Navigation – Plan du site
Laïcité, on se calme

Laïcité, on se calme

« Laïcité, on se calme », Vacarme, n° 59, 2012, 255 p., Les Prairies Ordinaires, ISBN : 978-2-350-96068-5.
Notice publiée le 07 mai 2012

Présentation de l'éditeur

Le numéro 59 de la revue (printemps 2012) vient de paraître. Avec ce numéro, un dossier exceptionnel consacré à Sarajevo et la Bosnie-Herzégovine aujourd’hui, vingt ans après la guerre. Une enquête qui vient éclairer celle sur la situation culturelle et politique hongroise aussi bien que les enjeux que recouvrent la laïcité en France.

Ouverture. Nous ne ferons pas la guerre à la laïcité

En France aujourd’hui, la laïcité est devenue un instrument d’agression de la minorité musulmane ; ne pas se démarquer clairement de ceux qui en font cet usage, avant de la défendre, c’est au mieux se rendre totalement inaudible, au pire accepter une alliance objective des plus nauséabondes. Il est urgent de faire cesser les accents de guerre civile que le combat laïque a pris. La laïcité, c’est précisément l’inverse car elle est d’emblée une réflexion sur les capacités politiques et religieuses d’un pays à exister dans la pluralité des consciences.

Un terrain de combats : Hongrie : Luttes en scène

Il n’est pas indifférent que ce soit par des questions de représentations que passe la lutte contre un régime qui croit pouvoir se jouer des apparences. Après une présentation de la situation par Zsuzsa Fejér & Pierre-Yves Baudot, un entretien avec le metteur en scène Arpad Schilling fait le point sur les enjeux politiques du théâtre aujourd’hui. Ou comment s’organise une réponse artistique et civique à la Hongrie de Viktor Orbán.

un cahier qui mêle les arts et les genres

Xavier Person conclut sa série par un texte entrelaçant Hélène Cixous & Franz Kafka. De son côté Gabriel Bortzmeyer analyse le travail du documentariste Sylvain George. Fidèle à sa politique de traduction de diffusion de la poésie américaine, Abigail Lang propose une traduction inédite de Thalia Field. Enfin, en écho au chantier, Vacarme a passé commande à l’un des plus essentiels écrivains bosniens d’aujourd’hui Ozren Kebo : il nous offre sa philosophie et psychologie de l’ordre, toute d’ironie et de renversement.

Un chantier thématique : Sarajevo

Sarajevo : quatre syllabes qui claquent aux oreilles comme un nom de l’histoire, une désignation plutôt qu’un territoire, un son épais et encombré plutôt qu’une ligne d’horizon. Mais il en va finalement de Sarajevo, de la Bosnie-Herzégovine comme de partout ailleurs : les gouvernés s’emparent de la politique quand ils le décident. Ce dossier veut simplement rendre compte de ceci : à quelques heures d’ici, on résiste aux assignations identitaires, on se bat pour l’égalité de n’importe qui avec n’importe qui.

enfin pour terminer un entretien avec David Harvey : "Marx & the City

Le capitalisme selon David Harvey, ne résout par les problèmes que provoquent ses crises : il les déplace. Impossible, dès lors, d’en écrire le fonctionnement sans y intégrer la dimension spatiale. Difficile, inversement, de comprendre et de résister aux mutations des villes modernes sans puiser dans la boîte à outils marxienne. Vacarme a rencontré un homme qui fait donc de la politique en géographe, au moment même où paraît aux Prairies ordinaires Paris, capitale de la modernité.

Haut de page