Navigation – Plan du site

Marc-Henry Soulet (dir.), Changer de vie. Un problème social

François Le Yondre
Changer de vie. Un problème social
Marc-Henry Soulet (dir.), Changer de vie. Un problème social, Fribourg (Suisse), Academic Press Fribourg, coll. « Res Socialis », 2011, 152 p., ISBN : 9782827110681.
Haut de page

Texte intégral

1Encore fermé, voici un ouvrage aussi engageant qu’il suscite une légère réticence. Engageant à la lecture du titre Changer de vie. Un problème social, tant les changements de vie semblent d’actualité, aux titres d’injonction comme d’opportunité. Mais au-delà du titre, ce type d’ouvrage réunissant quelques auteurs confirmés et dont on connaît généralement les principaux travaux apporte peu de bénéfice significatif, du moins en termes scientifiques….

2Le cadre conceptuel global proposé par Marc-Henry Soulet dès l’introduction nous semble néanmoins porteur, notamment en ce qu’il suggère tout simplement de centrer l’attention sur le changement ordinaire en dépassant ainsi la tentation de l’exotique objet sociologique. On notera également la (trop) timide percée d’un point de vue un peu plus critique présentant le changement, non simplement comme une nouvelle opportunité pour les acteurs mais aussi comme une forme de rhétorique injonctive largement portée par les institutions. On regrettera simplement que ce versant de la réflexion demeure au stade de la simple question d’ouverture en fin d’introduction.

3La contribution de Michel Grossetti a le mérite d’interroger directement la formule langagière « changer de vie ». Il commence par identifier ce qu’est la vie dans cette expression commune, en la définissant comme une configuration à la fois personnelle et sociale. Elle est personnelle car elle contient des ressources cognitives (routines, émotions, récits, valeurs, théories, projets, etc.) d’une part, puis elle est sociale car elle comporte un entourage qui donne accès à un ensemble de ressources sociales puis matérielles. Or, l’expression « changer de vie » suppose que ces configurations, en dehors d’un changement ponctuel, soient relativement stables. Autrement dit, la vie est stable par définition sans quoi l’expression « changer de vie » n’aurait pas lieu d’être. Paradoxalement donc, affirmer que l’on a changé de vie implique que cette nouvelle vie soit reconnue comme stable.

  • 1 Hughes, E.C., « carrières, cycles et tournants de l’existence » in Hughes E.C., Le regard sociologi (...)
  • 2 Grossetti, M., « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux » in Cahiers Internationaux de sociolo (...)

4Au sujet du terme « changement », Grossetti abandonne définitivement l’idée d’interroger la situation du terme dans le langage pratique pour se tourner vers les usages savants et plus précisément sociologiques. Partant du changement, il discute rapidement le modèle causal rendant les trajectoires prévisibles avant d’aborder la notion de tournant chez les interactionnistes (« turning points » chez Hughes1) reliée à celle de carrière impliquant une méthodologie proche des entretiens sous forme de récits de vie. Ainsi, l’auteur en vient rapidement à sa propre approche des situations imprévisibles passant par la notion de « bifurcation ». On comprend à ce stade que l’expression titre de l’ouvrage (« changer de vie ») est davantage rapportée par l’auteur à ses propres travaux et à ses outils conceptuels que réellement analysée dans ses usages pratiques comme une formule langagière courante. Cela donne lieu à l’évocation d’une typologie distinguant quatre formes d’imprévisibilité selon la prévisibilité/imprévisibilité du moment du changement et celle de son issue. Si le propos n’est pas inintéressant, il le sera davantage à lecture de publications antérieures et plus approfondies du même auteur2.

5Si le texte de Michel Grossetti évoque certaines de ses publications antérieures, celui de Michel Messu comprend des éléments textuels (« mon propos de ce soir ») qui trahissent la récupération d’une communication orale. A cela s’ajoutent quelques coquilles syntaxiques surprenantes. Sur le fond, la première partie du propos n’offre rien de neuf en affirmant que si l’identité se produit bien par l’individu, cette construction se réalise à l’intersection des pôles individuel et collectif, des racines et des ailes écrit-il. Si l’affirmation est difficilement contestable, c’est qu’elle demeure bien générale et largement admise. Rien de plus novateur dans la suite du développement où l’identité est présentée comme une mythogénie. L’identité est donc un mythe, mais un mythe lié à la réalité car construit à partir d’une relecture personnelle du passé d’une part, et qui fournira « les paradigmes de représentation et d’action par lesquels ils vont avoir accès à leur mythologie singulière ». Cette construction identitaire mythogénique est donc essentiellement narrative. Pour illustrer ce propos, l’auteur évoque vaguement ses interlocuteurs et ponctue son développement de deux extraits d’entretiens (sur 22 pages) sans jamais situer l’enquête dont on ne connaît ni les objectifs, ni les conditions. Au terme de quoi, la longue contribution de Michel Messu est paradoxalement aussi bien écrite et bien référencée que l’apport en termes conceptuels, méthodologiques ou empiriques nous semble faible.

  • 3 Centre Université-Economie d’Education Permanente (Lille)

6Claude Dubar choisit d’abord de revenir sur deux expériences de recherche qui ont déclenché son intérêt pour les situations de changement (notamment professionnel) et sa réflexion théorique autour du concept d’identité. Le premier épisode, autour des années 1970, est celui des actions de formation collective dont le but était d’élever le niveau culturel des mineurs et des ouvriers. Le deuxième est celui des innovations de formation au sein d’entreprises. Dans les deux cas, les initiatives ont produit des changements sur le plan individuel qui, bien qu’impulsées par un organe collectif (CUEP3 ou entreprises), ont mobilisé la subjectivité des individus. Faisant de la socialisation professionnelle une socialisation secondaire « cruciale », c’est ainsi que Dubar décida de convoquer les concepts d’identité et de travailler spécialement sur les formes identitaires et la double transaction. C’est également l’occasion pour lui de rappeler que ces formes identitaires renvoient à des rapports entre trois éléments (rapport au travail, trajectoire d’emploi et parcours de formation) et qui, selon des configurations différentes, ne décrivent pas des types de salariés mais des formes discursives typiques qui permettent de comprendre les changements des salariés.

7Ce rappel salutaire le conduit ensuite, pour les deux derniers tiers du texte, à des considérations théoriques. Il rappelle d’abord la conception durkheimienne de la socialisation, selon laquelle dans une société de type organique, le travail poursuit la socialisation de l’individu tel un changement positif protégeant du risque d’anomie. A la croisée de l’interactionnisme et de la phénoménologie, Berger et Luckmann ont dressé une espèce de paradigme de la conversion identitaire largement repris par Dubar. Dans le passage de la première à la deuxième modernité, la socialisation devient à la fois multiple et participative dans la mesure où l’individu n’est plus la cible d’une simple transmission générationnelle comme chez Durkheim. Pour autant, la conversion exige un ensemble de conditions rassemblées par Berger et Luckmann au travers de concepts nombreux tels que l’engagement personnel (commitment) de Becker, de la distance au rôle de Goffman, ou encore de structure de plausibilité chez Schutz. Au terme de quoi, Dubar dégage trois aspects du changement social au niveau individuel : il est à la fois injonctif tout en mobilisant la volonté de l’individu et se traduit par une sorte de consécration par le langage qu’est l’identité narrative.

8Le texte de Guy Bajoit est stimulant par son originalité. Il convoque un petit groupe d’auteurs fameux appartenant à des champs disciplinaires et des époques différentes. Comme autour d’une table onirique, il construit un dialogue anachronique portant sur la liberté dans les conduites humaines entre Simmel, Touraine, Sartre, Gurvitch, Gusdorf, Freud, Ricoeur et Bergson. En convoquant chacun de ces auteurs sur les critères de l’acte libre, sur ses paradoxes ou encore sur les processus qui favorisent la liberté en actes, Bajoit tente d’esquisser une définition (provisoire) de l’acte libre. En synthèse, il est conscient, relève d’un choix, et donne lieu à une action contraire à toute forme d’aliénation. En cela, il intègre une dimension sociale dans la mesure où cet acte se réalise parfois de façon solidaire et toujours de façon antagonique.

9Partant de là, l’auteur propose une approche sociologique visant à comprendre selon quels processus l’individu peut poser un acte libre en dépit des conditionnements sociaux. Cinq principes le guident. D’une part, l’individu est le produit de ses relations sociales qui font émerger des attentes relationnelles plus ou moins satisfaites et sur la base desquelles il construit son identité. Celle-ci contient un noyau relativement stable permettant d’accéder à une sécurité ontologique minimale et des zones périphériques de dissonance qui génèrent à l’inverse un malaise existentiel. Mais autant qu’il est le produit de ses relations, l’individu peut aussi les gérer afin de traiter ce type de malaise. C’est ainsi qu’il devient sujet, en construisant des raisons d’agir qui justifient et légitiment ce qu’il est et/ou ce qu’il fait, dépassant alors les premières dissonances perçues. Ces raisons d’agir finissent alors par exister d’une façon concrète en infléchissant d’une façon ou d’une autre les relations sociales.

10Maria Caiata Zufferey interroge le changement de vie sous l’angle du passage de la déviance à la normalité chez les toxicodépendants alors même que la normalité en la matière semble s’opacifier sous l’effet de pratiques et de discours de traitement selon lesquels l’abstinence absolue n’est plus une condition indispensable de la réinsertion alors que la consommation tempérée semble une première étape acceptable. Dans ces conditions de « déstabilisation normative », que signifie « changer de vie » pour un toxicodépendant ? Cela implique d’abord un travail réflexif de légitimation du parcours de rétablissement ? Parmi la multiplicité des références normatives en la matière, le choix de la bonne pratique revient à l’individu mais ne peut être validé que par l’entourage à partir de ses justifications discursives. En réalité, les étapes de sortie de la dépendance sont multiples mais se terminent, dans un tel contexte d’incertitude, par un processus de légitimation qui, comme le suggère Bajoit, nécessite à la fois des ressources relationnelles et discursives.

11On retrouve également l’importance de cette activité discursive et de la construction d’une identité narrative à laquelle il convient d’être attentif lorsqu’on s’intéresse au parcours des SDF « sortant de la rue ». Le texte de Pascale Pichon invite, sur ce point, à porter l’attention sur les processus langagiers, c'est-à-dire sur la construction du récit et sa structuration. De ce texte, qui indique davantage des écueils et suggestions théoriques et méthodologiques, on retiendra également l’appel à comprendre le processus de changement de vie en termes de carrière puis de reconversion plutôt qu’en termes de trajectoires qui, selon l’auteur, n’intègrent pas suffisamment la discontinuité potentiellement contenue dans la formule « sortir de la rue ».

12Mais le changement de vie n’est pas qu’une opportunité, un objectif ou une injonction. Il s’impose parfois à l’individu comme celui qui vieillit. Comment peut-on ne pas changer de vie lorsque l’on est confronté aux inéluctables changements physiques et sociaux qu’impliquent la vieillesse ? Vincent Caradec revient, non pas sur les ruptures occasionnées par le départ en retraite par exemple, mais sur les aspects progressifs du changement de vie. La déprise, définie comme « un processus de réaménagement de la vie », intervient suite à quatre éléments déclencheurs que sont les problèmes de santé, le manque d’envie, la rareté des opportunités d’engagement et l’influence des proches qui incitent à « en faire moins ». Le deuxième aspect du changement de vie qui intervient de façon progressive est le sentiment d’étrangeté au monde. Le sentiment de n’être déjà plus de ce monde donne lieu à des réactions diverses qui se répartissent en deux types : les résistances (apprendre à maîtriser les nouvelles technologies) et le repli (bien souvent sur « un chez soi » auquel on appartient de façon intemporelle). Enfin, les modes de construction identitaire évoluent également de façon progressive. La référence à une existence passée devient fréquente et s’associe à un rejet des références normatives plus actuelles. Finalement, ces trois aspects constituent les trois dimensions d’une épreuve à laquelle sont confrontées les personnes âgées. Et si cette épreuve prend des formes variables en fonction des ressources propres à chacun, elle est aussi « un problème social » qui pose la question des ressources sociétales permettant à ces personnes de ne pas devenir un étranger pour les autres comme pour eux-mêmes.

  • 4 Mais sur ce sujet, il sera plus judicieux de consulter directement une publication de l’auteur qui (...)

13Enfin, la contribution de Bertrand Bergier sur les parcours scolaires des diplômés du second et du troisième cycles ayant redoublé au moins deux fois avant l’enseignement supérieur porte pour moitié sur des considérations méthodologiques peu en lien (ou du moins peu reliées) avec le thème de l’ouvrage, bien qu’on y trouve l’amorce d’une réflexion rarement engagée sur le statut de la restitution dans le processus d’enquête4. Le travail réalisé montre en synthèse que l’ascension des multi-redoublants dépend autant des rapports sociaux d’âge et de sexe que des dispositifs de seconde chance institués par le système scolaire.

14Au terme de sa lecture, l’ouvrage apparaît équilibré dans sa structure en ce qu’il confronte des réflexions conceptuelles et des travaux empiriques. Cependant, les contributions communiquent peu entre elles sur le fond. Cet ouvrage a finalement la limite de nombre d’ouvrages collectifs qui compilent les textes sans chercher le bénéfice scientifique que pourrait apporter le rapprochement de différents travaux autour d’un même thème. Hélas, dans le contenu, il s’agit bien souvent d’un recyclage de développements déjà éprouvés par ailleurs, au prix de quelques glissements sémantiques autour d’une formule titre. En revanche, rien n’empêche le lecteur d’établir des liens dont les auteurs n’ont pas cherché à profiter. Pour cela, et en l’absence de véritable cadrage d’ensemble, nous invitions à commencer la lecture par le texte de Guy Bajoit propre à éclairer les textes de la deuxième partie, à tonalité plus empirique. On notera notamment a centralité, accordée de façon quasi transversale à toutes les contributions, des processus langagiers au prisme des légitimations et autres identités narratives qui consacrent et stabilisent « la nouvelle vie ».

Haut de page

Notes

1 Hughes, E.C., « carrières, cycles et tournants de l’existence » in Hughes E.C., Le regard sociologique, textes rassemblés et présentés par Michel Chapoulie, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1996.

2 Grossetti, M., « L’imprévisibilité dans les parcours sociaux » in Cahiers Internationaux de sociologie, n°120, 2006

3 Centre Université-Economie d’Education Permanente (Lille)

4 Mais sur ce sujet, il sera plus judicieux de consulter directement une publication de l’auteur qui le traite exclusivement : Bergier, B. Repères pour une restitution des résultats de la recherche en sciences sociales. Paris, L’Harmattan, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Le Yondre, « Marc-Henry Soulet (dir.), Changer de vie. Un problème social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 05 mai 2012, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8317

Haut de page

Rédacteur

François Le Yondre

Maître de conférences en sociologie du sport, Université Rennes 2, UFR APS, Laboratoire VIPS (Violences Identités Politiques et Sports)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page