Navigation – Plan du site

Franz Schultheis, Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay, Nathalie Pigot, Les classes populaires aujourd'hui. Portraits de familles, cadres sociologiques

Delphine Moraldo
Les classes populaires aujourd'hui
Franz Schultheis, Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay, Nathalie Pigot, Les classes populaires aujourd'hui. Portraits de familles, cadres sociologiques, L'Harmattan, coll. « Questions sociologiques », 2009, EAN : 9782296092839.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 sous la dir de Jade Lindgaard, Jean Ruhlmann, Stéphane Beaud et Joseph Confavreux, La Découverte, 2 (...)

1Dans la lignée de La Misère du monde (1993), dirigé par Pierre Bourdieu, et plus récemment de La France invisible 1, cet ouvrage collectif consacré aux classes populaires aujourd'hui se donne pour objectif de « donner la parole » à cette « masse silencieuse » (p.8), et plus précisément à certaines représentantes (car les enquêtés sont majoritairement des femmes, appartenant à des familles d'un quartier populaire de Genève) de toute une catégorie sociale de plus en plus invisible.

2Cependant, si les classes populaires peuvent donner l'impression de constituer aujourd'hui un « objet sociologique refoulé », notamment par une sociologie anglo-saxonne refusant désormais la notion de classes et insistant sur le nivellement et l'individualisation des modes de vie, les auteurs entendent au contraire prouver que « les gens ordinaires » n'ont pas disparu. C'est justement parce que les sciences sociales en parlent de moins en moins, qu'elles tendent à invisibiliser cette catégorie sociale en la désignant comme indigne d'intérêt. S'interroger sur « ce qui reste des classes populaires » (p.8) revient donc aussi à questionner les représentations collectives et leur construction sociale, et notamment, dans ce cadre, le déni de plus en plus important des inégalités sociales et de l'existence des classes sociales dans les discours officiels.

3Afin de répondre à cette question, les auteurs choisissent une définition « relationnelle » des classes populaires, empruntée à O. Schwartz (2002), comme « ensemble de groupes sociaux caractérisés par une position matériellement et culturellement dominée dans l'espace social et partageant des chances de vie et des conditions de vie marquée par un espace des possibles relativement restreint ». Cette définition a le mérite, tout en évitant l'écueil d'une essentialisation des classes populaires, d'échapper à celui du populisme en insistant sur leur position dominée voire stigmatisée dans l'espace social. La filiation théorique et méthodologique avec les travaux d'O Schwartz comme avec ceux de R. Hoggart, qui se sont tous deux efforcés d'éviter ces deux écueils, est par ailleurs affirmée dès l'introduction de l'ouvrage (p.17), tout comme celle avec P. Bourdieu.

4Les auteurs s'efforcent ainsi de combiner deux approches théoriques et méthodologiques complémentaires, correspondant aux deux parties de l'ouvrage : d'une part, il s'agit de « peindre le banal », avec une écriture dépouillée du jargon sociologique, souvent au style semi-direct, en insistant sur des détails du quotidien, afin de mettre en lumière ce que Jean-Claude Passeron appelait une « grammaire génératrice des attitudes ». C'est l'objet d'une série de portraits sociologiques de familles populaires présentés dans la première partie de l'ouvrage, accompagnés de commentaires ayant pour but d'expliciter l'implicite des propos des interrogé(e)s, sans pour autant se livrer à une véritable analyse sociologique. Ces portraits sont tirés de 23 entretiens semi-directifs réalisés en majorité avec des mères de famille de milieux populaires, et portant sur des thèmes structurant la vie quotidienne de ces familles (histoire familiale, liens familiaux, scolarité des enfants et des parents, rapport à la santé, à l'alimentation, au quartier et au logement, travail, appartenances religieuses et associatives...). On insistera ici sur le dernier ensemble de portraits, qui s'éloignent de la représentation traditionnelle des classes populaires pour investir des problématiques nouvelles : portraits de familles étrangères, ou encore portraits de familles en prise avec les institutions sociales (par exemple cette mère de famille vivant de la rente de l'Etat, p. 279).

5La deuxième partie de l'ouvrage entend dépasser ce kaléidoscope de prises de vue sur la vie quotidienne de ces familles, très hétérogènes à première vue, pour proposer une analyse sociologique transversale visant à mettre à jour, au-delà du cas par cas, des dénominateurs communs, voire l'existence d'un « destin collectif ». A travers les problématiques du rapport à la famille, à l'autorité, à l'école, à l'alimentation, et au genre, les auteurs questionnent et tentent de saisir les transformations de la notion de « classes populaires » depuis les travaux de Hoggart dans les années 1950. Ainsi, si la qualité de vie des classes populaires s'est indéniablement améliorée dans le cadre de la société « de services », il n'en reste pas moins que les barrières entre classes demeurent très présentes, même si elles apparaissent sous une forme différente. Comme le notent en effet les auteurs en conclusion de leur deuxième partie, s'il est évident qu'« on ne vit plus à l'époque de Hoggart », rien ne permet de conclure que « l'habitus social de cette classe s'est évaporé et a laissé la place à une sorte d'habitus socialement nivelé et non distinctif au niveau des structures sociales » (p. 489). En effet, malgré l'accès des classes populaires aux biens de consommation de courte et moyenne durée, malgré la démocratisation (toute relative) de l'enseignement, malgré des pratiques culturelles « ordinaires » (et notamment alimentaires, comme on peut le voir dans le chapitre qui y est consacré) qui se sont « moyennisées », il existe toujours un « habitus populaire » distinct et cohérent, bien que peu visible, qui permet notamment aux classes populaires de résister aux injonctions venant des instances légitimes du monde social. On pense notamment, à la lecture des chapitres précédents, au familialisme poussé de ce groupe social (p. 325), à un style éducatif « autoritaire » visant davantage à surveiller et punir qu'à encourager l'autodiscipline de l'enfant (p.382), au rapport défiant voire un ressenti de plus en plus poussé face à l'école (p. 432), au rôle clé des mères (sur lequel insistait Hoggart) et à l'importance du foyer (p. 479). « Dans ce cas, les classes populaires aujourd'hui se caractériseraient par une forme de résistance contribuant directement à leur manque de visibilité publique et donnant l'image d'une catégorie sociale honteusement repliée sur elle-même, une classe sociale dont l'aliénation dont parlait Marx prendrait de nos jours la forme d'un habitus clivé marqué par un profond déracinement, occupant une sorte de « no man's land » dans le monde social qui ne porte même plus de nom collectivement reconnu et partagé » (p. 492).

6C'est donc finalement sur cette notion d' « habitus clivé », reprise de Bourdieu, que se clôt cet ouvrage. La filiation critique avec les travaux de Bourdieu se dessine par ailleurs assez clairement dans la conclusion de l'ouvrage, où les auteurs tentent de reconstruire les étapes de la métamorphose historique des classes populaires, en insistant notamment sur le double rôle joué par les classes dominantes, qui tout en élaborant des stratégies de distinction, semblent en même temps animées d'une mission civilisatrice, qui les fait agir en faveur d'une élévation sociale et culturelle des classes populaires. La dernière phase de l'histoire ouvrière se caractériserait par une crise du modèle traditionnel d'intégration des classes ouvrières sur fond d'apparente déprolétarisation (permise par la massification de l'enseignement, ou encore l'accès à un meilleur niveau de vie), dans un contexte de précarité et de fragilité sociale accrue : se retraduisant par un processus d'individualisation des formes de vie, des mentalités et des comportements de plus en plus poussés, la dynamique de la modernité s'accompagne d'un relâchement des liens de solidarité et d'interdépendance sociale caractéristique des classes populaires traditionnelles d'un côté, et d'une augmentation considérable du risque d'exclusion sociale de l'autre. Dans ce contexte, l'habitus clivé des classes populaires s'explique par le décalage entre l'appartenance à la culture populaire et l'aspiration déçue à l'ascension sociale vers les classes moyennes salariées, dont elles partagent certaines inclinations. On aurait donc tout un continuum de conduites et d'attitudes entre l'ouvrier prolétaire traditionnel et l'ouvrier déprolétarisé, dû au décalage entre conditions d'origine et aspirations, et entre aspirations et avenir probable. De même, à un niveau macrosociologique, on peut parler d'une classe sociale « déchirée » par des contradictions et de nouvelles inégalités, et qui par là tend à devenir de moins en moins visible : d'où le rôle du sociologue à qui il revient de chasser le mythe de la fin des classes populaires.

Haut de page

Notes

1 sous la dir de Jade Lindgaard, Jean Ruhlmann, Stéphane Beaud et Joseph Confavreux, La Découverte, 2006

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Franz Schultheis, Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay, Nathalie Pigot, Les classes populaires aujourd'hui. Portraits de familles, cadres sociologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2009, mis en ligne le 25 novembre 2009, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/831

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page