Navigation – Plan du site

Bernard Lahire, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales

Guillaume Arnould
Monde pluriel
Bernard Lahire, Monde pluriel. Penser l'unité des sciences sociales, Paris, Seuil, coll. « La couleur des idées », 2012, 393 p., ISBN : 978-2-02-106459-9.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1La tradition sociologique repose notamment sur la production d’ouvrages de nature épistémologique qui fournissent généralement un éclairage essentiel sur l’œuvre d’un auteur. On pense bien sûr à ceux d’Emile Durkheim ou de Max Weber dont les réflexions sur le caractère scientifique de la sociologie forment de véritables marqueurs intellectuels : points de références, guides méthodologiques, programmes de recherches, plaidoyers pour l’étude du social … et on en passe. Les auteurs contemporains ne dérogent pas à cette tradition et maintiennent cette volonté d’une explication globale de leurs recherches. Ainsi Bourdieu, Boudon, Touraine ont écrit plusieurs ouvrages à caractère épistémologique et méthodologique visant à clarifier leurs postulats : champs, habitus, violence symbolique, individualisme méthodologique, effets pervers, idéologie, intervention sociologique, notion de sujet… Le récent lauréat de la médaille d’argent du CNRS, Bernard Lahire, s’inscrit dans ce sillon qu’il a déjà contribué précédemment à creuser avec des livres comme L’homme pluriel ou L’esprit sociologique.

2Monde pluriel a pour fil conducteur de porter la critique d’une division excessive du travail sociologique. Ces excès sont soulignés par Lahire tant entre les sciences sociales, qu’au sein de la sociologie même. La spécialisation dans un savoir extrêmement pointu traduit plus un enfermement qu’un réel approfondissement des connaissances. Si le sociologue ne lit ni l’économiste, ni le géographe, ni le démographe, ni le psychologue ; il ne détient qu’un savoir partiel et se prive d’éléments d’enrichissement de sa pensée. On ne peut que souscrire à une telle évidence, d’autant plus importante qu’elle permet à la recherche en sciences sociales de partir de bases solides (quand bien même le but de l’analyse est de les remettre en cause). Ainsi Bernard Lahire lui-même a régulièrement fait référence dans ses propres travaux à des analyses tenant compte de la psychologie des individus (notamment les variations individuelles) fort utiles pour comprendre certaines pratiques culturelles. De même  il défend de manière très convaincante son plaidoyer pour une sociologie de la littérature qui tienne compte du contenu des productions et ne se réduise pas aux rapports de force institutionnels ou non sur le terrain de l’édition, de la médiatisation, des réseaux de diffusion …

3Lahire souligne avec regret le développement d’une forte spécialisation des sous-domaines de la sociologie. On peut bien sûr déplorer cette distinction entre sociologie du travail, des organisations, des relations professionnelles qui finalement étudient les mêmes objets. Ces découpages relèvent bien souvent d’une logique d’affichage permettant de jouer avec les effets de mode (comme la sociologie des organisations, qui finit par englober la sociologie industrielle en analysant des situations de travail identiques) et surtout avec les effets de « camps ». Les réseaux de recherche thématiques semblent jouer un rôle répulsif ou attractif pour des chercheurs avec lesquels on veut ou non travailler. Ces mécanismes se retrouvent dans l’ensemble des sciences sociales et forment le support d’une compétition forte entre programmes de recherches (ce qui est frappant en économie notamment). La sociologie des sciences a montré que le déploiement de la connaissance n’est pas socialement neutre et que les réseaux, les stratégies d’acteurs, le choix d’un directeur de thèse, l’acuité de la demande sociale liée au sujet … jouent un rôle clé dans la production et la diffusion des savoirs.

4Lahire propose également une analyse de la différenciation des sociétés et de la pluralité des théories visant à l’expliquer. Ce livre n’est pourtant pas une simple synthèse de ses travaux et de son propre apport à cette compréhension des pratiques sociales. On constate d’ailleurs que si la sociologie de l’école ou de la culture développées par l’auteur sont si riches et novatrices c’est par l’approfondissement, l’enrichissement et l’amélioration des enquêtes précédentes menées par d’autres (et notamment sa confrontation fructueuse avec la théorie de la distinction). Bernard Lahire évoque ainsi dans une partie de l’ouvrage les limites fortes de la théorie des « champs » dans sa démarche d’explication du social. Il souligne l’importance excessive d’une vision de la société animée par des rapports de domination. La notion de « jeu social » que l’auteur a développé permet de mieux tenir compte des actions découlant de l’amitié ou de la simple curiosité des individus par exemple.  De même Lahire insiste sur les difficultés liées à la théorie des « mondes » proposée notamment par Howard Becker. Cette notion de monde inclut un nombre d’acteurs certainement trop élevé pour pouvoir en tirer des conclusions généralisables. Enfin on peut regretter que cette réflexion ne consacre que quelques pages aux analyses de Bruno Latour, Michel Callon, Laurent Thévenot, Luc Boltanski …

5Pourtant ce « monde pluriel » qu’évoque l’auteur a tout pour séduire. Le sous-titre traduit bien l’intérêt de cette réflexion : penser l’unité des sciences sociales. Lahire livre une réflexion passionnante sur les échelles dans la quatrième partie de son ouvrage. Il défend avec beaucoup de finesse la nécessité de contextualiser les recherches en sciences sociales et de tenir compte du protocole d’enquête afin d’éviter les généralisations abusives. Seule cette précaution permet de combiner les analyses historiques, sociologiques et psychologiques (comme le fait un auteur comme Elias) sans détourner les conclusions que l’on peut réellement en tirer. Ainsi l’auteur souligne avec justesse que seules les sciences sociales considèrent comme antinomiques et irréconciliables l’étude de micro-situations et de macro-situations ! Comme si l’étude du nuage invalidait l’étude la pluie … Lahire illustre ainsi cette démarche de recherche ambitieuse qu’il défend dans cet ouvrage : la combinaison du dispositionnalisme et du contextualisme pour expliquer les actions et les croyances des individus. Démarche que l’on peut résumer dans l’équation implacable : passé incorporé + contexte d’action = pratiques observables. On se prend à rêver que l’ensemble des auteurs en sciences sociales s’en emparent et tiennent effectivement compte de la manière dont les individus en sont venus à se trouver dans la situation étudiée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Bernard Lahire, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/8371

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Faisant fonction IA-IPR d'économie gestion, Académie de Lille

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page