Navegación – Mapa del sitio

Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard

Patrick Cotelette
Retour sur la condition ouvrière
Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard, Paris, La Découverte, col. « La Découverte/Poche », 2012, 488 p., ISBN : 978-2-7071-6976-1.
Inicio de página

Texto completo

1Treize ans après sa première publication en 1999, les éditions La Découverte ont pris l’heureux parti de ressortir un des ouvrages références sur la question de la classe ouvrière issu du travail de fond mené par Stéphane Beaud et Michel Pialoux. En cette période électorale où la question du vote ouvrier se pose aux dirigeants du champ politique, mais bien malheureusement (tant politiquement qu’intellectuellement) sur le mode du vote Front National, faire retour sur le Retour sur la condition ouvrière est un moyen pour tout lecteur en sciences sociales et tout militant politique d’entrer dans un des aspects fondamentaux de l’histoire contemporaine française, celui de la condition ouvrière.

2Relire aujourd’hui le Retour sur la condition ouvrière, c’est en effet revenir sur les transformations fondamentales des classes populaires françaises intervenues au cours des trente dernières années. C’est aussi éviter de se faire leurrer par l’invisibilité des classes populaires dans l’actualité médiatique, invisibilité compensée partiellement par les effets sociaux de la crise et la couverture des « délocalisations ». Par un long travail d’enquête de terrain mené dans la région de Montbéliard et dans l’usine Peugeot de Sochaux entre 1983 et 1995, et prolongé jusqu’en 1997 par intermittences, Beaud & Pialoux ont ainsi restitué dans leur ouvrage les grandes transformations vécues par les différentes générations d’ouvriers dans différents domaines sociaux, principalement l’usine, l’emploi, l’école et le quartier. C’est ici que se joue d’ailleurs toute la force de leur thèse, comme ils le rappellent dans la riche postface de cette nouvelle édition : « la spécificité de notre travail est d’avoir mis en son centre le problème des générations, ce qui a permis de lier étroitement la question des transformations du travail ouvrier, celle de l’école et celle de la crise de l’héritage ouvrier » (p. 436).

  • 1  Expression qui est d’ailleurs le titre originel de l’ouvrage.
  • 2  Dans une perspective théorique relationnelle et constructiviste inspirée de Pierre Bourdieu où les (...)

3La nouvelle préface et la nouvelle postface, en complément des anciennes introduction et conclusion, permet alors au lecteur de bien comprendre toute la richesse de l’ouvrage qui va au-delà des constats sur les mutations du travail. L’objectif de Beaud & Pialoux est de comprendre le sort des « ouvriers après la classe ouvrière »1, c'est-à-dire comprendre2 ce « que deviennent les ouvriers sans le support matériel et symbolique que leur avait longtemps offert la ‘‘classe ouvrière’’, c'est-à-dire la ‘‘classe’’ organisée syndicalement et politiquement » (p. 11). Répondre à cette question implique alors de comprendre dans le même temps comment la « classe ouvrière » s’est progressivement déconstruite dans les esprits, ce qui revient à analyser les mutations culturelles du groupe des ouvriers et donc la question de la transmission de la culture ouvrière entre les générations. La méthode de l’enquête de terrain prolongée fut alors décisive à la bonne réussite du projet puisqu’elle permet de construire dans le temps les trajectoires sociales des enquêtés et d’observer la modification des conditions de possibilité de la transmission de l’héritage culturel ouvrier reposant principalement sur un héritage politique fait de fierté et de résistance. Même si le choix de l’éditeur a conduit à supprimer de nombreux encadrés d’approfondissement qui figuraient dans les chapitres « pauvres » en retranscriptions d’entretiens, la qualité de l’argumentation développée tout au long de l’ouvrage ainsi que dans les nouvelles préface et postface permet facilement au lecteur de saisir ce qui s’est « cassé » dans la transmission de la culture ouvrière entre les générations. On peut résumer la réponse de Beaud & Pialoux ainsi : « il faut toujours avoir à l’esprit que beaucoup s’est joué dans le rapport à l’école des familles. […] Le régime des études longues produit un certain type d’acculturation scolaire où ce qui se perd, chez « les enfants de la démocratisation », c’est une certaine forme de culture ouvrière […] : le passage par un régime d’études longues contribue à disqualifier l’expérience ouvrière et peut produire des effets de honte sociale pour des élèves ‘‘moyens’’ qui sont ‘‘déculturés’’ (perte de leur culture ouvrière d’origine) mais non véritablement acculturés scolairement, flottant ainsi entre diverses appartenances. […] Le processus structurel de dévalorisation ouvrière dans l’usine a [donc] été, lors de ces quinze années, redoublé par d’autres processus de ‘‘désouvriérisation’’ produits hors de l’usine » (pages 435 et 436).

4Cette réponse se fait tout au long de l’ouvrage en trois grandes parties. La première partie portant sur les « transformations de l’usine » permet à Michel Pialoux d’observer comment les mutations des méthodes de production et de l’organisation du travail ont conduit à déstabiliser les comportements culturels ouvriers anciens. On retrouve ici l’exposé classique des techniques employées, consciemment ou inconsciemment, pour diviser les anciennes solidarités ouvrières à l’usine : primes individuelles et collectives, invention du moniteur technicien (recrutés souvent sur Bac Pro ou BTS) et suppression progressive des postes « d’ouvriers professionnels » qui constituaient un référentiel d’identification pour les OS et une perspective de promotion interne, modification fréquente de la place des individus dans le processus de production et modification des chaînes de production. De telles mutations conduisent in fine les ouvriers, plus exposés désormais à la peur du déclassement ou à la peur du licenciement, et tous pris entre le pôle du jeu en faveur de l’usine et du jeu en faveur des résistances ouvrières anciennes, à pencher plutôt en faveur du premier côté que du second.

5La deuxième partie s’intéresse au deuxième versant de la ‘‘désouvriérisation’’, du côté de l’école. Stéphane Beaud y montre comment les transformations de l’école en France ont conduit à éloigner les enfants d’ouvriers de leur héritage culturel. D’un côté, on assiste à une ‘‘désouvriérisation’’ de l’enseignement professionnel où l’on apprend aux élèves une logique technicienne, en opposition ouverte à la logique ouvrière disqualifiée d’avance, et où le stage en entreprise est évalué sur des critères tant professionnels que politiques (« le ‘‘bon’’ stagiaire est aussi celui qui a su rester dans un registre purement technique, évitant tout ce qui s’apparenterait à de la politique », page 221). D’un autre côté, l’acculturation des enfants d’ouvriers aux études générales les conduit progressivement à une situation de rupture vis-à-vis de leurs parents (mais qui ne se fait pas sans contradictions) : « la participation à la culture adolescente, la découverte au lycée de l’illégitimité d’un certain nombre de pratiques populaires et l’adoption (sous contrainte forte de budget) d’un style de vie lycéen entraînent une certaine prise de distance avec le milieu d’origine » (p. 249).

  • 3  Même s’il faudrait sans doute approfondir la question de la diversité de ces jeunes, seul défaut d (...)
  • 4  « Tout se passe comme s’ils ne parlaient pas d’un même honneur social : d’un côté, les established(...)

6La troisième partie permet enfin à Stéphane Beaud et Michel Pialoux de saisir l’effet principal de cette mutation des conditions de possibilité de transmission de la culture ouvrière, c'est-à-dire la déstructuration de la « classe » ouvrière. Le chapitre 6, désormais classique, est un entretien prolongé avec Sébastien, 27 ans, qui incarne les « contradictions du jeune moniteur » et montre les effets individuels des transformations évoquées dans les deux premières parties. Les deux derniers chapitres portent sur les effets politiques. D’une part, la crise du militantisme ouvrier peut se comprendre comme l’émiettement des conditions de possibilité d’une représentation de tous les ouvriers par les ouvriers eux-mêmes : le jeu de l’entreprise a brisé les possibilités pour le collectif des ouvriers de se retrouver dans des lieux « à eux » et à des moments « pour eux » et « contre » ceux qui incarnaient l’ordre de l’usine, rencontres constitutives d’une identité de groupe très locale et sources de mobilisation ; et la situation du marché du travail et la scolarisation antérieure a conduit les plus « jeunes »3 à considérer l’employeur comme un allié plutôt que comme un exploiteur, ce qui disqualifie du même coup les discours mobilisateurs des « anciens » fondés sur la communauté de destin et d’honneur de « tous » les ouvriers4. D’autre part, la question du ‘‘racisme ouvrier’’ est posée dans le dernier chapitre (et repris dans la nouvelle postface), moins comme un objectif de départ que comme un sujet d’interrogation naissant au cours de l’enquête. Stéphane Beaud et Michel Pialoux ont en effet été confrontés à un grand paradoxe : dans le même temps qu’augmentait le vote FN dans les villes ouvrières de la région, le vote CGT augmentait dans les usines. La réponse à ce paradoxe consiste assez finement à trouver un principe unificateur aux deux attitudes (dans les deux cas, ce sont des réponses à l’affaiblissement des sources d’identification à la ‘‘classe ouvrière’’, « une tentative ultime de différenciation et de revendication du droit à l’existence dans un contexte de déclassement structurel du groupe ouvrier », page 395) et à distinguer deux moments de son énonciation (dans l’usine et hors de l’usine où « la cristallisation raciste en milieu populaire se fixe moins sur le comportement des parents immigrés à l’usine que sur celui de leurs enfants à l’extérieur », page 363).

7En conclusion, on ne peut que souligner la rigueur et la cohérence du travail de Stéphane Beaud et de Michel Pialoux qui font du Retour sur la condition ouvrière un livre référence. Loin de faire des idées de « classe ouvrière » et de « culture ouvrière » des slogans vides de sens, les deux auteurs ont su montrer finement comment ces deux notions se sont construites pour les agents vivant cette condition et comment elles se sont progressivement déconstruites et recomposées dans la souffrance et la contradiction lors des trente dernières années. On ne peut qu’espérer qu’une telle démarche soit entreprise à nouveau prochainement pour comprendre les transformations anciennes et nouvelles (s’il y en a depuis le milieu des années 1990) qui affectent aujourd’hui les membres du groupe ouvrier en France.

Inicio de página

Notas

1  Expression qui est d’ailleurs le titre originel de l’ouvrage.

2  Dans une perspective théorique relationnelle et constructiviste inspirée de Pierre Bourdieu où les groupes sociaux ne sont pas des choses mais des référentiels objectifs (conditions d’existence) et subjectifs (manières de se penser soi-même et les autres) pour les agents sociaux.

3  Même s’il faudrait sans doute approfondir la question de la diversité de ces jeunes, seul défaut de ce chapitre.

4  « Tout se passe comme s’ils ne parlaient pas d’un même honneur social : d’un côté, les established (les ‘‘vieux’’ OS) défendent l’honneur social, historiquement constitué, d’un groupe qui a lutté, en cherchant à préserver des ‘‘acquis’’ matériels et symboliques chèrement payés. De l’autre, des jeunes intérimaires dont la dignité sociale passe d’abord par la fin de la succession de ‘‘petits boulots’’ qui les épuise physiquement et moralement. Ce n’est donc pas par la ‘‘bagarre’’ dans l’usine qu’ils comptent se défendre » (p. 354).  

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Patrick Cotelette, « Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière. Enquête aux usines Peugeot de Sochaux-Montbéliard », Lectures [En línea], Reseñas, 2012, Publicado el 29 abril 2012, consultado el 17 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8258

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página