Navigation – Plan du site

Marwan Mohammed, Les sorties de délinquance. Théories, méthodes, enquêtes

Gauthier Fradois
Les sorties de délinquance
Marwan Mohammed (dir.), Les sorties de délinquance. Théories, méthodes, enquêtes, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2012, 240 p., ISBN : 9782707169938.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Chargé de recherche au CNRS, Marwan Mohammed est l'auteur de La formation des bandes. Entre la fami (...)

1Si l'on dispose dorénavant d'un ensemble de connaissances plus ou moins fiables concernant les modalités d'entrée dans les carrières délinquantes et les pratiques qui y sont liées, les mécanismes de sortie sont encore peu connus en France. À l’instar des recherches sur le militantisme, les travaux en sciences sociales s'intéressent davantage à la genèse des processus qu'à leur extinction. Or l'étude des « désistements » de la délinquance – le renoncement progressif à une carrière délinquante –  permettrait de mieux comprendre l'engagement et la persistance dans ces trajectoires déviantes. C'est ce à quoi nous invite l'ouvrage dirigé par Marwan Mohammed1, Les sorties de délinquance. Théories, méthodes, enquêtes, paru en 2012 aux Éditions La Découverte qui réunit les contributions d'auteurs venus d'horizons diverses : Pôle recherche à la direction de la protection judiciaire de la jeunesse du ministère de la Justice et des Libertés, Université de Sheffield en Arizona, National Economic and social council de Dublin, etc.

2La première des trois parties de ce travail collectif présente l'état des travaux concernant cette question depuis l'étude prospective pionnière d'Eleanor et Sheldon Glueck commencée en 1940, portant sur une comparaison des parcours de vie de 500 délinquants et de 500 non-délinquants aux caractéristiques sociales commensurables. Cette enquête est réexploitée par Robert J. Sampson et John H. Laub qui proposent ici une théorie révisée du contrôle social informel en fonction de l'âge prenant en compte les tournants susceptibles de modifier les comportements structurés par les expériences de l'enfance. En cela, les deux auteurs se situent à l'opposé des thèses développementalistes centrées sur les phénomènes internes à l'individu. Mais au-delà de cette opposition, l'ensemble des travaux tendent à montrer que l'obtention d'un emploi ou une structuration familiale forte diminuent les possibilités de récidive et renforcent les chances de pérennisation d'un abandon de la délinquance. Toutefois, la définition de la sortie de la délinquance pose des problèmes.

3Lila Kazemian et David P. Farrington s'interrogent ainsi sur le choix des critères pertinents pour mesurer l'abandon de la délinquance : faut-il retenir la fréquence ou la gravité ? De plus, si l'existence d'un lien entre l'âge et la baisse de la délinquance est validée – la courbe de la délinquance en fonction de l'âge atteint son pic vers 19 ans avant de chuter –, aucun consensus solide ne s'est dégagé quant à la cause de cette diminution. Outre la tentative de Shadd Maruna et Thomas P. LeBel d'intégrer par une approche psychosociale le « rôle des facteurs sociaux (ex. emploi, mariage...) et des changements psychologiques (ex. espoirs, remords...) dans le processus d'abandon de la délinquance» (p.45), il semble qu'aucune théorie générale de l'abandon de la délinquance n'ait pu aboutir pour l'instant.

4La deuxième partie de l'ouvrage, centrée sur les modalités des sorties de délinquance, illustre bien la concurrence des théories fondées sur des approches paradigmatiques différentes. En comparant les sorties de trajectoires délinquantes de trois minorités ethniques du Royaume-Uni, Adam Calverley et Stephen Farrall ont pu mettre en lumière, loin d'une approche essentialiste, qu'une faible institutionnalisation familiale nécessite un éloignement de la communauté alors qu'une forte structuration familiale assure des chances supérieures d'abandon de la délinquance et de pérennisation en offrant des ressources communautaires plus favorables (valeurs religieuses, capital social permettant de trouver du travail, rôle et responsabilité dans la famille, etc.) à la construction d'une identité pro-social enclineà la reconnaissance d'autrui. À l’inverse, Barry Vaughan, s'appuyant sur Paul Ricoeur, focalise ses explications sur le récit interne de l'individu, liant sa subjectivité et l'abandon de la délinquance qui précède rationnellement la permanence d'une sortie de trajectoire délinquante. Mais au-delà des différences d'approches, l'ensemble des analyses présentées s'accordent sur l'aspect processuel du désistement.

5David C. Pyrooz et Scott H. Decker montrent que le degré de socialisation à l'intérieur d'un gang est proportionnel aux chances d'en sortir tandis que Marwan Mohammed, prolongeant ses travaux précédents, insiste sur l'hétérogénéité des désistements au sein des bandes en présentant différents schémas d'éloignement dont « les distanciations progressives par tâtonnement constituent le cheminement dominant» (p.187). Comme le montre Jennifer Cobbina dans son étude sur les logiques de désistement des délinquantes, l'accumulation d'expériences négatives ou l'accès à des responsabilités parentales sont propices à la mise en place de stratégies comme l'obtention d'un emploi – si tant est que le marché de l'emploi y soit favorable – qui viendra concurrencer les activités délictuelles en assurant un revenu régulier. Le processus d'abandon d'une carrière délinquante est ainsi parsemé d'allers-retours entre conformité aux normes (salariale notamment) et déviance.

6La troisième partie traite de l'impact des dispositifs institutionnels de l'action publique sur « les mécanismes à l'œuvre pendant que les délinquants sont en train de sortir de la délinquance» (p.82). À partir du panel des « mineurs suivis en justice», Sébastien Delarre étudie l'incidence des décisions judiciaires sur les désistements, et plus spécifiquement, les conséquences sur leur biographie des mesures prises lors des premières interactions des mineurs délinquants avec l'institution judiciaire (même si elles paraissent anodines) afin d'éviter un effet de « sur-sélection » – seuls des faits graves ou réitérés entraînent un premier enregistrement au casier judiciaire –  propre aux analyses reposant plus classiquement sur l'instrumentation des fichiers informatiques tirés du casier judiciaire. Annie Kensey, travaillant sur une cohorte de détenus libérés, construite sur la base du fichier national des détenus, explique que le risque de récidive dans les cinq ans après la sortie de prison dépend principalement du sexe, de l'âge et des antécédents pénaux, tandis que Fergus McNeill s'appuie sur une étude réalisée pour le gouvernement écossais afin d'envisager dans une approche de philosophie morale ce qui pourrait améliorer l'action des services de probation sur le processus de sortie de la délinquance. Enfin, Florence de Bruyn, Luc-Henri Choquet et Lydia Thierus montrent que les centres éducatifs fermés agissent comme des filtres. En effet, une durée de placement supérieure à 170 jours offre plus de chances de non-réitération et donc d'abandon de la délinquance.

  • 2 Ce que suggère Marwan Mohammed dans l'introduction en envisageant « la délinquance des élites socia (...)

7Au final, cet ouvrage stimulant présente un ensemble de résultats empiriques produits par des méthodes d'enquêtes hétérogènes – traitement de données longitudinales prospectives, régression logistique, entretiens, échantillons comparés, etc. – issues d'approches disciplinaires différentes (psychologie, psychosociologie, sociologie, criminologie) montrant que le processus des sorties de délinquance est régi par des causes qui lui sont propres et qui semblent ne pas pouvoir être rapportées aux « explications théoriques du passage à l'acte et de la persistance dans la délinquance» (p.17). Cette asymétrie des modèles explicatifs mobilisés pour comprendre les entrées et les sorties des carrières délinquantes n'est ici qu'à peine esquissée mais ouvre de nouvelles perspectives d'analyse. Par exemple, on pourrait s'interroger sur les différentes logiques de désistements à l'œuvre en fonction des différences de classes sociales2. Si l'intérêt porté à certains objets scientifiques n'est pas toujours indépendant des problématiques politiques, ce qui se traduit par une orientation à visée pratique des questionnements scientifiques, il n'en demeure pas moins que ce travail collectif est d'une grande richesse pour les chercheurs s'intéressant à la délinquance.

Haut de page

Notes

1 Chargé de recherche au CNRS, Marwan Mohammed est l'auteur de La formation des bandes. Entre la famille, l'école et la rue, Paris, PUF, 2011, ouvrage tiré de sa thèse réalisée sous la direction de Philippe Robert.

2 Ce que suggère Marwan Mohammed dans l'introduction en envisageant « la délinquance des élites sociales, économiques et politiques» (p.9), mais dont l'ouvrage ne rend pas compte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gauthier Fradois, « Marwan Mohammed, Les sorties de délinquance. Théories, méthodes, enquêtes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 30 avril 2012, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8285

Haut de page

Rédacteur

Gauthier Fradois

Doctorant en science politique à l'Université Paris Ouest Nanterre la Défense et membre du GAP (Groupe d'analyse politique)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page