haut de page

Texte intégral

1« Un mythe à détruire ? » : il ne faut pas s’arrêter au titre de ce livre qui peut sembler trompeur. Son ambition, en s’intéressant, comme le précise le sous-titre, aux « origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes », n’est assurément pas de contester l’importance de l’Université de Vincennes, fondée en 1968. Les contributions réunies par Charles Soulié cherchent davantage à étudier dans ses détails l’importance de l’ancêtre de l’université Paris VIII dans la vie politique, universitaire et intellectuelle française.

2L’université de Vincennes – de son vrai nom « Centre universitaire expérimental de Vincennes » – est une « fille de mai 1968 ». La création de l’université en novembre 1968, par le Ministre de l’éducation nationale Edgar Faure est une réplique du pouvoir gaulliste au mouvement étudiant. Moyen de « désencombrer la Sorbonne et Assas, et d’y envoyer les contestataires » (dans un bois, à la périphérie de Paris, accessible par un seul bus), Vincennes est une réponse à la critique de l’université et à la contestation pédagogique.

3Symbole des années 68, l’université a été imaginée comme radicalement nouvelle et radicalement politique. Conçue comme une « anti-Sorbonne », elle fut un lieu de contestation du pouvoir universitaire, de l’autorité pédagogique, de l’université et de la société. Elle fut aussi un lieu d’avant-garde intellectuelle, dont l’exemple le plus cité est son département de philosophie, fondé par Michel Foucault et qui a notamment accueilli Gilles Deleuze ou Jean-François Lyotard.

4C’est donc une sociohistoire de Vincennes que propose ce volumineux livre à la lecture agréable – il est particulièrement riche en tableaux et encadrés biographiques et compte quelques illustrations. La douzaine de contributions souhaite « redonner leur place aux enjeux pédagogiques et scientifiques » des années 60. Vincennes est ainsi à replacer dans l’histoire des universités et l’histoire intellectuelle et le livre invite ainsi à se défaire des récits politiques, « plus ou moins lyriques et héroïques », pour « redonner leur place aux enjeux pédagogiques et scientifiques ». Ainsi, qu’a été Vincennes ? Comment a-t-elle transformé l’université ? Comment se sont traduits les projets novateurs et radicaux ?

5Pour souligner la rupture que représente la création de Vincennes, Charles Soulié replace sa création dans le champ universitaire des années 1960, dominé par la Sorbonne. Dès les premières pages du livre, l’accent est mis sur la préoccupation des auteurs pour les recompositions et les permanences dans le champ universitaire à la suite de la création de Vincennes. L’université expérimentale perturbe ainsi le prestige des lettres classiques sur les modernes, ou la domination des lettres classiques et de la philosophie sur une sociologie récente qui se pratique comme de l’histoire des idées ou une psychologie en cours d’autonomisation.

6Vincennes est également une contestation des pratiques pédagogiques. Si elle est une fille « de mai », elle est plus généralement la fille d’une « politisation du débat pédagogique et de la relation pédagogique », rappelle Christelle Dormoy-Rajramanan. Le débat pédagogique existant depuis 1945 culmine dans les années 1960. « Nous exigeons la fin de l’enseignement illusoire et sclérosant, la fin du paternalisme primaire, la fin de la faculté des « oies gavées » ! » écrit par exemple un tract distribué à Nanterre en 1968 qui illustre le point d’orgue de la contestation en 1967-1968.

7Le récit de la genèse de Vincennes et de la manière dont prend forme le projet d’une nouvelle université est fait par Christelle Dormoy-Rajramanan. Le centre expérimental est une « alliance ponctuelle et improbable d’opposés », en raison du caractère collectif de sa création qui associe jeunes intellectuels proches du mouvement étudiant et soucieux de faire venir les avant-gardes à de hauts fonctionnaires réformateurs, là pour modérer les orientations politiques de gauche. Le consensus porte sur ce qu’il faut éviter (cours magistral, contrôle terminal) et sur les pratiques à mettre en place, en particulier l’ouverture aux adultes et aux non-bacheliers, ou, par inspiration du système américain, le système de crédits sous forme « d’unité de valeurs » et la semestrialisation. Le recrutement, qui se fait par cooptation, dessine également le futur de Vincennes. La déshiérarchisation, le modernisme et l’engagement politique à gauche priment. Les enseignants sont recrutés sur un critère intellectuel, en raison de leur proximité avec l’avant-garde et leur place, pour reprendre l’opposition forgée par Pierre Bourdieu, du côté des « producteurs » plutôt que des « reproducteurs ». Et à cela s’ajoute un critère politique, ce qui explique le recrutement d’un corps d’enseignant en grande partie d’assistants, jeunes, très politisés.

8La volonté d’étudier le projet initial de Vincennes passe également par une description de l’« utopie pédagogique et politique vincennoise ». La « politisation des pratiques pédagogiques », comme l’écrit Charles Soulié, s’exprime dans la multiplication des enseignements par petits groupes, l’abolition de la distinction entre cours et TD, la valorisation de la prise de parole et la remise en cause de l’autorité de l’enseignant. Les écarts entre le projet initial et sa mise en œuvre sont également soulignés : l’absence d’un projet pédagogique commun, la forme magistrale que prennent les cours des « ténors » ou un terrorisme des militants politiques dans la prise de parole en sont des exemples.

9Un des points forts du livre est son intérêt porté aux hiérarchies disciplinaires, à la recomposition du monde intellectuel et académique. Vincennes joue un rôle fondamental dans la transformation des disciplines, comme le résume un des titres d’un texte de Charles Soulié, « des humanités aux humanités modernes ». Privilégiant l’étude du « monde contemporain », Vincennes « poursuit le mouvement de détachement des facultés de lettres et sciences humaines vis-à-vis des anciennes humanités ». L’université, où dominent les lettres et les sciences humaines, « est le théâtre d’une redistribution disciplinaire profonde. » En 1979-1980, par exemple, les quatre premiers départements (en termes numériques) sont la psychologie, l’urbanisme, la sociologie et les sciences de l’éducation, soit deux disciplines de sciences sociales modernes et deux disciplines créées à la fin des années 1960. De même, la très force réticence à préparer les concours contribue à donner à Vincennes une « position paradoxale, prestigieuse et marginale. »

10Le souci de « détruire le mythe » se porte également sur les premières années de Vincennes. Comment se concrétisent les aspirations modernistes et avant-gardistes, d’autant que les premières années sont marquées par un certain chaos ? Le livre se déploie dans différentes directions. Jean-Pierre Legois, en décrivant le « double pouvoir vincennois », étudiant et universitaire, montre « l’ingouvernabilité » et conclue que si le pouvoir a été contesté, il n’a pas été possible d’inventer à Vincennes une « contre-institution ». Surtout, plusieurs contributions étudient des départements précis (le département représente, en dépit de la volonté d’interdisciplinarité, l’unité fondamentale de Vincennes), et permettent d’interroger la manière dont Vincennes a réellement changé les hiérarchies disciplinaires.

11Le cas de la sociologie, que décrivent Frédéric Carin, Lucie Letinturier, Javier Rujas et Charles Soulié, est par exemple emblématique de la difficulté à se défaire des engagements politiques. La vocation initiale critique du département fondé par Jean-Claude Passeron se heurte à un corps enseignant jeune très politisé (une caractéristique de Vincennes). Celui-ci y donne un enseignement où le marxiste domine et la méthodologie est très faible (jusqu’à ce que le département se « normalise » à partir du milieu des années 70.

12L’ambiguïté de l’enseignement d’anglais, qu’étudie Marie-Pierre Pouly, nuance la nouveauté subversive et radicale de Vincennes. Vincennes permet un renouvellement intellectuel dans un monde dominé par la Sorbonne, dont l’Institut d’anglais est un « haut lieu de reproduction disciplinaire », mais reproduit pour parties les anciennes hiérarchies et l’ordre disciplinaire. C’est ainsi le cas après la scission entre deux départements. Le Département d’étude des pays anglophones, où l’on étudie la musique, le journalisme ou la bande dessinée et où la « civilisation » se nourrit d’histoire et de sciences sociales, est dominé par le Département d’étude de la littérature anglaise, au commentaire plus classique du texte et où est absente mission de transmission linguistique.

13L’étude du département d’économie permet également de voir que certaines transformations disciplinaires ont été de courte durée, comme le montre Brice Le Gall. Fondé par des « économistes critiques » (qui ont dû affronter des réticences lors de la création), le département fait la part belle aux pensées marxiste et tiers-mondiste. Comme le montre l’étude des travaux soutenus, la substitution d’un capital politique gauchiste à un capital académique permet une « institutionnalisation des analystes marxistes et anti-impérialistes à l’université ». Cependant, comme pour d’autres départements, l’économie connaît une normalisation à la fin des années 1970 : le département se rapproche d’une « institution universitaire ordinaire », comme en témoigne l’apparition en 1981 de cours d’analyse classique et d’analyse marginaliste micro-économique en licence. En cela, la discipline est emblématique d’un tournant de Vincennes, qui correspond également à son déménagement forcé à Saint-Denis en 1980.

14Et quid des étudiants ? C’est un des grands mérites du livre que de chercher à en savoir plus sur ces étudiants. Vincennes a été pensée et conçue comme une université d’enseignants, rappellent à plusieurs reprises les auteurs, ce qui explique en partie l’absence des étudiants des récits sur l’université. En dépit du manque de sources, Charles Soulié essaie de dresser leur portrait (de 7000 à l’ouverture, ils sont 32 000 en 1978). Il souligne notamment leur diversité : ce ne sont pas seulement des gauchistes qui veulent « détruire l’université », mais aussi des étudiants « ordinaires », attirés par les transformations de la pédagogie que propose Vincennes. Le public à capital social et culturel élevé des premières années, « très critique vis-à-vis de l’ordre social traditionnel et très ouvert aux nouvelles méthodes pédagogiques », cède ensuite la place aux non-bacheliers (dont la présence n’allait pas de soi, certains fondateurs voulaient qu’ils aient des cours à part) et aux salariés, deux catégories particulièrement présentes à Vincennes et qui ont contribué à faire d’elle une université à part.

15Un élément important du « mythe vincennois » est son « hospitalité », son ouverture aux étudiants étrangers qui représentent près de la moitié des étudiants an milieu des années 70. Charles Soulié et Brice Le Gall soulignent que ce ne fut « ni prévu ni réellement voulu », mais une conséquence de la souplesse et du projet politique. Les statistiques permettent de caractériser ce public, ses origines (on constate une sur-représentation du tiers-monde et du Magheb, notamment en raison de courants « tiers-mondistes ») ou sa répartition disciplinaire (essentiellement les maths et informatiques, très peu les sciences humaines). Les auteurs soulignent également la part importante – près de la moitié – des étudiants étrangers en doctorat, ce qui est loin d’être négligeable dans le sens où ces étudiants choisissent un sujet d’étude en lien avec leurs origines nationales et culturelles et leur trajectoire sociale et professionnelle (mais très peu deviennent ensuite enseignants chercheurs dans l’université française). L’article conclut cependant sur l’absence d’une dimension « internationaliste ». Si, dans les années 1970, les étudiants, quelles que soient leurs origines, se retrouvaient intellectuellement, et les étudiants étrangers étaient très politisés, ces deux phénomènes se sont largement estompés.

16Au terme des 430 pages du livre, où abondent les notes et les précisions, que reste-il de Vincennes ? Après l’avoir décortiqué dans ses détails, il ne faudrait pas sous-estimer l’importance du centre expérimental et ce qu’il a représenté. Si le livre a déconstruit le mythe, il est loin de le détruire. En conclusion, Charles Soulié revient ainsi sur le « vertige » ressenti « devant les libertés prises à l’époque par nos aînés », loin de la « régression tant intellectuelle que politique » contemporaine. Vincennes, rappelle la sociologie, a été un « foyer d’expérimentations ». La volonté de changer le savoir et le rapport au savoir a certes connu « un mélange paradoxal, et finalement très commun, de nouveautés comme d’inerties, de lucidité comme d’aveuglement ». Mais, « détruire le mythe », c’est aussi affirmer que, en dépit de faiblesses, de « scories », voire d’un certain « bousillage du métier », la force perturbatrice et novatrice de Vincennes n’est pas seulement mythique, mais bel et bien fondée. Et, comme l’écrit Christophe Charles dans sa préface, « l’historien sait de longue date que les avant-gardes s’épanouissent lors de moments exceptionnels, éphémères, fragiles et contradictoires, et l’histoire de Paris VIII confirme cette banalité. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Idier, « Charles Soulié, Un mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 avril 2012, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8256

Haut de page

Rédacteur

Antoine Idier

Doctorant en sociologie à l’Université de Picardie Jules Verne et au Centre universitaire de recherche sur l’action publique et le politique (CURAPP)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page