Navigation – Plan du site

Frédéric Abécassis, Gilbert Meynier, Pour une histoire Franco-algérienne. En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire

Philippe Lorenzo
Pour une histoire  Franco-algérienne
Frédéric Abécassis, Gilbert Meynier (dir.), Pour une histoire Franco-algérienne. En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire, Alger, ENS Éditions, Inas, 2011, 189 p., 1ère ed. 2008, ISBN : 9789961762240.
Haut de page

Texte intégral

1Rien ne serait simple entre la France et l’Algérie. Après 130 ans de présence française sur le sol algérien et cinquante ans d’indépendance, le titre même de ce livre laisse sous-entendre que, si ce n’est l’actualité, au moins l’histoire reste brûlante. Et pour les auteurs du livre, il y avait en effet urgence. Ce livre rend en effet compte du colloque international « Pour une histoire critique et citoyenne. Le cas de l'histoire franco-algérienne. Au-delà des pressions officielles et des lobbies de mémoire », tenu en juin 2006 à Lyon, dans la mouvance du collectif d’historiens protestant contre la loi du 23 février 2005 réhabilitant les colonisations et « les effets positifs de la présence française outre-mer » (art. 4).

2Pour autant, ce livre ne forme pas les Actes du colloque de Lyon ; il y renvoie même car le texte de l’intégralité des quatre-vingt communications orales ainsi que des vidéos sont disponibles sur internet (http://ens-web3.ens-lsh.fr/​colloques/​france-algerie), communications qui ont essentiellement pour auteurs des historiens français et algériens.

3Ce livre est donc une lecture thématique du colloque, égrainée au fil de cinq chapitres, complétée par la synthèse du Forum des associations réuni à cette occasion.

4On notera enfin que, sous le même titre et avec les mêmes auteurs, les éditions La Découverte avaient fait paraître ce livre en 2008, et que l’ouvrage publié par Inas Editions en 2011 existe aussi en version arabe. Plusieurs textes centrés sur l’enseignement ont aussi été édités par l’Institut national de recherche pédagogique (INRP) en 2007 (France-Algérie. Leçons d’histoire…)

5L’objet du colloque de Lyon était donc de diffuser l’état du savoir scientifique de l’histoire franco-algérienne depuis 1 830. Avec, de manière transversale, un questionnement sur le rôle de l’historien et sa confrontation avec la « mémoire » : histoire construite, nuancée, mémoire déconstruite, altérée, loin de l’idée d’une mémoire consensuelle pour une histoire « apaisée » (p. 144).

6Chacun des auteurs des différents chapitres s’essaie à l’exercice de la synthèse et de la mise en exergue de certains points. Cela ne remplace pas les communications mais sert peut-être de fil à rouge à qui voudra en lire l’intégralité.

7Les deux premiers chapitres reviennent sur la colonisation de l’Algérie par la France, les deux questionnent l’identité algérienne, tandis que le cinquième interroge l’histoire en tant que discipline académique.

8D’entrée, Jacques Frémeaux et Amhed Henni (Formes et processus de colonisation) mettent en évidence le poids de l’armée française dans la colonisation de l’Algérie, à la fois substitue du pouvoir politique – en 1 840 comme en 1954, le gouvernement n’a pas de politique algérienne - et « fabrique sociale ». Rôle renforcé par une administration coloniale « induisant l’ethnicisation de la société » (p. 19) et par les effets ravageurs du capitalisme colonial qui empêche la diffusion de l’économie de marché dans la population autochtone. Or, concluent les deux auteurs, la prise de pouvoir dans l’Algérie indépendante ne s’est faite que par l’Armée des frontières et la mise en place d’un système de parti unique, d’un régime autoritaire, continuant de ce fait « l’arbitraire, l’exploitation et l’absence de justice » (p. 38).

9Les minorités en Algérie coloniale et les conséquences de la colonisation forment le deuxième chapitre (Frédéric Abécassis, Tahar Khalfoune, Daniel Rivet, Sociétés coloniales et traces de la colonisation). Les auteurs reprennent l’idée de la construction idéologique par la IIIe République de la minorité européenne (les Pieds-noirs), alors qu’hétérogène par les migrations diverses et l’incorporation des juifs d’Algérie. Minorités qui restent finalement assez peu étudiées, tout comme celle des Kabyles, alors que, de son côté, l’Islam apparaît, face à la colonisation, comme repliement défensif (p. 47). Pour les auteurs, les traces de la colonisation sont toujours d’actualité, et se retrouvent à la fois en France et en Algérie : la Ve République est née suite à la crise algérienne, la loi de 2005 déjà citée, alors que, du côté de l’Algérie, la défiance des populations à l’égard de l’État colonial rejaillit sur l’État arbitraire de la période post-indépendance (p. 64).

10La question nationale est ainsi au cœur du troisième chapitre (Gilbert Grandguillaume, Jean-Pierre Peyroulou, La question nationale algérienne : enjeux et conflits) et s’articule autour de trois enjeux : algériens, français et internationaux. Construite en réaction à la présence française et lors de l’indépendance, la « nation algérienne unie » ne serait rien que moins qu’une abstraction puisque le nationalisme algérien était pluriel, mais dont les différentes tendances ont été tues dès le milieu des années cinquante. La guerre d’Algérie aussi divisa les Français qui, de favorables à l’Algérie française devinrent favorables pour l’indépendance lorsqu’ils pensèrent qu’elle « portait des risques éminents pour l’unité nationale et la paix même sur le territoire métropolitain » (p. 77). Enfin, les auteurs soulignent l’action diplomatique du FLN plus probante que l’action militaire.

11L’avant-dernier chapitre (Gilbert Meynier, Guy Pervillé, La guerre d’indépendance des Algériens) revient sur la guerre elle-même : guerre de libération ou guerre de reconquête nationale, intrigues partisanes, fractures idéologiques à l’intérieur des deux blocs, représentations mémorielles de la guerre et statut particulier des Harkis : abandonnés du pouvoir gaulliste, traites pour le pouvoir algérien. Les deux auteurs concluent cependant sur la nécessité « d’élargir les perspectives des historiens au-delà des limites imposées par les idéologies partisanes ou étatiques » (p. 110). Ce qui fera le lien avec le dernier chapitre (Benoît Falaize, Anne-Marie Granet, Françoise Lantheaume, Migration, culture et représentations) qui s’attache à traiter de la question de l’histoire et du statut de l’historien « ni juge, ni politique, ni porte-parole » (p. 125), alors même, ainsi que le soulignent les auteurs : « la guerre d’Algérie semble avoir un destin semblable à celui de la période de Vichy dans la société : une période de prescription et de travail de deuil suivie, depuis le début des années quatre-vingt-dix, d’une période d’active redécouverte de ce conflit constituant un moment central de la décolonisation française » (p. 112).

12Que ce soit ce livre ou les communications du colloque elles-mêmes sur internet, on mesure toute l’opportunité d’une telle édition l’année même des accords d’Évian mettant fin à plusieurs années de conflits entre deux communautés qui, comme le rappelle Pierre Sorlin en conclusion du livre « formellement (…) s’ignoraient, leurs relations étaient faites de méfiance et d’enfermement sur soi réciproques » (p. 148).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lorenzo, « Frédéric Abécassis, Gilbert Meynier, Pour une histoire Franco-algérienne. En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 07 mai 2012, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8337

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page