Navigation – Plan du site

Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe

Tristan Maarawi
Genre et rapports sociaux de sexe
Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe, Lausanne, Page 2, coll. « Empreinte », 2012, 140 p., ISBN : 9782940189489.
Haut de page

Texte intégral

1Le concept de genre est aujourd’hui largement utilisé à un niveau international que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la sphère académique. Il est une manière de recentrer les questionnements sur les différences et inégalités femmes-hommes autour de l’idée d’une construction sociale des deux sexes. Toutefois, utilisé simplement, il ne permet pas de comprendre toutes les facettes de la domination masculine et contribue même parfois à en gommer certains traits. Développé dans les pays anglo-saxons, ce concept a été épousé plus ou moins tardivement dans le monde académique français et donne sens à un ensemble théorique varié. Roland Pfefferkorn revient dans son ouvrage sur sa construction sociale, historique, politique et académique et sur l’ensemble des conceptions de la littérature féministe qui a explosé après la Seconde Guerre Mondiale.

2Ce livre de 130 pages, rédigé de manière très claire, permet à travers quatre chapitres de comprendre les tensions autour de la conceptualisation de ce terme « quasi universel » et de la nécessité de penser les questions hommes-femmes en termes de rapport sociaux de sexe. C’est d’ailleurs à cette échelle que l’auteur choisit de penser le monde social en dépassant la dialectique structures/actions individuelles. Celui-ci serait ainsi le produit de l’articulation d’une pluralité de rapports sociaux composés de relations sociales qui s’expriment au niveau interindividuel.

3La première partie de l’ouvrage (introduction et chapitre 1) est consacrée à la définition des origines du concept de genre et à la contextualisation de sa construction dans le temps. Cette partie donne du recul sur un concept parfois trop utilisé et peu expliqué. Elle est un bon moyen de comprendre les enjeux qui accompagnent son utilisation. Ainsi on apprend qu’il s’est développé en parallèle de l’explosion de la pensée féministe, dans les années 1960-70. En France, c’est Simone de Beauvoir qui a rendu l’idée célèbre. Le Deuxième sexe est une œuvre de référence sur laquelle se sont fondées les théories féministes. Celles-ci rompent avec le naturalisme ambiant dans l’explication des relations hommes-femmes, que ce soit dans la division sexuée des rôles ou dans le partage entre sphère privée et publique. Dans le monde anglo-saxon, c’est le concept de genre théorisé par Ann Oakley qui a pris le revers d’une explication biologisante des différences de sexe. L’ambition commune de ces conceptions est de se détacher de l’explication de comportements sociaux et d’une division des rôles dans la société à partir d’une caractéristique biologique infaillible que serait le sexe biologique.

4En abordant la deuxième partie du livre (chapitre 2 et 3), on découvre une analyse assez générale de la littérature critique sur le genre. Roland Pfefferkorn y rappelle notamment que la notion de sexe biologique est également une construction sociale comme le fait de penser en terme de dichotomie féminin-masculin et homo-hétéro. Le genre a permis tout comme le concept de sexe social en France d’ouvrir le débat sur les identités sexuées et sexuelles en ramenant les questions hommes-femmes à des rapports de pouvoirs. C’est ainsi que la notion de « rapports sociaux de sexe » prend son sens et exprime les aspects matérialistes et symboliques de la domination masculine. L’auteur présente notamment une série d’études et d’auteur-e-s sur le genre pour appuyer son idée principale : il ne faut pas faire sortir le genre de sa dimension de lutte. Le genre qualifie l’opposition hiérarchique entre deux groupes sociaux construits socialement, celui des hommes qui s’approprie en toute légitimité le travail et la production de celui des femmes sans contrepartie équivalente. Cette légitimité repose sur un système de valeurs et de représentations et s’impose à l’ensemble de la société : le patriarcat. Pour l’auteur, nier ou ignorer ces aspects du concept contribue à négliger la hiérarchie sociale qui se dégage de cette catégorisation. L’utilisation de ce concept atteint ses limites quand il ne prend pas en compte la hiérarchisation et la catégorisation qui s’expriment dans le même temps.

5Pfefferkorn va ensuite plus loin lorsqu’il introduit la nécessité de penser le monde social en termes de rapports sociaux dans la troisième partie du livre (chapitre 4 et conclusion). Il débute sa réflexion à partir du concept de division sexuelle du travail largement étudié et développé au cours des décennies précédentes. Ce concept croise deux critères afin d’analyser les inégalités et la hiérarchie sociale. La catégorisation sociale ou de classe avec la position occupée dans l’appareil de production ou marché du travail et la catégorisation de sexe. Ce double mouvement permet de mieux comprendre l’opposition entre des groupes sociaux opposés et hiérarchisés qui entretiennent des relations sociales plus ou moins conflictuelles. Insérés dans ces groupes, les individus se retrouvent dans des situations variées plus ou moins dominées.

6Ainsi, en situant l’analyse sociologique à ce niveau intermédiaire, comme le préconise l’auteur, il devient possible de penser l’articulation d’une multitude de rapports sociaux. Roland Pfefferkorn en développe trois que sont les rapports sociaux de classe, de sexe et de racisation (l’auteur n’utilise pas le terme de race volontairement).

  • 1 Christine Delphy, Classer, dominer: Qui sont les autres? La Fabrique, 2008.

7Cet ouvrage est un très bon moyen de découvrir ou approfondir ses connaissances sur les études de genre ou études féministes clairement inscrites dans une démarche de sociologie contemporaine. Elles correspondent, à travers leur appareil conceptuel, à une volonté de sortir des grandes dichotomies classiques (macro/micro, matérialisme/idéologie, holisme/individualisme). En pensant les rapports sociaux, elles englobent la réflexion sur les grandes structures idéologiques et institutionnelles à l’échelle de la société (modèle patriarcal) tout en pensant le changement qui peut s’exprimer à l’échelle des relations sociales entre individus et groupes sociaux. Cette conception se rapproche beaucoup de celle de l’altérité que fait Christine Delphy dans son ouvrage Classer, dominer, Qui sont les autres ?1 En prenant en compte ce point de vue, l’auteur aurait pu ouvrir la réflexion sur les rapports sociaux de sexualité qui opposent hétérosexuels et homosexuels. Bien que sa démarche soit stimulante, elle mérite plus d’explications et d’approfondissements afin de bien saisir l’intérêt de manipuler ce concept de rapports sociaux.

  • 2  Voir notamment Héléna Hirata et al., Dictionnaire critique du féminisme, 2ème édition augmentée, P (...)

8Cet ouvrage bien que trop court pour aborder toute la pluralité du champ, en fait une très bonne synthèse et renvoie vers une multitude d’œuvres de références2qui ne laissent pas le lecteur souhaitant approfondir ces sujets sur sa fin.

Haut de page

Notes

1 Christine Delphy, Classer, dominer: Qui sont les autres? La Fabrique, 2008.

2  Voir notamment Héléna Hirata et al., Dictionnaire critique du féminisme, 2ème édition augmentée, Presses Universitaires de France, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Maarawi, « Roland Pfefferkorn, Genre et rapports sociaux de sexe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 mai 2012, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8339

Haut de page

Rédacteur

Tristan Maarawi

Etudiant en Master 2 Philosophie-Sociologie « Ingénierie du social. Chargé d'études sociologiques » à l'Université Paris-Sorbonne (Paris 4)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page