Navigation – Plan du site

Derek Robbins, French Post-War Social Theory. International Knowledge Transfer

Marie-Pierre Pouly
French Post-War Social Theory
Derek Robbins, French Post-War Social Theory. International Knowledge Transfer, Sage, 2012, 216 p., EAN : 9780761949725.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de D. Robbins, publié dans la collection « Theory, Culture & Society » de SAGE, liée à la revue et au centre de recherche éponymes, relève délibérément du work in progress ou du document de travail qui sera complété par des publications annoncées.

2Malgré ce caractère provisoire, le titre, French Post-War Social Theory, et le sous-titre, « International Knowledge Transfer », affirment une ambition totalisante. De façon plus problématique, ils dessinent deux objets très différents : une synthèse, de type manuel, sur la « théorie sociale » française depuis 1945 d’un côté ; une étude sur les transferts culturels entre deux nations, la France et l’Angleterre, de l’autre. Ni l’un ni l’autre ne sont entièrement traités dans cette première esquisse. Initialement, D. Robbins envisageait deux parties : la première aurait traité des conditions sociales et politiques de la production et de réception de la « théorie sociale » dans les deux pays ; la seconde, du processus de transmission transculturelle des cinq auteurs retenus pour l’analyse (R. Aron, L. Althusser, M. Foucault, J.-F. Lyotard, P. Bourdieu).

3Vite dépassé par ce projet dont l’ambition excède les limites d’un seul ouvrage, l’auteur a préféré rassembler dans ce livre la documentation nécessaire à un ouvrage annoncé qui se donnerait l’objet initialement formulé et sur lequel il revient dans l’introduction et dans une conclusion intitulée « remarques conclusives préliminaires », en prélude à un travail futur sur les conditions sociales de la circulation internationale des idées.

4D. Robbins part de deux constats. Premièrement, des textes issus d’une tradition républicaine et socialiste sont passés par un filtre de lecture libéral qui les a expurgés de leur force de subversion idéologique. Les idées et les concepts, détachés de leur contexte socio-historique originel, ont été réorientés en fonction d’intérêts politiques ou théoriques différents. Deuxièmement, les concepts issus de travaux des sciences sociales françaises (« gouvernementalité », « capital culturel ») irriguent les travaux des chercheurs anglophones, mais ces termes initialement fabriqués de façon provisoire, de façon à être heuristiques en association avec un type de raisonnement, se sont autonomisés dans les travaux anglophones. D. Robbins entend donc recontextualiser les textes importés et restituer à leur genèse et leurs paradigmes les concepts empruntés en Angleterre.

5D. Robbins est lui-même est un agent de la circulation internationale des idées : il a notamment contribué à l’importation et à l’exégèse anglophone des travaux de P. Bourdieu et J.-F. Lyotard. Professeur de théorie internationale des sciences sociales à l’université d’East London, il a été directeur d’études associé à l’EHESS Paris/Marseille en 2009-2010, où il a donné des cours d’épistémologie comparée des sciences sociales. C’est donc en partie à titre d’auto-analyse qu’il envisage cette contribution à la sociologie des transferts culturels : alors qu’approche la fin de sa carrière institutionnelle (il est né en 1944), il s’agit selon lui de replacer ses affinités intellectuelles (notamment son intérêt pour Bourdieu) au sein de la structure des possibles qui se présentaient à lui dans la période pendant laquelle il a été formé et celle au cours de laquelle il a exercé comme universitaire en Angleterre.

6L’ouvrage comporte cinq chapitres, dédiés à chacun des auteurs français retenus, et divisés en sept sections décennales (avant 1945, 1945-1960, 1960-1970, 1970-1980, 1980-1990, 1990-2000, 2000-2010). Dans chaque section chronologique, la trajectoire et la production bibliographique de l’auteur français puis ses traductions anglaises sont commentées. Le lecteur est encouragé à faire lui-même le va-et-vient entre les sections synchroniques pour chaque auteur. La comparaison des auteurs en termes de trajectoires scolaires, académiques et politiques, proposée en conclusion, aurait sans doute gagnée à être placée en début d’ouvrage. L’auteur s’appuie sur des analyses biographiques déjà existantes (notamment Serge Paugam pour Aron, Yann Moulier Boutang pour Althusser, Didier Eribon pour Foucault) et complète sa présentation par la chronologie des traductions anglaises.

7Un premier pôle d’importation des « penseurs sociaux » français est constitué par la London School of Economics (LSE), dont l’orientation après-guerre est résolument non durkheimienne et anti-marxiste. Aron y est importé au début des années 1950 comme commentateur de la guerre et des visions idéologiques du début de la guerre froide, apôtre de l’humanisme et de la liberté. Il est ensuite utilisé comme historien de la pensée sociologique classique. Dans les années 1960, les cours d’Aron à la Sorbonne (publiés sous la forme de Dix-huit lectures sur la société industrielle) sont traduits et publiés en Angleterre en plusieurs volumes. Les premiers volumes (Main Currents in Sociological Thought) font référence pour l’analyse historique de la pensée sociologique française et allemande et viennent en renfort d’un travail d’ennoblissement de la sociologie universitaire par le recours à la philosophie sociale continentale.

8Ce sont les lieux de consécration liés au marxisme (Marxism Today – journal du parti communiste britannique – ou les maisons d’édition New Left Books et Verso, et la New Left Review) qui organisent, vingt ans plus tard, l’importation d’Althusser. La réception d’Althusser s’opère au début des années 1970, au moment où se mettent en place différents domaines de l’analyse sociologique, qui du reste tendent à fragmenter sa vision unitaire du fonctionnement de l’idéologie et des Appareils idéologiques d’Etat. Ainsi, la sociologie de l’éducation, autour de M.F.D. Young, retient, au début des années 1970, l’idée que l’appareil idéologique d’éducation est l’appareil idéologique dominant, qui a supplanté l’église. Dans le domaine de la critique littéraire, qui se renouvelle avec le marxisme, Terry Eagleton emprunte à Pour Marx et Lénine et la philosophie pour penser la relation entre art et idéologie.

9Parallèlement, dans les années 1970, autour de l’Open University et du Centre for Contemporary Cultural Studies (CCCS) de Birmingham, s’opère le passage de l’importation d’Althusser impulsée par la New Left, à l’importation d’un Bourdieu perçu comme compatible avec le marxisme et associé à la référence althussérienne. Deux phases se suivent : à un premier Bourdieu anglais sociologue de l’éducation succède un deuxième Bourdieu anglais sociologue de la culture, dont la réputation est faite autour du CCCS, avec Raymond Williams, Stuart Hall et Richard Nice, son traducteur. Le Bourdieu du Sens pratique est reconnu par l’anthropologie sociale britannique de Cambridge dans les années 1970 (via Jack Goody). Tant du côté de Goody que du CCCS, c’est l’alliance d’enquêtes et de schèmes d’analyse qui intéresse, dans les années 1970. Une réception ultérieure, plus théoricienne, s’amorce dans les années 1980, autour du centre (et de la revue) « Theory, Culture & Society ». Bourdieu constitue également un des piliers (avec Habermas) de l’accumulation initiale de capital théorique, dans les années 1980, pour la maison Polity Press (et la carrière de ses fondateurs), établie en 1984 à Cambridge, par Anthony Giddens, David Held et John Thompson. Polity Press contribue à projeter internationalement les travaux de Pierre Bourdieu.

10Dans les années 1980, le Foucault de l’Archéologie du savoir est utilisé pour faire fléchir la mainmise althussérienne sur la gauche intellectuelle. Auparavant, l’importation de Foucault s’était essentiellement opérée autour du mouvement anti-psychiatrique, avec la traduction d’une version abrégée d’Histoire de la folie chez Tavistock, en 1967. Vers la fin des années 1970, la réception américaine de Foucault, qui en vient ultérieurement à dominer l’appréhension de Foucault en langue anglaise (avec un double transfert culturel), dépolitise son œuvre perçue plutôt pour sa contribution à la philosophie. Depuis les années 1990, un grand intérêt posthume est porté aux travaux de Foucault avec le développement d’un foucaldisme apolitique, forme de discours sur le monde anti- ou a- matérialiste, en affinité avec l’ancienne tradition libérale des universités anglaises.

11De la même façon, la réception anglaise de Lyotard a lieu, dès le début des années 1980, dans un contexte où recule le radicalisme marxiste et où les départements d’humanités (littérature, langues et art) trouvent une nouvelle veine radicale dans la philosophie « postmoderne ». Du côté de la sociologie, la vague postmoderniste anglaise trouve notamment un écho chez des sociologues qui rejettent les tentatives de mise en relation des pratiques éducatives et culturelles avec les propriétés sociales.

12Il aurait été éclairant de mieux expliciter ce à quoi renvoie, en Angleterre, l’idée de « social theory » que D. Robbins utilise pour qualifier les cinq auteurs étudiés, de Lyotard à Althusser en passant par Bourdieu, Foucault ou Aron. Les cinq « penseurs du social » ont été choisis en fonction de la connaissance préalable qu’en avait D. Robbins. Ils présentent également l’intérêt, selon lui, d’être assez divergents dans leur conception de l’analyse du social. On aurait aimé comprendre mieux la logique de cet assemblage de « penseurs » parfois mis en cohérence par leur seule identité nationale (la « French theory » aux États-Unis) et saisir la façon dont ce regroupement fait (ou ne fait pas) sens en Angleterre, notamment dans le rapport à la philosophie continentale (les cinq auteurs sont agrégés de philosophie). Pour qualifier ses « penseurs », D. Robbins n’évoque pas la pensée sociologique ni même les sciences sociales, mais utilise des termes comme « International social theory », « French social thought », « French thinkers », « social thinkers », « social theorists », « French social theory or social philosophy ». Que désigne exactement la « social thought » ?

13L’aspect le plus intéressant de l’ouvrage réside dans la façon dont il révèle en creux, quoique de façon encore trop lacunaire, la structuration des sciences sociales en Angleterre. Le rappel de quelques éléments structurants dans la genèse des sciences sociales anglaises permettrait de mieux comprendre la forme prise par l’importation de textes français et le difficile ancrage d’une sociologie à la fois empirique et théorique. Notamment, la domination durable de l’économie, de l’anthropologie sociale et de l’histoire sociale d’un côté, qui préempte l’installation de la sociologie à Cambridge et Oxford dans l’entre-deux-guerres puis rend difficile la concurrence de la sociologie, nouvelle venue, sur le terrain d’une science sociale déjà établie, à la fois novatrice empiriquement et armée théoriquement ; de l’autre côté, l’implantation maigrelette mais ancienne d’une sociologie à tendance fabienne et théoricienne à la London School of Economics and Political Science (LSE) ; enfin, le rôle joué par les intellectuels marxistes non universitaires (autour des appareils politiques), qui trouvent un écho universitaire dans les années 1960-1970 à la faveur de l’ouverture de nouvelles structures universitaires symboliquement dominées (les polytechnics et l’Open University).

14D. Robbins admet en conclusion son insatisfaction à l’égard de la séparation matérielle très nette qu’il a établie entre la constatation descriptive de la réception des textes français en Angleterre, et l’étude qu’il appelle de ses vœux, et remet à plus tard, des structures sociales et politiques qui ont conditionné la forme qu’a prise cette réception. On peut, en outre, regretter l’effet Panthéon qu’implique la forme d’exposition retenue, autour des grands penseurs et de leurs œuvres. L’auteur justifie son choix par référence aux conditions matérielles de publication qui l’ont empêché de tenir ensemble les différentes dimensions de son programme de recherche. D’autres choix étaient pourtant possibles, notamment celui d’utiliser le couplage livre/mise en ligne plus intensément que ne le fait déjà utilement l’auteur en proposant une chronologie (www.D.robbins.com/international-knowledge-transfer/) compensant la parcellisation qu’induit la présentation diachronique déroulée dans son livre. Elle facilite le repérage des relations synchroniques entre événements, production et réception, qui feront sans doute l’objet de publications futures de D. Robbins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Pierre Pouly, « Derek Robbins, French Post-War Social Theory. International Knowledge Transfer », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 mai 2012, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8319

Haut de page

Rédacteur

Marie-Pierre Pouly

PRAG de sociologie à l'Université de Limoges et membre du GRESCO (Groupe de recherche et d'études du centre ouest) EA 3815

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page