Navigation – Plan du site

Fred Célimène, André Legris, L’économie de l’esclavage colonial. Enquête et bilan du XVIIe au XIXe siècle

Aude Argouse
L'économie de l'esclavage colonial
André Legris, Fred Célimène (dir.), L'économie de l'esclavage colonial. Enquête et bilan du XVIIe au XIXe siècle., Paris, CNRS, coll. « Biblis », 2012, 301 p., ISBN : 978-2-271-07308-2.
Haut de page

Texte intégral

1En 1996, le Centre d’études et de recherche en économie, gestion et modélisation de l’information (Ceregmia) et le Groupe de recherche en droit, économie et gestion (Gredeg), entamaient une collaboration sur le thème de l’esclavage qui donna lieu d’abord à une table ronde en 1999 (« Esclavage, travail salarié et institutions »), organisée avec le Laboratoire d’analyse des transformations de l’appareil productif et stratégies économiques sectorielles (Latapses), puis, en 2002, à une publication dont nous présentons la réédition.

2Deux questions président à l’ensemble des huit chapitres, précédés d’une introduction, qui composent cet ouvrage collectif : comment l’institution de l’esclavage qui, à partir du xviiiesiècle, subit les assauts d’une partie des intellectuels européens, parvient-elle à survivre jusque très tardivement ? Pourquoi ne meurt-elle pas au moment où les lois l’abrogent et que s’opère le passage au salariat ? Les coordinateurs annoncent dans l’introduction « qu’il faut appréhender l’esclavagisme comme un système particulièrement difficile à transformer ou à éliminer ».

3La première partie de l’ouvrage, intitulée « une mise en perspective de l’institution esclavagiste », rassemble deux chapitres consacrés aux discours intellectuels, d’Aristote à K. Binmore en passant par les prises de position de la fin du xviiie siècle qui contribuèrent à l’émergence de l’économie politique en tant que discipline et donnèrent lieu au renouvellement de la réflexion sur la notion de justice. Plusieurs auteurs, dont Condorcet présenté comme figure de proue dans l’introduction de l’ouvrage, s’insurgèrent en effet contre l’esclavagisme et souhaitèrent œuvrer pour l’amélioration de la condition humaine. Le débat né des Lumières est ensuite prolongé notamment au sein des travaux de John Rawls (Theory of justice, 1971) en résonance avec les théories contractualistes d’Ancien Régime, et de ceux de l’économiste britannique Kenneth Binmore sur la théorie des jeux (Playing fair, 1994, Just playing, 1998 et, plus récemment, Natural justice, 2005).

4Deux courants intellectuels s’affrontent sur la question de la justification théorique de l’esclavage, d’une part, et sur les conséquences de l’abolition de l’institution, d’autre part. Christian Schmidt (« L’argument esclavagiste dans les théories du contrat social ») montre toutefois combien il est difficile, de Rousseau à Rawls, de contrer l’argumentaire de Hobbes dérivé de la philosophie du droit naturel, et présente les interprétations avancées par K. Binmore dans les années 1990 sur la théorie des choix rationnels, qui permettent d’envisager la situation d’esclavage comme un équilibre de Nash. De son côté, et dans une longue perspective historique, Michel Herland (« Penser l’esclavage de la morale à l’économie ») met en avant le changement de paradigme dans la pensée sur l’esclavage opéré autour de la valeur du travail : la justification aristotélicienne de l’infériorité morale des esclaves, réduits à la servilité, laisse place à une réflexion sur la volonté individuelle et la nécessité économique d’un travail efficace. Ainsi, cette mise en dialogue des argumentaires conduit l’auteur à constater qu’« au cours de l’histoire, l’importance relative des deux registres de l’argumentation – le moral et l’économique – a nettement changé. »

5Les trois chapitres de la deuxième partie, « Esclavage et histoire des idées économiques », agencent une chronologie de la pensée politique européenne, d’Adam Smith à Tocqueville, à travers l’étude de cinq auteurs considérés comme majeurs. André Lapidus (« le profit ou la domination : la figure de l’esclave dans l’économie d’Adam Smith ») revient d’abord sur l’analyse de Smith développée en particulier dans les Leçons sur la jurisprudence. Données entre 1762 et 1764, ces leçons constituent le legs d’une théorie de la justice du penseur écossais. L’absence de contre-pouvoir à la domination du maître participe de la définition de la situation d’esclavage donnée par Smith. Celle-ci, moins profitable que le travail libre, n’existe non pas dans la volonté de l’esclave mais uniquement dans l’intérêt du maître, essentiellement suscité par le désir de domination et la peur de la révolte. L’identité sociologique des esclaves devient alors déterminante dans l’abolition du travail servile en tant qu’ils puissent constituer eux-seuls le contre-pouvoir nécessaire à leur propre émancipation, un contre-pouvoir « qui ne mettrait pas fin à l’autorité dans la relation de travail mais qui rendrait libre le travailleur » et serait par conséquent profitable à tous. Richard Arena (« Pourquoi et comment faut-il abolir l’esclavage dans les Antilles françaises ? ») s’interroge ensuite sur la participation des économistes, par l’intermédiaire des salons et des sociétés philanthropiques, à l’action politique qui conduit à l’abolition progressive de l’esclavage (rétabli en 1802 il est définitivement aboli en 1848). L’auteur propose alors une analyse comparative des argumentaires de trois économistes français et suisses : Jean-Baptiste Say (1767-1832), Jean-Charles Sismondi (1773-1842) et Pellegrino Rossi (1787-1848). Prenant comme base d’analyse la critique de Say, R. Arena établit la comparaison autour de quatre questions : l’esclavage et la morale ; les « distorsions économiques » que ce système pourrait engendrer ; la question du prix et de la productivité de l’esclave par rapport au travailleur libre ; le devenir de l’esclavage aux Antilles. Cette dernière question permet de révéler la prise de position politique de chacun des auteurs qui, à la différence d’Adam Smith, ont connu la Révolution haïtienne, véritable heurtoir de la pensée politique contemporaine.

6Le dernier chapitre de cette deuxième partie consiste en une relecture de la position de Tocqueville sur la question de l’esclavage, proposée par le sociologue Philippe Steiner. Membre actif de la Société pour l’abolition de l’esclavage dès sa création en 1833, Tocqueville n’a toutefois développé qu’une pensée incomplète sur les modalités sociologiques de transition d’un « état social inégalitaire et illibéral à un état social démocratique dans lequel l’esclave est transformé en citoyen ». La question institutionnelle de l’esclavage est pourtant, dans la pensée Tocquivillienne, articulée à la question sociologique coloniale. Dans les dernières pages du chapitre consacrées à ce que l’auteur nomme « les apories du raisonnement tocquevillien », Ph. Steiner montre alors les limites de cette articulation : l’esclavage formant « un point aveugle de sa réflexion [de Tocqueville] », en dehors de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

7La troisième et dernière partie de l’ouvrage, « Esclavage et travail salarié : une approche en termes de faits industriels », réunit trois chapitres autour de la question de l’activité productive dans les colonies. Pierre Dockès (« Le paradigme sucrier (xie-xixe siècle) ») entend montrer que le système productif des plantations n’est en rien fatalement associé à l’esclavage mais qu’il est la reproduction d’un « paradigme productif » sur près de huit siècles. L’auteur définit la notion de paradigme productif comme « conception pratique de la façon efficiente de produire certaines marchandises, commune à ceux qui y jouent un rôle déterminant d’orientation. » Condorcet, rappelle Pierre Dockès, s’attache à déconstruire précisément l’argumentaire qui consiste à lier la production sucrière, et notamment ses conditions techniques, à l’esclavage. En l’absence de déterminisme technique, c’est alors la rentabilité de cette production – élargie à celle du coton et l’indigo – qui explique son imposition et sa reproduction, depuis l’espace méditerranéen aux terres américaines (Brésil et Antilles), en passant par la « Méditerranée atlantique ». Ensuite, Fred Célimène et André Legris (« L’économie coloniale des Antilles françaises au temps de l’esclavage ») évoquent l’analyse cliométrique controversée de Robert Fogel et Stanley Engerman sur l’esclavagisme aux Etats-Unis (Times on the cross, 1974) qui visait à démontrer l’efficacité du travail servile d’un point de vue strictement économique et non moral. F. Célimène et A. Legris alors qu’outre les conditions générales de la production esclavagiste – en l’occurrence la rentabilité pour la métropole liée au principe de l’Exclusif – la modélisation historique ne vaut que si elle tient compte des faits stylisés liés aux « conditions historiques de fonctionnement des firmes ». Les auteurs s’attachent alors à faire valoir la nécessité d’intégrer dans l’analyse l’ensemble des coûts généraux du fonctionnement des plantations, le rôle du géreur dans les relations maître-esclave et l’existence d’une division du travail en trois niveaux : la production de sucre, l’entretien et l’amélioration de l’habitation (plantation), les tâches domestiques. Enfin, le dernier article, signé de Hai-Quang Ho, est consacré à La Réunion et à la production de café (« La transformation de l’esclavage au salariat à La Réunion (1828-1853) »). Implanté plus tardivement, à la fin du XVIIe siècle, l’esclavage a pour légitimité juridique le Code noir promulgué à Bourbon en 1723. Cette institution fonctionne seule jusqu’en 1828, lorsqu’arrivent les premiers travailleurs libres salariés en raison de la prohibition de la traite depuis 1817. L’auteur propose alors de confronter esclavagisme et salariat contraint (engagisme) dans les plantations à partir de cette introduction de main-d’œuvre libre après plus d’une décennie d’importation de clandestins, dans un système qui fonctionne, pendant quelque vingt ans encore, avec des esclaves et des engagés.

  • 1  Voir Olivier Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Gallimard, Paris (...)

8Même si dix ans ont passé depuis la première parution de cet ouvrage et que l’historiographie sur l’esclavage a été considérablement nourrie, notamment du fait du débat politique relancé 2005 autour du « fait colonial » et de la politique publique de mémoire1, il faut saluer la tentative déterminante de rapprochement disciplinaire entre économie et histoire, entreprise par les auteurs, dans le sillage d’un premier travail de Yann Moulier-Boutang (De l’esclavage au salariat. Economie historique du salariat bridé, 1998) qui avait suscité quelques critiques de la part des historiens. On pourra sans doute reprocher à l’ouvrage le foisonnement des questions abordées et l’absence de conclusion générale, cela n’enlève rien à l’importance du travail accompli, à l’intérêt des réflexions proposées et des bibliographies soumises qui font désormais de ce livre un « classique » contribuant à re-situer le débat sur la domination coloniale et l’esclavage dans l’histoire.

Haut de page

Notes

1  Voir Olivier Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Gallimard, Paris, 2004, 468 p., et la controverse judiciaire née d’une interview de l’auteur dans le Journal du Dimanche du 12 juin 2005. Voir également Romain Bertrand, Mémoires d’empire. La controverse autour du « fait colonial », Éditions du Croquant, Bellecombe-en-Bauges 2006, 219 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Argouse, « Fred Célimène, André Legris, L’économie de l’esclavage colonial. Enquête et bilan du XVIIe au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 02 mai 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8306

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page