Navigation – Plan du site

Denis Bayon, Fabrice Flipo, Francois Schneider, La décroissance. Dix questions pour comprendre et débattre

Pascal Décarpes
La décroissance
Denis Bayon, Fabrice Flipo, François Schneider, La décroissance. Dix questions pour comprendre et débattre, Paris, La Découverte, coll. « La Découverte Poche / Essais », 2012, 248 p., ISBN : 9782707173133.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple l’allusion de Philippe Némo reprochant à Paul Aries de vouloir une « société sans (...)
  • 2  Chacun des dix chapitres est précédé d’un sous-titre faisant des clins d’œil aux critiques (trop) (...)

1Malgré ses quarante années de présence sur la scène politique, scientifique et militante, le concept de décroissance souffre encore et toujours d’un déficit de notoriété, quand ce n’est pas d’être vulgairement caricaturé de « préhistorique »1. L’un des sous-titres2 le formule de manière rhétorique et non dénuée d’humour : « La décroissance, est-ce la fin du progrès scientifique et technique ? Où il apparaît que le retour aux cavernes humides et aux chandelles n’est pas précisément le modèle en vogue, même chez les radicaux irresponsables » (p. 103). L’intérêt de l’ouvrage présenté ici est, ainsi que l’évoque la seconde partie de son titre Dix questions pour comprendre et débattre, de porter un éclairage didactique et précis sur les enjeux qui sous-tendent l’épistémologie de la décroissance. Tout en évitant une présentation par trop linéaire et pesante de la thématique, les trois auteurs (l’un économiste, l’un philosophe et l’un environnementaliste) donnent à « comprendre et à débattre » en tentant d’apporter une épaisseur à cette idée qui parfois semble demeurer très abstraite, en proposant par exemple des illustrations telle que « d’où l’on se demande sérieusement si les habitants des Etats-Unis sont vraiment plus heureux que ceux du Bhoutan » (p. 139).

2Pour résumer une analyse très fournie et précise offerte en début d’ouvrage, il peut être mentionné que le développement historique de la notion de décroissance est passé de la critique démocratique à la critique culturaliste et antiutilitariste (p. 43 et s.), prenant définitivement ses marques de noblesse en apportant des éléments de réflexion à une nouvelle quête de sens en réaction au vide laissé par la disparition des grandes idéologies structurées et institutionnalisées.

3Fourmillant d’exemples historiques et de pensée politique, l’ouvrage rentre parfois dans les détails de mouvements sociaux et de courants politiques qu’il est permis ici de (re)découvrir à travers une lecture originale et solidement référencée qui caractérise la décroissance comme une « volonté de rupture » (p. 73). C’est cet axe qui nous semble le plus emblématique et le plus florissant, sans pour autant négliger les autres pistes intellectuelles et sociales qui font de la décroissance un corpus herméneutique dynamique et ambitieux.

4Si la discussion sur la décroissance peut apparaître parfois très contemporaine et médiatiquement éculée, il n’en est rien sur le fond des arguments et c’est dans cette optique que les auteurs abordent la question pertinente demandant pourquoi il faut parler de la décroissance et non pas du développement durable3, bien que cette notion pourrait également conduire à un « gouvernement du changement total »4, ce qui n’est cependant plus envisageable selon les auteurs de l’ouvrage présent car le développement durable est dorénavant un « concept vidé de son sens » (p. 86).

5Surtout, c’est par un des chapitres les mieux construits que la décroissance se dévoile sous sa vraie matérialité quotidienne en s’interrogeant (de manière ironique) sur la question de savoir si elle est synonyme de « privation ou de joie de vivre » (p. 139 et s.). En s’attaquant au « bonheur conforme » modelé par le consumérisme et le formatage diffus voire subliminal du capitalisme individualiste, les auteurs indiquent que la décroissance n’est pas forcément à la recherche du « moins » mais davantage du « mieux ». En désirant se défaire de la consommation de masse, de la soumission aux marques et de la dépendance publicitaire, la décroissance aspire surtout à un retour d’un temps libre qui jouisse réellement de liberté sans étant la proie de prédateurs économiques prédicteurs d’attitudes et d’activités telles que la recherche du bien-être au sein des centres commerciaux le samedi après-midi. La construction récente à l’échelle internationale d’un « indice pour un bien-être soutenable », similaire à l’indice de « progrès véritable » étasunien, permet de prendre en compte d’autres facteurs et indicateurs de providence que les simples PIB et autres courbes statistiques. Ainsi, en procédant à l’analyse de la corrélation « espérance de vie/PIB », il en ressort qu’il n’existe pas de linéarité donc que la causalité n’est pas celle communément propagée (« the more, the better » – il en va de même avec la corrélation « taux de scolarisation/PIB », « taux d’emprisonnement/PIB », etc…).

6Finalement, « la décroissance comme ‘mot-obus’ met sur l’agenda public des enjeux qui sans cela resteraient la propriété privée des experts en tout genre » (p. 45). Au même titre que le service militaire obligatoire fut supprimé, il n’est pas utopiste de croire que l’objection de croissance fasse son œuvre et trouve sa place au sein de sociétés en besoin de nouveaux paradigmes pour faire face aux défis des décennies à venir et éventuellement y donner des réponses, même si la conclusion des auteurs est modeste et admet qu’une politique concrète de décroissance signifie que « les choses se compliquent encore un peu plus et [que] les lecteurs et lectrices devront eux-mêmes poursuivre l’histoire » (p. 225).

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple l’allusion de Philippe Némo reprochant à Paul Aries de vouloir une « société sans chaussures », émission Ce soir au jamais du 24 avril 2012 sur France 3.

2  Chacun des dix chapitres est précédé d’un sous-titre faisant des clins d’œil aux critiques (trop) faciles.

3  Cf. sur le développement durable le compte rendu de Dimi Theodore Doudou, http://lectures.revues.org/6717

4 Cf. http://lectures.revues.org/1224

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « Denis Bayon, Fabrice Flipo, Francois Schneider, La décroissance. Dix questions pour comprendre et débattre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 mai 2012, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8308

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page