Skip to navigation – Site map

UNESCO, Conseil international des sciences sociales, Rapport mondial sur les sciences sociales 2010. Divisions dans les savoirs

Corinne Delmas
Rapport mondial sur les sciences sociales 2010
Unesco, Conseil international des sciences sociales, Rapport mondial sur les sciences sociales 2010. Divisions dans les savoirs, Editions du Croquant, 2012, 427 p., ISBN : 978-2-914968-96-6.
Top of page

Full text

1Ce rapport du Conseil international des sciences sociales de l’UNESCO propose un panorama mondial des sciences sociales rendu nécessaire par les évolutions survenues depuis sa première édition en 1999. Neuf chapitres éclairent la situation actuelle des sciences sociales dans le monde.

2Un premier présente les nombreux défis contraignant ces sciences à renouveler leurs méthodes et approches. Le changement environnemental planétaire implique par exemple, selon la géographe Karen O’Brien, dépasser les frontières disciplinaires ; la critique anthropologique adressée par Akhil Gupta à « la construction du « pauvre » à l’échelle mondiale » montre les limites de la notion de « pauvreté mondiale » qui, en isolant ce phénomène de tout contexte, donne lieu à des solutions largement inefficaces. La mesure des inégalités à l’échelle mondiale pose par ailleurs le problème classique de la qualité et de la comparabilité des données, comme le souligne l’économiste Branko Milanovic. David Harvey, abordant la crise financière des subprimes en géographe, montre tout l’intérêt de traiter de la crise urbaine qui l’accompagne habituellement et dont les plus vulnérables sont les premiers à souffrir. Les défis à venir liés à la croissance, à l’urbanisation, au vieillissement et aux migrations, les différentiels démographiques qui en découlent et l’évolution des villes sont également abordés. Le développement de conditions favorables au « pluralisme négatif » (inégalités sociales croissantes, risque renforcé pour les personnes marginalisées, concentration de la richesse et du pouvoir etc.) nécessite, selon le politiste David E. Apter, un renouveau des théories de la modernisation. En effet, « le pluralisme négatif suppose que les différences entre êtres humains sont plus importantes que leurs similarités » (p. 36). Il faudrait redonner leur place aux institutions et aux réseaux mais aussi percevoir la modernisation comme « élément perpétuellement déséquilibrant et source de désordre » (p. 37). Le chapitre montre aussi la diversité régionale des enjeux contemporains : « les débats liés aux conflits politiques régionaux et aux programmes de développement sont centraux dans la région arabe, tandis que les défis démographiques et migratoires sont au cœur de nombreuses études de la région Asie-Pacifique. La pauvreté et les inégalités restent des préoccupations essentielles dans les pays d’Amérique latine et des Caraïbes, tandis que les processus de réconciliation et de justice transitionnelle constituent les principaux points d’intérêt des spécialistes en sciences sociales en Afrique » (p. 38).

3Un deuxième chapitre présente une « géographie institutionnelle » des sciences sociales. Si le chiffre d’étudiants s’accroît fortement partout, les disparités entre les systèmes de recherche sont considérables. Les institutions de sciences sociales souffrent ainsi, dans de nombreux pays à faibles revenus, particulièrement en Afrique subsaharienne, de financements publics insuffisants, d’une perte de légitimité de la profession scientifique, de déclin éditorial et de fuite des cerveaux. L’analyse montre une grave inégalité entre les établissements d’enseignement supérieur en Afrique et en Amérique latine. La tendance dominante au niveau mondial est de confier aux universités la recherche scientifique ; des disparités persistent toutefois entre les pays où la recherche est principalement menée dans ces établissements et ceux, de l’ex-zone d’influence soviétique, où elle est encore largement pratiquée dans des instituts ou académies non universitaires. La recherche privée à court terme menée par des sociétés de consultants ou des ONG, à la demande de bailleurs de fonds internationaux ou de fondations, s’est également accrue, particulièrement en Amérique latine, en Afrique subsaharienne et en Asie, car elle fait suite à une réduction des financements publics alloués aux universités. Cette tendance à la « désinstitutionnalisation » de la recherche caractérise aussi les pays développés où des investigations scientifiques de plus en plus abondantes sont entreprises hors l’université. La question budgétaire est devenue partout cruciale, y compris dans les pays riches où les procédures concurrentielles pour l’allocation de fonds et le financement sur projets se sont imposées, tandis que le recours à un financement privé-public prend de l’ampleur. Si la recherche en sciences sociales bénéficie aux Etats-Unis, comme le rappelle Craig Calhoun, d’une reconnaissance académique précoce et d’une diversité de sources de financement, les autres pays peuvent bénéficier de soutiens privés ou semi-privés, mais de façon plus limitée. Ceci n’est pas sans susciter des inquiétudes sur l’avenir de la recherche et de son indépendance ; les institutions la finançant (fondations, agences nationales, organismes de financement bi ou multilatéraux…) exercent en effet une influence sur la définition de ses priorités. Cette partie se conclut sur l’influence contrastée des recherches en sciences sociales sur le débat et la décision politiques. Considérées en Chine ou au Brésil comme essentielles pour soutenir le développement national, elles le sont moins ailleurs, où d’autres champs de savoirs comme les sciences naturelles l’emportent. Malgré la faible estime portée à ces recherches, dans certains pays, leurs spécialistes bénéficient d’une large reconnaissance sociale en tant que chroniqueurs, conseillers ou membres de think tanks. Des phénomènes persistants de censure pèsent par ailleurs sur la recherche en sciences sociales dans plusieurs pays.

4Le chapitre suivant insiste sur les inégalités et les stratégies mises en œuvre pour les surmonter. La marchandisation de la recherche en sciences sociales renforce ces disparités ; elle a partie liée avec les difficultés des universitaires qui, comme au Kenya, sont amenés à combiner leurs activités courantes avec d’autres engagements, compromettant la qualité de leur enseignement et leur investissement dans la recherche. L’insuffisance des financements conduit souvent les chercheurs à multiplier les contrats et à passer d’un thème à un autre, ce qui contribue à une atomisation voire à un assèchement de la recherche auquel les agences de financement participent « en privilégiant les études à court terme qui ne facilitent pas l’accumulation des savoirs et la théorisation » (p. 114). Il peut également les conduire à travailler comme consultants ; par son ampleur et son impact sur la recherche, « la prolifération des cabinets de consultants et des ONG, qui font appel à un grand nombre de chercheurs en sciences sociales, équivaut à une fuite interne des cerveaux non moins problématique que (leur) fuite externe » (p. 114). D’autant plus que le contrôle de la qualité de ces investigations fait défaut, comparativement aux recherches universitaires. Les inégalités contribuent à la circulation des cerveaux, sur laquelle les données chiffrées manquent toutefois, empêchant de réelles comparaisons internationales. Plusieurs articles proposent des pistes de réflexion en la matière. Comme le rappelle Laurent Jeanpierre, les exodes des cerveaux européens ont contribué à l’essor, aux Etats-Unis, des sciences sociales ainsi qu’à la promotion de certains thèmes et champs d’études (cultural studies, area studies…) ; Sylvie Didou Aupetit constate un processus similaire en Amérique latine où le départ des diplômés de doctorat à l’étranger, et majoritairement vers les USA, s’inscrit dans un phénomène plus large de mobilité internationale. De nombreux scientifiques continuent aujourd’hui à s’expatrier, attirés par des possibilités d’emplois ou des conditions de travail plus avantageuses. Il existe d’ailleurs une concurrence pour attirer étudiants et chercheurs prometteurs, plusieurs pôles d’attractivité s’étant à cet égard développés aux côtés des deux traditionnels que constituaient les Etats-Unis et l’Europe. Toutefois, selon l’Institut de statistique (ISU) de l’UNESCO, les étudiants en sciences sociales seraient moins mobiles que ceux des autres disciplines et tendraient à être plus nombreux à rentrer chez eux. Plusieurs dispositifs ont été mis en place pour inciter les expatriés à revenir après l’obtention de leur diplôme dans une université étrangère (garantie d’un poste en Chine ou au Mexique, mise en place de réseaux internationaux et de collaborations avec des chercheurs nationaux argentins, colombiens, chinois ou philippins travaillant à l’étranger…), leur efficacité restant toutefois limitée tant que les conditions de travail ne s’améliorent pas significativement.

5L’internationalisation des sciences sociales, réelle, est aussi inégale, comme le montrent les contributions du chapitre IV. Les lieux de publication se diversifient, les articles collaboratifs internationaux se multiplient, tandis que toutes les régions affichent une baisse de la proportion d’autocitations. Cette mondialisation a toutefois tendance à renforcer la centralité de l’Occident, comme le soulignent Yves Gingras et Sébastien Mosbah-Natanson : elle se traduit, dans les pays en développement, par un nombre croissant de citations d’articles produits en Europe ou en Amérique du Nord ; plus de 80 % des revues universitaires à comité de lecture sont rédigées en anglais et deux tiers des revues de sciences sociales répertoriées dans les bases de données les plus exhaustives sont produites par quatre pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne).

6Les conséquences sur la production des connaissances (type de savoir produit et façon dont il est produit) sont au cœur du chapitre suivant, intitulé « Homogénéisation ou pluralisation des sciences sociales ? ». Wiebke Keim montre l’hégémonie occidentale en sociologie ; l’origine européenne de cette discipline a contribué à une forme de division du travail scientifique entre des pays du sud se consacrant davantage à des études empiriques et à des collectes de données, et des pays nord-occidentaux dont les chercheurs examinent les implications théoriques de ces travaux empiriques. Plusieurs courants contestant cette domination nord-atlantique se sont toutefois développés et semblent connaître un renouveau dans le contexte d’internationalisation. Syed Farid Alatas, rappelant l’inscription des sciences sociales dans un contexte social et historique, souligne le caractère inapproprié de la science nord-occidentale dominante pour les pays du Sud, et en appelle à des discours alternatifs dans les sciences sociales asiatiques. La démonstration, par les théories féministes du point de vue (standpoint), de la suprématie masculine et blanche sur la science sociale occidentale, a aussi participé à la remise en cause de sa supposée universalité, comme le souligne Sandra Harding. L’internationalisation des recherches et des outils a également aidé à rendre invisibles les productions régionales dotées d’un faible niveau de généralisation ou publiées dans une langue autre que l’anglais. C’est ce que montrent trois contributions traitant de la tension entre les savoirs locaux et mondiaux à partir de l’étude des thèmes de recherche dans trois pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie), au Japon et en Chine. Toutes insistent sur la coexistence possible de la recherche répondant à des priorités mondiales (par exemple, les études de genre au Japon) et de celle suscitée par les contextes et besoins locaux (par exemple, la recherche sur le vieillissement au Japon dès les années 1990). La première peut manquer de pertinence face aux spécificités locales tandis que la seconde peut tendre à l’hyperempirisme, à un manque d’études comparatives et une difficulté à en généraliser les résultats. Le défi consisterait donc désormais à construire des cadres interprétatifs et des résultats scientifiques et pertinents. « Cela nécessite un équilibre entre une recherche approfondie tirée des contextes locaux et un dialogue avec les sciences sociales mondiales » (p. 177). L’indépendance intellectuelle accrue et le renforcement des sciences sociales dans certains pays dont la Chine, l’Inde et le Brésil, contribuerait toutefois à l’essor de sciences sociales mondiales multipolaires.

7Ces évolutions concourraient à l’avènement d’une période post-disciplinaire. Cette question des territoires disciplinaires fait l’objet du sixième chapitre. S’oriente-t-on « vers une unification ou une diversification des sciences sociales ? Quels sont les opportunités et les risques de l’unification et de la fragmentation du domaine ? » (p. 191) La spécialisation disciplinaire ne participe-telle pas du renouvellement des savoirs et de la créativité scientifique ? Comment traverser les frontières entre les disciplines ? Autant de questions au cœur de ce chapitre qui apporte des éléments de réponse nuancés en prêtant spécialement attention aux contrastes régionaux. Une même discipline est en effet mise en œuvre de manière contrastée selon les contextes locaux. Certaines tendances générales sont toutefois à l’œuvre, parmi lesquelles les remises en question des divisions entre les sciences sociales. Entreprise difficile, cette traversée des frontières disciplinaires constituerait aujourd’hui un défi. La recherche interdisciplinaire devrait ainsi, selon Roberta Balstad, s’institutionnaliser via la création de départements spécifiques et l’embauche de chercheurs la mettant en œuvre.

8L’internationalisation des sciences sociales s’accompagne d’un renforcement de la concurrence entre chercheurs, pays et institutions, dans la « société de la connaissance » (chapitre VII). Les classements mondiaux font l’objet d’une analyse critique insistant à la fois sur les avantages et les limites des indicateurs générés. Le recours à des critères trop quantitatifs pose des problèmes considérables en matière d’évaluation : biais linguistiques et géographiques, insuffisante reconnaissance des différences entre les disciplines de recherche… L’évaluation des projets et programmes de recherche, essentielle à l’heure d’un essor des financements sur projets, questionne également. Le plus souvent mise en œuvre par les pairs, elle peut être confrontée au nombre insuffisant de chercheurs ; recourir à la communauté scientifique internationale ou à des expatriés figure parmi les solutions proposées pour évaluer de façon anonyme tel ou tel projet portant sur un sujet spécialisé.

9Le huitième chapitre souligne un paradoxe : présentes partout, les sciences sociales ne seraient visibles nulle part. Si nul ne conteste leur importance et si la demande de tels savoirs ne cesse de s’accroître, le rôle central joué par leurs spécialistes est souvent mis en doute. Régulièrement accusés de négliger les questions d’intérêt public, les chercheurs contribuent pourtant au débat public. Le chapitre met en avant la capacité de ces sciences à éduquer et à nourrir le débat public. Il souligne leur place dans l’enseignement secondaire et supérieur, mais aussi dans la formation des élites, la contribution des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans l’élargissement de leur diffusion, l’intérêt de développer un accès ouvert gratuit aux recherches pour faciliter l’accès aux savoirs du grand public et des chercheurs des pays en voie de développement. Certaines évolutions vont dans ce sens, telles que l’expansion de bases de revue en accès ouvert en Argentine, présenté par Dominique Babini, ou l’initiative African Journals Online (AJOL-Revues africaines en ligne), mentionnée par Johann Mouton dans le chapitre II, qui vise à « remédier à l’absence de revues africaines dans des index internationaux comme celui de l’ISI » (p. 64), à faciliter l’accès à la recherche produite en Afrique et à en renforcer le rayonnement.

10La participation des chercheurs au débat et à la décision publics est abordée dans le neuvième et dernier chapitre du rapport. Les relations qu’ils entretiennent avec les décideurs politiques sont souvent caractérisées par des tensions. Tandis qu’ils revendiquent leur autonomie dans la délimitation de leurs objets de recherche, « dans un contexte de limitation des fonds publics, les hommes politiques et les décideurs se demandent parfois si la recherche en sciences sociales qu’ils soutiennent est bien pertinente pour éclairer les questions d’intérêt public auxquelles ils sont confrontés » (p. 321). Le chapitre aborde moins l’influence des chercheurs que les liens avec les préoccupations politiques immédiates. Il explore l’incidence du contexte politique et rappelle combien les recherches sont souvent mobilisées pour légitimer le choix des gouvernants. L’influence sur les décisions est, dans les sociétés démocratiques, rarement immédiate ; indirecte, elle passe par la propagation dans les publics informés et les médias. Comme le montre Peter Piot à propos du sida, les décideurs politiques ne veulent pas toujours traduire les acquis scientifiques en politiques. « Une forte mobilisation de la communauté internationale et de la société civile a convaincu les décideurs politiques d’agir (…) en fin de compte, ce sont les personnes et les acteurs au niveau le plus proche du terrain qui doivent être informés et mobilisés en priorité » (p. 322). La collaboration constante entre chercheurs, décideurs et citoyens contribue d’ailleurs à la robustesse sociale du savoir. Le chapitre se conclut sur l’essor d’un « marché des idées ». Beaucoup de structures productrices de connaissances telles que les think tanks « renforcent la démocratie en guidant les différentes parties prenantes et en participant à des débats clairs et mieux informés. » (p. 321) Leur essor fait toutefois question, ces think tanks n’étant pas évalués au moyen d’un processus rigoureux, par opposition aux chercheurs et aux centres de recherches universitaires.

  • 1  S’y ajoutent les difficultés méthodologiques de la quantification des sciences sociales mises en a (...)

11Cet ouvrage regroupe de nombreuses contributions dont toutes ne sauraient être citées ici, ce qui n’enlève rien à leur intérêt. Les chapitres se recoupent parfois (notamment sur la question des financements) ; beaucoup de contributeurs soulignent aussi l’absence de données suffisantes pour une analyse comparative fine1. Ce rapport n’en demeure pas moins essentiel en ce qu’il offre une vision claire et nuancée de la situation mondiale des sciences sociales. Plusieurs lignes de force en ressortent, notamment les disparités persistantes affectant la production et la portée des sciences sociales, le caractère problématique de la marchandisation de la recherche, la perfectibilité des classements et modalités d’évaluation mis en œuvre…

Top of page

Notes

1  S’y ajoutent les difficultés méthodologiques de la quantification des sciences sociales mises en avant, dans la première annexe du rapport, par Michael Kahn introduisant les statistiques de base sur la production des sciences sociales. L’annexe 2 présente les bases de données bibliographiques et les bases d’archives, tandis que les figures et tableaux complémentaires de l’annexe 3 viennent à l’appui des chapitres IV, V et VIII.

Top of page

References

Electronic reference

Corinne Delmas, « UNESCO, Conseil international des sciences sociales, Rapport mondial sur les sciences sociales 2010. Divisions dans les savoirs », Lectures [Online], Reviews, 2012, Online since 03 May 2012, connection on 20 November 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8314

Top of page

About the author

Corinne Delmas

Maître de conférences à l'Université Lille 2 et membre du CERAPS (Centre d'études et de recherches administratives, politiques et sociales, UMR 8026 CNRS)

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page