Navigation – Plan du site

Dominique Jacques-Jouvenot, Jean-Jacques Laplante, Les maux de la terre. Regards croisés sur la santé au travail en agriculture

Alexandre Hyacinthe
Les maux de la terre
Dominique Jacques-Jouvenot, Jean-Jacques Laplante, Les maux de la terre. Regards croisés sur la santé au travail en agriculture, Editions de l'Aube, coll. « Monde en Cours », 2009, 215 p., EAN : 9782752605856.
Haut de page

Texte intégral

1Des revenus moyens agricoles qui chutent de 30% en un an, un nombre d'actifs en constante diminution, des questions environnementales qui émergent de manière complexe, une refonte complète de la Politique Agricole Commune prévue pour 2013 : on peut certainement dire de l'agriculture qu'elle est en crise. Et dans cette crise, le projet des deux auteur-e-s des maux de la terre est pertinent. En effet, croiser des approches sociologiques et médicales de la santé en agriculture, en utilisant des données qualitatives comme quantitatives, c'est laisser de côté une question uniquement sanitaire pour privilégier le rapport global à la santé dans ce qui est souvent appelé « monde agricole ». Celui-ci est justement bien circonscrit ici, en s'intéressant uniquement aux actifs salariés et non-salariés de l'agriculture. Au sein de ces deux catégories se retrouve toutefois une grande diversité de personnes, allant du secteur primaire aux Organismes Professionnels Agricoles (OPA), en passant par les structures de transformation.

2Après avoir donc justifié le choix d'une approche socio-médicale de la santé en agriculture (chapitre 1) et dressé les contours de cet objet d'étude, c'est l'idée répandue d'un espace agricole synonyme de bonne santé qui est remise en question (chapitre 2). L'ouvrage se poursuit sur une analyse statistique et empirique du risque en agriculture (chapitre 3) qui montre la variabilité des risques liée à la diversité des situations : salariat ou non, homme ou femme, diversité des métiers à l'intérieur de cette large catégorie des actifs agricoles. Toutefois l'abondance des chiffres les rend parfois peu lisibles. Enfin, le quatrième chapitre aborde la thématique de la pauvreté en agriculture et les liens que celle-ci peut avoir avec la santé.

3Au-delà des repères statistiques intéressants, on peut retenir deux principales propositions pertinentes dans cet ouvrage. La première est la définition du monde agricole et du rapport à ses espaces. Les auteur-e-s distinguent l'agriculture d'un vague monde rural (p24-25) d'une part, et d'autre part tentent de déconstruire la vision d'un espace agricole « sain ». Différents exemples (intoxications, allergies, troubles musculaires) illustrent cette critique du mythe du « bonheur dans le pré ». Ainsi c'est un contour préalable efficace qui est tracé pour aborder les questions de santé dans l'agriculture.

  • 1 LAMBERT B., Les paysans dans la lutte des classes, Nantes: CHT, 2004 (1970), p 78.

4La seconde proposition que l'on retient est la réflexion sur les liens entre pauvreté et santé. Celle-ci place le phénomène de paupérisation des populations agricoles comme inhérent au processus de « modernisation agricole » de la deuxième moitié du vingtième siècle. C'est là une vision pertinente de cette problématique. Le leader paysan Bernard Lambert - entre autres -, évoquait notamment cette facette de la modernisation lorsqu'il parlait des « paysans paupérisés » 1, contraints à quitter l'agriculture pour chercher un revenu ailleurs. Les situations de précarité économique, d'endettement, mais aussi les questions de transmissibilité des exploitations, sont mis en perspective, à partir de cette démarche, avec les questions de souffrance et de santé sociale.

5Toutefois, plusieurs éléments posent question et sont trop peu abordés. C'est le cas par exemple de l'organisme de santé spécifique des actifs agricoles, la Mutualité Sociale Agricole (MSA), dont certains aspects du fonctionnement sont certes décrits, mais dont la place et l'action dans le monde agricole ne sont pas vraiment questionnées. Pourtant, administrée par des actifs de l'agriculture élus, prenant des décisions ayant un impact direct dans la profession à des niveaux sociaux, économiques, techniques (ce qui se retrouve dans l'ouvrage), cette structure est une arène importante de la profession agricole. Les décisions qui y sont prises sont sujettes à des rapports conflictuels dont l'analyse permettrait un éclairage utile sur la santé en agriculture. Peut-être le statut d'un des auteurs - directeur régional de santé à la MSA - ne facilite-t-il pas cette démarche. Le statut de « classe parlée » des paysans est rappelé dans l'ouvrage (p168) : classe parlée par les syndicats, les OPA. Ajoutons aussi : par les sciences sociales. Si certains clichés de l'agriculture sont fort à propos remis en cause dans cet ouvrage, il est troublant d'y lire par exemple : « L'agriculteur qui a toujours consommé des pissenlits ou des fraises des bois au cours des dimanches après-midi partagés avec ses amis chasseurs dans la forêt voisine... » (p45), énoncé qui évoque tout de même une paysannerie relativement mythifiée.

  • 2 CALLON M., LACOUSMES P., BARTHES Y., Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie techniqu (...)

6D'autres éléments sont effectivement évoqués mais finalement peu interrogés, comme la place de l'ESB (Encéphalopathie Spongiforme Bovine) parmi les autres zoonoses (p118). Pourtant les changements dans les rapports entre santé, expertise scientifique et société que la vache « folle » a engendrés - « en s'échappant des enclos où elle broutait en paix » 2 pour s'inviter dans l'espace public - semblaient mériter peut être une attention particulière. L'ESB a en effet fait date moins comme nouvelle zoonose importante parmi d'autres, que parce qu'elle a soulevé des questions liées à une gestion politique précise de l'élevage bovin - en l'occurrence servir des cadavres en ration aux ruminants. De même, à propos de sécurité alimentaire, la conclusion évoque le « nécessaire » doublement de la production mondiale dans les prochaines décennies « en augmentant les surfaces mais aussi en augmentant les rendements » (p161). Des interrogations (même brèves, l'objet du livre étant vaste) sur la construction de ce type d'affirmation et sur son rôle dans la profession agricole auraient été bienvenues.

  • 3 « Un nouvel avenir pour notre agriculture », discours du président de la République à Poligny, 27 o (...)

7À l'heure de discours démagogiques sur l'agriculture présentés comme des « réponses » à la crise 3 , analyser les liens entre problèmes sociaux, souffrance sociale et problèmes de santé est très certainement une piste importante à poursuivre. Mais c'est aussi sur le rapport du monde agricole à la santé et sur ses dynamiques - de l'émergence de nouvelles questions sanitaires jusqu'à l'organisation de l'intervention médicale - que l'on aurait aimé qu'un tel ouvrage pose justement des questions.

Haut de page

Notes

1 LAMBERT B., Les paysans dans la lutte des classes, Nantes: CHT, 2004 (1970), p 78.

2 CALLON M., LACOUSMES P., BARTHES Y., Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Seuil, Paris, 2001, p11.

3 « Un nouvel avenir pour notre agriculture », discours du président de la République à Poligny, 27 octobre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Hyacinthe, « Dominique Jacques-Jouvenot, Jean-Jacques Laplante, Les maux de la terre. Regards croisés sur la santé au travail en agriculture », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 26 novembre 2009, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/828

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Hyacinthe

Titulaire d'un master 2 en Anthropologie, chargé de mission du projet semences d'une association de développement agricole

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page