Navigation – Plan du site

Jean Valère, Le film de ma vie

Philippe Mary
Le film de ma vie
Jean Valère, Le film de ma vie, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Ciné-Mythologies », 2011, 240 p., ISBN : 978-2-356-87103-9.
Haut de page

Texte intégral

1Jean Valère donne, dans Le film de ma vie, un « récit de vie » qui permet d’apprécier un parcours singulier, d’abord dans la Résistance, puis dans le système du cinéma français. Valère, de son vrai nom Jean Blum, est né à Paris en 1925, dans une famille de la bourgeoisie juive cultivée. Il passera son enfance, jusqu’aux années sombres de l’Occupation, dans les vastes appartements des beaux quartiers parisiens, ou bien en Normandie, dans le château de Beuville près de Caen, où lui et sa famille se rendent régulièrement accompagnés de leur chauffeur. Sa mère est la riche héritière d’une famille émigrée aux Etats-Unis ayant fait fortune dans les parfums. Elle joue du piano et fréquente les cercles mondains. Son père est « décorateur antiquaire », « de grande classe, élégant, intelligent, dont on vantait fort justement le charme et la fantaisie », « conseiller municipal » de droite et « cavalier émérite », mais son habitus le distingue assez nettement de son cercle social : « Il avait un côté très artiste, écrit Valère, s’intéressant à l’art, à la culture, à la littérature ». Alliant un goût bourgeois et un indéniable esprit d’entreprise, ce père s’engagera toute sa vie dans des activités commerciales atypiques, peu conformes à sa position sociale, comme l’exploitation d’une imaginaire mine d’or en Normandie ou la construction de laboratoires de tirage de films et de photographies, faisant s’évaporer plusieurs héritages.

2En réalité, ces conditions ne prédisposent pas Jean Valère à l’obéissance. Il ne se plie pas facilement à la discipline scolaire et quitte le lycée Jeanson de Sailly pour un cours privé. Le 11 novembre 1940, il prend part à « la première manifestation de la France Libre», Place de l’Etoile où il chante la Marseillaise avec des milliers d’étudiants et de lycéens « face à des Allemands médusés par [leur] culot ». Alors que ses parents font le choix de ne pas quitter Paris (ils échapperont de très peu à la déportation), il gagne en 1942 la zone libre ; en 1943, il séjourne à Villard-de-Lans et s’engage dans la Résistance. Les historiens pourront tirer profit d’un récit sobre et circonstancié où Valère décrit les combats des résistants du Vercors, la violence des assauts allemands, les civils exécutés, les fermes et les villages incendiés, le courage dans les combats, la faim, les marches interminables et, bien sûr, la peur.

3De son milieu d’origine, Valère hérite d’une aspiration à la vie d’artiste. Après la guerre, il fréquente Saint-Germain-des-Prés, suit des cours théâtre, voit des expositions, etc. Son père, faisant jouer ses relations, le fait entrer d’abord au service cinématographique des armées, puis lui permet de rencontrer les artistes les plus en vue du cinéma prestigieux de la Qualité française : Henri-Georges Clouzot qui tourne alors Quai des Orfèvres, Marcel Carné, Jacques Prévert, Pierre Brasseur, Arletty, ainsi que des producteurs influents et des dirigeants de la presse cinématographique. Valère commence alors le parcours typique d’un aspirant réalisateur. Il fait une tentative pour être stagiaire sur le tournage d’un film de Carné, devient deuxième assistant et accède enfin aux fonctions de premier assistant. Ayant l’ambition de « participer à l’œuvre d’un grand metteur en scène », il accepte de « redevenir deuxième assistant pour travailler aux côtés du grand réalisateur Marcel Carné » sur le tournage de Marie du Port (1949). C’est incontestablement une étape importante de sa carrière, l’occasion d’accumuler du capital spécifique, car le film est une œuvre emblématique de la Qualité : réalisateur prestigieux, adaptation de Simenon, décorateur virtuose (Alexandre Trauner) et vedettes de tout premier plan (Jean Gabin et Nicole Courcel).

4Sur les conditions de tournage, Valère livre un témoignage précieux. Il montre bien à quel point Carné incarne l’ethos du réalisateur de métier, autoritaire dans son rapport aux équipes techniques, perfectionniste et « minutieux » : « Il terrorisait ses assistants, écrit Valère, exigeant tout à la fois, précision et perfection ». Il décrit bien les fonctions d’assistant : être second assistant, c’est faire l’« agent de liaison à bicyclette, barrer les rues, répondre aux ordres » du réalisateur et risquer à tout moment, surtout avec Carné, d’être congédié sur le champ (« Je ne veux plus de ce con de Valère », lancera-t-il un jour au producteur du film). Valère exprime aussi cette doxa professionnelle qui conditionne à ce type de formation l’accès à un « métier » : « Durant ce très rude et passionnant tournage, j’appris vraiment mon métier d’assistant ».

5Inséré dans la profession comme premier ou deuxième assistant à la réalisation (selon le renom du réalisateur), Valère participe à des productions très variées et assez bien réparties dans l’espace du cinéma : au sommet, les films de réalisateurs prestigieux de Carné (Thérèse Raquin, 1953) ou de Max Ophuls (Le plaisir, 1952) ; en position intermédiaire, les films d’André Cayatte (Le dossier noir, 1955 ; Œil pou œil, 1956) et en position inférieure, les films « commerciaux à succès » de Richard Pottier (Caroline Chérie, 1951 ; La Belle Otero, 1953).Sous l’effet de dix ans d’assistanat, il peut enfin former le projet de devenir réalisateur : « Après avoir été assistant sur une vingtaine de films[entre 1946 et 1956]je n’avais plus qu’une idée devenir moi-même réalisateur».

6Son accès à la réalisation présente la particularité d’être paradoxal. Dans les années 50, sous l’effet du développement d’une nouvelle critique représentée par Positif et par les Cahiers du cinéma – revue où, à l’initiative des « jeunes turcs » (Truffaut, Godard, Rivette, Rohmer, Chabrol), s’élabore la « politique des auteurs » – et surtout avec l’avènement d’un « jeune cinéma », celui de Vadim, de Malle, ou de la Nouvelle Vague, le cinéma français se trouve transformé. Apparaissent de nouvelles exigences artistiques, très éloignées des normes de la Qualité française : défiance à l’égard des vedettes, des scénaristes de l’adaptation, des grosses productions et privilège accordé aux projets singuliers, aux scénarios originaux, aux décors naturels. Or, alors qu’il a suivi un parcours conforme dans le système ancien, Valère réussit parfaitement son entrée dans ce monde en pleine transformation. Pour comprendre ce paradoxe, il faut d’abord prendre en compte l’effet de son âge. Son engagement à 15 ans dans la Résistance a accéléré son vieillissement social. Quand il débute au cinéma comme assistant, il n’a que 30 ans – ce qui est relativement jeune pour le système en place. Même s’il a été assistant-réalisateur pendant dix ans, il est, au début des années 50, du même âge que les jeunes entrants de la Nouvelle Vague qui, pour la plupart, ont fait des études avant d’accéder à la critique puis à la réalisation. Il faut ensuite tenir compte de son habitus, comme capital hérité, qui le lie à la vie artistique de son temps et le fait adhérer aux valeurs du nouveau cinéma (il soutiendra le moment voulu Hiroshima mon amour). Il faut enfin prendre à nouveau en compte le rôle que joue son père lors de son entrée dans la carrière de réalisateur.

7C’est son père en effet qui, en 1955, le met directement en contact avec Anatole Dauman. Du même âge que Valère, comme lui ancien résistant, Dauman est alors un jeune producteur de documentaires, proche de réalisateurs de la nouvelle génération tels que Alexandre Astruc, Pierre Kast, Chris Marker ou encore Alain Resnais (c’est Dauman qui a produit Nuit et brouillard). Il propose à Valère de tourner son premier film (en collaboration avec Jacques Baratier) : Paris la nuit, « court-métrage de facture classique, écrit Valère, mais sans commentaire, illustré par la musique et les bruits de la ville ». C’est ce film qui permet à Valère de négocier sans problème le virage du nouveau cinéma. Comme Le monde du silence de Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle, auquel il est associé lors de son exploitation en salle, Paris la nuit a toutes les qualités pour permettre à son réalisateur de passer d’un monde à un autre. D’un côté, il se rattache au cinéma de prestige de la Qualité : son montage est assuré par Léonid Azar, le monteur de Carné et d’Ophuls et il est lié par son contenu au « réalisme poétique », mais aussi aux valeurs politiques de la Résistance et, d’un autre côté, comme documentaire artistique, il rattache son auteur au pôle le plus autonome de l’espace du cinéma. La réception du film est significative : Valère est salué par Carné et Cocteau, mais aussi par Henri Jeanson, l’un des scénaristes les plus importants du cinéma des années 40 et 50, qui agit d’ailleurs pour qu’il obtienne le prix Lumière (en partie pour que René Clair puisse recevoir à sa place le prix Delluc, plus coté), et, en même temps, Jean-Pierre Melville, référence majeure de la Nouvelle Vague, lui fait part de son admiration, lui proposant même de réaliser un film policier.

8D’entrée de jeu, avec Paris la nuit, Valère se trouve placé en bonne position. À la fin des années 50, il peut réaliser son premier long métrage de fiction : La sentence (1959, DVD joint à l’ouvrage). Comme Paris la nuit, La Sentence est un film qui se trouve lié par un certain côté au cinéma de la Qualité. Il est à nouveau monté par Leonid Azar. Ce film relate, en temps réel, la dernière heure de quatre résistants fusillés par les Allemands sur la place de Bray-Dune. D’une facture classique, il frappe par sa sobriété et s’inscrit dans la lignée des grands films sur la Résistance (La Bataille du rail de René Clément). Roger Tailleur, critique aux Temps modernes, en parle comme d’un film « scolaire ». Mais il est lié aussi d’un autre côté au « jeune cinéma » : les trois rôles principaux sont assurés par les acteurs de cette nouvelle génération, Robert Hossein (qui a soutenu le projet du film), Marina Vlady (qui tournera avec Godard) et Roger Hanin ; il est aussi produit par une femme, Christine Gouze-Rénal ; les dialogues sont de Marcel Moussy, avec lequel Truffaut a écrit Les 400 coups ; Henri Decae, le chef opérateur, a travaillé avec Melville et tournera de nombreux films de la Nouvelle Vague.

9Même s’il a donc assez vite accédé à la réalisation et s’il a été associé d’emblée au « nouveau cinéma », Valère n’a pourtant pas la chance de connaître le succès public. La Sentence est un « échec commercial », ses trois films suivants aussi. Les grandes personnes (1960) semblait promis à un beau succès : des acteurs en vue, Jean Seberg, Maurice Ronet, Micheline Presle, une histoire d’amour (un sujet très éloigné du cinéma de la Résistance auquel Valère ne veut pas être attaché), une musique de Germaine Tailleferre, le soutien de Morand, Blondin, Nimier, Delon, Truffaut, et une bonne critique. Mais Valère doit se contenter de ce qu’il appelle ce « terrible "succès d’estime" ». Le gros coup (1964) qu’il écrit avec Gégauff, scénariste de Chabrol et de Rohmer, et qui met en scène Emmanuelle Riva, actrice principale de Hiroshima mon amour, avec une musique de Georges Delerue, représente bien ce que Valère appelle lui-même un film « s’adressant à un large public». Mais, peu soutenu par son distributeur qui organise sa sortie en salle en été, le film sera un nouvel échec commercial. Ce sera encore le cas de La femme écarlate (1969) : la présence à l’écran de Monica Vitti et un scénario de Gégauff qui associe, dans une sorte de comédie grinçante, luxe, mondanité et érotisme, ne suffiront pas à assurer à Valère les gratifications d’un succès public.

10Mais Valère avait sans aucun doute les ressources à la fois économiques, sociales et symboliques, pour maintenir intact l’espoir, correspondant à ses dispositions intermédiaires dans l’espace du cinéma, de connaître, au-delà de la reconnaissance de ses pairs, la notoriété liée à la rencontre d’un large public. Deux téléfilms (Monsieur Satie, 1978 ; Vive la mariée, 1985) et deux films, Mont-Dragon (1970), où Jacques Brel a le rôle principal, et La Baraka, (1982) qui donne à Roger Hanin l’un de ses rôles de cinéma les plus populaires, offriront à Valère les satisfactions d’une réussite commerciale. En toute logique, après une existence marquée par une certaine rigueur morale et artistique, c’est vent debout qu’il pense à l’avenir. Au centre de l’épilogue par lequel il finit ses mémoires, il écrit en effet : « Malgré mon âge, je me sens encore très jeune d’esprit, prêt à me relancer dans une aventure cinématographique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Mary, « Jean Valère, Le film de ma vie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 avril 2012, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8277

Haut de page

Rédacteur

Philippe Mary

Chargé de cours à Paris 1 (sociologie de l’art) et chargé de séminaire à l’ENS-Ulm (sociologie et esthétique du cinéma)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page