Navigation – Plan du site

Gilles Teissonnières, Daniel Terrolle (dir.), A la croisée des chemins. Contributions et réflexions épistémologiques en anthropologie urbaine

Emmanuel Galland
A la croisée des chemins
Gilles Teissonnières, Daniel Terrolle (dir.), A la croisée des chemins. Contributions et réflexions épistémologiques en anthropologie urbaine, Editions du Croquant, 2012, 240 p., ISBN : 978-2-365-12001-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gutwirth J. & Pétonnet C., 1987, Les chemins de la ville : enquêtes ethnologiques, Paris, Les Édi (...)

1Voici un ouvrage au titre évocateur. À la croisée des chemins constitue une double référence. Il s'agit d'abord, à travers un clin d'œil, de rendre un hommage au livre dirigé en 1987 par Colette Pétonnet et Jacques Gutwirth, Les chemins de la ville1. Suite aux premiers développements d'une anthropologie urbaine en France, au tournant des années 1970-1980, cet ouvrage entendait proposer un ensemble de contributions méthodologiques et épistémologiques relatives au retour de l'ethnologie et de sa méthode ethnographique au sein des sociétés modernes, et plus particulièrement appliquée à l'étude du phénomène urbain contemporain. L'ouvrage comptait ainsi une quinzaine de contributions sur des sujets très divers, qui avaient tous pour point commun de s'intéresser à la ville et de chercher à décortiquer les méthodes de construction d'un tel objet. Il pointait alors un certain nombre de difficultés théoriques et dessinait les caractéristiques d'une discipline en construction dans le contexte des années 1980.

2Vingt-cinq ans après, ce nouvel ouvrage collectif dirigé par Gilles Teissonnières et Daniel Terrolle s'inscrit dans la droite ligne des Chemins de la ville, et veut témoigner de cette « aventure scientifique » (p.15). Il faut mentionner en effet que ce nouvel opus possède la même filiation intellectuelle et institutionnelle que le précédent : il s'agit d'un collectif de chercheurs issus du Laboratoire d'Anthropologie Urbaine (LAU), fondé et animé à partir du milieu des années 1980 par Jacques Gutwirth et Colette Pétonnet. Sur les quinze auteurs qui avaient participé en 1987, on en retrouve quatre dans celui-ci, et beaucoup des contributeurs ont été formés au sein de ce milieu. Fait remarquable aussi, l'ouvrage possède la même structure que le précédent, il s'ouvre et se ferme, comme celui de 1987, par une préface et une postface de ces deux figures de l'anthropologie urbaine, qui retracent de leur point de vue, le cheminement de la discipline. La disparition récente de Jacques Gutwirth, en janvier 2012, simultanément à la publication de cet ouvrage, apporte une dimension supplémentaire à l'hommage qui lui est rendu à travers cette publication.

  • 2 « Ces recherches sondent ce qui, d'un bout à l'autre de la planète, constitue la chair de l'activ (...)

3Certes, il s'agit d'un hommage, mais l'ouvrage ne se limite pas qu'à cet exercice académique. À la croisée des chemins peut aussi se comprendre au sens premier du terme. À la croisée des chemins, telle est la position de la discipline qui s'attache aujourd'hui à l'étude des phénomènes de la modernité, où les flux grandissants de personnes, d'idées, d'objets, de capitaux et d'images, obligent à redéfinir les méthodes et les approches ethnographiques qui s'appliquent à ce type d'objet2.

4Gilles Teissonnières et Daniel Terrolle introduisent l'ouvrage en dressant certains constats, et notamment une réflexion sur l'évolution de la place et de la légitimité de la discipline : il y a vingt-cinq ans, celle-ci s'est construite en se justifiant par la pertinence d'importer des sociétés lointaines où elle était née, la méthode ethnographique, pour l'appliquer « chez nous », aux phénomènes modernes. L'anthropologie urbaine était alors un corollaire des travaux et des débats sur l'anthropologie du proche et de la modernité. Aujourd'hui, cette légitimité originelle ne va plus de soi. Il semble, d'une part, que l'évolution parallèle de la sociologie urbaine, qui a su elle aussi intégrer les apports d'une approche plus qualitative, remette en cause l'exclusivité de l'anthropologie dans ce domaine. D'autre part, on assiste à une prolifération (sociologique, littéraire, philosophique, journalistique) des discours sur la ville qui mène à un mélange que les auteurs qualifient de « dilution » au sein d'une sorte « d'urbanologie ». La question des spécificités disciplinaires se pose donc avec acuité. Les deux auteurs montrent aussi comment l'ouverture de nouveaux terrains constitue d'une certaine manière un atout pour la discipline. Les limites spatiales et culturelles des groupes sociaux n'ont plus les mêmes logiques que lorsque l'ethnologie s'est forgée. Il y a donc selon eux une nécessité de dresser aujourd'hui une évaluation critique des concepts et des notions classiques de l'anthropologie, tels que ceux de rite, de transmission, de communauté, etc. Les auteurs se joignent donc au concert de ceux qui prônent un bilan critique des outils de la discipline, et de fait l'ouvrage peut être associé à la littérature sur ce thème. Dans la même ligne, ils pointent aussi une évolution coercitive dans la pratique des métiers de l'enquête de terrain ; cette évolution s'avère parallèle aux mutations des objets d'études, et oblige à reposer différemment la question de l'éthique en ethnographie. Que ce soit la multiplication des chartes d'éthique, les autorisations de recherche inaccessibles et contraignantes, la soumission aux structures hiérarchiques ou encore la judiciarisation des rapports enquêteur/enquêtés, les auteurs dessinent « un paysage de contraintes renforcées » (p. 20) dont il faut désormais tenir compte. On l'aura compris, l'introduction à cet ouvrage collectif se veut un retour panoramique sur vingt-cinq ans d'anthropologie urbaine pour en dresser les principales évolutions, inflexions et problématiques. Ce bilan de l'héritage sert aussi de support à un plaidoyer pour le renforcement de la discipline et de ses spécificités.

5Une des orientations explicites de l'ouvrage consiste à interroger des terrains particuliers pour en faire ressortir les questions relatives à la construction de l'objet et à l'analyse des difficultés méthodologiques rencontrées. Sur ce plan, la visée est identique aux Chemins de la ville parus en 1987. Chaque contributeur s'y est attelé sur des sujets forts variés. Au final, l'ouvrage réunit dix chapitres qui se répartissent entre deux grandes parties.

6Une première partie rassemble quatre contributions qui chacune, de leur propre point de vue, s'efforcent de présenter le processus de construction de l'objet et ses difficultés. Ainsi, Noël Jouenne analyse la catégorie des immeubles de grande hauteur, Patrick Williams revient sur les travaux menés depuis une dizaine d'années sur l'anthropologie du jazz, Sylvaine Conord interroge l'usage de la photographie par rapport à la spécificité de son terrain, et Gilles Teissonnières rapporte les difficultés à travailler sur un haut-lieu du tourisme mondial, tel que  le site de la Tour Eiffel. Cette dernière contribution se révèle un bon observatoire des liens du local au global, et appelle à des réflexions pertinentes pour une ethnologie des phénomènes de déterritorialisation.

7La seconde partie laisse plutôt place à la diversité des nouveaux terrains. Jacques Gutwirth revient sur ses travaux sur le hassidisme, Daniel Terrolle s'interroge sur la question de la mort des SDF dans la rue, Alain Reyniers s'intéresse aux différentes couches de discours concernant la ville de Carthage, Olga Muro Gil retrace les difficultés à faire revivre la mémoire de plusieurs générations successives d'Espagnols à Paris, Marie Percot présente un terrain multisitué sur la niche migratoire des infirmières indiennes vers les pays du Golfe Persique et l'Irlande, et Fabienne Duteil-Ogata présente la généalogie de son étude sur la place des animaux de compagnie dans la métropole tokyoïte.

8On le voit, il s'agit d'un ensemble de terrain qui expérimentent des rapports relativement nouveaux aux temporalités et à l'espace. S'il ne s'agit pas toujours d'anthropologie spécifiquement urbaine, on comprend que les méthodes issues d'une réflexion renouvelée de l'anthropologie urbaine apparaissent pionnières pour interroger, qui des groupes déterritorialisés, qui des communautés virtuelles, qui des mémoires disparates.

9Dans l'ensemble, toutes les contributions jouent le jeu de la réflexion méthodologique, ce qui fait que malgré l'éclatement des objets et des lieux de recherche, l'ouvrage ne donne pas une impression de dispersion ou d'éclatement. Cette diversité donne plutôt à voir un panorama pertinent des nouvelles recherches et des nouveaux objets, ainsi qu'un véritable effort de réflexivité méthodologique à leur endroit. En ce sens, on peut dire que l'objectif revendiqué de l'ouvrage est atteint. Pour qui s'intéresse à l'anthropologie urbaine, il s'agit d'une somme importante qui fera date dans le paysage disciplinaire, peut-être de manière analogue à ce qu'on été les Chemins de la ville il y a vingt-cinq ans.

Haut de page

Notes

1 Gutwirth J. & Pétonnet C., 1987, Les chemins de la ville : enquêtes ethnologiques, Paris, Les Éditions du CHTS.

2 « Ces recherches sondent ce qui, d'un bout à l'autre de la planète, constitue la chair de l'activité urbaine (…) Elles s'ancrent dans des approches multisituées qui répondent, comme en écho, à de nouvelles configurations qui font en quelque sorte fi des frontières» (p. 17)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Galland, « Gilles Teissonnières, Daniel Terrolle (dir.), A la croisée des chemins. Contributions et réflexions épistémologiques en anthropologie urbaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 08 mai 2012, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8341

Haut de page

Rédacteur

Emmanuel Galland

Doctorant allocataire de recherche du département d'anthropologie de l'Université d'Aix-marseille et membre du Cémaf

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page