Navigation – Plan du site

Alain Garrigou, Les secrets de l'isoloir

Sophie Maunier
Les secrets de l'isoloir
Alain Garrigou, Les secrets de l'isoloir, Le Bord de l'eau, coll. « 3e culture », 2012, 76 p., ISBN : 978-2-35687-172-5.
Haut de page

Texte intégral

1Dans nos démocraties représentatives, voter semble aller de soi et paraît ainsi comme une « seconde nature », tant le vote relève de gestes ancrés chez les électeurs. Et pourtant, comme le montre Alain Garrigou, dans ce petit ouvrage, Les secrets de l'isoloir, le vote tel que nous le connaissons aujourd'hui, tant dans son sens, son déroulement que ses objets, est un construit historique et social.

2Si 1848 a marqué le passage au vote au suffrage universel, uniquement masculin, mettant ainsi fin au suffrage censitaire, il a fallu attendre bien plus tard la constitution du secret du vote. Alain Garrigou retrace ainsi la construction du secret du vote et rend compte de l'évolution de la pratique politique, de l'émergence de la compétition électorale entre les candidats et de l'apprentissage du rôle de l'électeur.

3Si l'élection comme procédé de décision collective est ancienne, ses modalités ont évolué avec le nombre. En effet, le passage du suffrage censitaire au suffrage universel a modifié l'acte de voter : sur le plan technique (commet gérer la multitude? Le nombre d'électeurs a été multiplié par 40), des urnes homologuées sont utilisées à la place des récipients d'occasion, sur le plan politique (la peur d'une multitude dangereuse), les populations accédant nouvellement au vote allaient-elles voter ? Allaient-elles bien voter et sagement ?, sur le plan normatif (passage du principe d'autorité au principe égalitaire du nombre)

4Les pratiques en œuvre lors des élections au suffrage censitaire n'ont pas disparu tout de suite après la mise en place du suffrage universel, ni les anciennes « habitudes »; les inégalités sociales demeuraient fortes entre 1848 et 1914. L'élection au suffrage universel n'a changé que très peu la composition de l'Assemblée : la vie politique était largement dominée par les notables. Dans les villages, face aux notables, difficile de cacher son vote, ne serait-ce qu'en touchant les bulletins, différents d'un candidat à l'autre. Le vote n'était pas alors un acte individuel secret : « le village votait comme un seul homme » (p.25) ». On  allait voter par groupes, sous les yeux des autres électeurs et des membres du bureau de vote. Le vote restait sous contrôle : c'est le président du bureau qui glissait le bulletin dans l'urne et non l'électeur, pour lutter contre le bourrage des urnes. En fait, le vote n'était pas confidentiel.

5Mais, avec la montée de la compétition entre candidats, de nouvelles questions sont soulevées : quels sont les moyens légitimes à employer pour influencer l'électeur ? La baisse de la rente foncière disqualifiait la domination des propriétaires terriers et de nouvelles élites émergeaient. Et avec elles, une nouvelle sensibilité : des irrégularités jusqu'alors vécues comme des pratiques normales perdaient toute légitimité. Trois types d'irrégularités furent combattues : la fraude (notamment le bourrage des urnes ou l'annulation de bulletin mal-intentionnellement maculé lors du dépouillement), la corruption (par l'achat de votes) et la pression (patronale, cléricale ou gouvernementale). Les pratiques évoluèrent lentement : comment ne pas entacher de doute toutes les élections de tous les élus ? La solution fut de renforcer le secret du vote : d'abord par la mise en urne par soi-même du bulletin; puis, par l'apparition de l'isoloir. Mais, si l'isoloir était présent dans les discussions, il a fallu pas moins de trente ans, en France, pour que l'isoloir soit utilisé, en 1913, pour garantir la confidentialité du vote. L'utilisation de l'isoloir montrait alors un changement d'élites : des notables dont la légitimité provenait du titre aux « entrepreneurs politiques », pour lesquels se faire élire devînt une activité à temps plein et qui « faisaient campagne ». Les professions de foi apparurent ainsi dans la compétition politique.

6La question sous-jacente était celle de l'égalité des capacités politiques. D'ailleurs, La politisation des électeurs n'a pas été immédiate : paysans et ouvriers ne voyaient pas forcément l'intérêt de voter. Ainsi, il était perçu comme nécessaire de mener un apprentissage du rôle de l'électeur. Cet apprentissage se produisit dans les écoles et par le biais de manuels, en concurrence, entre ceux qui prônaient l'élection de personnages influents et ceux qui mettaient en avant l'importance des idées. L'électeur devenait souverain et voter devînt un acte ritualisé. Cette évolution était le corollaire d'une prise en charge de fonctions de plus en plus étendues par l'État.

7Aujourd'hui, qu'en est-il ? Le vote n'a pas fini d'évoluer, comme l'évoque Alain Garrigou, en conclusion : la transformation de l'électeur en consommateur, sous les coups de butoir du marketing politique; l'omniprésence des sondages; la dématérialisation du vote avec l'émergence des machines à voter...

8Cet ouvrage, à la portée de tous, didactique, d'ailleurs un petit lexique a été placé en fin d'ouvrage, permet d'amorcer toute une interrogation sur l'évolution de notre pratique politique actuelle et sur la démocratie représentative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Maunier, « Alain Garrigou, Les secrets de l'isoloir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 06 mai 2012, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8318

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page